Union dynastique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Par union dynastique on entend (surtout dans le passé) le phénomène par lequel deux États souverains reconnaissent comme monarque propre le même souverain, choisi selon les mêmes règles. C’est, en général, à la suite du mariage entre les héritiers des royaumes respectifs, mais quelquefois, le même terme a été utilisé pour indiquer d’autres cas où deux royaumes ont le même souverain et pour souligner qu’il n’y a pas coïncidence entre les personnes physiques rois de deux royaume, mais de l’identification des dynasties régnantes.

Les historiens et constitutionnalistes distinguent une :

  • union personnelle quand deux ou plusieurs États, à la suite d'évènements dynastiques ou matrimoniaux, se trouvent avec le même chef d'État : généralement le roi.
  • union royale quand deux ou plusieurs États décident, à la suite d'un traité, d’avoir un ou plusieurs organes constitutionnels communs, dont le souverain.

Royaume de la péninsule ibérique[modifier | modifier le code]

Royaume de Navarre et Couronne d'Aragon[modifier | modifier le code]

Rois de Navarre et Comtes d'Aragon[modifier | modifier le code]

Rois de Navarre et d'Aragon[modifier | modifier le code]

Royaume de Castille et Royaume de León[modifier | modifier le code]

L’histoire de la couronne de Castille débute avec l’union et le royaume de Castille et de León s’unirent :

Royaume d'Aragon et Comté de Barcelone[modifier | modifier le code]

Sous Raimond-Bérenger IV de Barcelone en 1137.

Royaume de Castille et royaume d'Aragon[modifier | modifier le code]

Royaume d'Espagne et Royaume de Portugal[modifier | modifier le code]

Royaume des îles Britanniques[modifier | modifier le code]

Royaume d'Angleterre et duché de Normandie[modifier | modifier le code]

En 1066, Guillaume le Conquérant, Duc de Normandie, conquît le Royaume d'Angleterre et se proclame roi, après avoir vaincu les troupes anglo-saxonnes à la bataille d'Hastings le 14 octobre 1066. Les années suivantes, quelques-uns des souverains d’Angleterre possédèrent également le titre de Duc de Normandie:

Royaume d'Angleterre et royaume d'Irlande[modifier | modifier le code]

En 1542, parce que le bruit couru que les Irlandais se rangeraient sous l’autorité du pape plutôt qu’assujettis au seigneur d'Irlande (le souverain d'Angleterre), le roi d'Angleterre Henri VIII se proclama "Roi d'Irlande", mettant fin à la Seigneurie d'Irlande et en fondant le Royaume d'Irlande. De là et jusqu’en 1707, le Royaume d'Angleterre et le Royaume d'Irlande furent une union dynastique en la personne de leur souverain. En 1603 l'union personnelle s’étendit également au Royaume d'Écosse.
En 1542, l'Irlande adopta un nouveau drapeau : la croix de Saint Patrice, qui sera l »emblème officiel du royaume d'Irlande jusqu’en 1801.

Royaume d'Angleterre, Royaume d'Irlande et Royaume d'Écosse[modifier | modifier le code]

L'union dynastique entre les trois royaumes d'Angleterre, d'Irlande et d'Écosse advint en 1603, quand le roi d'Écosse Jacques VI devint aussi roi d'Angleterre et roi d'Irlande sous le nom de Jacques Ier d'Angleterre, à la suite de la mort de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre. Jacques fut ainsi le premier monarque à être souverain d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande.

Le 12 avril 1606, à la suite d'un décret du roi, le premier drapeau du Royaume-Uni circula sur les embarcations anglaises et écossaises, et qui devint le drapeau officiel jusqu’en 1707.
L'union dynastique (ou union personnelle) entre les royaumes d'Angleterre et d'Écosse se termina de faite avec l'acte d'union proclamé en 1707 par la reine Anne, par lequel se réalise l’union territoriale et politique du Royaume d'Angleterre et du Royaume d'Écosse, qui formèrent le Royaume de Grande-Bretagne.

Royaume de Grande-Bretagne et Royaume d'Irlande[modifier | modifier le code]

De 1707, à la suite de l’acte d'union proclamé par la reine Anne d’Angleterre, l’union dynastique devint entre le nouveau Royaume de Grande-Bretagne et le Royaume d'Irlande (qui était précédemment en union personnelle avec l'Angleterre et l'Écosse). L'union personnelle entre Grande-Bretagne et Irlande se termina en 1801, quand le roi George III unit les royaumes de Grande-Bretagne et d'Irlande ; après l'acte d’union de 1800, le 1er janvier 1801, George III proclama le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande en assumant le titre de Roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande.
En cette même année fut mise en circulation le nouveau drapeau, l’actuel Union Flag, qui unissant le drapeau de Grande-Bretagne et celui de l'Irlande (union de la croix de St George pour l'Angleterre, la croix de St André pour l’Écosse et la croix de St Patrice pour l’Irlande.

Royaume de France et Duché de Bourgogne[modifier | modifier le code]

Le duc de Bourgogne, Henri 1er devint en 1029-1032 roi de France, mais cette union cessa en 1032

Royaume de Pologne (1385-1569) et Grand-duché de Lituanie[modifier | modifier le code]

Par l'Union de Krewo (ou Union de Krevo) la reine de Pologne Hedwige d'Anjou et le grand-duc Jagellon de Lituanie, signèrent un accord politico-dynastique en base auquel fut fondée l'Union Pologne-Lituanie. Le document fut signé dans la cité de Krewo le 14 août 1385 et fixait les points suivant :

  • Mariage entre Hedwige de Pologne et Jagellon de Lituanie
  • Couronnement de Jagellon comme roi de Pologne, connu par la suite comme roi Ladislas II Jagellon
  • Conversion de Jagellon et autres nobles lituaniens au catholicisme romain
  • Liberté pour tous les prisonniers chrétiens aux mains des lituaniens
  • Union personnelle des territoires de Lituanie et Pologne sous la souveraineté des monarques polonais pour l'éternité.


Fut ensuite remplacée par l'Union de Lublin

Royaumes scandinaves[modifier | modifier le code]

Union entre le Danemark, la Norvège et la Suède[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Union de Kalmar.

L'Union de Kalmar fut fondée en 1397 sous l'impulsion de la reine Marguerite, fille du roi danois Valdemar Atterdag et épouse du roi norvégien Hakon VI. Après avoir successivement gagné les trônes de Danemark, de Suède et de Norvège, elle fit élire son petit-neveu Éric de Poméranie roi des trois royaumes. L'Union fut brisée en 1523 lors de la sécession de la Suède menée par Gustav Vasa.

Union entre le Danemark et la Norvège[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Danemark-Norvège.

L'Union entre le Danemark et la Norvège intervient à la suite de l'Union de Kalmar après la sécession de la Suède et dure jusqu'en 1814 lorsque le Danemark cède la Norvège à la Suède (traité de Kiel).

Union entre la Suède et la Norvège[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Suède-Norvège.

En 1814, le traité de Kiel sépare les royaumes de Norvège et de Danemark. Après une courte période d'indépendance, la Norvège se lie à la Suède (Royaumes unis de Suède et de Norvège) jusqu'en 1905 lorsqu'intervient la dissolution de la Suède-Norvège.

Union entre le Danemark et l'Islande[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Royaume d'Islande.

L'Islande, liée à un serment de vasselage au royaume de Norvège datant de 1262, passe sous contrôle danois en 1814. Le mouvement d'indépendance mené notamment par Jón Sigurðsson lui permet d'obtenir un statut d'autonomie en 1874, puis finalement de devenir un royaume indépendant en 1918, mais qui garde le même roi que le Danemark, les deux pays ayant conclu un Acte d'Union, devant être renégocié 25 ans plus tard (en 1943).

Durant la Seconde Guerre Mondiale, le Danemark occupé par l'Allemagne étant dans l'incapacité de négocier le traité d'union, l'Althing, le parlement islandais, déclare unilatéralement l'abrogation de l'Union. Un référendum en 1944 approuve la fin de l'Union et la fondation de la république.

Royaume d'Italie et Royaume d'Albanie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]