Fondation GoodPlanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis GoodPlanet)
Aller à : navigation, rechercher

Créée en 2005 par le photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand, la Fondation GoodPlanet est une Fondation reconnue d'utilité publique, ayant pour mission de « placer l’écologie au cœur des consciences et de susciter l’envie d’agir concrètement pour la terre et ses habitants »[réf. nécessaire].

Logo Fondation GoodPlanet.jpg

Activités[modifier | modifier le code]

La Fondation GoodPlanet soutient des projets de terrain dans les domaines de l’agriculture, des forêts, des déchets et de l’énergie. Elle aide notamment les populations vulnérables à accéder à une énergie durable et gratuite grâce aux réservoirs à biogaz[1], ainsi qu’à la construction d’écoles bioclimatiques[2].

Elle propose aux entreprises et au grand public de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en réalisant leur bilan carbone et en compensant leurs émissions de CO2[3] incompressibles.

La fondation développe de nombreux projets de sensibilisation (films, expositions, ouvrages, applications mobiles, site internet d'information environnementale...) qui ont pour vocation d'être diffusés gratuitement auprès du plus grand nombre à travers le monde. 

En 2003, elle initie le projet « 6 milliards d’Autres » (qui devint 7 milliards d'Autres fin 2011, quand la population mondiale a franchi le seuil des 7 milliards d'habitants) composé de 6 000 interviews filmées dans 84 pays. Présentée au Grand Palais en 2009[4], en 2009, l'installation a été accueillie dans de nombreux pays : Belgique, Brésil, Espagne, Italie, Russie, Corée, Chine, Colombie

Le 5 juin 2009, GoodPlanet, qui était une association loi 1901, est déclarée par décret Fondation reconnue d'utilité publique[5] et devient Fondation GoodPlanet.

En 2012, elle crée un programme pour sensibiliser le public à la beauté et à la fragilité des océans. Centré autour du film Planet Océan[6], ce projet se décline sur différents supports et propose une application Planet Ocean[7] pour une consommation responsable. 

Le film Human de Yann Arthus-Bertrand, projet de la Fondation GoodPlanet, sort en 2015. Composé de témoignages filmés dans 60 pays et de vues aériennes, le film est simultanément diffusé à l'ONU et à la Mostra de Venise[8].

À l'occasion de la COP21, la Fondation lance le programme La solution est dans l'assiette[9], qui promeut soixante solutions et cents initiatives concrètes, pour une alimentation respectueuse de l'environnement.

En 2015, la Ville de Paris attribue à la Fondation GoodPlanet la concession sur 30 ans du Domaine de Longchamp[10] situé au cœur du bois de Boulogne, dans un parc de ",5 hectares. Ouvert au publique le 13 mai 2017 cet espace est le premier lieu dédié à l'écologie et à l'humanisme à Paris.

La Fondation GoodPlanet au Domaine de Longchamp accueille expositions, conférences,projections de films, concerts, et ateliers pédagogiques.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Catalogue GoodPlanet - 1000 façons de consommer responsable, Éditions de La Martinière, 2008 (303 pages).
  • 6 milliards d'autres, Éditions de la Martinière, 2009 (316 pages).
  • 2 degrés de trop, Éditions de la Martinière, 2009 (190 pages).
  • La biodiversité, Éditions de la Martinière, 2010 (184 pages).
  • Des forêts et des hommes, Éditions de la Martinière, 2011 (188 pages).
  • Vivre ensemble : 7 milliards d'humains, Éditions de la Martinière, 2011 (184 pages).
  • Après Fukushima : Quelles énergies pour demain ? Un tour d'horizon en 85 dessins, Éditions de la Martinière, 2012 (199 pages).
  • 7 milliards d'autres, Éditions de la Martinière, 2012 (317 pages).
  • 20 ans après ... la terre ? Le bilan du développement durable, Éditions de la Martinière, 2012 (188 pages).
  • L'homme et la mer, Éditions de la Martinière, 2012 (304 pages).
  • Espace Terre : Notre planète vue par les satellites, Éditions de la Martinière, 2013 (250 pages).
  • Gaz de schiste - le vrai du faux, Éditions Delachaux et Niestlé, 2014 (154 pages).
  • Human le livre, Éditions de la Martinière, 2015 (224 pages).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Solutions de cuisson économes en bois au Sahel », sur Magazine et portail francophone des bioénergies (consulté le 18 janvier 2016)
  2. « Succès pour les écoles bioclimatiques - Écologie & Tradition Construction », sur www.ecologietraditions.com (consulté le 18 janvier 2016)
  3. « GoodPlanet travaille avec Pro-Natura », Environnement et stratégie no 93, 25 octobre 2006.
  4. « 6 milliards d'autres : la nouvelle exposition de Yann Arthus-Bertrand », sur Futura-Sciences (consulté le 18 janvier 2016)
  5. Liste des fondations reconnues d'utilité publique, ministère de l'Intérieur de la République française, consulté le 29 janvier 2016.
  6. « Planète Océan: le nouveau documentaire de Yann Arthus-Bertrand », sur Le Point, https://plus.google.com/+LePointfr (consulté le 18 janvier 2016)
  7. « Une application pour choisir son poisson sur des critères environnementaux », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  8. « Yann Arthus-Bertrand fait parler le monde avec Human | Mostra de Venise », sur La Presse (consulté le 18 janvier 2016)
  9. « Comment manger bien et sain », sur www.lexpress.fr (consulté le 18 janvier 2016)
  10. « Yann Arthus-Bertrand s'installe à Longchamp pour l'écologie - leJDD.fr », sur LeJDD.fr (consulté le 18 janvier 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]