François Bourgeon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgeon.
François Bourgeon
Description de cette image, également commentée ci-après
François Bourgeon en 2014
Naissance (73 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Nationalité Français
Profession

François Bourgeon, né le à Paris, est un scénariste et dessinateur de bande dessinée français. Il est l'auteur d'œuvres renommées comme Les Passagers du vent, Les Compagnons du crépuscule et Le Cycle de Cyann qui lui ont valu plusieurs prix et distinctions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de François Bourgeon, journaliste momentanément directeur de l'AFP, destinait son fils à des études de médecine[1]. Atteint de dyslexie, l'enfant a été soigné par Claude Chassagny[1]. Il a suivi l'école des métiers d'Art et en est sorti avec un diplôme de Maître verrier[2],[3].

Ses premières bandes dessinées sont publiées entre 1971 et 1973 chez Bayard Presse, dans l'hebdomadaire Lisette sur des textes d'Henriette Bichonnier, puis chez Fleurus presse en 1974-75, sur des scénarios de cette dernière dans l'hebdomadaire Djin (Une armée pour Gaélis le et La Légende de Freya le ) ainsi que dans l'hebdomadaire Fripounet sur des scénarios de François Génin (Les Yaourts Bleus)[4].

En 1972, il publie dans l'hebdomadaire Lisette L'Ennemi vient de la mer, dont le scénario a été écrit par Henriette Robitaillie sous le pseudonyme de Cécile Romancère (car Henriette Robitaillie continuait de collaborer avec une maison concurrente : la Bibliothèque de La Semaine de Suzette)[5]. L'histoire s'est étalée en quatorze planches et plusieurs épisodes dans la revue Lisette. Elle n'a pas fait l'objet d'un album séparé ainsi que l'indique la bibliographie d'Henriette Robitaillie-Cécile Romancère[5].

Il met en scène essentiellement des héroïnes : « J’ai commencé à travailler en 1971 pour la revue Lisette [pour les jeunes filles]. […] Donc il y avait beaucoup plus d’héroïnes que de héros. Quand le journal Lisette s’est arrêté, j’ai rapidement retrouvé du boulot pour Pif Gadget d’un côté et Fripounet et Djin de l’autre. Djin était aussi une revue pour fillettes. (...) Robert Génin et moi avons proposé l’histoire à épisodes de Brunelle et Colin. J’ai toujours trouvé cette compagnie féminine confortable. Elle avait l’avantage d’être plus sensuelle pour le dessinateur, plus complémentaire pour le scénariste et permettait aux deux une sensibilité plus riche et plus variée[6]. »

En 1978, il dessine Maître Guillaume et le Journal des bâtisseurs de cathédrales, un album scénarisé par Pierre Dhombre et édité chez Univers Média[4].

Il commence avec le scénariste Robert Génin sa première série, Brunelle et Colin, pré-publiée dans la revue Circus et dont le tome 1 paraît en janvier 1979. Son style commence à apparaître dans le personnage de Brunelle, qui est déjà l'ébauche de l’Isa des Passagers du vent. Il ne réalise que les deux premiers tomes de la série avant de passer le relais au dessinateur Didier Convard[4].

En 1979, il démarre Les Passagers du vent. La thématique choisie par l'auteur ne convainc pas immédiatement l'éditeur : « Lorsque Henri Filippini m’a demandé de proposer une série originale pour la revue Circus, j’ai évoqué le thème de ce qui devait devenir Les Passagers du vent. Glénat faisait la moue : « Rhôooo, encore une histoire de pirates ! C’est pour les mômes, les Barbe Rouge ». Filippini a tenu bon et Glénat a fini par céder[6]. » Prépubliée dans la revue Circus, le premier tome de la série paraît en janvier 1980. Au Festival d'Angoulême 1980, il reçoit le Prix du meilleur dessinateur. En 2009, la série atteint le million d'exemplaires vendus par titre en langue française et elle est traduite en 18 langues[1].

Dans le même temps, Bourgeon décide de revenir à l'univers médiéval déjà abordé dans Brunelle et Colin et conçoit une première mouture des Compagnons du crépuscule, sortie en 1984.

En 1993, il entame dans (À suivre) La sOurce et la sOnde, le premier tome de la série Le Cycle de Cyann, un récit futuriste réalisé en collaboration avec Claude Lacroix.

En 2002, le festival bd BOUM de Blois lui décerne, pour l'ensemble de son œuvre, le « Grand Boum-Caisse d'Epargne ».

En 2003, il souhaite « reprendre la saga des Passagers du vent »[7]. Il publie entre 2009 et 2010 deux tomes, La Petite Fille Bois-Caïman, dans laquelle l'héroïne s'appelle « Zabo » (diminutif d'Isabelle)[8].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Brunelle et Colin[modifier | modifier le code]

Sur un scénario de Robert Génin

  • 2 Yglinga, Glénat, (ISBN 2-7234-0168-5), 1980
    Scénario : Robert Génin - Dessin et couleurs : François Bourgeon


La couverture du deuxième tome est inspiré d'un tableau de Frank Frazetta[6].

Les Passagers du vent[modifier | modifier le code]

Les Passagers du vent est une saga maritime se déroulant au XVIIIe siècle, qui fit de François Bourgeon, le maître de la bande dessinée d'aventure dans les années 1980[9]. Cette saga de 7 tomes relate les aventures d'une jeune héroïne, appelée Isa, sur fond de traite négrière.

Les Passagers du vent présente une dimension historique qui a attiré l'œil des historiens. Pour Pap Ndiaye, l'intérêt dans cette aventure épique est de trouver « l'ensemble des points de vue sur le commerce négrier », des partisans de l'esclavagisme jusqu'aux abolitionnistes. Pour Olivier Pétré-Grenouilleau, spécialiste de l'histoire de l'esclavage, l'abolitionnisme d'Isa paraît peut-être un peu trop précoce pour une femme tout juste sortie d'un couvent et parce que « la première société abolitionniste en France date de 1788 »[10].


Les Compagnons du crépuscule[modifier | modifier le code]

Les Compagnons du Crépuscule est une saga médiévale se déroulant au XIVe siècle dans un lieu indéterminé mais que l'on peut imaginer comme étant la France de l'ouest.

En trois tomes, l'auteur dépeint les aventures d'un Chevalier, de Mariotte et de l'Anicet. Le trio sera aux prises avec des lutins (tome 1), de redoutables Dhuards (tome 2) puis la saga se termine sur un tome 3 plus conséquent que les deux premiers où le Chevalier règle ses comptes avec son passé tourmenté.

François Bourgeon offre une fresque extrêmement bien documentée d'un Moyen-Age paillard, violent, superstitieux, prompt aux légendes et aux malédictions sur fond de Guerre de Cent Ans.

L'auteur offre une iconographie d'une grande richesse dans les paysages, les bâtiments, les personnages. Il s'emploie aussi à retrouver la langue médiévale par un vocabulaire truculent et imagé. Le scénario imbrique deux ou trois actions dans le même temps et à deux époques différentes.

  • Hors-série Dans le sillage des sirènes : autour des compagnons du crépuscule de François Bourgeon, 12 bis, (ISBN 2-203-38021-7), 2010
    Scénario : François Bourgeon et Michel Thiébaut - Dessin et couleurs : François Bourgeon
  • Intégrale Les Compagnons du Crépuscule, 12 bis, (ISBN 978-2-356-48180-1), 2010
    Scénario, dessin et couleurs : François Bourgeon


Le Cycle de Cyann[modifier | modifier le code]

  • Intégrale Le Cycle de Cyann, Delcourt, (ISBN 978-2-7560-8538-8), 2016
    Scénario : François Bourgeon et Claude Lacroix - Dessin et couleurs : François Bourgeon


Autres[modifier | modifier le code]

  • Maître Guillaume et le Journal des bâtisseurs de cathédrales, scénario de Pierre Dhombre, Univers Média - Les Grandes Heures des Chrétiens, 1978
  • Illustrations d'ouvrages de la bibliothèque verte
    • Lavinia Derwent - Tempête sur l'île sauvage, traduit par Martine Millon, 1re édition, 1978
    • James Oliver Curwood - Les Cœurs les plus farouches, traduit par Léon Bocquet, Nouvelle édition, 1978
  • Illustration « La bombarde du moyen age », in Pif Gadget, n° P502, 9 octobre 1978, p. 2-3 (Pifoscope)
  • Illustrations de « La Vouivre » de Bernard Clavel, in Pif Gadget, numéro P645, 4 août 1981
  • Illustrations de Le Bois d'ébène. De l'histoire à l'histoire dessinée, catalogue de l'exposition du 26 octobre 1985 au 10 février 1986 au Musée d'art moderne André-Malraux
  • Illustrations de Contes d'un autre genre de Gaël Aymon, éd. Talents Hauts, 2011

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Olivier Delcroix, « François Bourgeon, interview intégrale : 1re partie », blog BD du Figaro, (consulté le 8 novembre 2012)
  2. « François Bourgeon, interview intégrale : 2e partie », blog BD du Figaro, (consulté le 8 novembre 2012)
  3. Sophie Granel, « Les couloirs de l'entretemps : Bourgeon se replonge dans le Cycle de Cyann », France Télévisions, (consulté le 8 novembre 2012)
  4. a, b et c « Fiche de François Bourgeon », sur bdzoom.com,
  5. a et b « Romancère Cécile, script writer », sur bibliothèque de La Semaine de Suzette (consulté le 28 avril 2014)
  6. a, b et c Thierry Lemaire, « François Bourgeon ("Les Passagers du vent" / "Le Cycle de Cyann)" : "Je n’ai jamais perdu de vue le côté ludique de mon métier" », actuabd.com, (consulté le 14 octobre 2017)
  7. Olivier Delcroix, « François Bourgeon : « Vingt-cinq ans après, j'ai adoré redessiner Isa » », Le Figaro littéraire, 18 septembre 2009.
  8. Romain Brethes, « Les Passagers débarquent », sur lepoint.fr,
  9. Olivier Delcroix, « Les Passagers du vent », Le Figaro, 10 février 2010.
  10. Marc Mitrani, « Deux historiens jugent l'œuvre de Bourgeon », sur lepoint.fr,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Lejalé, Bourgeon, Imagine & Co, 2010, 324 p. (ISBN 9782953501735)
  • François Bourgeon, L'envers du décor, Bibliothèque municipale de Brest, 2006. Catalogue d'exposition
  • Association Clovis, Bourgeon à la Hune, Glénat, 1986
  • François Bourgeon (int. Jean Léturgie), « Interview : François Bourgeon », dans Jean-Luc Fromental (dir.), L’Année de la bande dessinée 81/82, Paris : Temps Futurs, 1982, p. 209-212
  • François Corteggiani, François Bourgeon, Le passager du temps, Glénat, 1983
  • Olivier Delcroix, « BD: découvrez les secrets de fabrication des Passagers du vent de François Bourgeon », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]