Estonia (ferry)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Estonia.

Estonia
Image illustrative de l’article Estonia (ferry)
Maquette de l‘Estonia exposée au Musée de la marine de Tallinn
Autres noms Viking Sally (1980-1990)
Silja Star (1990-1991)
Wasa King (1991-1993)
Type Ferry
Histoire
Chantier naval Meyer Werft, Papenbourg, Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest (#590)
Commandé
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut Naufrage le
Équipage
Équipage 186
Caractéristiques techniques
Longueur 155,43 m (1980-1985)
157,02 m (1985-1994)
Maître-bau 24,21 m
Tirant d'eau 5,60 m
Déplacement 8 372 t
Port en lourd 3 006 tpl
Tonnage 15 598 UMS
Propulsion 4 moteurs MAN 8L40/45
Puissance 17 625 kW
Vitesse 21 nœuds
Caractéristiques commerciales
Pont 11
Capacité 2 000 passagers
460 véhicules
Carrière
Armateur Rederi Ab Sally (1980-1988)
Effoa (1988-1992)
Effdo 3 Oy (1992-1993)
ESCO (1993-1994)
Affréteur Viking Line (1980-1990)
Silja Line (1990-1991)
Wasa Line (1991-1993)
EstLine (1993-1994)
Pavillon Drapeau de la Finlande Finlande (1980-1993)
Drapeau de l'Estonie Estonie (1993-1994)
Port d'attache Mariehamn (1980-1991)
Vaasa (1991-1993)
Tallinn (1993-1994)
IMO 7921033
Localisation
Coordonnées 59° 23′ 00″ nord, 21° 42′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : mer Baltique

(Voir situation sur carte : mer Baltique)
Estonia
Estonia

L’Estonia est un ferry construit de 1979 à 1980 aux chantiers Meyer Werft de Papenburg en Allemagne de l'Ouest sous le nom de Viking Sally. Naviguant tout d'abord sous les couleurs de la compagnie finlandaise Viking Line, le navire est revendu en 1990 au groupe EffJohn avant d'intégrer, en 1993, la flotte de l'armateur estonien EstLine. L‘Estonia devient alors le premier navire à relier l'Estonie à la Suède depuis la chute de l'URSS, ce qui fait du car-ferry un symbole fort de l'indépendance de l'Estonie. Le 28 septembre 1994, cependant, l‘Estonia fait naufrage alors qu'il naviguait de nuit entre Tallinn et Stockholm avec 989 personnes à son bord. La catastrophe coûte la vie à 852 personnes et est encore aujourd'hui le sujet de nombreuses controverses sur les causes réelles du naufrage et le déroulement exact des faits.

À Tallinn, dans le parc entre les remparts de la vieille ville et le port un monument intitulé Ligne brisée porte les noms et célèbre la mémoire des 852 victimes du naufrage de l’Estonia.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines et construction[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1960, le nombre de passagers transportés sur les lignes maritimes entre la Finlande et la Suède connaît une hausse sans précédent. Dans les années 1970, deux consortiums rivaux composés chacun de plusieurs compagnies maritimes finlandaises et suédoises mettent successivement en service plusieurs car-ferries naviguant sous les couleurs de Viking Line et de Silja Line. La rivalité entre les deux compagnies et l'augmentation du trafic pousse leurs sociétés mères respectives à renforcer leurs moyens et à passer commande de car-ferries aux caractéristiques jusqu'ici inégalées. En 1978, Rederi Ab Sally, l'une des sociétés du consortium détenant Viking Line commande donc deux nouveaux navires pour la ligne Helsinki - Stockholm.

La rivalité entre les deux compagnies est également de rigueur sur la ligne Turku - Mariehamn - Stockholm. Malgré la mise en service des Diana II et Turella par Viking Line en 1979 et l'arrivée prochaine du Rosella, en construction, il est rapidement constaté que le renfort d'un navire supplémentaire est nécessaire. Rederi Ab Sally reprend alors le contrat de construction d'un car-ferry signé le 11 septembre 1979 aux chantiers Meyer Werft par une compagnie norvégienne détenue par Parley Augustsen et destiné à naviguer entre la Norvège et l'Allemagne[1].

À l'origine, le navire était conçu comme un sister-ship du Diana II, construit par les mêmes chantiers pour Rederi AB Slite, autre société du consortium Viking Line. Cependant, lors de la reprise du contrat par Sally, la longueur du navire est allongée de 18 mètres et les superstructures sont totalement réorganisées[1].

Le car-ferry, baptisé Viking Sally, est mis sur cale le 18 octobre 1979 et lancé le 26 avril 1980. Il est livré à son armateur le 29 juin suivant.

Service[modifier | modifier le code]

Viking Line (1980-1990)[modifier | modifier le code]

Le Viking Sally dans les années 1980.

Le Viking Sally est mis en service le 5 juillet 1980 entre Turku, Mariehamn et Stockholm, il est alors le plus grand car-ferry en service sur cette ligne à l'époque[1][2].

Durant l'été 1982 le navire est exploité sur la ligne Naantali - Mariehamn - Kapellskär[3].

Le 23 mai 1984, il s'échoue non loin de l'archipel d'Åland, ce qui endommage ses hélices. Le car-ferry est donc conduit à Helsinki pour y être réparé et reprend son service le 27 mai suivant.

Le 4 février 1985, le Viking Sally se retrouve piégé dans la glace non loin de Stockholm mais est rapidement dégagé avec l'aide du brise-glace Ymer. Le 4 avril, le navire rencontre des problèmes au niveau de ses hélices liés l'incident du 23 mai 1984. Il est donc réparé et remis en service le 7 avril. Enfin, des stabilisateurs sont ajoutés à la poupe lors de son arrêt technique[1][2].

Depuis le début des années 1980, Rederi Ab Sally rencontre des difficultés financières. Fin 1987, Effoa et Johnson Line, les propriétaires de Silja Line, principale rivale de Viking Line rachètent Sally[4]. SF Line et Rederi AB Slite forcent alors Sally à quitter l'actionnariat de Viking Line[1],[2],[4]. Viking Sally est alors affrété par Rederi AB Slite et continue à naviguer sous les couleurs de Viking Line pendant 3 ans[1],[2],[4].

Le 5 novembre 1988, le navire récupère un marin tombé à l'eau dans l'archipel de Stockholm, il est néanmoins endommagé durant les opérations de sauvetage et doit être remorqué jusqu'à Stockholm. Il est ensuite réparé aux chantiers Finnboda et retourne en navigation le 9 décembre.

Cette même année, Rederi Ab Sally est dissoute et le navire devient la propriété de la société Effoa.

En 1990, lorsque l'affrètement prend fin, le Viking Sally est transféré dans la flotte de Silja Line.

EffJohn (1990-1993)[modifier | modifier le code]

Le navire est repeint aux couleurs de Silja Line et renommé Silja Star. Il conserve néanmoins son affectation d'origine sur la ligne Turku - Mariehamn - Stockholm[1][2]. Le Silja Star remplace temporairement le Wellamo, déplacé sur la ligne Helsinki - Stockholm afin de palier le retard de livraison du Silja Serenade qui sera finalement achevé en novembre 1990[5]. Courant 1990, Effoa, Johnson Line et Rederi Ab Sally fusionnent pour ne former qu'une seule entité dénommée EffJohn.

Le printemps suivant, le Silja Star est transféré au sein de la flotte de Wasa Line, autre compagnie détenue par EffJohn. Le navire est renommé Wasa King et affecté aux lignes entre la ville finlandaise de Vaasa et les villes suédoises d'Umeå et Sundsvall[1][2].

En décembre 1992, EffJohn décide de transférer les activités de Wasa Line au sein de Silja Line. Le Wasa King est alors vendu à la société suédoise Nordström & Thulin le 5 janvier 1993.

EstLine (1993-1994)[modifier | modifier le code]

Le navire est renommé Estonia et repeint aux couleurs de la compagnie estonienne EstLine, il est ensuite livré le 12 janvier 1993. La gérance du car-ferry suit une organisation très complexe, bien que Nordström & Thulin ait acheté le navire, il est en réalité la propriété de la société Estline Marine Co. Ltd. basée à Chypre qui l'affrète à la société estonienne E.Liini A/S détenue conjointement par Nordström & Thulin et ESCO qui affrète à son tour le car-ferry à EstLine Ab. En conséquence, le navire est enregistré simultanément en Estonie et à Chypre[1][2]. Pendant les travaux de transformation, les intérieurs sont légèrement modifiés, les instruments de navigation de la passerelle sont modernisés et de nouveaux stabilisateurs sont ajoutés.

Mis en service le 1er février 1993 entre Tallinn et Stockholm, l‘Estonia devient le premier car-ferry sous pavillon estonien à relier l'est à l'ouest depuis la chute de l'URSS, en faisant, de ce fait, un véritable symbole de l'indépendance de l'Estonie[6].

Le naufrage[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 27 septembre 1994 à 19h00 (UTC+2), l‘Estonia, sous les ordres du commandant Arvo Andresson, quitte Tallinn pour Stockholm avec, à son bord, 989 personnes (803 passagers et 186 membres d'équipage)[7]. L'arrivée à Stockholm est prévue le lendemain à 9h30. La plupart des passagers présents à bord sont des suédois et des estoniens. Le garage du navire est complet pour cette traversée, et une légère gîte est observable à tribord due à une répartition irrégulière du fret[8].

Ce soir là, le temps est agité, avec un vent de force 7 à 8 sur l'échelle de Beaufort ainsi qu'une hauteur significative des vagues allant de 4 à 6 mètres, ce qui pour la mer Baltique est assez élevé[9]. Le commandant du Silja Europa décrit un temps mauvais mais habituel à cette période de l'année.

Le 28 septembre, vers 01h00, alors que l‘Estonia navigue à environ 14 nœuds au large de l'archipel finlandais, l'équipage remarque des bruits métalliques inhabituels lorsque le navire fend les vagues. Une inspection, limitée cependant au contrôle des voyants indiquant la fermeture des rampes, ne révèle rien d'anormal[8]. En réalité, les systèmes de fermeture de l'étrave mobile masquant la porte-rampe avant ont été endommagés sous l'effet des vagues. À 1h10, les bruits s'amplifient et sont maintenant audibles par quelques passagers[8]. À 1h15, malmenée par les vagues, l'étrave mobile se décroche, entraînant dans sa chute la porte-rampe avant. Une grande quantité d'eau s'infiltre alors dans les ponts garages, provoquant immédiatement une forte gîte allant de 30 à 40° sur tribord[8]. Déstabilisé, l‘Estonia part à la dérive sur bâbord puis ralentit jusqu'à ce que ses moteurs s'arrêtent définitivement[8].

Un radeau de sauvetage de l‘Estonia.

À 1h20, une annonce de faible portée criant « Häire, häire, laeval on häire » (« Une alarme, une alarme, un navire a une alarme ») est diffusée à bord, ceci est immédiatement suivi par une alarme interne dans les locaux de l'équipage, puis une minute plus tard par l'alarme générale. La forte gîte empêche cependant de nombreux passagers de sortir de leur cabine. Les déplacements à l'intérieur sont presque impossibles sous peine de tomber ou de se faire écraser par la chute d'objets lourds. Les cages d'escalier sont prises d'assaut, les plus faibles sont piétinés et certaines personnes sont pétrifiées devant la situation[8]. À 1h22, un mayday est envoyé par l'équipage, sans respecter les normes internationales, l'équipage tente, en effet, de contacter le Silja Europa puis n'envoie son mayday que lorsque la communication est établie. Le Mariella de Viking Line et le Finnjet répondent également à l'appel de détresse. Après avoir éprouvé des difficultés à indiquer la position du navire, l'équipage parvient à la communiquer au Silja Europa qui la transmet aussitôt aux navires les plus proches ainsi qu'aux organisations de sauvetage. À 1h30, le navire est complètement couché sur son flanc tribord, dans l'impossibilité de pouvoir déborder les embarcations de sauvetage, les passagers ayant réussi à atteindre le pont doivent sauter dans l'eau glaciale pour rejoindre quelques radeaux de sauvetage s'étant déployés, certaines personnes mourront de froid. À 1h45, l‘Estonia se retourne et coule par l'arrière. En raison de la profondeur relativement faible allant 74 à 85 mètres, la proue du navire dépasse encore de l'eau alors que la poupe touche le fond. Le car-ferry est définitivement submergé à 1h50, heure à laquelle il disparaît également des écrans radars.

Sauvetage[modifier | modifier le code]

Super Puma OH-HVG identique à celui ayant participé au sauvetage.

Le Mariella est le premier navire à arriver sur les lieux, à 2h12[10]. Le MRCC de Turku n'est pas parvenu à reconnaître le mayday à temps et le message relayé par le Mariella a été interprété comme un pan-pan, moins urgent. L'état d'urgence absolue ne sera déclarée qu'à 2h30. L'équipage du Mariella met rapidement à la mer des radeaux de sauvetage et parvient à transferrer à bord 13 personnes s'étant réfugiées dans les radeaux de l‘Estonia. La position des autres radeaux est immédiatement donnée aux hélicoptères de sauvetage suédois et finlandais, dont le premier arrive sur les lieux de la catastrophe à 3h05. Le premier hélicoptère amène ses rescapés directement à terre tandis que les suivants, un Super Puma OH-HVG et un Agusta Bell 412 OH-HVD, font le choix, risqué, d'atterrir sur les ferries. Les pilotes du Super Puma révèleront par la suite que l'atterrissage sur les ferries était la partie la plus périlleuse du sauvetage, néanmoins, cet hélicoptère tirera des eaux plus de 44 personnes. L‘Isabella de Viking Line récupérera 16 personnes à l'aide de ses toboggans de secours.

Bilan[modifier | modifier le code]

Nationalité des victimes[11] Morts
Drapeau de la Suède Suède 501
Drapeau de l'Estonie Estonie 285
Drapeau de la Lettonie Lettonie 17
Drapeau de la Russie Russie 11
Drapeau de la Finlande Finlande 10
Drapeau de la Norvège Norvège 6
Drapeau du Danemark Danemark 5
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 5
Drapeau de la Lituanie Lituanie 3
Drapeau du Maroc Maroc 2
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie 1
Drapeau du Canada Canada 1
Drapeau de la France France 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1
Drapeau du Nigeria Nigeria 1
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 1
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1
Total 852

Sur les 989 personnes présentes à bord, 138 sont sauvées vivantes, mais l'une d'entre elles décèdera plus tard à l'hôpital[10]. Les navires présents parviennent à récupérer 34 personnes et les hélicoptères 104. Le rôle des navires dans ce sauvetage restera limité en raison de la hauteur des vagues rendant impossible la mise à l'eau des embarcations de sauvetage. L'accident aura coûté la vie à 852 personnes, dont une grande partie de suédois et d'estoniens. La plupart des victimes sont mortes de noyade ou d'hypothermie à cause de la température de l'eau avoisinant les 11°C. Le chanteur estonien Urmas Alender est l'une des victimes les plus connue du naufrage. Ni le commandant Andresson, ni les autres officiers de pont n'ont survécu[12]. 94 corps ont été retrouvés, 93 les 33 jours suivant le naufrage et un dernier, retrouvé 18 mois plus tard[10]. À l'arrivée des secours, un tiers des passagers ayant fuit l‘Estonia ont été victime d'hypothermie et seule la moitié d'entre eux ont pu être secourus. La grande majorité des rescapés sont des hommes jeunes et dotés d'une grande force physique. Seuls sept survivants ont plus de 55 ans et le plus jeune d'entre eux est un norvégien de 12 ans. Environs 650 victimes sont restées prisonnières de l'épave et n'ont pas été remontées[13].

Le naufrage de l‘Estonia est une tragédie nationale aussi bien pour l'Estonie que pour la Suède. Dans chacun de ces deux pays, les drapeaux sont mis en berne et un deuil national est décrété. Plusieurs mémoriaux seront inaugurés, dont le monument Ligne Brisée à Tallinn, qui rend hommage aux 852 personnes décédées dans l'accident.

Suites du naufrage[modifier | modifier le code]

Enquête officielle et rapport[modifier | modifier le code]

Peu de temps après le naufrage, l'épave du navire est inspectée par des ROV et des plongeurs de la société norvégienne Rockwater A/S à qui a été confiée l'enquête[14]. Le rapport officiel indique que les verrous de la porte-rampe avant ont cédé sous la force des vagues, entraînant la chute de l'étrave mobile et l'ouverture de la rampe d'accès ce qui a provoqué une voie d'eau fatale. Aucun indicateur (voyant ou alarme) pouvant signaler l'ouverture de la porte-rampe ne s'est déclenché, de plus, la position de la passerelle de navigation n'a pas permis aux officiers de remarquer la disparition de l'étrave mobile[15]. Une caméra de surveillance donnant sur l'entrée du garage était présente mais ses images n'étaient pas relayée jusqu'à la passerelle. Les affirmations sur les défaillances de l'étrave mobile sont confirmées lorsque celle-ci est renflouée le 18 octobre 1994. La conception de l'étrave mobile a été négligée durant la construction du navire, celle-ci n'étant pas considérée comme un élément capital concernant la sécurité du car-ferry[16]. Les bruits métalliques décrits par les survivants ont été attribués à la rupture des systèmes de fermeture de la porte-rampe et à son claquement contre la coque lorsque les vagues frappaient le ferry. La conséquence de l'ouverture de la rampe a été l'inondation du pont garage, identifiée comme la principal cause du chavirement de l‘Estonia[16]. Les car-ferries sont particulièrement vulnérables aux chavirage, même si le pont-garage est peu inondé, par effet de carène liquide, les vastes garages peu cloisonnés facilitent la propagation de l'eau et peuvent provoquer des pertes de stabilité importantes.

L'étrave mobile de l‘Estonia, actuellement entreposée dans un hangar interdit d'accès.

Les faits et gestes de l'équipage sont également pointés du doigt par le rapport, en effet, la vitesse du navire n'a pas été réduite après la détection des bruits métalliques et personne n'a constaté la présence d'eau dans les garages[17]. De plus, aucune communication claire n'a été faite aux passagers, et une grande partie de l'équipage n'a pas apporté son aide durant le naufrage.

Par la suite, beaucoup de navires de conception similaire à celles de l‘Estonia ont dû s'adapter aux nouvelles normes de sécurité mises en vigueur après le naufrage, notamment en ce qui concerne le système de verrouillage des portes rampes ainsi que des indicateurs faisant part de l'état de ces systèmes[15].

Doutes sur l'enquête[modifier | modifier le code]

Après la publication du rapport officiel, de nombreux éléments suspects viennent remettre en question les conclusions de l'enquête, à commencer par la réaction des autorités suédoises qui vont mettre en œuvre diverses mesures visant à interdire l'exploration de l'épave, mais aussi de révélations troublantes ainsi que des disparitions inexpliquées de survivants.

Protection de l'épave[modifier | modifier le code]

À la suite de la catastrophe, de nombreuses familles exigent que les dépouilles de leurs proches soient extraites de l'épave afin de leur être rendues. Des demandes de renflouement du navire sont également faites, ceci pouvant permettre la récupération des corps ainsi qu'une enquête plus détaillée[18][19]. Si dans un premier temps, les gouvernements suédois et estoniens sont favorables aux demandes des familles, ceci ne durera pas. En effet, peu de temps plus tard, le gouvernement suédois refuse le renflouement de l'épave et la récupération des corps, invoquant des raisons morales et de potentiels traumatismes pour les plongeurs. Ce même gouvernement suggère alors de faire recouvrir l'épave d'une chape de béton afin d'en faire une sépulture[20],[21]. En prévision, des milliers de tonnes de pierres sont immergées à proximité du site. Ce projet, qui cacherait l'épave à jamais, ne sera cependant jamais réalisé. Peu après, un traité international, l'Estonia Agreement 1995, est signé par la Suède, l'Estonie, la Finlande, la Lettonie, la Pologne, le Danemark, la Russie et le Royaume-Uni. Ce traité interdit à tous ressortissant de ces pays de s'approcher de l'épave, faute de sanctions[22]. Ce traité n'est valable que pour les citoyens des pays signataires, par deux fois, la marine royale suédoise a découvert des plongées illégales. Les lieux sont surveillés en permanence par un radar de la marine finlandaise[23].

Controverses[modifier | modifier le code]

Rapidement, l'attitude des gouvernements et la signature de l'Estonia Agreement 1995 suscite des interrogations et beaucoup remettent en question le rapport officiel, en particulier les familles des victimes. Intriguée, la journaliste allemande Jutta Rabe décide de mener son enquête. En 2000, avec l'aide de l'aventurier américain Gregg Bemis, une plongée clandestine est organisée sur l'épave, sous les yeux impuissants des autorités suédoises qui ne peuvent intervenir, l'Allemagne et les États-Unis n'étant pas signataires du traité. Au cours de cette plongée, une large déchirure est observée dans la coque, sous la ligne de flottaison[24],[25]. Des morceaux sont prélevés pour analyse par Stephen Davis et le rapport indique qu'une explosion a eu lieu à ce niveau. Une contre-expertise suédoise est immédiatement réalisée en Allemagne et contredit cette thèse[26]. Néanmoins, la plupart des témoins interrogés par Jutta Rabe affirment avoir entendus, en plus des bruits métalliques, plusieurs déflagrations avant que le navire ne commence à prendre de la gîte. Bien que certaines déclarations soient concordantes, la thèse de l'explosion n'est pas totalement prouvée, aucune inspection approfondie de la coque n'étant autorisée[27].

D'autres éléments troublants sont par la suite révélés, notamment les déclarations d'un ancien douanier suédois affirmant que l‘Estonia transportait du matériel de guerre soviétique volé vers l'ouest[28]. Du matériel militaire a en effet transité à plusieurs reprises à bord du navire, notamment le jour du naufrage, où deux camions militaires ont embarqués, cependant, aucun élément officiel ne peut prouver qu'il s'agissait de contrebande[29],[30],[31].

Un autre détail, pour le moins suspect, est la disparition inexpliquées de plusieurs personnes ayant survécu au naufrage, dont le commandant Avo Piht qui voyageait à bord en civil et devait prendre la relève d'Andresson la traversée suivante. La raison officielle de cette disparition fera état d'une erreur lors du recensement des survivants et que Piht serait probablement décédé à bord. Cependant, plusieurs personnes maintiennent l'avoir vu vivant après le naufrage[32].

À ce jour, l'incertitude demeure sur les véritables causes du naufrage de l‘Estonia et seule une inspection approfondie de l'épave permettrait de connaître la vérité. Chose actuellement impossible compte tenu des gouvernements signataires impartiaux sur le sujet.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le naufrage de l‘Estonia a remis en question les normes de conception internationales des car-ferries et a entraîné des modifications importantes des normes de sécurité en mer[33], comme cela avait été le cas après le naufrage du Titanic en 1912.

À partir de 1999, des exercices de sécurité portant sur la gestion de situations d'urgence et l'évacuation des passagers sont imposés à tous les navires à passagers. Des modifications sont également apportées aux normes de surveillance à bord des navires[34]. Des mesures concernant les Radiobalise de localisation des sinistres sont également adoptée et celles-ci s'activent désormais immédiatement en cas de danger et donnent la position précise du navire, contrairement à celles de l‘Estonia qui s'activaient manuellement et qui n'ont pas été utilisée la nuit du drame.

De nouvelles mesures de sécurité sont également prises au niveau des accès aux garages, tous les navires munis d'une ouverture par étrave mobile sont mis en chantiers afin de renforcer les systèmes de fermeture. Le naufrage de l‘Estonia a remis en question la fiabilité de ce système de porte-rampe largement répandu sur les ferries construits avant les années 1980. Plusieurs incidents impliquant ce type de fermeture ont ressurgit à l'occasion, notamment le cas du Visby en décembre 1973 qui a failli perdre son étrave mobile après avoir été frappé à plusieurs reprises par des lames lors d'une tempête, fort heureusement, la rampe d'accès est restée fermée, ce qui n'a pas permis à l'eau d'envahir le garage. Une mésaventure similaire est arrivée d'autres navires comme le Stena Sailer en janvier 1974, le Svea Star en mai de cette même année, le Wellamo en décembre 1975, l‘Illych en décembre 1984, le Mariella en novembre 1985 et le Tor Hollandia pendant l'hiver 1986[31].

À la fin des années 1990 et jusqu'en 2005, les nouvelles normes de sécurité SOLAS sont mises en place sur bon nombre de navires, des cloisons étanches sont ajoutées dans les garages des car-ferries et en complément de la rampe d'accès à l'entrée.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Plans détaillé des ponts 6 à 10 de l‘Estonia.
Plans détaillé des ponts Tank à 5 de l‘Estonia.

L‘Estonia possédait 11 ponts numérotés du plus bas jusqu'au plus haut de 0 à 10 (la logique aurait été de 1 à 11). Les installations des passagers se situaient sur les ponts 6, 5, 4, 2 et 0 tandis que l'équipage occupait les ponts 9 et 7. Les ponts 2 et 3 étaient dédiés au chargement des véhicules et du fret.

Installations publiques[modifier | modifier le code]

Le navire proposait à ses passagers des installations luxueuses et confortables qui, à l'époque de sa mise en service, étaient d'une qualité bien supérieure à la plupart des autres unités en service sur la mer Baltique.

À sa mise en service les passagers disposaient des installations suivantes :

Sur le pont 6 se trouvaient un restaurant buffet, un restaurant à la carte ainsi qu'un bar ; Sur le pont 5, la boutique hors-taxe, une cafétéria, un snack-bar, une discothèque et un salon fauteuils ; Sur le pont 4, tout un espace dédié aux conférences, un night club et un cinéma ; Enfin, sur le pont 0, une piscine, un sauna et un centre de bien-être.

Ces installations semblent ne pas avoir été modifiée lorsque le navire a navigué pour Silja Line et Wasa Line. Cependant, lors du rachat par EstLine, les boutiques hors-taxe sont modifiées, un nouveau bar est ajouté au pont 5, le salon fauteuils est transformé en boutique et la cafétéria est modifiée.

Cabines[modifier | modifier le code]

Le car-ferry possédait environ 300 cabines situées sur les ponts 6, 5, 4 et 1, majoritairement vers l'avant du navire. La plupart de ces cabines pouvaient accueillir jusqu'à quatre personnes et étaient pourvues de sanitaires complets.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L‘Estonia mesurait 155,43 mètres de longueur pour 24,21 mètres de largeur, son tonnage était de 15 598 UMS. Le navire avait une capacité de 2 000 passagers et était pourvu d'un garage pouvant contenir 460 véhicules répartis sur deux ponts, le garage était accessible par trois portes rampes, une à la proue, et deux à la poupe. La propulsion du navire était assurée par 4 moteurs diesels MAN 8L40/45 développant une capacité de 17 625 kW entrainant 2 hélices à 4 pales orientables, faisant filer le navire à une vitesse de 21 nœuds. Le car-ferry était en outre doté de deux propulseurs d’étrave et d'un stabilisateur anti-roulis à 2 ailerons repliables. Le navire disposait de huit embarcations de sauvetage ouvertes de taille moyenne, une embarcation de petite taille et une embarcation de secours, complétés par 63 radeaux de sauvetage pneumatiques ainsi que 18 bouées couronnes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (sv) « Wasa King », Vasabåtarna.se (consulté le 29 octobre 2007)
  2. a b c d e f et g (sv) « M/S Viking Sally », Fakta om Fartyg (consulté le 29 octobre 2007)
  3. (fi) « Viking Sally schedules 1980–1990 », FCBS Forum (consulté le 29 octobre 2007)
  4. a b et c « Simplon Postcards: Viking Sally – Wasa King – Silja Star – Estonia » (consulté le 28 septembre 2014)
  5. (sv) « MS Wellamo (1986) », Fakta om Fartyg (consulté le 29 octobre 2007)
  6. Whittingham, The Blame Machine, p. 137
  7. a b c d e et f Whittingham, The Blame Machine, p. 138
  8. « Wave height records in the Baltic Sea » [archive du ], Finnish Meteorological Institute
  9. a b et c Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Soomer et al., 2001
  10. « Final report on the MV ESTONIA disaster of 28 September 1994 », sur onse.fi (consulté le 28 septembre 2017)
  11. news.bbc.co.uk
  12. « Improving passenger ship safety » [archive du ], Directorate-General for Transport and Energy (European Commission) (consulté le 30 septembre 2007)
  13. https://web.archive.org/web/20110512021236/http://www.onnettomuustutkinta.fi/uploads/ukidsp8j4.pdf
  14. a et b https://web.archive.org/web/20010602144742/http://www.onnettomuustutkinta.fi/estonia/
  15. a et b Whittingham, The Blame Machine, p. 139
  16. Whittingham, The Blame Machine, p. 142
  17. (fi) Anniina Wallius, « Estonian tuho lietsoi salaliittoteorioita », YLE,‎ (lire en ligne[archive du ])
  18. Whittingham, The Blame Machine, p. 140
  19. (sv) « Justitieutskottets betänkande 1994/95: JuU23 Gravfrid över m/s Estonia », Riksdag,
  20. (sv) En granskning av Estoniakatastrofen och dess följder, vol. SOU 1998:132, Statens offentliga utredningar, coll. « Statens offentliga utredningar » (lire en ligne), « Chapter 50: Övertäckningen stoppas »
  21. « Agreement between the Republic of Estonia, the Republic of Finland and the Kingdom of Sweden regarding the M/S Estonia », Ministry for Foreign Affairs (Sweden),
  22. (sv) Danné, Ulla; Nilsson, Birgitta /TT, « Sjöfartsverket höll tyst om stoppade Estonia-dykare », Aftonbladet,‎ (lire en ligne)
  23. (en) « Divers look for bomb damage on ferry », sur CNN.com.
  24. Photos, article
  25. Paavo Tukkimäki, « Finnish Estonia Commission members still reject explosion theories », Helsingin Sanomat,‎ (lire en ligne[archive du ])
  26. https://www.20minutes.fr/france/363235-20091113-percera-mystere-naufrage-estonia
  27. Borgnäs, Lars, « War materials smuggled on Estonia », Uppdrag granskning, Sveriges Television,‎ fall 2004 (lire en ligne[archive du ])
  28. (sv) « Utredningen om transport av försvarsmateriel på M/S Estonia », Ministry of Defence (Sweden),
  29. « Riigikogu Committee of Investigation to Ascertain the Circumstances Related to the Export of Military Equipment from the Territory of the Republic of Estonia on the Ferry Estonia in 1994 – Final Report » [archive du ], Riigikogu,
  30. a et b https://www.bookeenstore.com/ebook/9782754040044/les-grands-naufrages-gerard-piouffre
  31. https://www.findagrave.com/memorial/17866236/avo-piht
  32. Joughin, R.W., « The Revised SOLAS Regulations for Ro-Ro Ferries » [archive du ], Warsah Maritime Centre (consulté le 3 avril 2008)
  33. « Passenger information required on all passenger ships from 1 January 1999 », International Maritime Organization (consulté le 21 octobre 2007)

    Le modèle {{dead link}} doit être remplacé par {{lien brisé}} selon la syntaxe suivante :
    {{ lien brisé | url = http://example.com | titre = Un exemple }} (syntaxe de base)
    Le paramètre url est obligatoire, titre facultatif.
    Le modèle {{lien brisé}} est compatible avec {{lien web}} : il suffit de remplacer l’un par l’autre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :