Dolaincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Dolancourt.

Dolaincourt
Dolaincourt
L'église Saint-Genest.
Blason de Dolaincourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Mirecourt
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest Vosgien
Maire
Mandat
Élisabeth Chané
2014-2020
Code postal 88170
Code commune 88137
Démographie
Gentilé Dolanicurtien(ne)s
Population
municipale
96 hab. (2016 en augmentation de 12,94 % par rapport à 2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 25″ nord, 5° 48′ 52″ est
Altitude Min. 319 m
Max. 455 m
Superficie 2,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dolaincourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dolaincourt

Dolaincourt est une commune française située dans le département des Vosges, en Lorraine, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Dolanicurtiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Dolaincourt se trouve à 12 km à l'est de Neufchâteau, dans une petite vallée où court le ruisseau de la Sermone en direction du nord pour rejoindre le Vair. Le fond du vallon, creusé dans les marnes du Lias, est recouvert de prairies.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Dolaincourt
Vouxey Vouxey Vouxey
Dolaincourt
Châtenois Courcelles-sous-Châtenois Balléville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dolaincourt a été une seigneurie de la famille de Marches au XVe siècle. Vers 1512, Barbe de Marches a fait entrer Dolaincourt dans le patrimoine des Lavaulx de Gironcourt.

La commune connaît une période de notoriété entre 1875 et 1914 grâce à l'exploitation de la source sulfurée de Sarmery.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[1] :

  • total des produits de fonctionnement : 61 000 , soit 685  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 51 000 , soit 569  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 9 000 , soit 103  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 3 000 , soit 39  par habitant.
  • endettement : 20 000 , soit 220  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 19,10 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,25 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 13,45 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 19,48 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2014 François Perrot    
mai 1904 mai 1908 Jules Durand    
mai 1908 mai 1909 Julien Rolin    
mai 1909 mai 1912 Alfred Lombard    
mai 1912 décembre 1919 Edmond Durand    
décembre 1919 mai 1935 Henry Barrat    
mai 1935 mars 1977 Raymond Simonet    
mars 1977 mars 1989 Maurice Drouot    
mars 2014 En cours Élisabeth Chané   Enseignante

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 96 habitants[Note 1], en augmentation de 12,94 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
178154150157194205198199182
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
181178169154144145142131136
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
129102958171687994104
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
7661746883858596-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de la Sermone se voit attribuer tous les ans une fête durant une journée par les habitants de Dolaincourt, Courcelles-sous-Châtenois et Vouxey.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne chapelle bâtie au XVIe siècle (1530), l'église Saint-Genest est de taille modeste mais de forme élégante et élancée. Sa toiture et son campanile datent du XVIIIe siècle (1717)[6].
  • Monument aux morts[7].
  • La croix-calvaire de l'église[8],[9], la croix Foront[10] et la croix du cimetière[11],
Fête de la Source en juillet 1900.
Chalet restauré en 2012.
  • La source de Sarmery[12],[13] : Dolaincourt possède la seule source thermale sulfurée du Nord de la France. Elle a son origine dans un accident géologique : une double ligne de failles, qui a provoqué un effondrement de 60 m des couches géologiques, se situe à une centaine de mètres de la source. Captée à neuf mètres de profondeur, l'eau jaillit avec une température de 9,5 °C et contient à la fois du sulfure de sodium, des bicarbonates de soude, de chaux et de magnésium, du sulfate de soude, du chlorure de sodium, du fer et de l'arsenic. Son taux de saturation en sulfure de sodium, 0,057 g/L, n'est dépassé que par les seules sources de Challes (0,295 g/L) et de Marlioz (0,067 g/L). Découverte en 1849 par Auguste Voirin[14], captée en 1869, la source reçoit l'autorisation ministérielle d'exploitation le 5 mars 1875. En 1881, on construit le chalet qui sert de buvette et d'embouteillage.
    • L'exploitation consiste essentiellement à mettre l'eau en bouteilles de 25 et 50 cl et à l'expédier vers les pharmacies de la région et des grandes villes. La production ne dépasse pas les 3000 bouteilles par an. L'eau de Dolaincourt soigne avec succès pharyngites, laryngites, bronchites, ainsi que toutes les affections de la peau. 1900 voit l'apogée du thermalisme à Dolaincourt : Charles Didot crée le Comité des Promenades, la gare de Châtenois devient gare de Châtenois-Dolaincourt. L'exploitation s'arrête en 1914. En 1935, on restaure le chalet qui sera mis à sac par les troupes allemandes en 1940. Une association, « Les Amis de Sarmery », est créée en 2009 pour sauver le chalet qui est restauré en 2012.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

  • Auguste Voirin était maréchal-expert (c.à-d. vétérinaire empirique), il deviendra maire de Leurville (Haute-Marne) de 1878 à 1905.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à une croix d'argent, cantonnée de quatre rocs d'échiquier d'or
Commentaires : Les armoiries de la commune ont été officialisées par une délibération du conseil municipal en date du 6 décembre 2012 : le blason est celui de la famille de Marches qui possédait Dolaincourt au XVe siècle.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 19 avril 2019 sur l'Internet Archive)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Eglise ( ancienne chapelle Saint-Genest) », notice no PA00107325, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Monument aux Morts
  8. « Croix en pierre du XVIe siècle située devant l'église », notice no PA00107128, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. La croix-calvaire de l'église
  10. Croix Foront près de la mairie
  11. « Croix en pierre du 16e siècle », notice no PA00107127, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Articles sur la source sulfurée de Dolaincourt. Dr J.Haxo : Coup d'œil sur les eaux minérales des Vosges, Épinal, Cabasse, 1851. - Dr Pierre Bertin : Notice sur l'eau minérale de Dolaincourt, Nancy, Berger-Levrault, 1878. - Dr René Florentin thèse de médecine, Nancy, Barbier, 1906. - Dr M.Perrin et Dr E.Abel : Nancy, Pays Lorrain 1939. - F. Perrot : histoire de la Source de Sarmery et de son chalet, Dolaincourt, association des amis de Sarmery, 2012
  13. Chalet de la source de Sarmery, soutien de la Fondation du patrimoine
  14. Auguste Voirin était maréchal expert (c.-à-d. vétérinaire stagiaire), il deviendra vétérinaire et maire de Leurville (Haute-Marne) de 1878 à 1905