Fred Deux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fred Deux
Fred Deux (1995).png

Fred Deux en 1995 (capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).

Naissance
Décès
(à 91 ans)
La ChâtreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Domiciles
Influencé par
Conjoint

Fred Deux, né le à Boulogne-Billancourt[1],[2], et mort le à La Châtre, est un dessinateur et écrivain (sous le nom de plume Jean Douassot)[3]. Il est occasionnellement sculpteur.[réf. souhaitée]

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1941-1943, Fred Deux est apprenti électricien au Conservatoire national des arts et métiers (en cours du soir) tandis qu'il travaille, dans la journée, à l'usine Farman de Suresnes comme électricien.

En 1943, durant la période de l'Occupation, il est contacté par un groupe de résistants FTP et rejoint les maquisards FTP du Doubs. À la Libération, incapable d'imaginer un retour en usine, il s'engage dans l'armée française au sein des goums marocains. Refusant de servir la politique coloniale d'après-guerre, il obtient d'être réformé en 1948.

À partir de 1948, à Marseille, il travaille à la librairie Clary, située rue Paradis, à proximité de la place Estrangin-Pastré. Il épouse une des sœurs Clary dont il aura deux filles nées en 1949 et 1950, mais il divorcera rapidement. Son activité à la librairie lui fait découvrir la littérature, les œuvres d'André Breton et le manifeste du surréalisme. Il s’ensuit alors une longue série de lectures : Louis Aragon, Henry Miller, Sade, Franz Kafka… Mais il y découvre aussi Paul Klee qui l’influencera. Fred Deux fonde le sous-groupe des surréalistes de Marseille. Il commence alors, avec de la peinture laque pour bicyclette, à réaliser ses premières taches sur papier. Les œuvres de la première période (de 1949 à 1958), surnommées parfois les « kleepathologies » sont caractérisées par la prédominance de taches qui envahissent la surface du papier, « taches » remarquées par Karl Flinker.

En 1951, installé à Paris, il rencontre Cécile Reims qui deviendra sa femme. Il fait la connaissance d'André Breton et fréquente les surréalistes, dont il s'écartera en 1954. En 1953, la librairie-galerie Le Fanal présente sa première exposition personnelle.

En 1957, alité, Fred Deux écrit La Gana qu'il soumet à Maurice Nadeau : le livre est publié en 1958 sous le pseudonyme de Jean Douassot. Ce roman est le premier de ses écrits largement autobiographiques. En 1962, il entame aussi, à l'aide d'un magnétophone, l'enregistrement du récit de sa vie. En 1963, il trace ses premiers dessins au crayon sur fonds aquarellés : Les Otages. Dès 1966, Fred Deux commence à prendre des notes sur la feuille qui protège son dessin en cours. Cette prise de texte devient désormais presque systématique et transcrit une parole parallèle à l'œuvre. Cette coexistence de l'écriture et du dessin, à partir de 1977, trouve sa forme la plus achevée dans les « livres uniques » comme La Malemort (1980), La Matrice ou La Règle.

Au début des années 1980, il réalise au crayon de grands « Autoportraits », des « Passions », qui le conduiront, à partir de 1982, à des dessins de grand format peuplés d'êtres fantasmagoriques, figures du double, figures des autres (Processions des existants, les Remz, l'Alter ego). En 1985, Fred Deux et Cécile Reims s'installent à La Châtre, en Berry. En 1987, il réalise La Vie m'agit, livre unique, recueil de 19 dessins rehaussés d'aquarelle.

Dans les années 1990, Fred Deux retourne à la couleur en réalisant de larges taches colorées (aquarelle, laque ou peinture) qu'il retravaille à l'encre de chine ou au crayon. Les formes prolifèrent de manière autonome, parfois viscérales. Là une main, un corps, un visage, un fœtus abandonné apparaissaient.

Certaines œuvres de Fred Deux ont été reprises et gravées sur cuivre par Cécile Reims.

En 1971, Fred Deux et Cécile Reims fondent le centre d'art contemporain de Lacoux (CACL), dans le département de l'Ain. Le CACL se trouve dans une ancienne mairie-école désaffectée du hameau de Lacoux, situé dans la commune d'Hauteville-Lompnes[4].

Il meurt à 91 ans, en 2015, à La Châtre[3].

Expositions (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Rétrospective de l'œuvre gravé, éditions Pierre Chave, SAGA 1988, Grand Palais, Paris
  • 1989-1990 : « Fred Deux, l'œuvre graphique », musée Cantini, Marseille. Musée municipal d'Issoudun et chapelle de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris
  • 1992 : Galerie Chave, Vence : "L’Odyssée du dessinateur"
  • 1993 : Galerie Lambert Rouland, Paris
  • 1995 : Rétrospective au musée de Bochum, Allemagne, puis aux musées de Châteauroux, Montpellier, Charleroi.
  • 1996 : Galerie Chave Vence : " XXV ans d'éditions et d'expositions ". Publication du catalogue raisonné de l’œuvre de Fred Deux gravé par Cécile Deux (1970-1996)
  • 1997 : Musée de Saint-Roche à Issoudun, à l'occasion de la publication du Catalogue raisonné de l'œuvre de Fred Deux gravé par Cécile Reims de 1970 à 1996. Exposition particulière à la Galerie Thessa Herold, Paris
  • 2001 : Galerie Alain Margaron[5], « J'imagine, je cherche », regroupant une cinquantaine d'œuvres récentes (1994 à 2001)
  • 2001 : Galerie Chave Vence : rétrospective (1958-2001) "La pratique de l'art"
  • 2002 : Musée de l'Hospice Saint-Roch, Issoudun. Galerie Alain Margaron (juin-juillet), « Dessins-peintures. Livres uniques et recueils d'aquarelles »
  • 2004 : Cabinet d'art graphique, Centre Pompidou, « Fred Deux. L'alter ego ». Galerie Alain Margaron, « Parcours 1949-2004 »
  • 2006 : Galerie Alain Margaron, « Fred Deux, François Lunven, dessins » puis « Spermes colorés, spermes noirs »
  • 2007 : Galerie Alain Margaron, « Œuvres récentes » ; édition du catalogue Fred Deux, Traits d'union, Collection Alain Margaron, éditions l'Atelier des Brisants. Galerie Alain Margaron, « Qui sommes-nous ? »
  • 2009-2010 : Rétrospective au musée de la Halle Saint-Pierre, Paris
  • 2013 : Galerie Alain Margaron, « Fred Deux, Dessins bruissants, pensées murmurées » ; édition du catalogue Fred Deux, Dessins bruissants, pensées murmurées, Alain Margaron éditeur, textes de Rainer Michael Mason, Fred Deux et Cécile Reims
  • 2014 : Galerie Alain Margaron, Paris, « Fred Deux, Ce lieu de ma naissance continue » ; œuvres de 1949 à 2013
  • 2014 : Panorama Museum[6], Bad Frankenhausen, Allemagne, « Fred Deux, Le livre de la vie » ; édition du catalogue, Le livre de la vie par le musée.
  • 2014 : Musée de l'Hospice Saint-Roch,« Fred Deux, Le dessin à corps perdu »
  • 2015 : Musée Jenisch, Vevey, Suisse " Fred Deux, le for intérieur "
  • 2015 : Galerie Chave, Vence : Quatre dessinateurs : Dado, Fred Deux, Georges Lauro, Louis Pons ,

Liste des œuvres (écrites et parlées)[modifier | modifier le code]

  • Gris, La Différence, 1978
  • Lettres à Mon Double, Nyctalope, 1983
  • Voies de Passage, André Dimanche, 1984
  • Sous la Mémoire, André Dimanche, 1988
  • Le Partage, La Différence, 1995
  • Terre mère, André Dimanche, 1999
  • À vif (24 CD audio), André Dimanche, 1999
  • Continuum, journal, André Dimanche, 1988
  • Entrée de Secours, Le temps qu'il fait, 2007
  • Une vie parlée[7], autobiographie sonore enregistrée entre 1963 et 1994

Sous le pseudonyme de Jean Douassot[modifier | modifier le code]

  • La Gana, Julliard, « Lettres nouvelles », 1958, rééd. Eric Losfeld, 1970, André Dimanche, 1999, Le Temps qu'il fait, 2011
  • Sens inverse, Julliard, « Lettres nouvelles », 1960
  • La Perruque, Julliard, « Lettres nouvelles », 1969, Le Temps qu'il fait, 2015
  • Nœud Coulant, Eric Losfeld, 1971

Recueils de textes et dessins[modifier | modifier le code]

  • Le Dessin bien tempéré[8], Editions Borderie, 1979
  • Memorandum[9], Pierre Chave, 1982
  • Autoportraits[9], Pierre Chave, 1983
  • Kaddish, Le Nyctalope, 1984
  • Miroir de papier[9], Pierre Chave, 1985
  • Ombres portées[9], Pierre Chave, 1989
  • La Traversée[9], Pierre Chave, 1989
  • Psautier[9], Pierre Chave, 1990
  • Entre les lignes, Fata Morgana, 1983
  • Marques particulières[9], Pierre Chave, 1992
  • La Vie antérieure[9], Pierre Chave, 1995
  • L'Être éphémère, galerie Alain Margaron, 2003
  • Liqueur sacrée, galerie Alain Margaron, 2005
  • Traits d'union, galerie Alain Margaron, 2007
  • Fred Deux au XXIe siècle, Alain Margaron éditeur, 2010
  • Fred Deux. Dessins bruissants, pensées murmurées, Alain Margaron éditeur, 2013

Film[modifier | modifier le code]

  • Voir ce que devient l'ombre (89 min, janvier 2010, FR), de Matthieu Chatellier, produit par Moviala Films, distribué par Nottetempo. Consacré à Fred Deux et Cécile Reims, ce documentaire[10] suit, pendant plusieurs mois, l'intimité de leur travail de peintre et de graveur. Le film s'inscrit dans le moment précis d’une vie : celui de la vieillesse, de la dépossession et des interrogations sur « l'après ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. « DEUX, Fred », sur ledelarge.fr (consulté le 12 septembre 2015).
  2. (en) « DEUX, Fred (born 1924), Draughtsman, writer », sur oxfordindex.oup.com (consulté le 12 septembre 2015).
  3. a et b « L'artiste Fred Deux est décédé », sur La Nouvelle République, .
  4. Centre d'art contemporain de Lacoux.
  5. Site de la galerie Alain Margaron.
  6. Site du Panorama Museum.
  7. 130 enregistrements sonores disponibles à l'écoute sur Gallica.
  8. 27 dessins de Fred Deux, 3 gravures de Cécile Reims.
  9. a, b, c, d, e, f, g et h Dessins de Fred Deux, gravés par Cécile Reims.
  10. Site consacré au film Voir ce que devient l'ombre.

Liens externes[modifier | modifier le code]