Fieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fieux (homonymie).
Fieux
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Nérac
Canton L'Albret
Intercommunalité Albret Communauté
Maire
Mandat
Michel Cazeneuve
2014-2020
Code postal 47600
Code commune 47098
Démographie
Population
municipale
352 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 31″ nord, 0° 25′ 30″ est
Altitude Min. 58 m
Max. 189 m
Superficie 14,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Fieux

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Fieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fieux

Fieux est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fieux est situé à 3 kilomètres au nord-ouest de Francescas et entouré par les communes de Saumont et Lasserre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fieux
Nérac Calignac Saumont
Fieux
Lasserre Francescas Nomdieu

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune compte 164 voies dont 159 lieux-dits administratifs répertoriés[1].

Les plus importants sont : Larroudé, Gimbeau, Garlies, Moulia de Haut.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de Fieux[3]se compose de :

  • L’Auvignon, long de 55,682 km[4] ;
  • Le ruisseau de Lacluse, long de 2,191 km[5] ;
  • Le petit Peyrot, long de 2,342 km[6] ;
  • Le ruisseau de perron, long de 2,535 km[7] ;
  • Le ruisseau du pont d’Ouil ;
  • Le Tricoulet, long de 5,855 km[8] ;
  • Le ruisseau des Arrouquets, long de 2,461 km[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 177.

Parmi ces logements, 80,1 % étaient des résidences principales, 9 % des résidences secondaires et 10,9 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 86,7 %[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Issue du francique fehu (« bétail ») qui a donné fieu en vieux français et feu en occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1989 Jean Duffoir[11]    
mars 1989 juin 1995 Georges Caval[11]    
juin 1995 en cours Michel Cazeneuve   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 352 habitants, en augmentation de 2,92 % par rapport à 2009 (Lot-et-Garonne : 1,06 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625 657 629 648 602 576 708 728 733
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
762 690 652 607 630 584 542 520 503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
461 447 461 445 426 395 371 390 368
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
325 327 255 293 308 274 331 337 352
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 133 et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 20 701,30 €.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total d’emploi au lieu de travail était de 54. Entre 2008 et 2013, la variation de l'emploi total (taux annuel moyen ) a été de - 4,5%. En 2013, le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 76 % contre un taux de chômage de 7,1 % [10].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de cinquante-deux dont vingt dans l’agriculture-sylviculture-pêche, cinq dans l'industrie, dix dans la construction, quinze dans le commerce-transports-services divers et deux étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, trois entreprises ont été créées dont deux par des Auto-entrepreneurs[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre et Saint-Paul

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adolphe-Joseph de Mondenard, ancien député né à Fieux le , fit son droit et participa à la plupart des petits journaux de la rive gauche vers la fin de l'Empire. Après le 4 septembre 1870, il dirigea le Réveil de Lot et Garonne, fonda en 1878 la Constitution et en 1880 l'Indépendant de Lot et Garonne. Il fut conseiller général pour le canton de Francescas, il fut inscrit sur la liste républicaine du département de Lot-et-Garonne aux élections du 4 octobre 1885 et fut élu au scrutin de ballottage. Il ne s'est plus ensuite représenté. M. Adolphe-Joseph de Mondenard a publié des Études sur l'Ancien Régime, la féodalité en Agénois en 1789 et Manuscrit d'un curé de campagne (1879).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]