Hervé Chabalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hervé Chabalier
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Hervé Chabalier, né le à Langogne (Lozère), est un journaliste et animateur de télévision français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils d'agriculteurs en Lozère, enfant de professeurs, cousin d'Antoine Chabalier, expert-comptable grand spécialiste du milieu officinal, Hervé Chabalier naît en Lozère et passe sa jeunesse entre l'Espagne de Franco et l'Afrique[1].

Titulaire d'une licence d'histoire à la Sorbonne, il entre au Centre de formation des journalistes où il s’impose comme le leader de la contestation estudiantine. Proche de l'Unef[1] et militant fondateur de la Jeunesse communiste révolutionnaire jusqu'à son entrée au CFJ[2], il participe à la nuit des barricades lors de mai 68. Après un passage à RTL et l'AFP en 1969, puis au service de politique intérieure sur la première chaîne de télévision française, il entre en octobre 1972 comme grand reporter au service « Notre époque » du Nouvel Observateur[3].

Les sujets de société qu'il traite sont souvent politiquement brûlants (avortement, liberté sexuelle, toxicomanie). Il a le droit de publier ses enquêtes sur le racisme, la toxicomanie ou la réforme de l’ORTF (1974), dans le cadre des documents de la semaine. Il traite aussi des mouvements régionalistes basque, occitan ou corse. Ainsi, il met un pied dans le service « Événement », ce qui lui permet d’écrire certains articles de politique étrangère, sur la dictature des colonels en Grèce ou l’agonie du franquisme en Espagne (mars 1974).

Il profite du lancement du Matin de Paris pour quitter l’hebdomadaire. Il y occupe le poste de grand reporter au service « Événement », ses reportages lui valant le prix Albert-Londres en 1979[1], jusqu’à ce qu’il soit promu rédacteur en chef du Matin magazine en 1981. En 1982, il quitte la presse pour devenir rédacteur en chef du journal de 13 heures d'Antenne 2. « Étouffé », il démissionne de ce poste l'année suivante[2], et se lance dans la production pour les magazines Carte de presse et Dimanche plus, puis prend la direction de Sygma télévision de 1985 à 1989[3].

Création de CAPA : Chabalier Associated Press Agency[modifier | modifier le code]

En 1989, il crée l'agence de presse et de télévision CAPA (Chabalier Associated Press Agency), spécialisée dans les grands reportages et les documentaires. Il crée et produit l'émission « 24 Heures », diffusée sur Canal+ dans les années 1990, et lance l'émission hebdomadaire consacré au SIDA, « Ruban rouge », sur France 3 en avril 1994. Il diversifie les activités de sa société via les filiales « Entreprises », « Barcelona », « Production » et « Capa Drama », consacrée à la fiction[2].

Toujours à la tête de Capa, il poursuit la production d'émissions télévisées dédiées à l'information, comme On aura tout lu ! sur la Cinquième en 2001, et Madame, Monsieur, bonsoir sur France 5 en 2006, qu'il coprésente avec David Pujadas, puis son adaptation en jeu en 2007, ou encore le magazine de reportage en caméra cachée Les Infiltrés sur France 2 en 2008.

En 2004, il publie Le Dernier pour la route aux éditions Robert Laffont, autobiographie consacrée à sa cure contre l'alcoolisme, qui l'amène à remettre en novembre 2005 un rapport à la demande du Ministre de la Santé, intitulé Alcoolisme : Un déni national[3]. Le livre est la source d'un film du même titre, sorti en 2009 ; il est réalisé par Philippe Godeau, et François Cluzet y joue le rôle d'Hervé Chabalier.

Membre de la commission pour une nouvelle télévision publique en 2008, il intègre en février 2009, le Conseil de la création artistique animé par Marin Karmitz à la demande de Nicolas Sarkozy[4].

Radio[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2013 il anime Le Grand Débat le dimanche de 18H à 20H sur Europe 1[5].

Durant l'été 2014 il anime également Le Grand Débat le dimanche de 18H30 à 20H sur Europe 1[6].

Réalisations[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) « Hervé Chabalier, Président-fondateur de l'agence Capa », lesechos.fr,
  2. a, b et c Karen Saranga, « Hervé Chabalier », L'Express, 11 août 1994
  3. a, b et c Notice biographique, Who's Who in France, 2008
  4. Nathaniel Herzberg, « Le Conseil de la création, "coup de pied" culturel », Le Monde du 4 février 2009
  5. Grille des Programmes Europe 1 Eté 2013
  6. Grille des Programmes Europe 1 2014 Eté