Guillaume II d'Aquitaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guillaume II d'Aquitaine
Vicente Carducho. El Paular 06.jpg
Vicente Carducho, La Soumission de Guillaume II (1632), Madrid, musée du Prado.
Titre de noblesse
Comte d'Auvergne
Biographie
Décès
Activité
Père
Mère
Adélinda d'Aquitaine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie

Guillaume II le Jeune est duc d'Aquitaine, comte d'Auvergne et comte de Lyon de 918 à sa mort le .

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils du comte de Carcassonne et de Rasez Acfred et d'Adelinde, fille du comte de Toulouse Bernard Plantevelue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après la mort de son oncle Guillaume le Pieux, il lui succède comme duc d'Aquitaine, comte d'Auvergne et comte de Lyon.

Guillaume le Jeune perd le Berry dès 919 au profit des Robertiens Raoul et Robert ; il conserve le Mâconnais et le Lyonnais[1]. Menacé à l'Ouest, il se tourne vers le comte de Toulouse Raymond et lui laisse la Gothie pour sceller leur alliance.

Après la déposition de Charles le Simple en 923 au profit de Robert, puis de Raoul de Bourgogne, Guillaume et Raymond prennent le parti du Carolingien face aux Robertiens et aux Bourguignons qui font peser une menace directe sur le nord de l'Aquitaine. Une expédition de Raoul jusqu'à la Loire au début de 924 amène Guillaume à lui faire hommage de ses terres en 924[1] lors de l'entrevue d'Encize[réf. souhaitée]. Reconnaissant de la soumission d'un si puissant vassal, Raoul lui rend le Berry, Bourges et le comté de Mâcon[1].

Deux ans plus tard Guillaume profite des déboires de Raoul contre les Normands et les Hongrois pour se révolter et réclamer le retour de Charles le Simple. À la tête d'une armée Franco-bourguignonne, Raoul, accompagné d'Herbert de Vermandois, marche sur Nevers défendue par le frère du duc d'Aquitaine Acfred ; il se borne à recevoir des otages puis passe la Loire contre Guillaume d'Aquitaine, sans succès. Guillaume meurt à la fin de l'année et son frère Acfred, devenu duc d'Aquitaine, reprend sa révolte jusqu'à sa mort en octobre 927.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Lauranson-Rosaz, « Les Guillelmides : une famille de l’aristocratie d’empire carolingienne dans le Midi de la Gaule (VIIIe-Xe siècles) », dans Laurent Macé, éditeur, Entre histoire et épopée : Les Guillaume d'Orange (IXe – XIIIe siècles) (actes de colloque), Toulouse, CNRS/Université de Toulouse-Le Mirail, coll. « Méridiennes », (ISBN 2912025257 et 9782912025258, lire en ligne), p. 45-81.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Georges Touchard-Lafosse, La Loire historique, pittoresque et biographique, vol. 2, Tours, Nantes, R. Pornin (Tours), Suireau (Nantes), , 700 p. (lire en ligne), p. 474.