Olivier O. Olivier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivier O. Olivier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Paris
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
Merry La Vallée, Yonne
Sépulture
Nationalité
française et suisse
Activité

Olivier O. Olivier, nom d'artiste de Pierre Marie Olivier, est un peintre français, né le à Paris, mort le (à 79 ans)[1] à Merry-la-Vallée (Yonne).

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Il obtient une licence de philosophie à la Sorbonne en 1954, puis suit les cours de l'École des beaux-arts de Paris.

Peintre de l'absurde, de la dérision et de l'inquiétant, il est membre dès 1963 du groupe Panique avec Fernando Arrabal, qui lui suggère son nom d'artiste, Roland Topor, Abel Ogier (son cousin)[réf. nécessaire] et Alejandro Jodorowsky. Régent d'onirographie (écriture du rêve) du Collège de 'Pataphysique, il y participe également à l'Oupeinpo (Ouvroir de peinture potentielle). Nommé le , Transcendant Satrape du dit Collège.

Olivier O. Olivier est mort en , trois semaines avant ses 80 ans.

OOO par Arrabal[modifier | modifier le code]

« Olivier O. Olivier était le plus remarquable. Il a été ce que nous tous essayons d’être sans y parvenir : un saint laïc, un pataphysicien panique, un juste civil, un anar tranquille. […]

C’était un peintre surtout. Et, en outre, un sage, un philosophe, un Job, un voyageur, un poète. Et mille autres choses. Il a su tout faire avec une discrétion souriante.

Il avait trouvé l’art de rire, d’écouter, de caresser des chats quantiques, de parler de Spinoza avec tendresse et de Wittgenstein en connaissance de cause, de déverrouiller les hermétismes, de laisser passer le temps, de ne pas se soucier de ce qui ne le souciait pas, et de s’intéresser à ce qui l’intéressait. »

— Fernando Arrabal

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1983 : La cinquième saison, Louis Scutenaire, Olivier O. Olivier, éditions La Pierre d'Alun, Bruxelles
  • 1993 : Paris-Rome, coll. « L'art en écrit », éditions Jannink, Paris
  • 1998 : Arènes gelées, Fernando Arrabal, Olivier O. Olivier, éditions Dumerchez, Paris
  • 2004 : Le Retour de l'éléphant prodigue, éditions Au crayon qui tue, Paris,
  • 2005 : Olivier O. Olivier, Notre monde, ou presque, préface de Dominique Noguez, éditions

Les Cahiers dessinés, Paris

  • 2005 : Ombres et lumières, Daniel Valade, Patrick Daniel, Christian Delacampagne, Olivier

O. Olivier, éditions Ecole des beaux-arts de Nîmes, Médiathèque de Lorient

  • 2006 : Grand Prix de l'Humour Noir, Paris
  • 2009 : Morceaux choisis, éditions Au crayon qui tue, Paris
  • 2010 : La Compagnie des bêtes, avec Odile Massé, éditions La Pierre d'Alun, Bruxelles
  • 2010 : Train de nuit, 16 pastels pour la revue Trou, Revue d'Art, Moutier, Suisse
  • 2013 : Aventures sur le lac, éditions Au Crayon qui tue, Paris
  • 2019 : Peintures, textes de Philippe Garnier, Sarah Olivier, Olivier O. Olivier, éditions Les Cahiers Dessinés, Paris
  • 2021 : Alphabet, éditions Orbis Pictus Club, Paris

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1973 : Galerie Aurora, Genève
  • 1974 : Le Retour de l'Eléphant prodigueGalerie Weber, Paris.

Galerie Daniel Keel, Zurich

  • 1975 : Prieuré de Vausse, Bourgogne, France
  • 1976 : Palais des Beaux-Arts, Bruxelles
  • 1979 : Galerie Jean Briance, Paris
  • 1985 : FIAC 85, Grand Palais, one man show stand Galerie Jean Briance, Paris
  • 1987 : Galerie Jean Briance, Paris
  • 1989 : Musée Antoine Lécuyer, Saint-Quentin, France

Cirque Divers, Liège

  • 1990 : Galerie Berggruen, Paris

Galerie Artisan, Istanbul

  • 1991 : Galerie Humus, Lausanne

Galerie Psyché, Martigues

  • 1993 : Galerie Sonia Zannettacci, Genève
  • 1995 : Galerie Streitenfeld, Oberursel, Francfort
  • 1997 : Galerie Sonia Zannettacci, Genève

Le Manoir, Cologny, Suisse Arènes gelées, Médiathèque de Forbach, France

  • 1998 : Espace Accatone, Paris
  • 1999 : Centre d'Art Contemporain, Istres, France

Musée de l'Institut Central des Beaux-arts, Pékin, Chine

  • 2000 : Tesvikiye Sanat Galerisi, Istanbul

Galerie La Passerelle, Auxerre - Site en courbe', Galerie Sonia Zannettaci, Genève

  • 2003 : Zoo exquis, Chateau fort, salle des trésors, Sedan, France

Tesvikiye Sanat Galerisi, Istanbul

  • 2005 : Olivier O. Olivier, Notre monde ou presque, Galerie de France, Paris

Olivier O. Olivier, Ombres et lumières, Ecole Supérieure des Beaux-Arts, Nîmes - Médiathèque de Lorient

  • 2006 : La cape et les pics, Galerie Sonia Zannettacci, Genève

Olivier O. Olivier', Espace d'Une Certaine Gaité, Liège

  • 2007 : Construction en neige d'Arènes Gelées sur le golf de Crans-Montana, Suisse

Olivier O. Olivier, Arènes Gelées" Galerie Artinsport, Crans-Montana, Suisse

  • 2008 : Galerie La Passerelle, Auxerre
  • 2009 : Xin Dong Cheng Space for Contemporary Art (798 Art district) Pékin, Chine

Olivier O. Olivier, dessins 1988-2009, Galerie Ditesheim, Neuchâtel, Suisse

  • 2010 : Galerie Sonia Zannettacci, Genève
  • 2011 : Les visions légèrement déréglées d'Olivier O. Olivier, Modernisme Gallery,

San Francisco - Salon d'Art, Bruxelles - Tour et détours, Galerie les Yeux Fertiles, Paris

  • 2013 :Olivier O. Olivier, Chapelle Sainte Anne, Arles
  • 2015 :Olivier O. Olivier, collection de la Galerie Edifor, Jean Briance, Paris
  • 2016 : Galerie La Passerelle, Auxerre
  • 2017 : Olivier O. Olivier', Musée Villa Montebello, Trouville-sur-Mer
  • 2018 : Galerie Sonia Zannettacci, Genève
  • 2021 : Delta - Fred Deux, Olivier O. Olivier, Jean-Pierre Vielfaure, Galerie L'œil Héliotrope, Arles<

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Fenêtre sur- les voies de l'étrange, émission de télévision 30 minutes, 17 octobre 1977
  • Olivier O. Olivier, film de J.P. Rousseuw, Istres 1999
  • Entretien d'Olivier O. Olivier avec Patrick Roegiers, film de Jorge Amat, 2005

Utopia film, Accatone, Paris, 45 minutes (visualiser en ligne)

  • Arènes gelées, film de Lyes Salem, Crans-Montana, Suisse, 2005 (à l'occasion de la construction d'arènes dans la neige à Crans-Montana)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annonce de décès sur lefigaro.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]