Henriette Robitaillie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henriette Robitaillie
Alias
Cécile Romancère
Naissance
Rennes Drapeau de la France France
Décès (à 82 ans)
Paris
Activité principale
journaliste, femme de lettres
Auteur
Langue d’écriture française
Genres
littérature pour la jeunesse

Henriette Robitaillie (1909-1992), est une journaliste et femme de lettres de langue française qui a écrit de nombreux romans pour la jeunesse comme Le Château des Malices en 1945 (notamment pour les collections Lisette, "Monique", "Bibliothèque de Suzette" ou pour la collection Signe de piste).

Biographie[modifier | modifier le code]

Henriette Robitaillie est née le 20 décembre 1909 à Rennes. Fille d'un jeune officier d'artillerie qui passera dans la gendarmerie, atteinte de fièvres paludéennes, elle ne peut suivre une scolarité normale. Elle parvient néanmoins à devenir journaliste et chroniqueuse.

Elle écrivit également sous le nom de Cécile Romancère, Édith Orny et Clara.

Collaborant surtout à des journaux catholiques, elle est très présente dans la presse enfantine des années 1950 à 1970. Elle a régulièrement collaboré à Bernadette, Âmes vaillantes, La Semaine de Suzette ou Lisette.

De décembre 1950 à mai 1952, elle s'embarque pour un tour du monde qu'elle raconte d'abord dans Bernadette au moyen d'une chronique hebdomadaire, illustrée par Loys Pétillot et intitulée D'un bout du monde... à l'autre bout. Ce Voyage au bout de la mer est devenu un livre publié par les Nouvelles éditions latines en 1952. En 1956, un second tout du monde s'attache aux Nouvelles-Hébrides, à la Nouvelle-Calédonie et à l'Australie.

Elle était également scénariste de plusieurs bandes dessinées, comme Sylvain et Sylvette pour trois épisodes, Tiky, Martine et Zozo (1958), dessinée par Georges Pichard. Elle crée Bec-en-fer, dessiné par Jean-Louis Pesch dans Le Pèlerin en 1961, Priscille et Olivier pour la dessinatrice Janine Lay qu'elle lance... Elle participe aussi pour ses nouvelles aux fanzines et revues de science-fiction comme Satellite, Lunatique et Rivages.

Dans les années 1970, elle s'est reconvertie dans le magazine Les Veillées des chaumières jusqu'à son décès[1][réf. insuffisante].

Elle est morte le 18 janvier 1992 à Paris chez les Petites Sœurs des Pauvres.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans
Bandes Dessinées 

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif : Dictionnaire des Ecrivains pour la jeunesse Auteurs de langue française Editions Seghers, 1969 (p. 102)
  • Nic Diament : Dictionnaire des écrivains français pour la jeunesse (1914-1991) L'école des loisirs, 1993 (p. 580-581).
  • Patrick Gaumer, « Robitaillie, Henriette », dans Dictionnaire mondial de la BD, Paris, Larousse, (ISBN 9782035843319), p. 728.
  • Jacqueline et Bernard Le Nail : Dictionnaire des Auteurs de Jeunesse de Bretagne Keltia Graphic Éditions des montagnes Noires, 2001 (p. 226-229).
  • Raymond Perrin : Fictions et journaux pour la jeunesse au XXe siècle Edition 2014 L'Harmattan. (20 mentions)

Liens externes[modifier | modifier le code]