Antoni Palluth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoni Palluth
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
SachsenhausenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Grade militaire
Sous-lieutenant (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Antoni Palluth, dit Jean Lenoir, né le 11 mai 1900, à Pobiedziska, province de Posen (Poznan), et mort le 18 avril 1944 à Sachsenhausen, est un officier de réserve du Biuro Szyfrów.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé en génie civil de l'école polytechnique de Varsovie, Palluth entre au bureau du chiffre de Gwido Langer en janvier 1929. Comme Maksymilian Ciężki, il est instructeur du stage organisé à l'université de Poznań à l'intention d'étudiants sélectionnés, tels Marian Rejewski, Jerzy Różycki et Henryk Zygalski[1].

Dans les années trente, Palluth est l'un des quatre directeurs de la Société Radio AVA de Varsovie qui fabrique l'équipement cryptographique conçu par le bureau du chiffre. Fin 1930, Palluth a construit une réplique d'Enigma[2].

Dans la journée, Palluth est à AVA. Le soir, au bureau du chiffre. La nuit, il ramène du travail à la maison[3].

Fin septembre 1939, le lieutenant Palluth passe en France. Sous les ordres de Ciężki, il travaille à la Section allemande (BS-4) du bureau du chiffre, à PC Bruno, puis au centre Cadix. Début novembre 1942, Cadix est évacué.

Dans la nuit du 10 au 11 mars 1943, Palluth tente de franchir les Pyrénées avec Langer, Ciężki, Edward Fokczyński et Kazimierz Gaca Tous sont capturés par une patrouille allemande[4].

Palluth, Fokczyński et Gaca sont mis au camp de Sachsenhausen. Fokczyński meurt d'épuisement. Palluth affecté au Kommando Heinkel de Gemmersdorf est tué par un bombardement allié[5].

Liens[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sebag-Montefiore, Enigma, p. 22-23
  2. Sebag-Montefiore, Enigma, p. 43
  3. Sebag-Montefiore, Enigma, p. 35
  4. Sebag-Montefiore, Enigma, p. 284
  5. Sebag-Montefiore, Enigma, p. 327-330

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Władysław Kozaczuk, Enigma: How the German Machine Cipher Was Broken, and How It Was Read by the Allies in World War Two, edited and translated by Christopher Kasparek, Frederick, MD, University Publications of America, 1984.
  • Hugh Sebag-Montefiore, Enigma, the battle for the code, Phoenix, 2011.