Conyza canadensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Erigeron canadensis)

La Vergerette du Canada, Vergerolle du Canada ou encore Érigéron du Canada (Conyza canadensis) est une plante herbacée annuelle rudérale de la famille des Asteraceae.

Originaire d'Amérique centrale et du nord, elle s'est naturalisée en Europe et est très courante voire localement invasive. C'est l'une des adventices pionnières qui ont développé des souches résistantes à des doses croissantes de glyphosate, que l'on trouve de plus en plus fréquente, voire commune dans les champs, les vignes et les vergers, en ville et en milieu périurbain, sur les friches industrielles et voies ferrées.
Elle se plait dans les endroits chauds et secs et peut se développer dans de petits interstices [1].
C'est une plante comestible (crue ou cuite) et médicinale (sommités fleuries récoltées en été ou début d'automne).

Statuts de protection, menaces[modifier | modifier le code]

En France l'espèce est classée NA (Non applicable) par l'UICN. Elle n'est pas soumise à évaluation car introduite récemment accidentellement d'Amérique en Europe.

Phytonymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le taxon a d'abord été classé, probablement vers 1650, dans le genre Erigeron ; il s'agit d'Erigeron canadensis (Vergerette du Canada)[2] puis plus tard de Erigeron bonariensis (Vergerette de Buenos Aires) originaire d'Amérique du sud introduite au XIXe siècle[3]. Mais sur le continent américain, de nombreuses espèces, voisines de ces deux vergerettes, ont été placées ultérieurement dans le genre Conyza, proche du genre Erigeron. Selon le principe de priorité de la nomenclature botanique les deux espèces européennes devraient conserver leur nom de genre premier (Erigeron), mais selon le jugement scientifique et la tradition, adoptés aux Amériques, elles conservent le genre Conyza[4].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

On dit parfois que cette plante servait autrefois de verges (fouets) pour punir les enfants, d'où son nom, mais son nom dérive en réalité de verge (dérivé du latin virga qui signifie pousse), en partie en raison de ses longs rameaux flexibles et souples[5].

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Erigeron canadensis L.

Description[modifier | modifier le code]

Cette plante annuelle d'un vert cendré, très feuillée a des racines ramifiées et sa tige dressée rameuse, pubescente-hispide peut atteindre 1 m de haut.

Feuilles : elles sont pubescentes, étroitement lancéolées ou presque linéaires, aiguës, à bords entiers ou obscurément dentées.

Organes reproducteurs
Graine
  • Fruits : akène ; produits en grand nombre, et munis d'une aigrette, ils sont transportés par le vent (anémochorie) sur de très grandes distances.
  • Dissémination : anémochore

Elle est difficile à distinguer de certaines autres vergerettes, mais les poils visibles sur ses feuilles sont longs et épars ; ceux qui bordent les contours des feuilles sont disposés à la manière des arêtes sur la colonne vertébrale d'un poisson, ce qui n'est pas le cas chez la vergerette de Sumatra (l'autre vergerette commune en France[6]).

Habitat type[modifier | modifier le code]

Friches annuelles européennes.

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

Aire de répartition au début du XXe siècle.

Répartition cosmopolite[7].

L’aire de distribution d’origine est le Nouveau Monde : Amérique du Nord, Amérique centrale et le Nord de l’Amérique du Sud[8].

Conyza canadensis a été introduite en Europe, Russie européenne, du Moyen-Orient à l’Inde, Asie centrale, Chine nord-centrale, Vietnam, Cambodge, Australie, Afrique du Nord, Afrique du Sud, Angola[8].

Conyza canadensis est concurrencée par une autre adventice pionnière Conyza sumatrensis ou Vergerette de Sumatra, originaire d’Amérique du Sud, arrivée plus récemment en Europe que la vergerette du Canada, mais qui connait une expansion est plus rapide notamment en milieu urbain où elle tend à la supplanter.

Les vergerettes de Sumatra et du Canada sont difficiles à distinguer. La vergerette du Canada a sur ses feuilles des poils longs et épars, alors que la vergerette de Sumatra a une pilosité nettement plus dense à la base des feuilles, formées de deux rangées de poils courts et longs[9].

Composition chimique[modifier | modifier le code]

Cette plante contient une résine, des tanins et on en extrait une huile essentielle contenant des terpènes, du citral et du menthène ainsi que des flavonoïdes.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Pharmacopée[modifier | modifier le code]

Pour des usages médicinaux, la Vergerette du Canada est actuellement préférée à la Vergerette de Sumatra car ses effets sont mieux documentés[6].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Toutes les parties aériennes de la plante sont comestibles, aromatiques (goût légèrement poivré et piquant, évoquant aussi le poivron[6]), crues ou (brièvement) cuites. Son goût et arôme sont proches de ceux de la Vergerette de Sumatra[6].

Phytoremédiation[modifier | modifier le code]

Un article publié par Nature en 2021 a montré qu'en cultivant cette plante associée à de l'ail (Allium sativum) on pouvait encore doper sa capacité à bioconcentrer le plomb et le cadmium[10].

Feu[modifier | modifier le code]

Les Cherokees utilisent la tige droite séchée de cette plante comme drille pour produire du feu par friction. Ils l'appellent d'ailleurs atsil'-sûñ`tï, « faiseur de feu »[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Carcassès, « Vergerettes : La reine des caniveaux ! », sur natureenvilleacergypontoise.wordpress.com, (consulté le )
  2. « Fiche Vergerette du Canada », sur cbnbrest.fr (consulté le )
  3. « Fiche Vergerette de Buenos Aires », sur sauvagesdepaca.fr (consulté le )
  4. Aline Raynal-Roques, La botanique redécouverte, Paris, Belin et INRA éd., coll. « Collection des nouvelles flores », , 512 p. (ISBN 2-7011-1610-4, BNF 35737753, lire en ligne), chap. 2 (« Les noms des plantes »), p. 59.
  5. Herbonata, « La vergerette du Canada : une plante diurétique aux multiples bienfaits », sur herbonata.fr (consulté le ).
  6. a b c d e et f Le Chemin de la Nature, « 10 plantes sauvages à cueillir cet été (voir 15:08 - La vergerette du Canada - Erigeron canadensis) », (consulté le )
  7. Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004
  8. a et b (en) Référence Plants of the World online (POWO) : Erigeron canadensis L.
  9. Nathalie Machon (sous la direction de), Sauvage de ma rue, Guide des plantes sauvages des villes de la région parisienne, Diffusion Seuil, Muséum National d’Histoire naturelle, Le Passage édition, , 256 p.
  10. Javed Hussain, Xiao Wei, Luo Xue-Gang et Syed Rehmat Ullah Shah, « Garlic (Allium sativum) based interplanting alters the heavy metals absorption and bacterial diversity in neighboring plants », Scientific Reports, vol. 11, no 1,‎ (ISSN 2045-2322, PMID 33712650, PMCID PMC7971001, DOI 10.1038/s41598-021-85269-4, lire en ligne, consulté le )
  11. (en) James Mooney, History, Myths, and Sacred Formulas of the Cherokees, Ravenio Books, , p. 47

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) A. Davis, Karen Renner, Christy Sprague, L. Dyer et D. Mutch, Integrated Weed Management: One Year's Seeding, MSU, 2005.
  • (en) J.H. Everitt, Robert I. Lonard et Christopher R. Little, Weeds in South Texas and Northern Mexico : A Guide to Identification, Lubbock, Texas Tech University Press, , 222 p. (ISBN 978-0-89672-614-7 et 0-89672-614-2, présentation en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]