Grand Prix automobile d'Argentine 1956

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand Prix d'Argentine 1956
Tracé de la course

Drapeau Circuit Oscar Alfredo Galvez (circuit n°2)

Données de course
Nombre de tours 98
Longueur du circuit 3,912 km
Distance de course 383,376 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau : Italie Luigi Musso & Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio,
Ferrari,
h 0 min 3 s 7
(vitesse moyenne : 127,748 km/h)
Pole position Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio,
Ferrari,
min 42 s 5
(vitesse moyenne : 137,397 km/h)
Record du tour en course Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio,
Ferrari,
min 45 s 3
(vitesse moyenne : 133,744 km/h)

Le Grand Prix d'Argentine 1956 (IV° Gran Premio de la Republica Argentina), disputé sur le circuit Oscar Alfredo Galvez le , est la quarante-neuvième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la première manche du championnat 1956.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

Depuis 1954, les épreuves retenues pour l'attribution du titre mondial des conducteurs se disputent suivant la réglementation 2,5 litres (moteur 2 500 cm3 atmosphérique ou 750 cm3 suralimenté, carburant libre) de la Formule 1, à l'exception des 500 Miles d'Indianapolis, courus selon l'ancienne formule internationale.

La saison 1955 a été totalement dominée par Mercedes-Benz, dont les voitures se sont imposées en formule 1 (doublé Juan Manuel Fangio / Stirling Moss au championnat du monde) et en endurance. Le constructeur allemand a toutefois pris la décision de mettre un terme à son engagement en sport automobile, tout comme Lancia qui, en difficulté financière, a cédé tout son matériel de compétition à la Scuderia Ferrari. L'année 1956 s'ouvre sur un affrontement entre Ferrari et Maserati, en Grand Prix comme en sport. Après avoir envisagé une retraite sportive, Fangio, triple champion du monde, a finalement décidé de courir pour Ferrari, une décision motivée par la confiscation de ses biens par le nouveau gouvernement argentin. Moss ayant signé pour Maserati, les deux anciens coéquipiers, considérés comme les deux meilleurs pilotes du moment, sont désormais rivaux dans la conquête du titre mondial.

Pour contrer les constructeurs italiens, les Britanniques BRM, Vanwall et Connaught disposent de monoplaces prometteuses, mais dont la mise au point n'est toutefois pas totalement achevée en ce début de saison. Avec très peu de moyens, Amédée Gordini a également progressé dans la conception de sa monoplace à moteur huit cylindres, mais a également renoncé à la campagne sud-américaine. Quant à la prestigieuse marque Bugatti, qui a mis en chantier deux monoplaces à moteur central, elle a pour objectif un retour en compétition à l'occasion du Grand Prix de France en juillet.

Le circuit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Circuit Oscar Alfredo Galvez.
Autodrome
L'entrée du très moderne autodrome du 17 octobre, inauguré en 1952.

C'est une nouvelle fois le tracé numéro deux de l'Autodrome du 17 octobre, long de 3912 mètres, qui a été retenu pour l'épreuve inaugurale du championnat du monde. Inauguré en 1952, ce circuit construit dans les faubourgs de Buenos Aires propose un parcours sinueux dans un environnement très moderne. Les deux éditions précédentes ont été remportées par Juan Manuel Fangio, qui jouit d'une énorme popularité dans son pays.

Monoplaces en lice[modifier | modifier le code]

  • Ferrari Lancia D50 "Usine"
Lancia D50
Une Ferrari Lancia D50 dans sa version de base avec réservoirs principaux entre les roues.

Grâce au matériel de course cédé par la Scuderia Lancia à la fin de la saison précédente, bénéficiant de plus d'une aide financière de Fiat, Enzo Ferrari dispose désormais de moyens considérables. Trois des six Lancia D50 construites, rebaptisées Ferrari, ont été amenées en Argentine. Le V8 d'origine Lancia a été légèrement amélioré et développe désormais 270 chevaux[1]. Caractérisées par leurs réservoirs latéraux entre les roues, les D50 se sont montrées dès leurs débuts très performantes mais délicates à piloter. Pour la campagne sud-américaine, deux ont été modifiées : dénommées 'Argentina', ces versions ont le réservoir principal à l'arrière, la contenance des réservoirs latéraux ayant été drastiquement réduite, le volume gagné permettant de loger les échappement sur les côtés, modifications permettant un meilleur contrôle de la voiture, qui pèse désormais 640 kg. Les pilotes les plus expérimentés de la Scuderia pourront disposer de ces monoplaces : le triple champion du monde Juan Manuel Fangio et Luigi Musso sur les versions 'Argentina', Eugenio Castellotti sur la version de base[2].

  • Ferrari 555 "Usine"
Ferrari 555
La Ferrari 555 Supersqualo.

Testant différentes solutions techniques, Ferrari a également engagé quatre 555 'Supersqualo' de l'année précédente, deux équipées du classique quatre cylindres en ligne (plus de 260 chevaux), les deux autres recevant à titre expérimental le V8 de la D50[3]. Une classique est confiée au jeune Britannique Peter Collins, nouveau venu dans l'équipe, une V8 au Belge Olivier Gendebien qui effectue ses débuts en Grand Prix, les deux autres voitures étant en réserve.

  • Maserati 250F "Usine"
moteur 250F
Le six cylindres de la Maserati 250F

L'usine a engagé quatre 250F pour Stirling Moss, Jean Behra et les pilotes locaux José Froilán González et Carlos Menditéguy. Elle apporte en outre son soutien aux voitures du pilote brésilien Chico Landi (Scuderia Guastalla) et de l'Italien Luigi Piotti. Gerino Gerini est inscrit comme pilote de réserve de la Scuderia Guastalla[4]. Les 250F disposent d'un moteur six cylindres en ligne développant près de 270 chevaux à 7600 tr/min, pour un poids de l'ordre de 620 kg. La nouvelle BRM P25 n'étant pas au point, la British Racing Motors a mis à disposition de son premier pilote Mike Hawthorn la 250F de l'écurie, qu'elle a fait équiper de freins à disque Dunlop[5]. Une huitième Maserati est présente : il s'agit d'un ancien modèle A6SSG engagée par le pilote uruguayen Alberto Uria, voiture qu'il partage avec son compatriote Óscar González.

  • Gordini "Usine"

Amédée Gordini a engagé deux voitures (une ancienne T16 pour Robert Manzon et la nouvelle T32 à moteur huit cylindres pour Élie Bayol, mais la considérable quantité de travail consacrée à la cure d'amaigrissement de la nouvelle voiture ont finalement amené l'équipe à renoncer au déplacement en Argentine[6].

Coureurs inscrits[modifier | modifier le code]

Liste des pilotes inscrits[7]
no  Pilote Écurie Constructeur Modèle Moteur Pneumatiques
2 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
4 Drapeau : France Jean Behra Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
6 Drapeau : Argentine Carlos Menditéguy Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
8 Drapeau : Italie Luigi Piotti Privé Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
10 Drapeau du Brésil Chico Landi Scuderia Guastalla Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
12 Drapeau : Argentine José Froilán González Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
14 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Owen Racing Organisation Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
16 Drapeau : Uruguay Alberto Uria Privé Maserati Maserati A6SSG Maserati L6 P
18 Drapeau : France Robert Manzon Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
20 Drapeau : France Élie Bayol Équipe Gordini Gordini Gordini T32 Gordini L8 E
30 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari Lancia D50 'Argentina' Ferrari V8 E
32 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari Lancia D50 Ferrari V8 E
34 Drapeau : Italie Luigi Musso Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari Lancia D50 'Argentina' Ferrari V8 E
36 Drapeau : Royaume-Uni Peter Collins Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
38 Drapeau : Belgique Olivier Gendebien Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari V8 E

Qualifications[modifier | modifier le code]

Les qualifications sont basées sur les temps de la dernière journée d'essais, le samedi, veille de la course. En raison de la chaleur ambiante, les pilotes attendent la fin d'après-midi pour réaliser leurs chronos. Juan Manuel Fangio est l'un des premiers à prendre la piste, au volant de la Ferrari Lancia à sorties d'échappement latérales. Il ne peut cependant accomplir que quelques tours avant de regagner son stand, bielle coulée. Il va alors emprunter la voiture de son coéquipier Luigi Musso, avant de récupérer la sienne en toute fin de séance, établissant le meilleur temps de la journée à plus de 137 km/h de moyenne. Le champion du monde a nettement dominé ses coéquipiers, Eugenio Castellotti (sur la version standard de la D50) et Musso étant relégués à plus de deux secondes. Chez Maserati, c'est Jean Behra qui s'est montré le plus rapide, son quatrième temps lui valant une place en première ligne au côté des trois Ferrari Lancia. Battu d'un dixième de seconde par son coéquipier, José Froilán González partira en seconde ligne, tout comme les deux autres Maserati de pointe pilotées par Carlos Menditéguy et Stirling Moss.

Fangio
Le triple champion du monde Juan Manuel Fangio a une nouvelle fois démontré sa supériorité lors de la journée de qualification.
Résultats des qualifications
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 30 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Ferrari 1 min 42 s 5 -
2 32 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Ferrari 1 min 44 s 7 + 2 s 2
3 34 Drapeau : Italie Luigi Musso Ferrari 1 min 44 s 7 + 2 s 2
4 4 Drapeau : France Jean Behra Maserati 1 min 45 s 1 + 2 s 6
5 12 Drapeau : Argentine José Froilán González Maserati 1 min 45 s 2 + 2 s 7
6 6 Drapeau : Argentine Carlos Menditéguy Maserati 1 min 45 s 6 + 3 s 1
7 2 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Maserati 1 min 45 s 9 + 3 s 4
8 14 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Maserati 1 min 47 s 4 + 4 s 9
9 36 Drapeau : Royaume-Uni Peter Collins Ferrari 1 min 47 s 7 + 5 s 2
10 38 Drapeau : Belgique Olivier Gendebien Ferrari 1 min 50 s 4 + 7 s 9
11 10 Drapeau du Brésil Chico Landi Maserati 1 min 52 s 1 + 9 s 6
12 8 Drapeau : Italie Luigi Piotti Maserati 1 min 57 s 9 + 15 s 4
13 16 Drapeau : Uruguay Alberto Uria Maserati pas de temps -

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[8]
1re ligne Pos. 4 Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1
Drapeau : France
Behra
Maserati
1 min 45 s 1
Drapeau : Italie
Musso
Ferrari
1 min 44 s 7
Drapeau : Italie
Castellotti
Ferrari
1 min 44 s 7
Drapeau : Argentine
Fangio
Ferrari
1 min 42 s 5
2e ligne Pos. 7 Pos. 6 Pos. 5
Drapeau : Royaume-Uni
Moss
Maserati
1 min 45 s 9
Drapeau : Argentine
Menditeguy
Maserati
1 min 45 s 6
Drapeau : Argentine
González
Maserati
1 min 45 s 2
3e ligne Pos. 11 Pos. 10 Pos. 9 Pos. 8
Drapeau du Brésil
Landi
Maserati
1 min 52 s 1
Drapeau : Belgique
Gendebien
Ferrari
1 min 50 s 4
Drapeau : Royaume-Uni
Collins
Ferrari
1 min 47 s 7
Drapeau : Royaume-Uni
Hawthorn
Maserati
1 min 47 s 4
4e ligne Pos. 13 Pos. 12
Drapeau : Uruguay
Uria
Maserati
pas de temps
Drapeau : Italie
Piotti
Maserati
1 min 57 s 9

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Le dimanche, malgré un temps couvert, la piste est sèche au moment du départ, à 16 h. Lors de la mise en place des monoplaces sur la grille de départ, la Maserati de Stirling Moss, poussée par les mécaniciens, a roulé sur le pied du pilote, mais le champion britannique, après avoir sautillé quelques instants, s'est installé au volant, refusant toute aide médicale ! Au baisser du drapeau, Luigi Musso (Ferrari) se montre le plus prompt et vire en tête au premier virage, suivi des Maserati de José Froilán González et Carlos Menditéguy. La Ferrari d'Eugenio Castellotti est dans leurs roues, alors que son coéquipier Juan Manuel Fangio, parti en pole position, semble être en difficulté et occupe la huitième place. Musso ne garde pas longtemps en tête, González et Menditéguy prenant bientôt l'avantage, repassant dans cet ordre à la fin du premier tour. Les deux Maserati précèdent alors les trois Ferrari de Musso, Castellotti et Fangio (qui a déjà regagné trois places) ; Moss et son coéquipier Jean Behra viennent ensuite, précédant la Maserati de l'équipe BRM, pilotée par Mike Hawthorn. Au passage suivant, Castellotti est troisième, ayant débordé Musso, tandis que Fangio, dont le moteur carbure mal, a perdu une place au profit de Moss. Au cours du quatrième tour, Menditéguy passe son coéquipier González et s’empare du commandement de la course. González se maintient quelques tours en seconde position, mais son moteur commence à avoir des problèmes de carburation, et le pilote argentin rétrograde bientôt au classement. Castellotti est désormais deuxième, suivi par Fangio qui s'est débarrassé de Moss et Musso. Au neuvième tour, Fangio déborde Castellotti, mais ses ennuis de carburation réapparaissent bientôt, obligeant le champion du monde à s'arrêter à son stand à la fin du onzième tour, laissant la seconde place à Moss. Il repart loin des premiers, avant de s'arrêter à nouveau à la fin du dix-septième tour, la pompe à essence ne fonctionnant toujours pas correctement. Le champion du monde effectue quelques boucles encore, avant d'abandonner sa voiture pour reprendre celle de son coéquipier Musso, alors en cinquième position derrière Menditéguy, Moss, Castellotti et Behra qui vient de le déborder. Le changement de pilote s'effectue très rapidement, et Fangio repart sur un rythme très élevé. Il dépasse bientôt Behra, mais peu après il effectue un tête-à-queue qui l'expédie sur le gazon. Fangio est poussé pour repartir, mais entre temps Behra a récupéré sa quatrième place. González vient alors d'abandonner sur bris de soupape, et c'est désormais Hawthorn qui roule en sixième position, mais avec déjà un tour de retard sur Menditéguy. Ce dernier compte alors une dizaine de secondes d'avance sur son coéquipier Moss, et les Maserati paraissent contrôler la course.

Malgré son retard de près de deux minutes sur les hommes de tête, Fangio n'a cependant pas abdiqué : désormais au volant d'une monoplace qui tourne rond, il se montre nettement plus rapide que ses adversaires. Au trente-quatrième tour, il améliore le record de la piste, à plus de 132 km/h de moyenne, et regagne rapidement du terrain sur Behra. Au quarantième passage, il est dans ses roues (il lui a repris 27 secondes en dix tours !), et le déborde aussitôt. Castellotti venant d'abandonner sur panne mécanique, Fangio est désormais troisième, à plus d'une minute des deux Maserati de tête. Au quarante-troisième tour, Menditéguy effectue un tête-à-queue ; suspension avant endommagée, il doit abandonner, cédant la première place à Moss, dont le moteur commence à fumer de façon inquiétante. Fangio accélère encore ; au cinquantième tour, son retard sur l'homme de tête est de 48 secondes et il reste alors 48 tours à couvrir. Au cinquante-deuxième tour, Fangio améliore encore le record de la piste, à près de 134 km/h de moyenne. L'écart se réduit, Moss a cependant suffisamment d'avance pour se permettre un passage éclair au stand afin de faire colmater une fuite d'huile au carter, à la fin du cinquante-septième tour. Il reprend la piste en tête, mais Fangio l'a maintenant en ligne de mire et revient rapidement dans ses roues. Moss résiste aux attaques de Fangio et conserve l'avantage quelque temps encore, mais au soixante-septième tour le champion du monde parvient à prendre l'avantage sous les acclamations de la foule. Il creuse rapidement l'écart, d'autant que le moteur de Moss commence à faiblir, le champion britannique se faisant rapidement remonter par son coéquipier Behra, qui le passe au soixante-treizième tour. Dès lors, la course est jouée. Malgré un tête-à-queue à vingt tours de la fin qui lui fait perdre une dizaine de secondes, Fangio termine avec une avance confortable sur Behra et remporte son Grand Prix national pour la troisième fois consécutive. Moss n'a pu aller au terme de l'épreuve, piston crevé, et c'est finalement Hawthorn qui termine à la troisième place, à deux tours du vainqueur. Seules trois autres voitures rallient l'arrivée, très loin des premiers. Peter Collins, qui pouvait briguer la quatrième place au volant de sa Ferrari Supersqualo, a dû renoncer en fin d'épreuve : bouchonné durant plusieurs tours par la Maserati de Luigi Piotti, très attardée, il n'a pu éviter la collision lorsque le pilote italien a soudain brutalement freiné pour le laisser passer, entraînant l'abandon des deux voitures[3] !

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, cinquième, dixième, vingtième, trentième, quarantième, cinquantième, soixantième, soixante-dixième et quatre-vingtième tours[9].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Maserati 250F
Derrière la Ferrari victorieuse, les Maserati 250F réalisent un tir groupé en prenant les deuxième, troisième et quatrième places.
Pos No Pilote Voiture Tours Temps/Abandon Grille Points
1 34 Drapeau : Italie Luigi Musso
Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio
Ferrari 98 3 h 00 min 03 s 7 3 4
5
2 4 Drapeau : France Jean Behra Maserati 98 3 h 00 min 28 s 1 (+ 24 s 4) 4 6
3 14 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Maserati 96 3 h 01 min 26 s 2 (+ 2 tours) 8 4
4 10 Drapeau du Brésil Chico Landi
Drapeau : Italie Gerino Gerini
Maserati 92 3 h 01 min 43 s 6 (+ 6 tours) 11 1,5
1,5
5 38 Drapeau : Belgique Olivier Gendebien Ferrari 91 3 h 02 min 32 s 5 (+ 7 tours) 10 2
6 16 Drapeau : Uruguay Alberto Uria
Drapeau : Uruguay Óscar González
Maserati 88 3 h 01 min 27 s 4 (+ 10 tours) 13
Abd. 2 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Maserati 81 Moteur 7
Abd. 36 Drapeau : Royaume-Uni Peter Collins Ferrari 58 Accident 9
Abd. 8 Drapeau : Italie Luigi Piotti Maserati 57 Accident 12
Abd. 6 Drapeau : Argentine Carlos Menditéguy Maserati 42 Transmission 6
Abd. 32 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Ferrari 40 Boîte de vitesses 2
Abd. 12 Drapeau : Argentine José Froilán González Maserati 24 Moteur 5
Abd. 30 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Ferrari 22 Pompe à essence 1

Légende:

  • Abd.= Abandon

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classement général à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque)
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors partagés. En Argentine, Musso et Fangio marquent chacun quatre points pour leur victoire, Landi et Gerini marquent chacun un point et demi pour leur quatrième place.
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Monaco
MON
Drapeau : États-Unis
500
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : France
FRA
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Allemagne
ALL
Drapeau : Italie
ITA
1 Drapeau : France Jean Behra Maserati 6 6
2 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Ferrari 5 5*
3 Drapeau : Italie Luigi Musso Ferrari 4 4
Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Maserati 4 4
5 Drapeau : Belgique Olivier Gendebien Ferrari 2 2
6 Drapeau du Brésil Chico Landi Maserati 1,5 1,5
Drapeau : Italie Gerino Gerini Maserati 1,5 1,5

À noter[modifier | modifier le code]

  • Voitures copilotées :
    • n° 34 : Luigi Musso (24 tours) et Juan Manuel Fangio (74 tours). Ils se partagent les 8 points de la 1re place.
    • n° 10 : Chico Landi (46 tours) et Gerino Gerini (46 tours). Ils se partagent les 3 points de la 4e place.
    • n° 16 : Alberto Uria (44 tours) et Oscar Gonzalez (44 tours).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue L'Automobile n°119 - mars 1956
  2. Christian Moity et Serge Bellu, « La galerie des championnes : la Ferrari-Lancia D50 », Revue L'Automobile, no 402,‎
  3. a et b Chris Nixon, Mon Ami Mate, Éditions Rétroviseur, , 378 p. (ISBN 2-84078-000-3)
  4. a et b L'année automobile 1956-1957 - éditeur : Edita S.A., Lausanne
  5. Gérard Crombac, 50 ans de formule 1 - Les années Clark, Editions E-T-A-I, , 271 p. (ISBN 2-7268-8464-4)
  6. Christian Huet, Gordini Un sorcier une équipe, Editions Christian Huet, , 485 p. (ISBN 2-9500432-0-8)
  7. (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct, , 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  8. a et b (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group, , 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  9. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière, , 882 p.