Felice Polanzani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Felice Polanzani
Felice Polanzani - Annonciation.jpg

Felice Polanzani, L'Annonciation, d'après Nicolas Poussin

Naissance
Décès
Après 1783
Rome
Nom de naissance
Francesco Polanzani
Nationalité
Italienne
Activité
Maître
Mécènes
Francesco Algarotti (période vénitienne)

Felice Polanzani (de son vrai nom Francesco Polanzani sous lequel il demeure uniformément désigné, on l'appela également Polanzi) est un graveur au burin italien, né à Noale (Vénétie) en 1700, mort à Rome après 1783.

Biographie[modifier | modifier le code]

Église des Saints Felice et Fortunato, Noale
Giovanni Battista Piranesi, L'Hospice San Michele a Ripa

Felice Polanzani naît en 1700 du mariage de Francesco et Orsola Polanzani, aussi Chiara Lo Giudice étonne-t-elle en datant son baptême du 12 août 1712 en l'église des Saints Felice et Fortunato (it) de Noale[1].

Travaillant dans un premier temps à Venise où il est proche du graveur Marco Alvise Pitteri (it) (celui-ci est son cadet de deux ans, Giannantonio Moschini indique cependant que Felice en est l'élève[2]) et du peintre Giuseppe Nogari, Felice Polanzani y est également graveur-cartographe avec notamment sa Descriptio urbis Jerusalem & suburganorum ejus en 1735, puis son illustration de l'édition italienne de L'histoire des Juifs (La storia de' Giudei) de Humphrey Prideaux en 1738[1]. Des portraits qu'il grave vers 1744 lui sont des commandes du Comte Francesco Algarotti[1].

On estime l'arrivée à Rome de Felice Polanzani aux environs de 1745, la date de 1742 parfois proposée étant à mettre en doute de par ses travaux cités à Venise, notamment sa collaboration avec le peintre vénitien Giovanni Battista Piazzetta au grand ouvrage La Gerusalemme liberata édité en 1745.

Felice Polanzani est à Rome maître d'art à l'Hospice San Michele a Ripa (it), vaste orphelinat doublé d'une école d'apprentissage et situé sur les bords du Tibre[3].

C'est peu après son arrivée à Rome que Felice Polanzani se rapproche de Giovanni Battista Piranesi[4], le portrait qu'il en grave en buste antique (l'illustre modèle est alors âgé de trente ans) demeurant son œuvre la plus connue[3]. Paul Kristeller citera Polanzani, avec Antonio Cappellan (en), Francesco Barbazza et Domenico Montagu, parmi les graveurs chez qui l'influence de Giovanni Battista Piranesi est la plus manifeste[5].

Outre les œuvres citées ci-dessous, il grave d'après Gérard de Lairesse, Girolamo da Carpi (Portrait de soldat[6]), Carlo Cignani (Tête de jeune fille[7]), Pier Francesco Mola, Giuseppe Bottani, Francesco Panini et Marco Benefial. C'est en 1768 qu'il publie La penna da scrivere, recueil d'une vingtaine de pages contenant des tableaux de l'alphabet dans des variantes calligraphiques ainsi que des échantillons de formules-types à usage administratif, protocolaire ou commercial[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Felice Polanzani, Portrait de Giuseppe Nogari
  • Portrait du peintre vénitien Giuseppe Nogari.
  • Description de la ville de Jérusalem, 1735.
  • Humphrey Prideaux, La storia de' Giudei, 1738.
  • Portrait de l'abbé Camillo Tacchetti, d'après Pierre Subleyras, 1745.
  • Torquato Tasso, La Jérusalem délivrée, ouvrage dédié à « l'Impératrice sainte émérite romaine Marie Thérèse d'Autriche », gravé par Felice Polanzani (dont le Portrait de Marie-Thérèse d'Autriche), Martin Schedl et Antonio Baratta d'après Giovanni Battista Piazzetta, édité par Giovanni Battista Albrizzi, 1745[9].
  • Vincenzo dal Re (en), Narrazione delle solenni reali feste fatte celebrare in Napoli da Sua Maesta el Re delle due Sicilie per la nascita del suo primogenito Filippe Real Principe delle due Sicilie, gravures de Giuseppe Vasi, Nicolas Jardin, Angelo Guiducci, Felice Polanzani, Louis-Joseph Le Lorrain, Naples, 1749[10].
  • Portrait en buste antique de Giovanni Battista Piranesi, gravure placée en frontispice des Antiquités romaines de Giovanni Battista Piranesi, 1750.
  • Pittore del salone imperiale del palazzo di Firenze (principales actions des princes de la Maison de Médicis dans les peintures du salon impérial de Florence), vingt-six estampes en très grand in-folio, Francesco Polanzani parmi les auteurs pour Michel-Ange présente à Laurent le Magnifique la tête sculptée d'un faune (d'après Ottavio Vannini) et Laurent le Magnifique d'après Giovanni da San Giovanni (ces deux tableaux conservés au palais Pitti), 1751[11].
  • Portrait du Bienheureux Joseph de Cupertino, entre 1753 (date de la béatification) et 1767 (date de la canonisation)[12].
Felice Polanzani, Portrait en buste antique de Giovanni Battista Piranesi

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Piranesi as designer, Cooper–Hewitt, Smithsonian Design Museum, New York, septembre 2007 - janvier 2008.
  • Piranèse - Vues de Rome, musée des beaux-arts de Dijon, septembre-novembre 2009[17].
  • Images sacrées de Noël dans le fonds iconographique de la bibliothèque, bibliothèque communale d'Imola, décembre 2013 - janvier 2014[18].
  • Mélancolie, génie et folie en Occident, Grand Palais, Paris, 2014.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « The look of horror is evident in Felice Polanzani's portrait of Piranesi. It shows a head gazing at the onlooker from atop a huge slab of stone, on which has been placed a bound collection of his etchings. This figure of Piranese from the bust above, dwarfed as it is by his name and occupation carved into the slab itself, dares the onlooker to enter the world of the etchings he has bequeathed to his story. The etchings, of course, speak not of history, but of their daemonization by the spirit as it makes its journey "through a maze of tangled paths". » - Vijay Mishra[19]

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Felice Polanzani, L'apparition de l'ange à Saint-Joseph d'après Jacques Stella
Felice Polanzani, L'Annonce aux bergers d'après Nicolas Poussin

France[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Autriche[modifier | modifier le code]

Danemark[modifier | modifier le code]

  • Musée Thorvaldsen, Copenhague, La naissance de la Vierge[25] ; L'Annonciation[26] ; La circoncision de Jésus[27] ; Le massacre des innocents sous Hérode[28] ; L'annonce aux bergers, d'après Nicolas Poussin, 1756.

Espagne[modifier | modifier le code]

Finlande[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

  • Francesco Algarotti (1712-1764), gravures de portraits, période vénitienne (vers 1744)[1].
  • Gilbert Paignon-Dijonval (1708-1792), Portrait d'Inigo Jones, Double portrait de Felice Ramelli et Camille Tacchetti, d'autres portraits de personnalités aujourd'hui difficilement identifiables (Vanden Enden, J. Snellinx...), gravures[42].

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Noale, ville natale de Felice Polanzani, a donné son nom à une rue et a émis le 4 octobre 2014 une oblitération postale reproduisant son Portrait de l'architecte Inigo Jones d'après Antoine van Dyck[43].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Chiara Lo Giudice, Felice Polanzani, incisore tra Venezia e Roma, Elzeviro Editrice, 2014.
  2. Giannantonio Moschini, Dell'incisore a Venezia : memoria, Éditions G. Antonelli, Venise, 1924.
  3. a et b Brown University Library, Le théâtre qu'était Rome - Biographie de Felice Polanzani
  4. Henri Focillon, Giovanni Battista Piranesi, 1720-1778, Laurens éditeur, 1918.
  5. Paul Kristeller, Kupferstich und Holzschnitt in vier Jahrhunderten, Bruno Cassirer, Berlin, 1922.
  6. Peter Humfrey et Mauro Lucco, Dosso Dossi - Court Painter in Renaissance Ferrara, Éditions Andrea Bayer/Metropolitan Museum, New York, 1998, pages 239-241.
  7. a et b National Gallery of Art, Washington, Tête de jeune fille dans les collections
  8. a et b Bibliodissey, La penna da scrivere, description de l'ouvrage
  9. a et b Royal Collection, La Jérusalem délivrée, présentation de l'ouvrage
  10. Gravure de Felice Polanzani extraite de l'ouvrage : Bal masqué du 4 novembre 1747 au Palais royal de Naples, d'après Vincenzo dal Re
  11. François-Léandre Regnault-Delalande, Catalogue raisonné d'objets d'arts du Cabinet de Feu Jacques-Augustin Silvestre, ci-devant Chevalier de l'ordre de Saint-Michel et maître à dessiner des enfants de France, chez l'auteur, Rue Saint-Jacques à Paris, 1810, voir n°1153 de l'inventaire, page 479.
  12. Fondation Terre d'Otrante, Saint Joseph de Cupertino
  13. Architettura di Andrea Palladio..., présentation de l'ouvrage
  14. Catalogue des livres de la bibliothèque de Feu Simon de Santander, secrétaire de Sa Majesté catholique, Lemaire, imprimeur-libraire à Bruxelles, 1792.
  15. Felice Polanzani, Place Saint-Pierre, 1765, présentation de l'estampe
  16. a et b British Museum, Portrait de Jacques Callot dans les collections
  17. a et b Musée des beaux-arts de Dijon, Piranèse - Vues de Rome, présentation de l'exposition
  18. Bibliothèque communale d'Imola, Images sacrées de Noël, présentation de l'exposition
  19. Vijay Mishra, The Gothic Sublime, State University of New York Press, 1994, page 58.
  20. École nationale supérieures des beaux arts, Felice Polanzani dans les collections
  21. Musée du Louvre, Felice Polanzani dans les collections
  22. Musée du Louvre, Baron Edmond de Rothschild, collectionneur et mécène
  23. Kunsthalle de Hambourg, Felice Polanzani dans les collections
  24. a et b Le portrait de l'abbé Tacchetti, les différents états de la gravure
  25. Musée Thorvaldsen, La naissance de la Vierge dans les collections
  26. Musée Thorvaldsen, L'Annonciation dans les collections
  27. Musée Thorvaldsen, La circoncision de Jésus dans les collections
  28. Musée Thorvaldsen, Le massacre des innocents dans les collections
  29. Bibliothèque nationale d'Espagne, Felice Polanzani dans les collections
  30. Kunsthistorisches Institut in Florenz, Felice Polanzani dans les collections
  31. British Museum, Entrée d'Alexandre le Grand dans Babylone dans les collections
  32. British Museum, Mater Amabilis dans les collections
  33. Harvard Art Museum, Felice Polanzani dans les collections
  34. Detroit Institute of Arts, Felice Polanzani dans les collections
  35. National Gallery of Art, Landover, Architettura di Andrea Palladio Vicentino di nuovo ristampata, contribution de Felice Polanzani
  36. Metropolitan Museum of Art, Felice Polanzani dans les collections
  37. Metropolitan Museum of Art, id.
  38. Morgan Library and Museum, id.
  39. La Salle University Art Museum, Felice Polanzani dans les collections
  40. M. Huber, Catalogue raisonné du cabinet d'estampes de Feu Monsieur Brandes, secrétaire intime de la Chancellerie royale de Hanovre, C.C.H. Rost, Leipzig, 1794.
  41. San Francisco De Young Museum, Felice Polanzani dans les collections
  42. M. Bénard, peintre et graveur, Cabinet de M. Paignon-Dijonval, état détaillé et raisonné des dessins et estampes dont il est composé, Imprimerie de Madame Hazard, Paris, 1810.
  43. Société philatélique italienne, oblitération n°934, ville de Noale, 4 octobre 2014

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]