John Fogerty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Fogerty
Description de l'image John Fogerty.jpg.
Informations générales
Nom de naissance John Cameron Fogerty
Naissance (70 ans)
Activité principale auteur-compositeur-interprète, musicien
Genre musical Rock, rock 'n' roll, folk rock, swamp pop, rock sudiste, blues, country, country rock
Instruments guitare, harmonica
Années actives depuis 1957
Labels Verve Forecast, Fantasy, Asylum, Warner Bros., DreamWorks, Geffen

John Fogerty (né le 28 mai 1945) est un compositeur, guitariste et chanteur américain, connu principalement pour son travail avec le groupe Creedence Clearwater Revival[1] .

Biographie[modifier | modifier le code]

John Fogerty et son frère Tom grandissent à Berkeley, aux États-Unis, où John étudie le piano et reçoit sa première guitare à l'âge de 12 ans[2]. Il rencontre les autres membres fondateurs de Creedence Clearwater Revival, le bassiste Stu Cook et le percussioniste Doug Clifford, à la El Cerrito Junior High School où ils sont tous élèves[2]. Ils commencent tous les quatre à jouer ensemble, et peu après ils commencent à jouer pour les bals et danses à Berkeley, vers 1959[2]. En 1964 le quatuor signe un contrat avec Fantasy Records à San Francisco, et la compagnie donne au groupe le nom "The Golliwogs"[2]. Ils commencent à sortir des singles, notamment "Brown-Eyed Girl" en 1965[2]. En 1967 le groupe se donne un nouveau nom, Creedence Clearwater Revival, et c'est après ça qu'ils commencent à avoir plus de succès[2]. Alors que certaines compositions originelles de John Fogerty apparaissent sur les albums du groupe, les reprises qu'ils ont fait au début (comme "Suzie Q" de Dale Hawkins et "I Put a Spell on You" de Screamin' Jay Hawkins) étaient les chansons les plus populaires. Cependant, avec la sortie de l'album Bayou Country (qui contient beaucoup de compositions originales de Fogerty), le groupe devient l'un des groupes de rock les plus populaires aux États-Unis[2]. Il monte au Top 40 sur la radio et reste là pendant deux ans, et les musiciens jouent même au festival de Woodstock[2]. Avec la sortie de leur 5ème album Cosmo's Factory Creedence Clearwater Revival atteint le sommet de son popularité[2]. Juste après le début des années 1970, Tom Fogerty quitte le groupe, citant des problèmes avec les autres membres [2]. Alors que le groupe, maintenant un trio, continue à jouer ensemble pendant environ un an, il est dissout en 1972 et John Fogerty commence à travailler sur des projets solos [2]. Immédiatement après la dissolution du groupe, il sort un album intitulé The Blue Ridge Rangers, un album de musique bluegrass/country sur lequel Fogerty joue tous les instruments lui-même [2]. Deux chansons sur cette album, "Jambalaya (On the Bayou)" (un cover de Hank Williams) et "Hearts of Stone" font le Top 40 [2]. Après cet album, Fogerty reste silencieux pendant trois ans, jusqu'à son prochain enregistrement, un LP intitulé John Fogerty, qui ne se vend pas beaucoup [2]. Cela mène à l'annulation d'un autre projet d'enregistrement par Asylum Records [2]. Fogerty va donc habiter avec sa famille dans un ferme en Oregon et entre dans une période de silence artistique qui dure 10 ans[2]. Après ces 10 ans il fait sortir un album appelé Centerfield, qui contient des chansons assez simples[2]. Parmi ces chansons, certaines, comme "The Old Man Down the Road', "Rock and Roll Girls" et "Centerfield" deviennent des succès[2].

Dans les années suivantes après la dissolution de Creedence Clearwater Revival, John Fogerty refuse de jouer des chansons du groupe en public[2]. Cependant, en 1987 à Washington D.C. il se permet de jouer 8 chansons du groupe lors d'un concert pour les anciens combattants de la guerre du Vietnam[2]. Après ce concert il entre encore en silence, mais se montre en public chaque année pendant les cérémonies d'induction dans le Rock and Roll Hall of Fame [2]. En 1993, Creedence Clearwater Revival est nommé récipiendaire de cet honneur[2]. Fogerty a une opportunité de jouer avec les autres membres du groupe mais il refuse[2].

En 1997 Fogerty fait sortir l'album Blue Moon Swamp, sur lequel il a travaillé pendant environ quatre ans[2]. L'album remporte un prix Grammy, et le single "Southern Streamline" monte au numéro 67 sur le C&W chart. Après la sortie de cet album, Fogerty fait une tournée aux États-Unis, où il joue enfin des chansons de Creedence Clearwater Revival, dont "Proud Mary" et "Fortunate Son", aussi que des chansons originales[2]. Peu après, Fogerty fait sortir un album live intitulé Premonition[2].

Citations de John Fogerty tirées de ses interviews[modifier | modifier le code]

  • " Quand quelque chose va d'une certaine manière, je me dis "Non, c'est faux. Ça devrait être comme ça". Et si je pense comme ça envers une chanson que j'aime beaucoup, ça veut dire que je vais probablement faire cette chanson moi-même."[3]
  • "Si je voyage en voiture et une idée me frappe, il faut que je la note toute de suite, sinon je la perds. Ça nous arrive tout le temps - "Oh, c'était quoi encore, cette idée? C'était génial!" On ne se sent jamais de la même manière que l'on sent quand on vient d'être frappé par une idée."[4]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[5][modifier | modifier le code]

  • The Blue Ridge Rangers (1973)
  • John Fogerty (1975)
  • Centerfield (1985)
  • Eye of the Zombie (1986)
  • Blue Moon Swamp (1997)
  • Premonition (1998)
  • Deja Vu All Over Again (2004)
  • The Long Road Home - In Concert (2006)
  • Revival (2007)
  • The Blue Ridge Ranger Rides Again (2009)
  • Wrote a Song for Everyone (2013)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ed. Colin Larkin, « Fogerty, John », Encyclopedia of Popular Music, 4th ed.,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z (en) « John Fogerty Biography », sur Rolling Stone,‎ 2015 (consulté en http://www.rollingstone.com/music/artists/john-fogerty/biography)
  3. (en) « John Fogerty », Popular Music and Society, no Vol. 2(3),‎ , p. 255-256 (ISSN 0300-7766)
  4. (en) Jeffery Pepper Rodgers, « John Fogerty: The "AG" Interview », Acoustic Guitar, no 24,‎ , p. 38-44
  5. (en) « John Fogerty Discography », sur Discogs.com,‎ 2015 (consulté en http://www.discogs.com/artist/260458-john-fogerty)

liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :