Assemblée nationale (Burundi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Assemblée nationale
(run) Inama Nshingamateka

8e législature

Description de cette image, également commentée ci-après
Présentation
Type Chambre basse
Corps Parlement du Burundi
Création [1]
Lieu Bujumbura
Durée du mandat 5 ans
Présidence
Président Gélase Daniel Ndabirabe (CNDD-FDD)
Élection
Structure
Membres 123 députés
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques

Gouvernement (86)

Opposition (34)

Autres (3)

  • Réservés aux twas (3)
Élection
Système électoral Proportionnel de liste
Dernière élection 20 mai 2020

Palais des congrès

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site web assemblee.bi
Voir aussi Sénat
Parlement du Burundi

L'Assemblée nationale (en kirundi : Inama Nshingamateka) est la chambre basse du parlement bicaméral du Burundi.

Système électoral[modifier | modifier le code]

L'assemblée est dotée d'un minimum de 100 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel dans 18 circonscriptions électorales plurinominales correspondant aux provinces du pays. La composition des listes est bloquée, avec pour trois noms successifs un maximum de deux hommes et de deux personnes du même groupe ethnique[2].

Les sièges sont répartis selon la méthode d'Hondt à tous les partis ayant franchi le seuil électoral de 2 % des suffrages exprimés. Un nombre variable de députés supplémentaires s'ajoute à ce total de telle sorte que la répartition finale des membres de l'assemblée corresponde à un ratio 60-40 entre Hutus et Tutsis, auquel s'ajoute un quota de 30 % de femmes[2],[3]. L'ensemble des membres cooptés sont choisis par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) parmi les candidats non élus figurant sur les listes des partis ayant remporté au moins un siège au scrutin direct, en concertation avec ces derniers.

Enfin, trois membres de l’ethnie Twa sont cooptés par la Céni sur la base de liste présentées par leurs organisations représentatives reconnues, en tenant compte du sexe et de la répartition géographique[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bosco Ndayizeye, « Historique », sur assemblee.bi, (consulté le )
  2. a b et c Inter-Parliamentary Union, « IPU PARLINE database: BURUNDI (Inama Nshingamateka), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le ).
  3. a et b « Loi électorale », sur www.droit-afrique.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]