Les Passagers du vent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Passagers du vent
Série
Auteur François Bourgeon
Genre(s) aventure
Historique

Personnages principaux Isa
Hoel
Zabo

Pays Drapeau de la France France
Langue originale français
Éditeur Glénat
Casterman
12 bis
Première publication 1re série : 1979–1984
2e série : 2009–2010
3e série : 2018–
Nb. d’albums 8

Les Passagers du vent est une série de bande dessinée historique, dont le scénario, le dessin et les couleurs sont de François Bourgeon.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette fresque historique, qui a pour cadre la mer au XVIIIe siècle, raconte les aventures rocambolesques et tragiques d'Isa. La jeune héroïne, une noble dont on a volé l'identité, rencontre sur un navire de la Marine royale Hoel, un gabier à qui elle sauve la vie. Hoel se retrouve prisonnier dans un sinistre ponton anglais. Aidée par son amie anglaise Mary, Isa parvient à le libérer. Isa, Hoel et Mary embarquent à bord d'un navire négrier, la Marie-Caroline, et arrivent au comptoir de Juda au royaume de Dahomey. Face aux intrigues de pouvoir et aux sortilèges africains, Isa doit lutter pour guérir Hoel d'un empoisonnement. La Marie-Caroline repart pour Saint-Domingue avec à son bord le « bois d’ébène », c’est-à-dire les esclaves. Ces derniers se mutinent mais leur révolte est réprimée dans un bain de sang. L'arrivée à Saint-Domingue sera déterminante pour Hoel et Isa.

Une suite est publiée après une interruption de 25 ans. La jeune héroïne Zabo est l'arrière-petite-fille d'Isa (toutes deux se prénomment en fait « Isabeau »), plongée dans la guerre de Sécession, entre La Nouvelle-Orléans et les bayous du Mississippi. Les deux se rencontrent, ce qui permet à l'auteur de nous conter en flash-back la suite des aventures d'Isa.

Une troisième et dernière saison Le Sang des cerises est en cours, le premier album étant prévu pour la fin de l'année 2018. En attendant ce premier album, le récit est proposé sous la forme d'un journal de parution trimestrielle.

Analyse[modifier | modifier le code]

S'appuyant sur une documentation très riche, Bourgeon décrit avec minutie la vie en mer : « Pour construire Les Passagers du vent, je me suis tout d’abord servi des merveilleux ouvrages de Jean Boudriot sur Le Vaisseau de 74 canons. Ce sont les deux premiers volumes de sa longue suite d’ouvrages d’archéologie navale qui m’ont donné l’envie de peupler les merveilleux décors que ces connaissances maritimes nous offraient[1]. » De même, il réunit de nombreuses informations sur le commerce triangulaire au Musée des Salorges à Nantes, aux archives du Musée de l'Homme de Paris : « J’ai eu la chance de trouver un gros livre de Pierre Verger intitulé « Flux et reflux de la traite des nègres » (entre le Golfe de Bénin et Bahia de Todos os Santos). Ce livre était intéressant à lire et de plus très référencé. Il m’a permis ainsi de remonter aux sources, d’aller à la Bibliothèque Nationale, puis à l’ancien Ministère des Colonies de la rue Oudinot où j’ai trouvé bien plus que je ne cherchais (plans du fort de Juda, aquarelles de marins etc.) Voilà comment je me suis pris au jeu et pourquoi j’ai depuis cherché à toujours retrouver ce genre de spirales positives[1]. » Le fort et la plage de Ouidah, au Bénin, cadre d’un des épisodes du tome 3 des Passagers du vent, est un lieu nodal de la mémoire négrière où mémoires d'esclaves et négriers se mêlent, comme au Sénégal, l'ile de Gorée[2].

À la fin des années 1970 la représentation des femmes dans la bande dessinée est encore faible et leur place dans le récit souvent accessoire. Pour Stéphane Dubreil, « François Bourgeon fait de cette femme la porte-parole d’une cause morale (la lutte contre l’esclavage à un moment où on en parlait peu) et d’une réelle liberté dans la conduite de sa vie (...) C’est à la fois un personnage politique et une figure romanesque, un mélange entre un personnage d’Alexandre Dumas et d’Émile Zola (...) [Elle] mène l’histoire avec imagination et poigne, n’hésitant pas à se mettre en danger pour sauver son amour, ses amis, ou pour dénoncer les horreurs du commerce triangulaire. (...). Elle décide, tranche, et assume ses choix, qu’ils soient moraux, amoureux ou sexuels[3] ».

La planche qui clôt Les Passagers du vent, d'une très grande force, traduit bien l'énergie vitale qui porte Isa tout au long de son voyage. Isa fait preuve, comme bien des personnages féminins de l'œuvre de Bourgeon, d'une grande liberté et affronte un monde dominé par les hommes, souvent lâches et brutaux.

L'auteur assume la représentation de scènes assez osées qui n'empêche pas le succès de la série : « Par deux fois, Les Passagers du vent ont été menacés de censure. Ils avaient même été inscrits sur une liste d’ouvrages qu’un député voulait faire exclure des librairies pour n’être plus vendus qu’en sex-shop. Plus récemment, une association de parents d’élèves, téléguidée par un célèbre mouvement religieux de l’extrême-droite américaine avait réussi à faire sortir des CDI de l’éducation nationale un certain nombre d’ouvrages dont, une fois encore, « Les Passagers du vent » (le décret de l’inspecteur d’académie responsable a été annulé par Jack Lang, alors ministre de l’éducation, dès que nous lui en avons donné connaissance). Rappelons pour finir que les mêmes Passagers, traduits en plus de vingt langues, n’ont jamais pu trouver d’éditeur aux USA, parce que j’ai refusé d’en changer des vignettes qui choquaient la grande Amérique[1]. »

Héritage[modifier | modifier le code]

Le succès populaire des Passagers du vent a été tel que les éditions Glénat ont décidé de le faire fructifier au travers de la création de la collection et de la revue Vécu, dont le principe est de mêler aventure et histoire à la manière d’Alexandre Dumas.

Albums[modifier | modifier le code]


Publication[modifier | modifier le code]

Succès éditorial[modifier | modifier le code]

Selon François Bourgeon, les titres de la série en langue française se sont vendus à environ un million d'exemplaires par titre depuis la première édition en 1979 et il existerait «pas loin de 18 traductions»[4].

Périodiques[modifier | modifier le code]

  • Circus entre 1979 et 1984
  • (À suivre) : en 1997, Bourgeon réalise un épilogue de la série d'une planche à l'occasion du dernier numéro de la revue (no 239)

Éditeurs[modifier | modifier le code]

Après une première édition chez Glénat des tomes 1 à 5, les cinq tomes ont été réédités chez Casterman, puis à nouveau en 2009 chez l'éditeur 12 bis, avec un format agrandi et des couvertures inédites.

  • Glénat : tomes 1 à 5 (première édition des tomes 1 à 5)
  • Glénat (collection « Caractère ») : tomes 1 à 5
  • Casterman : tomes 1 à 5
  • 12 bis : tomes 1 à 7 (première édition des tomes 6 et 7)

Exposition[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Les Passagers du vent est adapté en jeu vidéo par Infogrames en 1986 sur de nombreuses plates-formes (Amstrad CPC, PC, Commodore 64, Atari ST, Thomson MO/TO, Amiga, MSX 2) sous le titre Les Passagers du vent[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14]. En 1987, une suite intitulée Les Passagers du vent 2 est éditée par Infogrames sur les mêmes machines[11],[15],[16],[17],[18],[19],[8],[13],[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Sébastien Chabannes, « François Bourgeon ("Les Passagers du vent" / "Le Cycle de Cyann)" : "Je n’ai jamais perdu de vue le côté ludique de mon métier" », actuabd.com, (consulté le 14 octobre 2017)
  2. Amzat Boukari-Yabara, La littérature de jeunesse. Images et supports d’un enseignement historique de la traite et de l’esclavage des noirs, Conserveries mémorielles, Revue transdisciplinaires de jeunes chercheurs
  3. Stéphane Dubreuil, « 10 portraits de femmes historiques », cdhlemag.com, (consulté le 28 juillet 2017)
  4. « François Bourgeon, interview intégrale : 3e partie »
  5. « Les Passagers du Vent, François Bourgeon au musée national de la Marine »
  6. Tilt - n°41 - avril 1987 - p.28.
  7. Amstrad Cent Pour Cent, n°1, Février 1988 p.146-147.
  8. a et b Amstrad Cent Pour Cent n°1 - février 1988 p.146-147
  9. Amstar, n°6, Février-mars 1987.
  10. Amstrad Magazine, n°18, Janvier 1987 p.36-37.
  11. a et b Amstar, n°22, Juin-juillet 1988 p.69.
  12. (de) Happy Computer - Reisende im Wind n°44, Juin 1987 p.76.
  13. a et b Generation 4 n°1 - p.99 (1987-quatrième trimestre)
  14. Jeux & Stratégie 044 - Page 083 (1987-04-05).
  15. Amstar, n°9, Mai-juin 1987.
  16. Amstrad Magazine, n°24, Juillet 1987.
  17. Tilt - n°43 - mai 1987 - p.34.
  18. (en) ACE - n°4 janvier 1988, p.64.
  19. (en) The Games Machine n°2 p.70.
  20. Science&Vie Micro 040 - Page 143 (1987-06).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]