Humphrey Prideaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Humphrey Prideaux
Humphrey Prideaux.jpg
Humphrey Prideaux, gravure de John Simon.
Fonction
Doyen de Norwich
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Westminster School
Christ Church
Liskeard School and Community College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Humphrey Prideaux ( à Padstow, comté de Cornwall, Cornouailles - ) est un homme d'église, théologien et orientaliste anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième fils d'Edmond Prideaux, Humphrey est né le à Padstow, dans le comté de Cornwall en Cornouailles. Sa mère est l'une des filles du high sheriff John Moyle[1]. Après avoir suivi une formation à la Liskeard grammar school et à la Bodmin grammar school, il est accepté à la Westminster School sous la tutelle de Richard Busby (en), sur recommandation de son oncle William Morice (un Secretary of State for the Northern Department)[2]. Le , il est immatriculé à Christ Church à Oxford, duquel il a obtenu une bourse d'étude. Le , il reçoit son BA ; le , son MA ; le , son BD (Bachelor of Divinity) ; en , son DD (Doctor of Divinity)[1]. En , Prideaux mentionne dans l'une de ses lettres la visite du doyen William Levett accompagné de Lord Cornbury (beau-frère du roi Jacques II d'Angleterre), principal patron de Levett. Dans d'autres lettres, Prideaux mentionne des alliances avec Levett dans le cadre de manœuvres politiques de la part de l'Église[3]. L'évêque John Fell a recours à ses talents en 1672 pour une édition de Florus[1]. Il a aussi participé à une édition des chroniques de Jean Malalas effectuée par Edmund Chilmead (en)[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Prideaux a rédigé The True Nature of Imposture fully display'd in the Life of Mahomet (ou Life of Mahomet) en 1697. (deux éditions la même année ; souvent réimprimé). L'ouvrage comprend un pamphlet contre les déistes[4]. Il a notamment été critiqué par l'orientaliste George Sale, dans ses notes de traduction du Qur'an[5].
    • traduction en français en 1698 sous le titre La vie de Mahomet ou l'on découvre amplement la vérité de l'imposture[6]
The Old and New Testament connected, page-titre de la 5e édition publiée en 1718.
  • The Old and New Testament connected in the History of the Jews and Neighbouring Nations (1715-17)
    • The Old and New Testament connected, in the History of the Jews and Neighbouring Nations ... to the Time of Christ, 1716-18, fol., 2 vol.
    • aussi publié sous le titre The Connection, &c., 1716-1718, 6 vols.
    • The Old and New Testament connected..., 1845, 2 vol. (edité par Alexander McCaul (en))
    • traduit en français sous le titre Histoire des Juifs, &c., Amsterdam, 1722, 5 vols. Traduction de Moïse du Soul et Jean-Baptiste Brutel de la Rivière[7]
    • traduit en allemand , 2 vol., 1726
    • traduit en italien sous le titre La storia de' Giudei, illustré de cartes gravées par Felice Polanzani, 1738
    Ouvrage régulièrement réimprimé et traduit dans quelques langues. Prideaux s'est inspiré du travail de James Ussher[2]. C'est l'un des premiers ouvrages anglais à utiliser le terme Vulgar Era[8],[9], même si Kepler l'utilise déjà en 1635[10]. Il rapporte les évènements historiques entre les périodes de l'Ancien Testament et du Nouveau Testament, ce qui a mené à des controverses entre Prideaux et son cousin Walter Moyle. Jean Le Clerc a rédigé une analyse critique, publiée en anglais en 1722[11].
Les Jardins suspendus de Babylone, gravure publiée dans l'édition de 1726 en allemand de l'ouvrage The Old and New Testament connected.
  • Marmora Oxoniensia, &c., Oxford, 1676. Un catalogue et une chronologie des marbres d'Arundel et de collections liées ; Les nombreuses fautes typographiques sont dues au grammairien Thomas Bennet qui a agi comme correcteur de la publication[5]. On doit des éditions subséquentes à Michael Maittaire et Richard Chandler[12].
  • De Jure Pauperis et Peregrini, &c., Oxford, 1679. (une traduction en latin d'ouvrages rédigés en hébreu par Moïse Maïmonide, avec des notes)
  • A Compendious Introduction for Reading ... Histories, &c., Oxford, 1682
  • Directions to Churchwardens, &c., Norwich, 1701 ; 7e édition en 1730
  • The Original and Right of Tithes, &c., Norwich, 1710 ; réimpression en 1713 ; 1736
  • Ecclesiastical Tracts, &c., 1716[5]

Prideaux a publié des pamphlets[4] :

  • The Validity of the Orders of the Church of England (1688)
  • Letter to a Friend on the Present Convocation (1690)
  • The Case of Clandestine Marriages stated (1691).

Ses lettres (1674-1722) au député britannique John Ellis ont été publiées par la Camden Society (en) en 1875 sous la direction d'Edward Maunde Thompson (en)[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Humphrey Prideaux » (voir la liste des auteurs).
  1. a b et c Gordon 1896, p. 352.
  2. a b et c (en) Hugh de Quehen, « Prideaux, Humphrey », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne) Inscription nécessaire
  3. Letters of Humphrey Prideaux, Sometime Dean of Norwich, to John Ellis, Some Under-secretary of State, 1674-1722 ; envoyées à John Ellis, éditées par Edward Maunde Thompson (en), publiées par la Camden Society (en), Nichols and Sons, Londres, 1875.
  4. a et b (en) Wikisource-logo.svg « Prideaux, Humphrey », dans Encyclopædia Britannica, [détail des éditions]
  5. a b et c Gordon 1896, p. 353.
  6. (en) « La vie de Mahomet : où l'on découvre amplement la verité e l'imposture (1698) », Internet Archive,
  7. (en) James Bass Mullinger, « Solanus, Moses », dans Sidney Lee, Dictionary of National Biography, vol. 53, Londres, Smith, Elder & Co., (lire en ligne)
  8. (en) « History of the use of BCE/CE and AD/BC to identify dates »
  9. (en) « vulgar era - Definition from the Merriam-Webster Online Dictionary »
  10. (en) Johann Kepler et Adriaan Vlacq, Ephemerides of the Celestiall Motions, for the Yeers of the Vulgar Era 1633...,
  11. a et b Gordon 1896, p. 354.
  12. (en) W. W. Wroth et R. D. E. Eagles (réviseur), « Chandler, Richard », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press (lire en ligne) Inscription nécessaire

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]