Elsa Dorlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Elsa Dorlin
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinction

Elsa Dorlin, née en 1974, est une philosophe française.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2004, Elsa Dorlin soutient la thèse de philosophie Au chevet de la Nation : sexe, race et médecine : XVIIe-XVIIe siècles à l'université Paris-Sorbonne[1]. De 2005 à 2011, elle est maître de conférences en histoire de la philosophie, histoire des sciences, à l'UFR de philosophie de l'université Panthéon-Sorbonne. Elle est élue professeure des universités en 2011: elle enseigne la philosophie politique et sociale à l'université Paris-VIII.

En 2009, elle reçoit la médaille de bronze du CNRS (section 35) pour l'ensemble de ses travaux sur la philosophie et le genre et l'épistémologie féministe[2]. En 2018, elle reçoit pour son livre Se Défendre. Une philosophie de la violence, le prix Frantz Fanon de la Caribbean Philosophical Association[3].

Philosophie[modifier | modifier le code]

En 2008, la philosophe publie son ouvrage Sexe, genre et sexualité[4] dans lequel elle détaille de multiples théories féministes, déconstruisant l’historicité du sexe ancrée dans un système d’hétérosexualité reproductive et de bipolarisation du genre structurés par des processus à la fois médical, social et politique d’assignation au sexe biologique. Elsa Dorlin interroge ces lectures sur la question coloniale, et l’enjeu d’effémination comme technologie d’asservissement des populations colonisées ou esclaves au cours du XIXe siècle. Ce tour d’horizon amène l’autrice à critiquer les catégories de sexe et de genre, insérées dans des rapports de domination plus vastes. Son étude permet d’esquisser les contours de différentes théories en France : l’épistémologie féministe, le féminisme « post-moderne » et la théorie queer.

En 2017, Elsa Dorlin publie son ouvrage Se défendre. Une philosophie de la violence[5], récompensé au prix Fanon 2018 et au prix de l’Écrit social 2019. Au cours de son étude, elle analyse les mécanismes de désarmement de certains corps relatifs à une historicité des rapports de domination raciaux et de genre. Philosophe foucaldienne, elle s’intéresse à la politisation des corps organisée par l’enseignement de techniques martiales d’autodéfense telles que le ju-jitsu ou encore le krav-maga à ces minorités physiquement opprimées.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Se défendre : une philosophie de la violence, Paris, La Découverte, 2017, 252 pages[6],[7]
  • Sexe, genre et sexualités : introduction à la théorie féministe, Paris, PUF, coll. « Philosophies », , 153 p.
  • La matrice de la race : généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui / Genre et sexualité », 2006, 308 p.
  • L'évidence de l’égalité des sexes : une philosophie oubliée au 17e siècle, Paris, L’Harmattan, 160 p., coll. «  Bibliothèque du féminisme », 2001.

Direction et participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Avec Isabelle Clair (dir.), Eleni Varikas : pour une théorie féministe du politique, Paris, Éditions Ixe, 272 pages. Introduction générale La République vue par une étrangère
  • Avec Eva Rodriguez (dir.), Penser avec Donna Haraway, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx/Confrontations », 2012, 248 pages.
  • Avec Éric Fassin (dir.), Reproduire le genre, Paris, BPI, 2010, 192 p.
  • Sexe, race, classe : pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx/Confrontations », 2009.
  • Avec Éric Fassin (dir.), Genres et sexualités, Paris, BPI, 2009, 235 p.
  • Black Feminism, recueil de textes, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme », 2007.
  • Avec Hélène Rouch et Dominique Fougeyrollas (dir.), Le corps, entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme », 2005, 168 p.
Marie-Blanche Tahon, « compte rendu: Hélène Rouch, Elsa Dorlin et Dominique Fougeyrollas-Schwebel (dir.) Le corps, entre sexe et genre. Paris, L’Harmattan, Collection « Bibliothèque du féminisme », 2005, 170 p. », in Recherches féministes, vol.  20, no 2, 2007, p. 200-205 (consultable en ligne)

Articles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Au chevet de la Nation : sexe, race et médecine : XVIIe-XVIIe siècles », theses.fr, Paris 4,‎ (lire en ligne, consulté le 16 janvier 2019)
  2. « Biographie de Elsa Dorlin », sur www.philomag.com, (consulté le 16 janvier 2019)
  3. http://www.caribbeanphilosophicalassociation.org/the-frantz-fanon-award.html
  4. Dorlin, Elsa. Sexe, genre et sexualités. Introduction à la théorie féministe. Presses universitaires de France, 2008
  5. Elsa Dorlin, Se défendre. Une philosophie de la violence, Paris, 2017
  6. http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=180002
  7. Jean Birnbaum, Elsa Dorlin, philosopher à mains nues, lemonde.fr, 6 décembre 2017

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]