Droits LGBT au Burundi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Droits LGBT au Burundi
Image illustrative de l'article Droits LGBT au Burundi
Dépénalisation de l'homosexualité  Non
Sanction  jusqu'à deux ans d'emprisonnement
Interdiction des thérapies de conversion  Non
Identité de genre  Non
Service militaire  Non
Protection contre les discriminations  Non
Mariage  Non
Partenariat  Non
Adoption  Non
Don de sang  Non

Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, et transgenres (LGBT) au Burundi font face à des problèmes légaux que n'ont pas les citoyens non-LGBT. Depuis 2009, le pays criminalise les activités sexuelles entre personnes de même sexe, hommes et femmes, et les punit d'une peine pouvant aller jusqu'à deux ans de prison et d'une amende. Les personnes LGBT sont poursuivies par le gouvernement et sont stigmatisées par la population en général.

Localisation du Burundi.

Loi contre l'homosexualité[modifier | modifier le code]

Les relations homosexuelles entre hommes et entre femmes étaient auparavant légales au Burundi[1]. La loi de novembre 2008 de l'Assemblée nationale condamne les relations homosexuelles d'une peine de trois mois à deux ans de prison et d'une amende[2].

La loi fait suite à une marche contre l'homosexualité qui réunit plus de 10 000 participants à Bujumbura. Il s'agit de la plus importante manifestation au Burundi depuis 2005[3].

La chambre basse du parlement du Burundi fait passer la législation qui criminalise les relations homosexuelles en novembre 2008[2]. Le Sénat du Burundi rejette ensuite l'amendement proposé[4] mais l'assemblée, qui peut passer outre les décisions du Sénat, vote pour l'amendement que le président Pierre Nkurunziza fait passer dans la loi le [5].

Activités sexuelles[modifier | modifier le code]

Selon l'article 567 du code pénal du Burundi : « Quiconque a des relations sexuelles avec une personne de même sexe est puni d'une servitude pénale de trois mois à deux ans et d'une amende de cinquante mille francs à cent mille francs ou d'une de ces peines seulement »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Daniel Ottosson, « State-sponsored Homophobia: A world survey of laws prohibiting same sex activity between consenting adults » [PDF], sur ilga.org, , p. 45.
  2. a et b (en) « Burundi urged not to criminalise homosexual acts », sur Pink News, .
  3. Christophe Broqua, « L'émergence des minorités sexuelles dans l'espace public en Afrique », Politique africaine, 2012/2, n°126, p. 5-23.
  4. (en) « Burundi senate rejects gay bill », sur news.bbc.co.uk, (consulté le )
  5. (en) « Burundi Lawmakers Secretly Criminalize Being Gay », sur On Top Magazine (consulté le )
  6. « Situation des minorités sexuelles et de genre » [PDF], (consulté le ).