Godzilla Resurgence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Godzilla Resurgence
Titre original シン・ゴジラ
Shin Gojira
Réalisation Hideaki Anno
Shinji Higuchi
Scénario Hideaki Anno
Acteurs principaux
Sociétés de production Tōhō
Tohokushinsha Film Corporation
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre science-fiction
film d'action
Durée 120 minutes
Sortie 2016


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Godzilla Resurgence (シン・ゴジラ, Shin Gojira?, aussi connu sous le titre Shin Godzilla) est un film japonais de science-fiction réalisé par Hideaki Anno et Shinji Higuchi, sorti en 2016.

Il s'agit du vingt-neuvième volet (et d'un reboot) de la saga Godzilla débutée en 1954. Tout comme le film original, il fait de la créature le fruit d'une contamination nucléaire. C'est aussi une satire sur la façon dont le gouvernement japonais gère le pays en temps de crise écologique (renvoyant directement au séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku)[1],[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une créature géante se manifeste dans la baie de Tokyo, avant de faire surface et de terroriser la ville. Le cabinet ministériel se réunit d'urgence, mais le Premier Ministre est incapable de prendre une décision. Les radiations mesurées sur le passage de la bête démontrent qu'elle est le triste produit d'une contamination. Plus tard, elle évolue et revient sous une forme encore plus monstrueuse, réduisant Tokyo en poussière. Devant l'ampleur de la menace, les États-Unis décident d'utiliser l'arme nucléaire sur le Japon si ce dernier échoue à éradiquer la menace, réveillant le spectre des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki. Une équipe de chercheurs se regroupe alors en marge des décisions du Cabinet pour déterminer comment éliminer le monstre, surnommé "Godzilla". La France et l'Allemagne finiront par s'en mêler à leur tours...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Airbus A320 de StarFlyer avec une livrée du film Godzilla Resurgence.

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Après toute une série de films à grand spectacle de 1954 à 2005, la compagnie Tōhō décide de revenir aux sources de sa licence emblématique. Alors que le Godzilla original de Inoshiro Honda était une métaphore des bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki, Shin Godzilla renvoie directement à la catastrophe nucléaire de Fukushima de 2011. Le film ne laisse aucun doute sur le fait que la plus grande menace pour le Japon ne vient pas de l'extérieur mais de l'intérieur, avec sa bureaucratie gouvernementale incapable d'agir en temps de crise et de résister fermement à la pression étrangère. Shin Godzilla a été un succès commercial au Japon, alliant techniques traditionnelles et images de synthèse sous la direction d'Hideaki Anno et de Shinji Higuchi.

Lors des Japan Academy Prize de 2017 (l'équivalent japonais des Oscars américains ou des César du cinéma français), Shin Godzilla a remporté sept prix récompensant la réalisation, le montage, la photographie, la direction artistique, la lumière et le son[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]