Louis Harel de la Noë

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Harel et La Noë.
Louis Harel de la Noë
Nom de naissance Louis Auguste Marie Harel de la Noë
Naissance
Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord)
Décès (à 79 ans)
Landerneau, Finistère
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Ingénieur, Inspecteur général des ponts et chaussées
Formation
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur le

Louis Harel de la Noë, né le à Saint-Brieuc dans les Côtes-du-Nord et mort le à Landerneau dans le Finistère, est un ingénieur, inspecteur général des ponts et chaussées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Harel de la Noë est le fils de Pierre Louis Harel de la Noë, notaire, et de son épouse Marguerite Jeanne Louise, née Leverre[1]. Après des études au lycée Saint-Louis à Paris, il entre à l'École polytechnique[1] en 1870, et ensuite à l'École nationale des ponts et chaussées où il a comme camarade de promotion un autre ingénieur célèbre, Fulgence Bienvenüe, le « père » du métro parisien.

En 1885, il épouse Louise Riou de Kerprigent[1].

De 1877 à 1901, il est successivement en poste à Rodez, à Quimper, au Mans, à Brest, de nouveau au Mans[2] : il s'occupe principalement de la construction de chemins de fer, de gares ou d’ouvrages d’art en relation. Il publie aussi des articles dans les Annales des ponts et chaussées, notamment Théories et applications nouvelles du ciment armé en 1899, et Déformations et conditions de la rupture dans les corps solides en 1900[1].

Ingénieur en chef des ponts et chaussées dans les Côtes-du-Nord de 1901 à 1918, il conçoit et dirige la construction de nombreux ouvrages d'art principalement liés au développement des chemins de fer à voie étroite dans le département. Il est nommé inspecteur général des ponts et chaussées en 1918[1].

Il est promu chevalier de la Légion d'honneur, le , puis officier de la Légion d'honneur, le .

Il est inhumé à Landerneau dans le caveau de famille de sa femme.

Galerie[modifier | modifier le code]

L'assocation Harel de la Noë, a été créée en 1995, pour faire connaitre et favoriser la sauvegarde et la mise en valeur des ouvrages d’art construits par Louis Auguste Harel de la Noë[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Ouvrir la « Page d’accueil », sur le site de la bibliothèque de l’École polytechnique, Palaiseau (consulté le 13 juillet 2016), sélectionner l’onglet « Catalogues » puis cliquer sur « Famille polytechnicienne », effectuer la recherche sur « Harel », résultat obtenu : « Harel de la Noë, Louis Auguste Marie (X 1870 ; 1852-1931) ».
  2. Ministère de la Culture - Base Léonore, « État des services de M. Harel de La Noë, Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, au Mans », sur culture.gouv.fr, (consulté le 14 janvier 2016).
  3. « L'Association Harel de la Noë - Qui sommes-nous ? » [PDF], sur hareldelanoe.org (consulté le 14 janvier 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres et brochures

  • Association pour la mémoire et la notoriété de Louis Harel de la Noë, sous la direction de François Lépine, Louis Harel de la Noë (1852-1931). Un grand ingénieur breton, Presses de l'école des ponts et chaussées, Paris, 2003 (ISBN 978-2-85978-381-5)
  • Alain Cornu, Le Petit train des Côtes-du-Nord, publié par Cénomane, 1987 (ISBN 2-905596-22-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Louis Jourdan & Jean-Loïc Heurtier, Brochure « 20 promenades autour des ponts du Petit-Train » publié par l'ACFCdN - 1999 (ISBN 2-9511761-1-2)
  • Jean-Loïc Heurtier, Petits trains des Côtes-du-Nord : que reste-t-il ?, publié par l'ACFCdN, 2003 (ISBN 2-9511761-2-0)
  • Laurent Goulhen, L'album du Petit train des Côtes-du-Nord, publié par l'ACFCdN, 2005 (ISBN 2-9511761-3-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Michel Harouy, « Un grand constructeur et ami des chemins de fer secondaires : M. Harel de la Noë », Chemin de fer régionaux et urbain, revue de la FACS-UNECTO, no 147-III,‎ .
  • Association AMENO : 25 publications + 2 DVD

DVD

  • Harel de la Noë, le père des ouvrages d'art du chemin de fer des Côtes-du-Nord, RS Productions 2007

Revues

  • ArMen no 155, décembre 2006, Yvon Rochard : "Harel de la Noë, l'art des ouvrages", p. 34-41.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :