Dyle (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Département de la Dyle
(nl) Departement Dijle

17951814

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la région indiquant sa division en départements
Informations générales
Statut Ancien département français de la Première République et du Premier Empire
Chef-lieu Bruxelles
Histoire et événements
Annexion des Pays-Bas autrichiens et création du département
Traité de Paris : suppression du département
Préfets
(1er) 1800-1805 Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant
(Der) 1813-1814 Frédéric-Christophe d'Houdetot

Entités précédentes :

La Dyle est un ancien département français fondé en 1795 par la Première République après la Révolution française et l'annexion des Pays-Bas autrichiens, au même titre que les huit autres départements réunis. Il disparait après la fin du Premier Empire et la création du royaume uni des Pays-Bas, duquel il devient une province, en 1815.

Son chef-lieu était Bruxelles. Il tire son nom de la rivière qui le traverse : la Dyle.

Il se voit attribuer le numéro 94 dans la liste des 130 départements français de 1811 par l'administration postale[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Après la victoire des troupes révolutionnaires de la Première République française sur les troupes coalisées, notamment du Saint-Empire romain germanique (à qui appartenaient ces territoires), lors de la bataille de Fleurus le , les Français occupent les Pays-Bas autrichiens et la principauté de Liège. Ces territoires sont officiellement annexés et rattachés à la jeune République lors de la convention nationale le 9 vendémiaire de l'an IV, soit le . Ils sont alors réorganisés en neuf départements appelés les départements réunis, dont fait partie celui de la Dyle. Il est issu du partage en deux de la partie méridionale de l'ancien duché de Brabant : la première partie, au nord, devenant le département des Deux-Nèthes avec pour chef-lieu Anvers et la deuxième partie, au sud, devenant celui de la Dyle, du nom de la rivière qui le traverse. Son chef-lieu est Bruxelles.

Évolution historique[modifier | modifier le code]

Après sa défaite lors de la Campagne de France, Napoléon Ier est contraint d'abdiquer une première fois en avril 1814. Les territoires du Premier Empire sont alors dissouts et les frontières de la France sont fixées par le traité de Paris, signé le . Ce traité devait servir de base à la réorganisation future de l'Europe post-napoléonienne, mais Napoléon revient lors de l'épisode des Cent-Jours, puis est définitivement battu lors de la bataille de Waterloo le . Le Premier Empire est alors définitivement démembré et un nouvel État est créé par le Congrès de Vienne la même année : le Royaume uni des Pays-Bas. Le département de la Dyle devient alors la province du Brabant-Méridional.

En juillet 1830 éclate la révolution belge qui provoque l'indépendance de la Belgique le . La province devient alors la province de Brabant, l'une des neuf provinces du nouveau royaume. Toutefois, après la quatrième réforme de l’État belge, la province est scindée et cesse d'exister le .

Actuellement, l'ancien département de la Dyle correspond aux territoires des provinces du Brabant flamand, Brabant wallon et de la Région de Bruxelles-Capitale.

Organisation du département[modifier | modifier le code]

Le département est créé le [2]. Initialement composé de trente-huit cantons[3], il est ramené à trente cantons (justices de paix) par l'arrêté du 19 nivôse an X () et découpé en trois arrondissements[4] :

Liste des préfets[modifier | modifier le code]

Le premier fonctionnaire nommé préfet de la Dyle est Charles François Luce Didelot, mais sa nomination reste sans suite. Le premier préfet installé est Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant.

Liste des préfets napoléoniens (Drapeau de l'Empire français Consulat et Premier Empire)
Période Identité Fonction précédente Observation
1805 Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant Député du Calvados à la Convention nationale Membre du Sénat conservateur (1805)
Pair de France (Restauration)
Nommé le 12 pluviôse an XIII
En fonction le 19 ventôse an XIII ()
1808 François Louis René Mouchard de Chaban Sous-préfet de Vendôme
Préfet de Rhin-et-Moselle
Membre de la junte extraordinaire de Toscane ()
Membre du Conseil d'État
Intendant de l'Intérieur et des Finances dans les départements des Bouches-de-l'Elbe, des Bouches-du-Weser et de l'Ems-Supérieur ()
1813 Frédéric-Séraphin de La Tour du Pin Gouvernet Colonel (1789)
Ministre plénipotentiaire à La Haye (1792)
Émigré
Passe à la préfecture de la Somme (1813)
Ambassadeur de France extraordinaire à Vienne (1815)
Pair de France ()
Ambassadeur de France aux Pays-Bas (1815-1820)
Ambassadeur de France à Turin (1820)
1814 Frédéric-Christophe d'Houdetot Auditeur au conseil d'État
Sous-préfet de Château-Salins,
préfet de l'Escaut (1808-1813)
Nommé préfet du Loiret aux Cent-Jours mais refuse,
Préfet du Calvados (seconde Restauration)
Pair de France (Seconde Restauration et Monarchie de Juillet)
Membre de l'Assemblée nationale législative (Deuxième République)
Député de la Deuxième République
Député du Second Empire

Histoire postale[modifier | modifier le code]

Lettre de 1803 avec marque postale linéaire 94 Bruxelles.

Les départements conquis sont soumis aux mêmes règles administratives que les autres départements français. Dans les traitements postaux, les marques postales linéaires avec numéro de département sont donc naturellement utilisées.

Dans ce contexte, la Dyle se voit affecter le numéro de département 94, et les lettres envoyées de Bruxelles reçoivent le cachet « 94 BRUXELLES »[5].

Les villes qui possèdent des bureaux de poste utilisent de telles marques, et par exemple : Asse (avec l'orthographe ASSCHE), Diest, Genappe, Hal, Louvain, Nivelles, Tirlemont, Tubize (sous l'orthographe TUBISE), Vilvorde, Waterloo, Wavre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Oudiette, Dictionnaire géographique et topographique des treize départemens qui composaient les Pays-Bas autrichiens, Pays de Liège et de Stavelot, […], part.1 : Description des neuf départements de la ci-devant Belgique, Paris : impr. Cramer, an XII [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Livre de poste ou Départ de Paris des courriers de la poste aux lettres sur Gallica, 1811, p. 89.
  2. Jean-Baptiste Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglemens et avis du Conseil d'état, t. 8, Paris, (lire en ligne), p. 300
  3. Almanach national de France 1795 sur Gallica, p. 181.
  4. Jean-Baptiste Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglemens et avis du Conseil d'état, t. 13, Paris, (lire en ligne), p. 253-255
  5. E.H. de Beaubond. Les marques postales des départements conquis. Les éditions E. H. de Beaufond Paris 1957

Liens externes[modifier | modifier le code]