Escadre de la Méditerranée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Escadre de la Méditerrannée
Création 1839[1]
Dissolution ?
Pays Drapeau de la France France
Branche Ensign of France.svg Marine nationale
Type Escadre
Garnison Toulon
Ancienne dénomination Armée Navale Française de la Méditerranée (1re GM)
Commandant historique Julien Lalande
de La Susse
Alfred Gervais
François Ernest Fournier
Palma Gourdon
Charles Touchard
Boué de Lapeyrère

L'escadre de la Méditerranée est une escadre historique de la Marine française.

Histoire[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Après 1814, la Marine française est en mauvais état, et sa présence en Méditerranée est presque nulle. En 1823, quelques navires sont assemblés pour bombarder Cadix durant l'expédition d'Espagne, puis une escadre de transport est formée pour l'expédition d'Alger en 1830[2]. L'année suivante, l'amiral Roussin, avec six vaisseaux, force l'entrée du Tage pour amener le gouvernement portugais à reconnaître la monarchie de Juillet. Dans les années qui suivent, de petites escadres sont assemblées au gré des besoins, que ce soit en Méditerranée orientale, à Lisbonne ou dans les Antilles[3]. Il faut attendre 1839, sous l'impulsion de l'amiral Lalande, pour que l'escadre de la Méditerranée soit formellement créée[1].

Début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1900, l'escadre est commandée par le vice-amiral Fournier et composée des cuirassés Brennus (navire-amiral), Gaulois, Charlemagne, Brennus, Charles Martel, Jauréguiberry et Bouvet, des cuirassés de défense côtière Bouvines, Jemmapes, Amiral Tréhouart et Valmy, des croiseurs cuirassés Pothuau, Chanzy et Latouche-Tréville, des croiseurs protégés Cassard, Du Chayla, Galilée, Lavoisier et Linois, du croiseur-torpilleur Foudre, de deux destroyers et de quatre torpilleurs. De juin à juillet, elle participe à de grandes manœuvres navales en compagnie de l'escadre du Nord, considérées comme un succès par l'état-major et par la presse[4].

En 1901, le président Émile Loubet rend visite à l'escadre. Vers la fin de l'année celle-ci, sous couvert d'essais radio, participe à une démonstration de force en mer Égée, suite à la dégradation des relations diplomatiques avec l'Empire ottoman[5]. L'année suivante, le Gaulois est envoyé à Annapolis avec une délégation d'officiers à son bord afin de commémorer les actions du comte de Rochambeau durant la guerre d'indépendance des États-Unis. En 1903, durant un exercice, une collision se produit entre le Gaulois et le Bouvet : l'incident fait des dégâts, et les deux commandants sont relevés de leurs fonctions. Durant l'été 1904, l'escadre croise dans les îles grecques, et, après un passage à Beyrouth, fait relâche à Smyrne où une réception est organisée. L'année suivante, le Charlemagne, accompagné du destroyer Dard, rejoint le Pirée où se rassemble une flotte internationale afin de calmer la montée des tensions entre la Grèce et l'Empire ottoman. Le , les cuirassés Iéna, Gaulois et Bouvet sont envoyés en Italie afin de porter assistances aux victimes de l'éruption du Vésuve. Le , l'escadre participe à une grande revue navale à Marseille[6].

En , suite au séisme de Messine, les Justice et Vérité assistent les victimes en leur apportant des vivres. Le , le vice-amiral Eugène de Jonquières, nouveau commandant de l'escadre, met sa marque sur la Patrie. Le , l'escadre rejoint son homologue du Nord au Havre, où le président de la République Armand Fallières procède à une revue de la flotte, accompagné du tsar de Russie Nicolas II. Le , les Justice, Liberté et Vérité quittent Toulon pour New York afin de prendre part à la célébration du tricentenaire de la découverte de l'Hudson. le , la Patrie est présente lors de la cérémonie d'inauguration du musée océanographique de Monaco[7].

Le , le vice-amiral Jean Bellue prend le commandement de l'escadre. Du 15 au , le vice-amiral Horace Jauréguiberry, inspecteur général de la flotte, embarque sur la Démocratie pour superviser les manœuvres. Le Président Fallières, le ministre de la Marine Théophile Delcassé et le ministre des Travaux Publics, des Postes et Télégraphes Charles Dumont embarquent sur la Vérité le afin de se rendre à Bizerte : la 1re Division (Patrie, Démocratie, Ernest Renan) et la 2de Division (Justice, Liberte, Suffren) sont du voyage. Le , le lendemain de leur arrivée, le président passe la flotte en revue, en présence de deux cuirassés britanniques, de deux cuirassés italiens, et d'un croiseur espagnol ; il rallient Toulon le . Le , à h 53, alors que les navires sont au mouillage dans la rade, une explosion éventre la Liberté[8], tuant 286 hommes d'équipage et en blessant 188 autres. Les débris propulsés alentours tuent 33 marins de la République et 37 autres sur divers navires de l'escadre. La commission d'enquête conclut à une température probablement trop élevée dans les soutes aux poudres, et écarte l'idée d'un sabotage, brièvement envisagé.

Le , le navire-amiral Danton, la Justice et la Vérité se trouvent à La Valette pour accueillir le roi du Royaume-Uni George V et sa femme au retour de leur voyage aux Indes. Le , des manœuvres ont lieu entre Marseille et Villefranche, sous la supervision du commandant de l'escadre Boué de Lapeyrère et de son invité le prince de Galles, le futur Édouard VIII[9]. L'année suivante voit de grandes manœuvres se dérouler : le , ce sont seize cuirassés, quatre croiseurs cuirassés, quatre escadrilles de torpilleurs et deux sous-marins qui y participent, entre Toulon et le sud de la Sardaigne. À leur retour au large des Salins, le président de la République Raymond Poincaré passe la flotte en revue, à bord du croiseur cuirassé Jules Michelet. Le , la 2e escadre, accompagnée des croiseurs cuirassés Jules Ferry et Edgar Quinet et de deux escadrilles de torpilleurs, quitte Toulon pour des manœuvres dans l'Atlantique. Après avoir atteint Brest le , ces navires sont rejoints par la flotte de la Baltique russe, composée de quatre cuirassés et de cinq croiseurs, avant de repartir pour la Méditerranée en faisant escale à Cadix, où la Vérité manque de percuter le Pelayo après avoir cassé une ancre[10]. L'année suivante est aussi marquée par de nombreuses manœuvres, suite à la montée des tensions internationales. Le , à 16 h 20, alors que la flotte est à Toulon, la mobilisation générale est décrétée[11].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors que la Première Guerre mondiale éclate, les théâtres maritimes sont repartis entre la Royal Navy et la Marine française : la première est chargée de contenir la Marine impériale allemande en mer du Nord et sur les océans du globe, alors que la seconde est maîtresse des opérations en mer Méditerranée. Pour cela, le Royaume-Uni leur ouvre les bases de Malte et de Gibraltar. L'amiral Boué de Lapeyrère décide alors de diviser la flotte en trois groupes (A, B et C), chacun se voyant attribuer une mission différente. La première consiste en l'escorte depuis l'Afrique du Nord vers la Métropole des 25 000 hommes du 19e corps d'armée[12].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Année[13] Cuirassés[note 1]
1870 Gloire
Marengo
1881 Formidable, Courbet, Dévastation, Amiral Baudin
Vauban, Bayard, Duguesclin
Suffren, Océan
1898 Brennus, Charles Martel, Carnot
Masséna, Jauréguiberry, Bouvet

Début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Année[13],[14],[7] Cuirassés Division Escadre
1903 Saint-Louis, Charlemagne, Charles Martel
Iéna, Bouvet, Jauréguiberry
1re div.
2e div.
1904 Suffren, Iéna, Saint-Louis
Gaulois, Charlemagne, Bouvet
Brennus, Charles Martel
1re div.
2e div.
div. de réserve
1907 Suffren, République, Patrie
Saint-Louis, Gaulois, Charlemagne
Masséna, Jauréguiberry, Carnot
Bouvet, Charles Martel, Brennus
1re div.
2e div.
3e div.
4e div.
1909 Patrie, République, Démocratie
Justice, Liberté, Vérité
1re div.
2e div.
1re escadre de ligne
Bouvet, Suffren, Jauréguiberry
Saint-Louis, Gaulois, Charlemagne
3e div.
4e div.
2e escadre de ligne
1913 Voltaire, Condorcet, Danton
Mirabeau, Vergniaud, Diderot
1re div.
2e div.
1re escadre de ligne
Patrie, République, Vérité
Justice, Démocratie
1re div.
2e div.
2e escadre de ligne
Suffren, Gaulois, Charlemagne
Saint-Louis, Jauréguiberry, Bouvet
1re div.
2e div.
3e escadre de ligne

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Année[15],[16] Cuirassés Division Escadre
1920 Courbet, Jean Bart, Paris 1re division de ligne Escadre de la Méditerranée occidentale
France, Lorraine 2e division de ligne
Provence Navire amiral Escadre de la Méditerranée orientale
Edgar Quinet, Ernest Renan, Waldeck-Rousseau 1re division légère[note 2]
1928 Provence, Lorraine, Bretagne 1re division de ligne 1re escadre de ligne
Jean Bart, Courbet, Paris 2e division de ligne
Béarn Porte-avions

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les retours à la ligne montrent les différentes divisions.
  2. Cette division est composée de croiseurs cuirassés.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]