Fortunate Son

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fortunate Son

Single de Creedence Clearwater Revival
Face A Down on the Corner
Face B Fortunate Son
Sortie septembre 1969
Enregistré 1969
Durée 2:21
Genre Hard rock, rock 'n' roll[1]
Format 45 tours
Auteur-compositeur John Fogerty
Producteur John Fogerty
Label Fantasy Records
Classement No3 (États-Unis)

Singles de Creedence Clearwater Revival

Pistes de Willy and the Poor Boys

Fortunate Son est une chanson du groupe de rock américain Creedence Clearwater Revival sortie en 1969 au sein de l'album Willy and the Poor Boys. Le titre avait auparavant été publié en septembre de la même année dans un single qui comprenait également la chanson Down on the Corner[2]. Le 20 décembre 1969, la chanson atteint la troisième place du classement Billboard Hot 100. En décembre de l'année suivante, la Recording Industry Association of America qui représente la société du disque récompense le titre d'un Disque d'Or. En 2006, le magazine Pitchfork classe Fortunate Son à la 17e place des « 200 plus grandes chansons des années 1960 »[n 1],[3]. Rolling Stone la place 99e des « 500 plus grandes chansons de tous les temps ». En 2014, la chanson est ajoutée au Registre national des enregistrements tenu par la Bibliothèque du Congrès pour son importance « culturelle, historique ou esthétique »[n 2].

Genèse[modifier | modifier le code]

La chanson s'inscrit dans le cadre de la contre-culture des années 1960 en tant qu'hymne pacifiste. Elle critique notamment le patriotisme exacerbé et les citoyens qui soutiennent l'intervention armée tout en refusant d'en faire les frais (physiquement ou financièrement)[4]. Sortie au cours de la guerre du Viêt Nam, Fortunate Son ne propose pas une attaque explicite de ce conflit en particulier. Cependant, les références évidentes aux élites américaines qui donnent naissance aux « fils fortunés » et surtout l'absence de prise de responsabilité de ces familles dans le coût humain de la guerre sont facilement mises en relation avec le contexte d'alors. L'inspiration directe des paroles est le mariage entre David Eisenhower (en), petit-fils du président Dwight David Eisenhower, et Julie Nixon, fille du président Richard Nixon, en 1968[5]. L'auteur des paroles et chanteur du groupe, John Fogerty a déclaré au magazine Rolling Stone : « Julie Nixon sortait avec David Eisenhower, et tu avais simplement l'impression qu'aucune de ces personnes n'allait être impliquée dans la guerre. En 1968, la majorité du pays pensait que le moral des troupes était bon, et quatre-vingts pour cent de la population se disaient en faveur de la guerre. Mais pour ceux d'entre nous qui y regardaient de plus près, nous savions que nous allions au-devant d'ennuis. »[n 3],[6]

Postérité[modifier | modifier le code]

Depuis sa sortie, la chanson a été jouée lors de nombreuses manifestations s'opposant à la guerre et aux élites, principalement aux États-Unis. Mais sa popularité est telle qu'elle est également utilisée lors d’occasions très diverses. De nombreux artistes et groupes ont proposé leur reprise de Fortunate Son parmi lesquels Bob Seger, Brandi Carlile, Pearl Jam, Kid Rock, U2, Sleater-Kinney, La Renga, Dropkick Murphys, Johnny Hallyday, Bruce Springsteen ou encore Santana.

Usage au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Le lien de la chanson avec la guerre du Viêt Nam est souligné par sa présence dans plusieurs scènes de films ayant trait à ce conflit. Ainsi, dans Forrest Gump de Robert Zemeckis, le titre est joué lorsque Forrest et Bubba sont à bord d'un hélicoptère après avoir été envoyés au Viêt Nam. C'est encore le cas dans Tonnerre sous les tropiques de Ben Stiller qui raconte le tournage fictif d'un film sur cette guerre. Un épisode d'American Dad! intitulé Rambo Junior utilise la chanson lors d'une reconstitution de la guerre du Viêt Nam.

D'autres films font figurer Fortunate Son sans faire référence de façon évidente au conflit : il s'agit par exemple de Die Hard 4 : Retour en enfer ou bien de Prefontaine sorti en 1997. La chanson est présente dans le générique de fin de Battleship.

À la télévision, plusieurs séries télévisées ont pu utiliser la chanson : elle figure dans l'épisode 108 de Sons of Anarchy[7], dans un épisode de la saison 3 de Chuck intitulé Chuck est en panne ainsi que dans un épisode de Las Vegas.

On peut également entendre la chanson dans les films Les Petits Mouchoirs (2010) de Guillaume Canet et War Dogs (2016) - sources : génériques.

Le morceau fait aussi partie de la bande originale du film Logan Lucky (2017), de Steven Soderbergh.

Usage publicitaire[modifier | modifier le code]

La marque Wrangler s'en est servi pour promouvoir ses jeans au début des années 2000, ce qui avait déplu à John Fogerty[8].

Usage dans les jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Plusieurs jeux s'inscrivant dans le cadre de la guerre incluent la chanson dans leur bande originale. Elle est présente dans l'introduction de Battlefield Vietnam sorti en 2004. En 2010, une bande-annonce pour Battlefield: Bad Company 2 Vietnam utilise le titre lors du salon de l'E3[9]. Call of Duty: Black Ops inclut Fortunate Son dans le jeu de façon anachronique : en effet la chanson est entendue lors de Bataille de Khe Sanh qui a lieu en 1968, soit un an avant la sortie réelle du titre. Homefront, sorti en 2011, et BioShock Infinite comprennent eux aussi la chanson. Trois jeux vidéo musicaux ont intégré la chanson à leur playlist : Rock Band propose une reprise dans un contenu téléchargeable en 2007, Rock Band 3 et Guitar Hero 6: Warriors of Rock offrent la version originale en 2010. GTA 5 a ajouté cette chanson a la radio du jeu ainsi que Watch Dogs 2 dans son application de musique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « The 200 Greatest Songs of the 1960s »
  2. « culturally, historically, or aesthetically significant. »
  3. « Julie Nixon was hanging around with David Eisenhower, and you just had the feeling that none of these people were going to be involved with the war. In 1968, the majority of the country thought morale was great among the troops, and eighty percent of them were in favor of the war. But to some of us who were watching closely, we just knew we were headed for trouble. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James E. Perone, Songs of the Vietnam Conflict, Greenwood Publishing Group, , 60– p. (ISBN 978-0-313-31528-2)
  2. (en) « Discographie de Creedence Clearwater Revival » (consulté le 16 août 2014)
  3. (en) « The 200 Greatest Songs of the 1960s », sur Pitchfork, (consulté le 16 août 2014)
  4. (en) « Creedence Clearwater Revival Biography », the rock and roll hall of fame and museum (consulté le 16 août 2014)
  5. (en) « Origine des paroles de Fortunate Son », sur Snopes.com (consulté le 16 août 2014)
  6. (en) « Fortunate Son songfacts », sur Songfacts.com (consulté le 16 août 2014)
  7. (en) « Le choix de Fortunate Son pour clôturer l'épisode », sur http://themagickitchen.blogspot.fr/ (consulté le 16 août 2014)
  8. (en) « Fogerty to Wrangler: Song in ad 'ain't me' », sur http://www.sfgate.com/, (consulté le 14 août 2014)
  9. (en) « Bande-annonce de Battlefield: Bad Company 2 Vietnam », sur www.gametrailers.com, (consulté le 16 août 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]