Gustave Bertrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertrand.
Gustave Bertrand
Gustave Bertrand - After-war photo.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ToulonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Gustave BertrandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Mathématicien, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Distinction

Gustave Joseph Marie Bertrand, dit Bolek[note 1], né le à Nice et mort le à Toulon[1], est un officier du service de renseignement français, connu pour son rôle dans l'affaire Enigma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un officier d'infanterie, Bertrand s'engage en 1914 comme soldat de 2e classe. En 1915, il est blessé aux Dardanelles. À partir de 1926, il travaille au service des transmissions. En 1930, il est chargé des chiffres allemands.

Le SR français traite un agent, Ashé (Hans-Thilo Schmidt, fonctionnaire du bureau du chiffre du ministère de la Reichswehr). L'intermédiaire est un agent trouble, Rodolphe Lemoine, dit Rex, qui agit sous contrôle de Bertrand. Schmidt fournit des copies de la documentation d'Enigma. C'est la Source D. En décembre 1932, Bertrand communique certains éléments à Gwido Langer, le chef du Biuro Szyfrów (Bureau du chiffre du renseignement militaire polonais. D'après Marian Rejewski, le mathématicien et cryptologue polonais qui est le premier à casser les codes de l'Enigma, ces documents permettent aux Polonais de reconstituer une partie des circuits de l'Enigma militaire. Les services polonais ne révèlent pas à Bolek (Bertrand) à quel point il les a aidés.

Bertrand n'apprend les décryptages polonais qu'à la conférence trilatérale de Varsovie-Kabaty, le 25 juillet 1939[2]. D'octobre 1939 à juin 1940, Bertrand commande le PC Bruno, près de Paris ; puis, d'octobre 1940 à novembre 1942, le Centre Cadix, près d'Uzès, en zone libre.

Le 5 janvier 1944, Bertrand, agent du Réseau Kléber est arrêté à Paris, alors qu'il attend un courrier de Londres. Il accepte de travailler pour l'Abwehr. Avec sa femme, il retourne à Vichy, en principe afin de pénétrer le MI6 pour le compte de l'ennemi. Ayant prévenu ses camarades, il entre en clandestinité. Le 2 juin 1944, il embarque à bord d'un Lysander. Assigné à résidence au village de Boxmoor, Hertfordshire, il est à deux pas de la station d'interception de Felden où sont exilés Marian Rejewski et Henryk Zygalski.

Ayant pris sa retraite en 1950 avec le grade de général, il est élu maire de Théoule-sur-Mer.

En 1967, il est nommé grand-officier de la Légion d'honneur[note 2].Il est également titulaire du Distinguished Service Order britannique et officier de la Legion of Merit américaine[3].

En 1973, Plon publie un ouvrage dont il est l'auteur : Enigma ou la plus grande énigme de la guerre 1939-1945. Antérieur d'un an aux révélations de Winterbotham, l'ouvrage traite essentiellement de la coopération franco-polonaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Gustave Bertrand » (voir la liste des auteurs).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Diminutif polonais de Bolesław.
  2. Son dossier Léonore 19800035/1376/59037 est non communicable.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales des Alpes-Maritimes, état-civil numérisé de la commune de Nice, N 1896, acte no 2673 et sa mention marginale de décès, vue 688/769.
  2. Kozaczuk 1984, p. 59.
  3. François Romon, Les écoutes radio dans la Résistance française, 1940-1945, Nouveau monde éditions, 2017

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Bertrand, Enigma ou la plus grande énigme de la guerre 1939–1945, Paris, Plon, 1973.
  • (en) Władysław Kozaczuk (trad. du polonais par Christopher Kasparek), Enigma : How the German Machine Cipher Was Broken, and How It Was Read by the Allies in World War Two [« W kręgu Enigmy »], University Publications of America, coll. « Foreign intelligence book series », , 348 p. (ISBN 0-8909-3547-5, OCLC 9826775) ;
  • Jacek Tebinka, Récit du décryptage d'Enigma par l'ancien chef du renseignement polonais [31 mai 1974], in Jan Stanislaw Ciechanowski, ed., Marian Rejewski 1905–1980: Living with the Enigma secret, 1st ed., Bydgoszcz City Council, 2005, (ISBN 83-7208-117-4), ;210 p, note 19.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]