Edmond de Langley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edmond de Langley
Description de cette image, également commentée ci-après
Edmond de Langley

Titre

Duc d'York

6 août 13851er août 1402

Successeur Édouard de Norwich
Fonctions militaires
Faits d’armes Sac de Limoges
Conflits Guerre de Cent Ans
Biographie
Dynastie Plantagenêt de la Maison d'York
Distinctions Ordre de la Jarretière
Naissance 5 juin 1341
Kings Langley
Décès 1er août 1402
Kings Langley
Père Édouard III
Mère Philippa de Hainaut
Conjoint Isabelle de Castille
Jeanne Holland
Enfants Édouard de Norwich
Constance d'York
Richard de Conisburgh
Description de l'image Arms of Edmund of Langley, 1st Duke of York.svg.

Edmond de Langley (, Kings Langley, Hertfordshire1er août 1402, Kings Langley), fut comte de Cambridge à partir de 1362, duc d'York (1385), et chevalier de l'ordre de la Jarretière (1361).

Il était le quatrième fils du roi Édouard III et de Philippa de Hainaut. Il est le fondateur de la Maison d'York, une des branches rivales lors de la guerre des Deux-Roses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

À sa naissance en 1341, Edmond a pour parrain le comte de Surrey, un proche de son grand-père paternel Édouard II. Ce dernier meurt en 1347 et Edmond reçoit ainsi certaines de ses terres dans le Yorkshire.

En 1361, Edmond est élu à l'ordre de la Jarretière et, l'année suivante, il est créé comte de Cambridge.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

En 1359, Edmond accompagne son père Édouard III lors d'une expédition militaire en France, qui échoue devant Reims.

En 1369, il accompagne Jean de Hastings lors d'une chevauchée avec 400 archers et 400 fantassins en Bretagne et à Angoulême. L'année suivante, il part mettre à sac Limoges avec son frère aîné Édouard de Woodstock. En 1375, il essaie de défendre sans succès Brest avec l'aide du comte de March.

Edmond est nommé connétable du château de Douvres et lord gardien des Cinq-Ports de 1376 à 1381.

Edmond et le roi Ferdinand Ier de Portugal, d'après la Chronique d'Angleterre de Jean de Wavrin.

En 1381, Edmond participe à une expédition militaire en Castille depuis le Portugal dans le cadre des guerres fernandines. Après plusieurs mois de combats indécis, Edmond rentre bredouille avec ses troupes en Angleterre.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Edmond est élevé au titre de duc d'York par son neveu le roi Richard II le 6 août 1385.

Dans le testament de Richard, qui reste sans héritier, York est grandement favorisé et pressenti comme héritier du trône, bien que son petit-neveu Roger Mortimer et son frère Jean de Gand soient plus proches de Richard en terme de primogéniture. Cela ne résultait pas d'une quelconque préférence que Richard avait pour York mais du souhait du roi de voir Édouard, fils aîné d'York et cousin préféré de Richard, sur le trône.

York est nommé régent du royaume d'Angleterre en 1394 et 1395 durant les expéditions du roi Richard II en Irlande. En 1396, il est brièvement gardien du royaume lorsque Richard part en France chercher sa fiancée Isabelle de Valois.

Au printemps 1399, Richard part pour une dernière expédition en Irlande. En juillet 1399, Henry Bolingbroke, fils de Jean de Gand et exilé en France par le roi, revient reprendre ses terres qui avaient été confisquées par le roi. York, alors régent, ne lève pas d'armée pour repousser son neveu, qui gagne en soutiens. Richard, revenu en catastrophe, est emprisonné par Bolingbroke et forcé à abdiquer le 29 septembre 1399.

Bolingbroke, devenu le roi Henri IV, récompense York de sa fidélité en le nommant quelque temps gardien des Marches.

Retiré à Kings Langley, York meurt en 1402. Son fils aîné Édouard hérite de ses titres.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse en premières noces, à Hertford, le 11 juillet 1372, Isabelle de Castille et de Léon, une des filles de Pierre le Cruel et de María de Padilla.

Ils eurent 3 enfants :

Il épouse en secondes noces, en 1395, Lady Jeanne Holland (fille de Thomas Holland, 2e comte de Kent, chevalier de l'ordre de la Jarretière – demi-frère du roi Richard II – et d'Alice FitzAlan). Ils n'ont pas d'enfant.

Ascendance[modifier | modifier le code]