Gabriel (missile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabriel
Image illustrative de l'article Gabriel (missile)
Un Gabriel exposé au musée de la Marine israélienne d'Haïfa, en Israël.
Présentation
Fonction Missile antinavire rasant (sea skimmer)
Constructeur Drapeau d’Israël Israel Aircraft Industries
Déploiement Mk I : 1973
Mk II : 1976
Mk III : 1980
Mk IV : 1995
Mk V : 2007
Caractéristiques
Moteur Mk I, II et III : moteur-fusée à carburant solide
Mk IV : turboréacteur
Masse au lancement Mk I : 431 kg
Mk II : 552 kg
Mk III : 558 kg
Mk IV : 960 kg
Longueur Mk I : 3,35 m
Mk II : 3,36 m
Mk III : 3,75 m
Mk IV : 4,70 m
Diamètre Mk I, II et III : 0,33 m
Mk IV : 0,44 m
Envergure Mk I et II : 1,35 m
Mk III : 1,32 m
Mk IV : 1,60 m
Vitesse Mk I : Mach 0,65
Mk II et III : Mach 0,7
Portée Mk I : 20 km
Mk II : 36 km
Mk III : 40 km
Mk IV : 200 km
Altitude de croisière de 4 à 35 m (rasant)
Charge Mk I et II : 100 kg
Mk III : 150 kg
Mk IV : 240 kg
Guidage Mk I et II : Semi-actif
Mk III et IV : Tire et oublie
Plateforme de lancement Navire de guerre

Le IAI Gabriel est un missile mer-mer. Il fut le premier missile de type rasant (en anglais : « sea skimmer ») à avoir été mis en service opérationnel.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1958, Rafael lança sa première étude et le développement d'une famille de missiles à guidage TV. Ce missile, le Luz, devait être construit en trois versions : sol-sol, air-sol et mer-mer. Néanmoins le système de guidage TV et le joystick furent jugés incompatibles pour la version mer-mer. De plus, les autres solutions avancées furent rejetées pour des raisons de coût. Cette version fut mise en sommeil.

Le , 4 missiles Termit soviétiques furent tirés sur le contre-torpilleur Eilat, qui effectuait une tournée sur les rivages du nord du Sinaï. 47 soldats et officiers furent tués ou portés disparus, 100 furent blessés[1].

Échaudée par la perte du navire, la marine israélienne demanda à la compagnie Israel Aircraft Industries d'accélérer le développement d'un missile anti-navire, commencé en 1958 avec le programme Luz (ou Lutz). Le Luz aurait dû être construit dans une variante mer-mer, mais cette version avait été abandonnée. La perte de la frégate Eilat relança le programme et la version mer-mer du Lutz fut améliorée et devint le Gabriel[2].

Développement[modifier | modifier le code]

Devant l'inquiétude de Rafael de développer un nouveau système de guidage, le capitaine Shlomo Erell (responsable du nouveau projet) demanda à IAI de lancer ce programme en recrutant également Ori Even-Tov, un ancien ingénieur de Rafael. Ce dernier proposa de laisser tomber l'approche du levier de commande et de développer un système de guidage autonome, qui permettrait au missile de rechercher l'objectif, même par mauvais temps ou mauvaise visibilité[3]. Il a proposé d'utiliser un altimètre, pour que le missile vole juste quelques mètres au-dessus de la surface de la mer, en le rendant difficile à détecter et en lui permettant de toucher la cible juste au-dessus de la ligne de flottaison. Un radar de guidage, installé sur le navire lanceur, devait guider le missile, tandis que l'altimètre devait maintenir le missile dans un mode rasant (« sea skimming »). Cette fonction de diviser le système de guidage étant une grande innovation dans la technologie des missiles, le missile conservant les mêmes caractéristiques aérodynamiques que le Luz[3][pas clair].

Le succès de ce missile à l'exportation et pendant la guerre du Kippour, en 1973, entraîna le développement de la version Mk.III, qui servit de base au missile air-mer Gabriel AS III (air-mer).

Versions[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Mk.I : portée de 20 km ;
  • Gabriel Mk.II : portée de 36 km ;
  • Gabriel Mk.III : portée de plus de 40 km ;
  • Gabriel Mk.IV : portée de 200 km ;
  • Gabriel As.III : version air mer, portée suivant l'altitude de lancement entre 35 et 65 km.

La version Mk.II était produite sous licence par Taïwan (Hsiung Feng I) et l'Afrique du Sud[4]. Les versions Mk.III et AS III volaient si près des vagues qu'il fallait paramétrer la hauteur de celles-ci avant le lancement[5].

Engagement[modifier | modifier le code]

La version Mk.I fut utilisée pendant la guerre du Kippour en 1973, contre des navires de la marine syrienne lors de la bataille de Latakia et lors de la bataille de Damiette contre des navires égyptiens. Quand il est tiré, le missile Gabriel monte à 35 m d'altitude, puis descend à 17 m pour commencer son vol de croisière. Lors de la phase d'attaque le missile se situe entre 4 et 5 m au-dessus de l'eau.

Développement et nouvelles versions[modifier | modifier le code]

Deux nouvelles versions du Gabriel sont en cours de développement :

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « L'Eilat INS : Le naufrage du navire 45 ans plus tard », Armée de défense d'Israël,‎ (consulté le 26 janvier 2015)
  2. (en) W. Seth Carus, « Israeli Ballistic Missile Developments », sur fas.org, Commission to Assess the Ballistic Missile Threat to the United States,‎ (consulté le 26 janvier 2015)
  3. a et b (en) Abraham Rabinovich, « Story of the Gabriel Missile and how Israel did it », Philippine Defense Forum (consulté le 26 janvier 2015)
  4. « http://articles.janes.com/articles/Janes-Air-Launched-Weapons/Gabriel-Israel.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. (en) « Gabriel III », Global Security (consulté le 26 janvier 2015)
  6. a et b (en) Abraham Rabinovich, article du Jerusalem Post du
  7. (en) « Gabriel 5 Anti-Ship Missile System », Defense Update,‎ 2007 (consulté le 26 janvier 2015)
  8. (en) « New anti-ship missile for Israel », Military Heat,‎ (consulté le 26 janvier 2015)

Articles connexes[modifier | modifier le code]