Valfroicourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Valfroicourt
Valfroicourt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Intercommunalité Communauté de communes Terre d'Eau
Maire
Mandat
Éliane Deloy
2020-2026
Code postal 88270
Code commune 88488
Démographie
Gentilé Valféricurtiens, Valféricurtiennes
Population
municipale
241 hab. (2017 en diminution de 2,03 % par rapport à 2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 55″ nord, 6° 05′ 44″ est
Altitude 310 m
Min. 295 m
Max. 419 m
Superficie 13,8 km2
Élections
Départementales Canton de Vittel
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Valfroicourt
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Valfroicourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valfroicourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valfroicourt

Valfroicourt est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Valféricurtiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Valfroicourt
Remoncourt Rozerotte Rancourt
Valfroicourt Bainville-aux-Saules
Esley Sans-Vallois
Les Vallois
Frénois

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'un nom de personne germanique Waldfrid + cortem[1]. Walefridocurt et Walfridicurte (Xe siècle).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le toponyme de Valfroicourt (Walefridocurt) est attesté au moins au Xe siècle. Valfroicourt appartenait au bailliage de Darney. Le chancelier du chapitre de Remiremont exerçait à Valfroicourt, concurremment avec le prévôt ducal, les droits de haute, moyenne et basse justice. La prévôté ducale de Valfroicourt comprenait cinq villages qui composaient deux mairies : d’une part, Valfroicourt et Frenois, d’autre part Bainville, Pont et Rancourt.

En 1656, le village se nomme Walfrocour.

L’église, sous le vocable de l’Assomption, était du diocèse de Saint-Dié, doyenné d’Escles : elle date de 1757. La cure était à la collation du chapitre de Remiremont et au concours. La mairie et l’école des garçons ont été construites en 1680 ; l’école de filles le fut en 1848.

En 1790, Valfroicourt fut désigné pour chef-lieu du quatrième canton du district de Mirecourt ; ce canton a subsisté jusqu’au 19 vendémiaire an V.

Le , Joseph Hugo, né à Mirecourt le , épouse Ursule Delpierre à Valfroicourt. Le de cette année, il a été élu député à la Convention nationale. Mais il tombe malade assez rapidement pour ne jamais y présider. Il faudra que son suppléant Jean-Claude Cherrier, attende le pour pouvoir le remplacer à la Convention. Plus tard, il devient juge au tribunal civil des Vosges, puis président du tribunal criminel à partir du 24 germinal an VI (). En 1800, il entre comme juge au tribunal d'appel de Nancy. Il se rallie au régime napoléonien. Il termine sa vie à Valfroicourt le . Joseph Hugo a été un des fondateurs de la loge maçonnique en 1768 au titre distinctif de Saint-Jean le Parfait Désintéressement[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 En cours
(au 18 février 2015)
Marcel Lœgel    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2017, la commune comptait 241 habitants[Note 1], en diminution de 2,03 % par rapport à 2012 (Vosges : -2,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
571669681729803810821828795
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
811823782702726656624594577
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
502401405378345327316300278
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2017
236244257258250249248246241
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Baron Antoine Delpierre (1764-1854), député des Vosges, président de chambre à la Cour des Comptes; commandeur de la Légion d'honneur;

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jack Chollet, La Franc-maçonnerie à Mirecourt, Ed. Gérard Louis, Haroué, 54740, 2013, 293 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  2. CHOLLET Jack, La Franc-maçonnerie à Mirecourt du XVIIIe siècle à nos jours, Haroué (54740), Gérard Louis, (ISBN 978-2-35763-046-8)
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. « Château Maugiron », notice no PA00107330, base Mérimée, ministère français de la Culture