Gilles Verdez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un journaliste image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un journaliste français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gilles Verdez
Image illustrative de l'article Gilles Verdez

Nom de naissance Gilles André Verdez
Naissance (51 ans)
Saint-Germain-en-Laye, Yvelines
Nationalité Français
Profession Journaliste
Spécialité Football
Autres activités Écrivain, chroniqueur
Distinctions honorifiques Prix du scoop du Festival d'Anjou 1991
Prix de littérature politique Edgar-Faure 2013
Médias
Pays France
Presse écrite France-Soir
L'Équipe
Le Parisien
Télévision Touche pas à mon poste !
i-Télé
Radio Europe 1

Gilles Verdez est un journaliste français né le à Saint-Germain-en-Laye. Chroniqueur à la télévision et à la radio, il est co-auteur de nombreux ouvrages sur le football.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé du Centre de formation des journalistes de Paris, il devient journaliste au Parisien. Il est sur l'une des tribunes qui s'écroulent et fait partie des blessés, le , lors de la catastrophe de Furiani[1]. En septembre 2009, alors rédacteur en chef du Parisien, il est licencié par le directeur général Jean Hornain, avec le directeur de la rédaction Dominique de Montvalon et l'autre rédacteur en chef Phulippe Duley, en raison d'une baisse des ventes de 4 %[2]. En novembre 2009, il devient directeur-adjoint de la rédaction de France-Soir puis directeur du service des sports d' à la fermeture, en . Chroniqueur de l'émission, On refait le match, sur RTL, d'I-Télé et de RFI, et auteur de cinq livres sur le football, il a été grand reporter à L'Équipe.

Il rejoint l'émission Touche pas à mon poste !, comme chroniqueur pour les saisons 2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016[3], ainsi que l'équipe de Cyril Hanouna dans l'émission Les Pieds dans le plat sur la radio Europe 1. Il apparaît régulièrement sur I-Télé et dans Touche pas à mon Sport en tant que spécialiste du football. Depuis sa venue dans l'émission de Cyril Hanouna, il est connu pour ses coups de gueules et son côté décalé.

L'« affaire » Verdez/JoeyStarr[modifier | modifier le code]

Le 19 avril 2016, alors que Touche pas à mon poste est diffusé en direct, l'animateur-producteur Cyril Hanouna envoie Gilles Verdez déguisé en livreur importuner le rappeur Joey Starr alors en coulisses avant son propre direct pour l'émission La Nouvelle Star. Celui-ci goûte peu la plaisanterie et encore moins les tentatives de l'humoriste de l'embrasser, et lui assène alors une gifle, toujours en direct dans TPMP, devant des millions de téléspectateurs[4]. Cyril Hanouna entre alors dans une colère incontrôlée, et multiplie les menaces à l'antenne envers le chanteur, refusant même de rendre l'antenne pour l'émission musicale tant que le rappeur n'aura pas produit d'excuses publiques[4]. Celui-ci refuse net, déclarant : « On n’est pas des pantins, tu vas chez les gens, tu t’annonces, ça s’appelle le respect »[5]. En guise de riposte, l'animateur-star annonce qu'il annule son émission du lendemain pour faire pression sur le chanteur (via la chaîne), et tente de monter l'affaire en scandale public, notamment sur les réseaux sociaux[5].

Ce comportement a provoqué de nombreuses moqueries et indignations sur internet[4], Le Petit Journal de Canal + a ironisé dès le lendemain sur la situation, tournant en ridicule Cyril Hanouna pour son comportement jugé tyrannique, irresponsable et puéril[6]. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel, face à l'ampleur prise par l'« affaire », publie le 9 mai une mise en garde contre D8, signalant qu'« il regrette que cette provocation ait été diffusée en direct et que l'animateur, instigateur réel de celle-ci, ait pu faire part de son envie de représailles, dans une émission qui est notamment suivie par un public jeune, tout en faisant mine de ne pas rendre l'antenne »[7], et ajoutant que « même en prenant en compte le ton prétendument humoristique adopté pour la séquence, le Conseil, qui a été conduit à intervenir pour la quatrième fois en moins d’une année concernant cette émission, exprime par une mise en garde sa vive préoccupation du fait de la récurrence de débordements »[7].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]