Bassia scoparia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bassia scoparia (synonyme : kochia scoparia) est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Amaranthaceae, originaire d'Eurasie.

C'est une plante herbacée ou un arbrisseau annuel pouvant atteindre 2,5 m de haut. Fréquemment cultivée comme plante ornementale, Bassia scoparia est devenue une mauvaise herbe infestant les cultures dans certains pays (notamment en Australie)[1].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Ansérine à balais, bassia à balais, kochia à balais, kochie[2].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Native d'Eurasie[3], cette espèce a été introduite dans de nombreuses régions d'Amérique du Nord[4].

On peut la trouver dans les prairies et dans les déserts et brousses xériques[3] américains où elle possède de nombreux noms comme mexican fireweed[5]. Cette plante peut pousser sous à peu près n'importe quel climat, au début du printemps.

Biologie[modifier | modifier le code]

Les graines de Bassia scoparia sont dispersées par le vent et l'eau. L'intégralité de la plante peut se détacher et rouler au gré du vent (voir virevoltant)[3]. La graine en elle-même ne survit pas dans la banque de graines du sol mais germe ou meurt dans un délai d'environ un an[3].

Bassia scoparia est capable de fixer du carbone lors de la photosynthèse de type C4, et plus spécifiquement du type NADP-ME[6],[7].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Bassia scoparia peut être utilisée dans l'alimentation humaine, la médecine traditionnelle, comme fourrage ou encore pour le contrôle de l'érosion.

Alimentation humaine[modifier | modifier le code]

Le tonburi est une garniture de la cuisine japonaise faite à partir de graines de bassia scoparia.

Fourrage[modifier | modifier le code]

La plante peut être utile comme fourrage pour le bétail, car elle pousse dans des environnements secs[8]. Cependant, son utilisation reste limitée en raison de sa toxicité lorsqu'elle est consommée en grande quantité par le bétail. Ce dernier peut en effet parfois subir une perte de poids ou de la photosensibilité lorsqu'il consomme la plante en trop grande quantité[9]. Lorsque la plante est la seule alimentation possible, elle peut rendre la viande de bœuf toxique pour l'homme[10].

Autre[modifier | modifier le code]

Utilisation décorative

Bassia scoparia peut être plantée comme ornement ou pour éviter l'érosion des sols[3]. C'est aussi une plante hyperaccumulatrice en chrome, plomb, mercure, sélénium, argent, zinc[11],[12], et uranium[13], et peut donc être utilisée pour la phytoextraction.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Découverte en 1753 par Carl Linnaeus, qui l'a appelée Chenopodium scoparium, cette espèce fut placée en 1809 dans le genre Kochia par Heinrich Schrader, puis, en 1978, dans le genre Bassia par A. J. Scott. De récentes études phylogénétiques ont confirmée que Kochia doit être incluse dans Bassia[6].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (28 février 2016)[14] :

  • Bassia sicorica (O. Bolòs & Masclans) Greuter & Burdet,
  • Chenopodium scoparia L.,
  • Kochia scoparia (L.) Schrad.,
  • Kochia scoparia subsp. '(Voss) O. Bolòs & Vigo,
  • Kochia scoparia var. culta Voss,
  • Kochia scoparia var. trichophylla (Voss) L. H. Bailey,
  • Kochia sicorica O. Bolòs & Masclans ,
  • Kochia sieversiana (Pall.) C. A. Mey.,
  • Kochia trichophylla Voss,
  • Salsola scoparia (L.) M. Bieb.,
  • Suaeda sieversiana Pall.

Liste des sous-espèces et variétés[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (28 février 2016)[14] :

  • sous-espèce Bassia scoparia subsp. densiflora (Turcz. ex Aellen) Cirujano & Velayos
  • sous-espèce Bassia scoparia subsp. scoparia

Selon Tropicos (28 février 2016)[15] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • sous-espèce Bassia scoparia subsp. culta (Voss) J.R. Nebot, A De la Torre, G. Mateo & F. Alcaraz
  • sous-espèce Bassia scoparia subsp. densiflora (Turcz. ex Aellen) Cirujano & Velayos
  • variété Bassia scoparia var. culta Voss
  • variété Bassia scoparia var. subvillosa Lambinon
  • variété Bassia scoparia var. trichophylla S.L. Welsh

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Kochia (Bassia scoparia) auteur= », sur NSW WeedWise, Department of Primary Industries (DPI) - Nouvelles-Galles du Sud (consulté le 28 février 2016).
  2. (en) « Bassia scoparia ( KCHSC ) », sur EPPO Plant Protection Thesaurus (EPPT), Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP) (consulté le 28 février 2016).
  3. a, b, c, d et e Kochia scoparia, Fire Effects Information System
  4. USDA PLANTS Profile for Bassia scoparia (L.) A.J. Scott burningbush. Retrieved October 19, 2007.
  5. « USDA GRIN taxonomy »
  6. a et b Gudrun Kadereit & Helmut Freitag: Molecular phylogeny of Camphorosmeae (Camphorosmoideae, Chenopodiaceae): Implications for biogeography, evolution of C4-photosynthesis and taxonomy, In: Taxon, Volume 60 (1), 2011, p. 51-78.
  7. DOI:noedit
  8. (en) Rankins D L, Smith G S et Hallford D M, « Serum constituents and metabolic hormones in sheep and cattle fed Kochia scoparia hay. », Journal of animal science, vol. 69, no 7,‎ , p. 2941-6 (PMID 1885403)
  9. (en) Rankins D L, Smith G S et Hallford D M, « Altered metabolic hormones, impaired nitrogen retention, and hepatotoxicosis in lambs fed Kochia scoparia hay. », Journal of animal science, vol. 69, no 7,‎ , p. 2932-40 (PMID 1885402)
  10. (en) Rankins D L, Smith G S et Hallford D M, « Effects of metoclopramide on steers fed Kochia scoparia hay. », Journal of animal science, vol. 69, no 9,‎ , p. 3699-705 (PMID 1938652)
  11. McCutcheon & Schnoor 2003, Phytoremediation. New Jersey, John Wiley & Sons, page 898.
  12. Phytoremediation. By McCutcheon & Schnoor, 2003, New Jersey, John Wiley & Sons pg 19.
  13. (en) Schmidt Ulrich, « Enhancing phytoextraction: the effect of chemical soil manipulation on mobility, plant accumulation, and leaching of heavy metals. », Journal of environmental quality, vol. 32, no 6,‎ , p. 1939-54 (PMID 14674516)
  14. a et b Catalogue of Life, consulté le 28 février 2016
  15. Tropicos, consulté le 28 février 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :