Giovanni da San Giovanni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giovanni da San Giovanni
Piazza santa croce palace.JPG

de 13 peintures sur la façade du Palazzo dell'Antella, place Santa Croce (1619)

Naissance
Décès
Activité
Fresque du tabernacle en pietra serena rue Faenza

Giovanni Mannozzi dit Giovanni da San Giovanni (San Giovanni Valdarno, 1592Florence, 9 décembre 1636) est un peintre italien baroque de l'école florentine considéré comme un des virtuoses de la fresque avec Andrea del Sarto, Giorgio Vasari et Giambattista Tiepolo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Très jeune Giovanni da San Giovanni, de son vrai nom Manozzi[1], montre des prédispositions pour la peinture, malgré les vœux de sa famille qui l'aurait souhaité notaire et clerc.

Parti pour Florence en 1608, il y est élève de Matteo Rosselli jusqu'en 1612 où il est inscrit à l'Accademia dell'Arte del Disegno.

Il participa à quelques uns des principaux ensembles picturaux collectifs réalisés durant les premières décennies du siècle, et dès 1619, il dirige une trentaine d'artistes pour la réalisation des fresques de la façade du Palazzo dell'Antella place Santa Croce. Ce cycle de 13 peintures représentant Virtù e Divinità a été préparé sur cartons par Giulio Parigi, architecte, scénographe et graveur.

Peintre de la cour grand-ducale, il exécute de nombreuses fresques des cortile de villas toscanes comme la Villa il Pozzino (it) (1619). Sa façon d'accentuer l'expression des figures est en partie inspirée par Jacques Callot, mais les paysages qui les entourent se ressentent de la présence à Florence de Filippo Napoletano[1].

En 1621, il gagne Rome avec son ami Francesco Furini[1]. Il y obtient de nombreuses commandes dont la plus importante est la décoration anti-classique de la Basilique des Quatre-Saints-Couronnés (1623). Il se rapproche également de la peinture liée au Bamboche, avec des scènes de genre de la vie quotidienne[1].

De retour à Florence en 1628, il reprend son activité de peintre de fresques dans les villas Il Casale (it) et La Quiete (1632), et à la Villa Corsini a Mezzomonte d'Impruneta. Il reprend une narration plus paisible, comme dans les Scènes de la vie de sainte Catherine, dans la chapelle du palais de Giulio Rospigliosi à Pistoie (1633)[1]. Il réalise des dessins préparatoires pour des fresques qui seront exécutées par Volterrano représentant les Ancêtres des Médicis destinés à la cour intérieure de la Villa Medicea La Petraia.

Il décore les appartements du rez-de-chaussée du palais Pitti, aujourd'hui, musée de l'Argenterie entre 1635 et 1636. Après sa mort prématurée c'est son ami Francesco Furini qui participe à l'achèvement de la décoration de 1639 à 1642[1].

Il meurt à Florence, le 9 décembre 1636 et est enterré dans l'église San Pier Gattolino.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Participation à des œuvres collectives[1] 
  • Décorations de la coupole et peintures à fresque de cinq tympans du cloître avec des Scènes de la vie de saint François (1616-1619), Église des franciscains d'Ognissanti.
  • Maison musée de la via Ghibellina, pour Michelangelo Buonarroti le jeune.
Œuvres personnelles

Il fut actif dans les villas de la région, dans les hôtels particuliers de la ville et dans d'importantes chapelles privées.

  • La Vierge et l'Enfant, saint Roch, saint Joseph, saint Philippe Neri, saint Charles Borromée et saint Jean, fresque d'un grand tabernacle via Faenza, Florence
  • Tabernacle de Stinche, à l'angle de la via Ghibellina et de la via Isola delle Stinche.
  • Vierge à l'Enfant et saints, Cenacolo di Fuligno, via Faenza, Florence
  • Cycle de 13 peintures sur la façade du Palazzo dell'Antella, place Santa Croce (1619)
  • La Circoncision, église San Bonaventura du couvent clarisse de Cutigliano
  • La Crucifixion, église San Bartolomeo, Cutigliano
  • Décorations d'une chapelle par des fresques sur saint Charles Borromée de l'église Santa Maria dei Monti, Rome
  • Fresques de la chapelle de l'église San Felice in Piazza, Oltrarno (terminées par Volterrano)
  • La Conversion de saint Jean Gualbert, église et couvent San Torpé (it), Pise
  • Jésus servi par les anges, Couvent de Sargiano (it), quartier d'Arezzo
  • Chœur des anges musiciens, Santuario della Madonna delle Grazie, Loro Ciuffenna
  • Mariage mystique de sainte Catherine, chiesa dei Santi Giacomo Apostolo e Quirico, Rio nell'Elba
  • Vierge à l'Enfant et saints, Chiesa e Convento delle Sperandie, Sienne
  • Histoires de saint Roch et Vue de Pistoia, Oratorio di San Rocca, Pistoia
  • Décapitation de Jean-Baptiste (1620), près du musée de la basilique, San Giovanni val d'Arno
  • Décoration de la chapelle Calderini (1621), à Santa Croce
  • Fresques de la chapelle, Inghirami, Cathédrale Santa Maria Assunta de Volterra (1621)[1]
  • Fresques des quatre saints martyrs, Severo, Severiano, Carpoforo et Vittorino de Giovanni da San Giovanni (1623), abside de la Basilique des Quatre-Saints-Couronnés
  • Caprice mythologique, fresque du vestibule d'entrée de la Galerie des Offices
  • Décoration (restée incomplète) d'un salon qui porte son nom au rez-de-chaussée du palais Pitti.
  • Martyre de saint Blaise, église sant'Agnese, Montepulciano
  • Le Christ nourri par des anges (1629), fresque du réfectoire de la Badia Fiesolana, Fiesole
  • Salon des Allégories, de la Galerie Palatine, au palais Pitti, à Florence :
    • La Nuit de noces (1620-1622),
    • Le Christ servi par les anges (1623-1624)
    • Venus peignant Amour (1627),
    • Mariage mystique de sainte Catherine d'Alessandrie (1634),
    • La Peinture peint la Renommée (1634)
  • Fresques de la salle IV du Musée de l'Argenterie du palais Pitti (1634-1642)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Riccardo Spinelli, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires,‎ (ISBN 2-84459-006-3), Furini et Giovanni Da San Giovanni

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Baldinucci : Notizie de' Professori del Disegno, Da Cimabue in qua, Secolo V. dal 1610. al 1670. Decennale II
  • Anna Banti, Giovanni da San Giovanni, pittore della contradizione, 1977.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :