Discussion:Gallo

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]

Confusion[modifier le code]

Ne confondez pas français régional de Bretagne ou de région gallèse, et langue régionale (gallo en l’occurrence !)

du GALLO = GALLOIS[modifier le code]

Je ne comprends pas pourquoi, on en est encore à ne pas entendre que GALLO = GALLOIS, GALLOW, WALLON, WELSHOIS, ALLON, &c, sont les mêmes mots, qui désignent les dialectes GALLOIS de GALLIA, PAYS-DES-GALLES (qui n'est pas la France = Île-de-France) encore au 18e siècle; & que le mot "ROMAN" ne veut pas dire "ROMAIN", puisqu'il définit (en Gallois de Gallia) une technique de construction faite d'arcs & d'arches en pierres montés sur des roues, des coffrages en forme de roue. ROMAN, RÔMEN = RO, roue, rond + MAN, MEN = Pierre. Ce mot n'a strictement rien à voir avec un "Romain", Petit rabougri de Roma; suffixe Gallois AIN, A-IN = Sans hauteur, petit, difforme, informe. Un gars de Roma, se dit "Revengour" & la ville est "Reven" (& jamais Rome ou Roma). Reven peut se prononcer [ravin, ravine, riwenne, ravenne, réwen, réuin, &c], ven = venus, la vénérienne ou blanc, aussi en Gallois. Mais il est fort possible que l'orthographe dérive d'autres lettres qui n'ont pas cessé de se dessiner & de se dire de multiples manières différentes selon les endroits (Le 12e siècle, vraie renaissance, semble avoir fixé un alphabet francoys qui évoluera encore des siècles après). Le nom de la roma est donc sujet à moqueries, injures & quolibets en langue Française donc GALLOISE.

Les Bretons de 2012 sont des ignares celtomanes & mythomanes, ils parlent GALLOIS partout (donc un GALLO ou des GALLO); point final. Pour eux & leur Néo-breton de bretonnant (Devenu "Celte" par miracle du St. Esprit au 19/20e siècles) le terme "GALLO" est une insulte qui dit GALEC = un Gaulois, un Français. De toute façon les 7% de locuteurs parlant le Néo-breton divisent la péninsule dont ils imaginent le nom venu d'Angleterre & donné par les romains au 1er siècle & fiers d'avoir été nommé par l'envahisseur qui aurait parlé en Latin, jargon & langue morte du 7e siècle. Bref! Mystification; avec leurs faux-bardes en toge romaine & leurs néo-druides de la Secte d'un faussaire littéraire nommé Iolo Morganwg (natif du Pays-de-Galles). Ils se discréditent tous seuls avec leur Brocéliande, Merlin, Arthur, tiré d'un roman de fiction à la mode Gargantua de Rabelais (Ex.: UTTER ou UTHER PANDRAGON = Sa Grandeur-Généralissime).

Il faut aussi comprendre que GALLO-ROMAIN & ROMAIN-GALLO c'est BLANC-BONNET & BONNET-BLANC, c'est un romain qui se galloise & pas l'inverse (Les premiers Romains viennent s'instruire en Gallia & l'on peut affirmer que les dits "grecs" sont aussi instruits par les Gallois, qui disposent de 6000 à 8000 ans d'antériorité, de civilisation & confédérations depuis les ères de IAFET, DIS, GALLUS, BARDUS, &c); & puisqu'en 420 les GALLES, GALLOIS, GALLO gagnent & battent les Romains & en finissent définitivement avec cette dictature fasciste. 200 ans après la victoire des GALLES ou GALLOIS, une Secte partant de Roma (& encore présente à Byzance), relancera un Jargon ou Javanais MORT, construit sur une grammaire du LATIOLYS (ancienne langue romaine) qui n'est pas encore du LATIN. Le mot LATIN est un mot GALLOIS, il dérive de LAT,LAD, LADD = Bénédiction, bon office; & leur jargon, code parlé de secte, prendra le nom de leur gestion des bénédictions & offices religieux, le nom de LATIN. Mais c'est un Macaronée construit sur un mélange de Gallois & de Latiolys. Le LATIN n'a jamais été parlé par les Peuples d'Occident, ce n'est pas une langue commune au peuple, alors que le GALLOIS est cette langue commune. Donc il est inconcevable de faire croire que les Romains (Ennemis haïs par les Galles) aient d'une quelconque manière influencés la langue archaïque (+ de 6000 à 4500 ans avant J.-C) des GALLOIS. Néanmoins toute invasion ou colonisation ramène toujours quelques mots, mais c'est dérisoire. Par contre la Secte avec son Jargon Pig-latin mort a réellement pourri & gangréné la langue française (Tous les dictionnaires sont faux & falsifiés au 17e siècle; puis enseignés tel quel par les Jésuites & Cléricaux). Tout cela, bien qu'au 20e siècle, les Français parlaient encore leurs dialectes Gallois, nommé à tort Patois de régions ou GALLO. GALLO = GALLOIS. Le pays s'appelle toujours GALLIA [GALLI-Ë], GRANDE-GALLES, PAYS-DES-GALLI, des GALLES ou GALLOIS. Je ne peux pas dire mieux. En Français, le terme "GALLO-" doit toujours être relié par un trait d'union à un autre terme, qui se nourrira du premier terme. Les anglais diraient RÔMEN-GALLO & nous GALLO-RÔMEN (Blanc-bonnet, bonnet blanc).

Le GALLOIS est la langue générale à tout l'occident, & bien-sûr avec les séparations, les conflits, les invasions & les ravages, cette langue va se séparer & évoluer différemment suivant les régions & avec les siècles.


Est-ce bien l'endroit pour en parler ? Et puis, si vous croyez vous-même en votre théorie du complot, évitez d'utiliser des mots indubitablement d'origine latine ("sectaire") comme bénédiction ...

Domaine du Gallo[modifier le code]

Il y a méprise sur le terme "gallo". La langue gallo est une langue littéraire crée au XX ème siècle à partir des parlers populaires romans de Bretagne. Le mot "gallo" lui-même vient du breton pour désigner les locuteurs de langue romane. Les parlers gallos semble d'aprés les spécialistes en langue romane avoir des similarités avec les parlers du sud-avranchin, des pays de Laval, Craon et Segré et du Marais Breton (85). Mais par définition le parler gallo est breton, puisqu'il désigne l'ensemble des locuteurs romans de Bretagne. Quant à parler d'une extension d'un domaine linguistique commun allant de la Haute-Bretagne au Perche, cela ne repose sur rien du tout ! Le Maine et l'Anjou (sauf la zone Ouest) parlent un dialecte sensiblement identique (angevin ou maynard).

A mon avios gallo c'est plutot pour gallo Romain. Quand à dire que le manceau est un patois d'anjou, ca reste à démontrer, vu que les patoisans manceaux, d'après ce que j'en sais, ne comprennent pas les tourangeaux... Vincnet G 23 février 2007 à 19:48 (CET)
J'ai entendu du gallo pendant toute mon enfance en pays de Vilaine (Redonnais). Je connais bien aussi l'Anjou. Le rapport entre le patois angevin et le gallo redonnais me semble vraiment lointain. Un angevin rural ne comprend pas un locuteur du pays de Redon parlant vraiment gallo. L'influence du breton imprégné d'éléments issus du pays Nantais est perceptible. Malheureusement aujourd'hui, le nivellement est flagrant (la télévision a fait son œuvre). Malgré tout, je doute de la valeur de la carte générale des langues en France en ce qui concerne le gallo. Pour moi, le gallo est cantonné à sa partie Bretagne Historique. Le parler angevin est issu d'autres influences (patois ?, autre langue ?) sauf pour une petite part par l'immigration minière et ardoisière bretonne. Je pense que la transition a lieu entre Rennes et Laval, entre Ancenis et Candé. La Loire étant la limite Sud. Je ne sais pas pour le nord. NB: Je ne suis pas un spécialiste. Je parle d'expérience. 6 août 2007 à 19:25 (CEST)

Le gallo est une langue bretonne , la langue romane de Bretagne . Vers l'an mille il était encore parlé dans presque toute la péninsule . Il formait alors une fine mosaïque avec l'autre langue bretonne , d'origine plus ancienne et plus celtique , appelée longtemps troyen par ses locuteurs et locutrices . Toutefois , si le gallo s'étend aussi dans le Maine , c'est tout simplement parce que le Maine a conservé davantage de liens historiques avec la Bretagne que l'Anjou et la Touraine. A l'époque romaine , la Troisième Lyonnaise était plus grande que l'actuelle Bretagne . Les futurs démembrements Anjou , Touraine et Maine , en faisaient partie. Mais depuis l'influence des Francs a marqué l'Anjou et la Touraine . Par contre le Maine et la Bretagne ont gardé tant de liens historiques qu'au temps du dûché de Bretagne , les seigneurs des villes de Laval et Mayenne étaient de grands aristocrates bretons. Quand on passe d'ille et vilaine en mayenne , le gallo reste le même . Mais la langue change en Mayenne , dans les Alpes Mancelles et devient du Manceau ou du Sarthois quand on approche de la Sarthe . Il y a au moins l'accent qui change , peut-être plus , je ne sais . La compréhension devient difficile pour un Breton

Cela peut être beaucoup moins vrai pour un mayennais, c'est le principe du continuum linguistique. On pourrait parler de changement de langue si de part et d'autre d'une frontière linguistique on ne se comprenait plus, comme à l'ouest entre le breton et le gallo. C'est pas si claire entre le gallo, le normand, l'angevin... Ce qui manque dans cet article et qui fausse toute compréhension, c'est l'histoire de la période de fixation de la langue qui a été faite en Bretagne (grammaire ortho, voccabulaire...) donc à l'Ouest de l'aire linguistique avec plus ou moins des arrières pensées politiques. Le gallo aurait été surement différent s'il avait été fixé pour un mayennais, sans que l'on puisse dire que ça aurait été moins du gallo. Ce qu'on entend par gallo peut ne pas correspondre suivant l'époque ou le lieu que l'on considère, d'ou des ambiguités, il conviendrait donc d'être plus clair sur le point historique de la fixation de la langue. Vincnet G 2 juin 2007 à 11:18 (CEST)

NPOV[modifier le code]

N'y a-t-il pas non-neutralité du point de vue dans la section Histoire et dans les contributions de 195.93.97.180? Je ne suis pas du tout spécialiste du sujet, mais le ton employé ne me parait en tout cas pas très encyclopédique: "lutte du bien contre le mal" etc.

Merci pour votre feedback!

Witoki 7 mar 2005 à 11:12 (CET)

J'ai bien remarqué les contributions anonymes de 195.93.97.180 avec les termes "lutte du bien contre le mal" etc... J'ai d'abord pensé à du vandalisme, puis je me suis dit que cela n'était peut-être que de la maladresse. En tout cas c'est quelque chose à changer/améliorer/neutraliser. J'ai prevu de m'y mettre dans les jours prochains si personne d'autre ne se lance... - Akarige 8 mar 2005 à 16:52 (CET)

Merci pour ton avis et tes corrections par avance. J'étais prêt à le faire moi-même, mais tu m'as l'air beaucoup plus au fait du sujet que moi... -- Witoki 10 mar 2005 à 12:27 (CET)

Catégorie[modifier le code]

Pourquoi le gallo est-il dans la catégorie langue bretonne ? Doit-on considérer la catégorie langue bretonne comme une catégorie regroupant tout ce qui touche au breton ou aux langues de la Bretagne ? Ce n'est pas tout à fait pareil, vous ne trouvez pas ? Ganymede44 25 janvier 2006 à 17:46 (CET)

C'est apparue ici, par le biais d'un anonyme et sans changelog. Soig 28 janvier 2006 à 02:16 (CET)

Locuteurs?[modifier le code]

Combien de locuteurs parlent le Gallo? Le Chevalier Jade 30 mars 2006 à 12:08 (CEST)

Je lis qu'il existerait ...un idiome mayennais ??? Quoi t'étaissque  ???

C'est du paydloirien de contrebande !

Je ne sais pas, chez moi on ne parle pas de mayennais mais de "meunio(t)", le parler du Maine, de la Mayenne (et autres collines découvertes à marée basse :-) Gwalarn 4 octobre 2006 à 20:13 (CEST)

Le mayennais est une forme de Gallo, le gallo de Haute bretagne un autre. Vincnet G 8 février 2007 à 02:47 (CET)

Objection : Il n'existe pas de forme mayennaise du gallo . C'est du gallo , le même que dans l'ille et vilaine voisine.

Voir Mayennais. Vincnet G 2 juin 2007 à 11:25 (CEST)

Gallo au bac[modifier le code]

Une bonne partie de la Mayenne est gallèse comme la Haute-Bretagne . Il s'agit bien d'une langue bretonne . Réserver l'appellation langue bretonne à la langue que ses locuteurs et locutrices appellaient antérieurement le troyen , est abusif . Les habitants de la péninsule sont des Armoricains appelés Bretons et ils ont deux langues indigènes , deux langues bretonnes , le troyen et le gallo . Le troyen s'associe à la crèpe et le gallo à la galette. Il y a également une troisième langue dont quasiment tout le monde fait usage en Bretagne . C'est le français , qui au début fut imposé aux aristocrates bretons par un roi d'AngleterreAnglo-normandmerci Vincnet G conquérant, Henri II Plantagenêt. A l'époque , on parlait françaisnormandmerci Vincnet G même à la cour de Londres , par contre les paysans d'ile de France ne comprenait encore rien à cette novangue très aristocratique des ferrailleurs francs moyenâgeux.

Douteux, il y relativement bonne intercomprehention entre les parlers normands et les parler des gallos. Vincnet G 8 février 2007 à 02:51 (CET)

Tiens , là c'est rayé mais de manière eronnée . Né au Mans , le comte franc d'Anjou Henri II Plantagenêt n'avait pas de raison de pratiquer les idiomes de Normandie . Ses origines familiales lui permettaient sûrement de comprendre la langue d'oïl d'Anjou , mais sa langue à lui , sa langue d'aristocrate franc était la même que celle des Capet parisien avec lesquels sa famille fit longtemps équipe avant de se mettre à contester leur suprématie . Sa famille faisait encore usage parfois de prénoms germaniques mais son activisme pour étendre l'usage du français par la filière aristocratique n'en était pas moins remarquable et c'est tout naturellement qu'il fit du français la langue de sa cour de Londres . C'était du vieux français , bien sûr , encore relativement proche de l'italien . A l'époque les paysans d'Isle de France n'y comprenait rien encore par contre les bourgeois de Quimper commencèrent pour des raisons marchandes à s'initier à cette langue des nouveaux maîtres du pays après la conquête militaire de la Bretagne armoricaine par Henri II Plantagenêt.

La langue française est souvent présentée comme une langue d'oïl . Il est vrai que la massification de son usage dans les régions de langue d'oïl l'a beaucoup enrichie du vocabulaire de ces langues romanes tout en rabotant ce qui restait d'accent italien initial , mais sans lui donner pour autant la structure et la prononciation des langues d'oïl . Au tout début c'était de l'italien tout simplement parce qu'à Paris , les rois francs qui n'étaient jamais parvenus à faire adopter leur francique décidèrent de faire venir de Rôme des spécialistes compétents pour la langue profane comme pour le latin . D'entrée de jeu la voyellisation de l'italien par des gosiers germaniques en fit une langue particulière . C'est revenu un peu par la suite avec certaines occupations . En 1870 , par exemple , certains officiers allemands occupants parlaient français mais les indigènes disaient entre eux que c'était du français d'Alsaciens.

D'évidence les locuteurs et ex-locuteurs des langues d' oïl ont changé cela en apprenant le français . Mais dans l'autre sens , avant les dernières décennies , le français a sûrement beaucoup moins influencé les langues d'oïl , lesquelles ne constituent absolument pas des dialectes du français mais les langues romanes au nord de la loire ( plus ou moins ). Les langues romanes , c'est du latin de sacristie transformé par le grand nombre des paysans de langue celtique , quand ils se sont mis à l'apprendre à la messe . Historiquement çà c'est produit essentiellement dans les cent cinquante ans qui ont suivi la prise de pouvoir de Clovis et ses Francs dans l'hexagone , bien avant l'apparition du français à Paris en fin d'époque carolingienne . Hugues Capet fut ensuite le premier roi de France qui eut besoin de faire appel à un interprète pour parler avec des Francs d'Austrasie.

Contrairement à ce que raconte la partie purement imaginaire intitulée Histoire sur la page de l'article ( il faudrait revoir celà ) la langue gallèse ne fut absolument pas imposée à une partie de la Bretagne pour permettre au francs de comprendre . D'ailleurs , la langue gallèse s'est développée en formant une mosaïque linguistique avec la langue celtique plus ancienne dans presque toute la partie péninsulaire ( future Bretagne ) de la Troisième Lyonnaise . Elle devint le réduit celto-romain rebelle au pouvoir franc. Les clercs celto-romains étaient tous des latinistes distingués mais comme ils étaient bilingues çà ne leur posait aucun problème pour communiquer avec le grand nombre des paysans . Certaines localités ont opté pour la latinisation de masse et d'autres pour la promotion de la langue celtique en lui faisant l'honneur jusque là réservé au latin et au grec , d'accéder à l'écriture . La mosaïque linguistique qui en a résulté dans la péninsule a précédé de bien des siècles la lente formation des deux zones linguistiques au profit de l'idiome majoritaire , le celtique à l'ouest et le roman à l'est.

Bonjour,

Je suis étonné que dans le texte on dise qu'on peut passer le gallo comme épreuve facultative au bac qu'a partir de 2006 !? J'ai eu mon bac en 1993 a Rennes et j'ai passé le gallo en option. Cela m'a apporté juste assez de point pour avoir une mention : pensez bien que je m'en souviens !!! ;-)

Hubert

Je ne sais pas. [1] renvoie sur [2] et [3]. Soig 6 septembre 2006 à 14:50 (CEST)

Gallo ou langue gallèse[modifier le code]

J'ai créé une catégorie "gallo" alors qu'il existe une catégorie "langue gallèse". Malgré l'antériorité de celle-ci, je propose d'utiliser la catégorie "gallo", plus simple et plus immédiate que l'autre (plus facile de catégoriser les articles). Qu'en pensez-vous ? Gwalarn 4 octobre 2006 à 20:17 (CEST)

OK pour moi. Soig 5 octobre 2006 à 17:02 (CEST)

Exemples[modifier le code]

Ne faudrait il pas que le gallo soit en italique et pas le français, plutôt que l'inverse ? --Mirgolth 9 février 2007 à 11:54 (CET)

Quelques mots fréquemment utilisés seraient intéressants comme : vè (oui), seubin (sûrement), nanni (ou nan-ni ?) (non)... Une sorte de mini lexique en somme. Comme je ne suis pas sûr de l'orthographe (je ne connais que le gallo oral) je laisse un meilleur que moi compléter la page. -- 6 août 2007 à 18:24 (CEST)

A travers les exemples de gallo, on voit bien qu'il y a quelque chose que personne ne veut voir: "L'galo e unn laungg romaunn à caùzz qu'al deriv du latein" "L’Istouaérr de la Bertaèyn e la Haùtt-Bertaèyn" ect.. Ces phrases sont des phrases françaises avec un accent gallo! A vrai dire, il reste très peu de mot gallo dont on ne peut relier au français! Le gallo a certainement été beaucoup influencé par le français (et l'ancien français). Il faudrait peut-être le préciser. --Janus35 8 septembre 2007 à 21:44 (CEST)

Le gallo n'est pas une langue à part, mais du vieux français rural, tel qu'on le parlait jadis et au Moyen-Âge. Etant une langue parlée, nous nous retrouvons avec des graphies différentes selon les endroits avec les influences voisines de l'angevin, du poitevin, du mayennais, etc... Par exemple le mot "château" qui se prononce différemment en gallo : "chastèu", "chatiau", "châtieau" et même "châtéo". Les phrases telles que "L'galo e unn laungg romaunn à caùzz qu'al deriv du latein" "L’Istouaérr de la Bertaèyn e la Haùtt-Bertaèyn" sont réellement une transcription du gallo qui rappelons-le est un patois français rural. Il ne faut pas y voir du français abâtardi avec un accent gallo. Le gallo est très proche du français parce que justement le gallo est un patois du vieux français de nos campagnes. Parigot 9 septembre 2007 à 06:49 (CEST)

Dans ce cas, il faudrait vraiment changer l'article wikipedia: il nous fait croire que le gallo est une langue directement issu du latin, sans faire une moindre référence à de l'ancien français. Il faudrait voir aussi, s'il y a une réel différence entre le gallo et l'ancien français: par exemple "oir" se prononce également "ouère" en ancien français, comme "eau" se prononce "iâwe" et le féminin de l'article "un" se prononce également "unn" en ancien français (son "un + n"). Avec des variantes bien sûr suivant la région et même suivant la commune. Malgré tout, un mot comme "Musse'" (avec le "e" prononcé) n'a apparemment pas d'équivalent en ancien français --Janus35 9 septembre 2007 à 09:18 (CEST)

À l'Est du Morbihan, le gallo encore beaucoup parlé jusque dans les années 1960-1970 me semblait être un mélange de vieux français et de nombreux mots ou locutions bretons (vè ou va correspondant à ya en breton, etc.). Le gallo n'était pas à l'époque seulement « du français avec un accent spécial ». Cette vision du gallo me semble récente chez les jeunes surtout. Chez les anciens, la culture télévisuelle envahissante et l'influence (normale) des jeunes (plus imprégnés de français) affaiblissent la mémoire de la langue gallo qui se simplifie pour se transformer en patois. Il y a 40 ans, le gallo était déjà considéré comme un simple patois par certains, je pense que ce n'était pas le cas vues les fortes différences avec le français. Aujourd'hui, c'est peut-être devenu un patois. Un autre phénomène assez récent : les contrées voisines (Mayenne, Anjou) revendiquent plus facilement le gallo alors que la plupart du temps, il y était parlé un patois du vieux français avec beaucoup moins de mots bretons. évidemment la frontière entre ces pratiques est floue.
Bien que je ne sois pas un spécialiste et que je parle principalement d'expérience, je pense que cette page de Wikipedia devrait reprendre cette évolution.
-- 29 septembre 2007 à 12:32 (CEST)

Le gallo comme l'angevin, le poitevin, le mayennais, le picard, le normand sont des parlers issus de la langue d'oïl, donc du vieux français et par là même du gallo-romain latinisé (latin et bas-latin), wisigothé et franc-isé avec l'arrivée des Francs. (Pour le normand, on ne peut ignorer l'apport lexical des Vikings).

Supposition à démontrer : Il y a UN vieux français (unique ? cela paraît absurde) qui a ensuite donné LES langues d'oïl (et tant qu'à faire les langues d'oc ?). lol--Luzmael 17 novembre 2007 à 20:58 (CET)

P.S. Pour le mot "Musse", veux-tu parler du verbe "musser" ? Dans le "Larousse" et le "Robert", il est écrit que "musser" et un vieux terme français voulant dire "cacher" encore utilisé dans certaines régions. Parigot 9 septembre 2007 à 10:11 (CEST)

Peut-être est-ce là l'origine de ce mot? Sa signification est quand même différente dans le vitréen: par exemple: la chârtæ d'fingne n'va pas mussæ dans l'hangar: la remorque de foin ne vas pas rentrer dans le hangar--Janus35 9 septembre 2007 à 11:34 (CEST)
La français n'est pas LA langue d'oïl, mais une autre langue d'oïl, comme le gallo ou le franc-comtois. En plus, vous ne pouvez pas vous baser sur deux phrases, c'est un peu illogique...Keko dc 17 novembre 2007 à 18:39 (CET)

Clarification[modifier le code]

Il est indispensable de préciser quand et par qui a été fixé la graphie enseignée et utilisée en Bretagne actuellement. Ca n'est malheureusement pas précisé ici; Des exemples sont donnés et on ne connait pas le patois d'origine de ces mots, c'est un manque certain. En outre, les exemples de commune données ne le sont que pour la région Bretagne or il est trompeur de chercher à faire croire que le gallo s'identifie à la seule Bretagne historique, le schéma linguistique n'a rien a voir avec le schéma politique. Vincnet G 19 juillet 2007 à 14:56 (CEST)

Le gallo est un parler ayant des variantes dialectales mineures d'une région à une autre. La graphie ne fut jamais institutionalisée, et pour la simple raison que le gallo fut longtemps considéré comme un patois français, ce qui est d'ailleurs compréhensible. Pas étonnant d'avoir plusieurs graphies pour la même toponymie, (les exemples de Rennes et de Nantes témoignent de ces variantes). Le gallo fait partie intégrante des parlers romans comme l'angevin, le poitevin, le mayennais, le normand. Quoique que ce dernier est une souche linguistique viking. Cordialement Parigot 19 juillet 2007 à 15:12 (CEST)
La graphie dépend de la prononciation qui dépend du terroir, aussi on peut reconnaitre le patois à la graphie. Ce n'est pas neutre et il est faux de dire qu'elle n'est pas aujourd'hui institutionnalisé puis qu'une forme en est enseignée. d'après moi il convient de le préciser. Vincnet G 19 juillet 2007 à 15:18 (CEST)
Entièrement d'accord avec toi et le site Internet que tu indiques et très intéressant.Parigot 19 juillet 2007 à 15:23 (CEST)
Et il y a des exemples en gallo dans plusieurs graphies, il en y a en ELG, en g.francisée, en graphie "aneit", etc.Keko dc 17 novembre 2007 à 18:44 (CET)

Le lexique comparatif[modifier le code]

Dans le lexique comparatif, on voit "seuillée d'éve cosiow d'iow seau d'eau", mais "seuillée d'éve" est en graphie francisée, pas ELG. Je ne sais pas comme écrire "seuillée" (soelhaé d'aèv ou seüyaé d'aèv peut-être?) en ELG. A perchaènn!Keko dc 22 juillet 2007 à 12:27 (CEST)

Très fidèle ATTIS[modifier le code]

... qui me suit à la trace (lol)--Luzmael 4 septembre 2007 à 21:33 (CEST)

Le gallo / comment qualifier une langue?[modifier le code]

Je lis des passages de la discussions qui disent que le gallo est un patois du français, issu du vieux français...

Comme d'autres l'ont mentionné, les langues d'oïl**, sur le même pied que le français, sont issues du latin vulgaire. Ensuite ce latin s'est transformé sous l'influence des langues qui étaient parlées sur place, des langues voisines, etc.

Ainsi le gallo n'est pas un patois du français, c'est une langue soeur du français, pas une langue fille.

D'ailleurs il faut préciser qu'il y a une différence de première importance entre français régional et la langue d'oïl parlés sur place.

Le français régional est le dialecte du français.

À ne pas confondre avec, par exemple, le gallo, langue d'oïl, qui n'est, à la base, pas plus reliée au français que le picard au wallon. Même si l'on peut les rapprocher, qu'il peut exister un continum dialectal, les deux langues existent et ont des caractéristiques à étudier.

Enfin, faites attention à ne pas confondre «vieux français» et «langue d'oïl». Appeler toute évolution régionale du latin vulgaire du nord de la France «ancien français» donne l'idée fausse que les langues d'oïl** sont des variétés du français.

    • [Si l'on considère que langue d'oïl s'exprime au pluriel de par la multiplicité de ses formes.]

Alors demandons-nous si, sur la page gallo, on veut présenter la variété du français influencée par le gallo, ou alors le gallo. Aussi, on ne peut trancher cela au couteau, l'influence du français sur le gallo étant plus ou moins importante selon les personnes et les régions.

On y va pour la forme épurée? La forme francisée? On présente les deux formes? Je propose que l'on présente les deux formes, car ces deux formes existent et donc se doivent d'être présentées. En précisant quelle graphie on utilise pour les néophytes.

Je n'ai pas de compte Wikipédia car ce n'est que ma seconde participation. Bruno est mon prénom si vous voulez vous adresser à moi.

personne ne dit que c'est un patois du français, mais c'est un patois de France voir un groupe de patois. Cette page devrait à mon sens définir le terme gallo, hors les formes de patois identifiés par dénomination sont divers et ont évolués, l'article doit tenir compte de ses éléments et présenter ce qui peut être compris par ce terme. Parler de forme épurée n'a pas de sens, je pense que tu veux parler du gallo institutionnalisé ?. Sous la forme actuelle, il est claire que l'article est confus et à recycler, je suis assez d'accort avec toi sur le fait qu'il serait intéressant de présenter plusieurs graphies, et même de plusieurs transcriptions phonétiques. Quand je lis structures grammaticales calquées sur le français au patois centré sur la caricature du monde agricole. je trouve ça consternant. Vincnet G 1 décembre 2007 à 00:18 (CET)

Commentaires et avis personnels de 192.44.63.163[modifier le code]

192.44.63.163 a ajouté les textes suivants à l'article. Comme commentaire, je déplace ici. Man vyi (d) 11 juillet 2008 à 16:29 (CEST)

192.44.63.163 a ajouté d'autres commentaires que je déplace également ici. Liger (d) 19 juillet 2008 à 06:48 (CEST)

Pour la plupart des gens, le gallo n'est pas condidéré comme une langue, mais comme un dialecte français. Afin de lutter contre ce cliché, les défenseurs du gallo ont développé des systèmes orthographiques artificiellement le plus différent possible de l'orthographe du francais. Ex: Rennes s'écrit Resnn mais se prononce tout de même comme en français. De même pour defense et defanss, den et dans, etc... N'oublions pas le célèbre cz (prononcer s comme un c cédille) qui provoque l'hilarité la plus totale des linguistes. Le gallo souffre, d'une part de ne pas être une vraie langue et d'autre part, du manque de sérieux de ses défenseurs. En effet la stratégie consistant a se différencier le plus possible du français, au mépris de la réalité linguistique, a pour conséquence de rendre plus difficile l'apprentissage de cette langue.
On peut également faire remarquer que le français, contrairement à d'autres langues comme le breton, l'arabe ou l'occitan a peu de respect pour ses dialectes et les méprise franchement. Par conséquent, le gallo souffre de cet état de fait et ses défenseurs ont choisi la stratégie de dire que le gallo était une langue à part entière.
Il y a moins de différence entre le français et le gallo qu'entre le breton littéraire et le breton de Guérande.
[réf. nécessaire]
Le cas le plus drôle est la finale de l'infinitif en ir ( par exemple partir) La forme primitive du francais et du gallo est partir. Mais, à Paris, partir commença a se prononcer parti (sans le r). Petit à petit, la prononciation parisienne se répanda vers l'est et tout l'est de la Haute Bretagne adopta la prononciation parisienne. Ensuite, à Paris on décida de "nettoyer" la langue française et de lui redonner sa pronociation d'origine: partir (avec le r final prononcé). Cette nouvelle influence parisienne se répandit encore vers l'est. Aussi, en haute bretagne, quand dans quelques villages de l'extrème ouest, on retrouve la prononciation partir, on serait tenté de penser que c'est sous l'influence du français littéraire, mais non, c'est tout simplement la prononciation originelle retrouve la prononciation ir à l'ouest et à l'est, alors qu'au centre, c'est la prononciation i qui est effectué.[réf. nécessaire]
Ca suffit les bêtises: le gallo n'est pas une langue mais un dialecte français. Comme le corse est un dialecte Italien, l'alsacien un dialecte allemand, le gascon un dialecte occitan.
J'aimerai signaler qu'en Alsace, dans les écoles bilingues, les enfants apprennent l'allemand.
Qu'en Belgique, les Wallons n'apprennent pas le dialecte wallon ( qui est pourtant plus différent que le gallo du français) mais le français. C'est pareil, les Arabes à l'école, n'apprennent pas leur dialectes locaux, mais bien une langue littéraire.
Dire que le gallo est une langue est stupide. Mais pourquoi le dit-on d'ailleurs? Surtout que c'est l'une des langues d'oil à être le plus proche du français, non pas par influence récente, mais tout simplement par extension du français de Tours d'est vers l'ouest. (signé 192.44.63.163)
Alors, la région et l'état sont "stupides" en reconnaissant le gallo comme langue régionale? Épatant. Néanmoins, c'est la réalité administrative. Bien sûr que toutes les langues d'oïl sont des dialectes d'oïl (et que le breton est un dialecte brittonique), et c'est une réalité linguistique. Mais vouloir dire que le gallo est simplement un dialecte campagnard du français manquerait autant de réalité encyclopédique que dire que le français est simplement un dialecte urbain du gallo. Bien, merci pour l'intérêt jusqu'ici dans l'article mais que vos modifications à l'avenir soient plus à propos. Man vyi (d) 5 août 2008 à 16:10 (CEST)
Difficile de ne pas évoquer le contexte politique pour la réaction administrative. Ca va pas être simple de rester neutre... Vincnet G discuss 8 août 2008 à 20:57 (CEST)
Pourquoi le gallo est un dialecte du français et pas l'inverse ? Parce que tout penche vers la première proposition : nombre de locuteurs, reconnaissance à l'étranger, enseignement du gallo pour des objectifs uniquement culturels... Glaviot (discuter)
Non, ce qui est dit, et est un fait linguistique : le français et le gallo sont des dialectes d'oïl. Au même titre que le poitevin est un dialecte d'oïl, etc. Personne n'a jamais voulu prétendre à une supériorité du gallo par rapport au français. levieuxtoby ·   · 29 janvier 2014 à 10:20 (CET)

le gallo[modifier le code]

je vous conseille quelques livres:

Atlas linguistique de France Atlas de l'histoire de france XV XIX em siècle (autrement)olivier guyotjeannin petite histoire linguistique de la bertagne (maezoe) alain j. raude le petit matao ( rue des scribes editions) regis auffray

Grace a tout cela, vous comprendrez que la langue d'oc a été parlé en Bretagne avant la la langue d'oil.

Ensuite, cela vous permettra de comprendre que le gallo est un dialecte français et que ses defenseurs choisissent de le denaturer afin de l'eloigner le plus possible du francais

Selon, l'ALDF, le Gallo comprendrait ( cela varie, mais selon la prononciation du mot bruit en "bru") le gallo comprendrait un epu des côtes d'armor et du morbihan, l4ille et Vilaine, La Mayenne, l'Orne, La Loire Atlantique, la Sarthe et l'Indre et Loire. Mais avec le Normand, mis à part la prononciation des ch en k (originel) et parfois des s en ch.....il n'y a pas beaucoup de différence.

Qaund on compare la langue d'Oil avec le breton, on s'étonne réellement du peu de diffèrence et du peu de fragmentation dialectale malgré les distances énormes. Pourquoi?

Et, par exemple, où se trouve dans Le Petit Matao l'indication prétendue que "la langue d'oc a été parlé en Bretagne avant la la langue d'oil" svp? Man vyi (d) 6 août 2008 à 23:21 (CEST)

http://www.maezoe.com/maezoe-ga.htm

allez sur ce site très intéressant

Je ne veux pas insinuer que vous êtes, legerement, avec parcimonie, infinitesalement de mauvaise foi, mais je ne parle pas seulemnent de prouver que la langue d'oc existait avant la langue d'oil mais que le gallo est un dialecte français. Et en lisant le dictionnaire petit matao ou en regardant l'atlas linguistique de la france, on s'en aperczoit.

C'est tout. c'est sur qu'il y a quelques mots qui change, mais c'est comme en breton, en chinois ( même si en Chine, les différences sont nettement plus marqués entre les dialectes à telle point qu'on pourrait (contrairement au gallo et franczais) linguistiquement definir comme langues distinctes) mais c'est un dialecte d'oil avec le franczais comme langue littéraire.

Je comprends votre tristesse, Monsieur, mais ce n'est pas une excuse pour etre de mauvaise foi.

Du fond du coeur je suis désolé de la triste réalité et de votre rêve qui se brise.

Enfin, une référence. Mais selon cette page le britto-roman primitif serait plus proche de la langue d'oc que le gallo actuel; ce qui ne démontre pas l'existence auparavant de la langue d'oc dans le territoire. Et vous pourriez éventuellement indiquer la page dans le Petit Matao? Man vyi (d) 8 août 2008 à 16:56 (CEST)

je n'ai jamais lu dans le petit matao rien qui parle du britto roman primitif. Vous avez mal lu ou je me suis mal exprimé peut être.

en tout cas les rcherches de Maoze que j'estime sérieuses monteurent ben que l gallo s'est èrpandu d'est en ouest en effacant soit l britto roman peurmitif ( eune manière de lang d'oc) ou soit le beurton.

d'ailleur je suis moi aussi contaminé par la manière de faire des néo bretonnants, c'est à dire deformer le plus possible le vrai gallo pour le différencier le plus possible du francais

J'ai du mal à comprendre le lien entre bretonnants (==britophones) et gallophones... Soig (d) 12 août 2008 à 15:53 (CEST)

par exemple le cas du "re" dans refaire rependre etc..

ce re subit une methatese uniquement dans l'ille et vilaine selon l'atlas linguistique de la France (voir a l'université de villejean ou il est en libre consultation)

dans tout le reste on emploie re ( ou peut etre r') mais pour bien marquer que le gallo etait différent du français j'ai artificiellement employé une methathese.

POur répondre à Parigot: pour moi non plus le gallo n'est pas une langue à part.

C'est de l'angevin déformé. En gros c'est un français régional qui a développé ses propres originalités tout en subissant des influences externes.(souvent concentriques à partir de paris d'ailleurs.) De ci et là dans les zones qui ont oublié le breton, ont retrouve du vocabulaire breton mais.

On attends toujours des références. Pour ce qui est de la polémique « dialecte du français » vs « langue », les choses sont claires. Pour les linguistes, le français est l'une des variantes de langues d'oil qui sont apparues lorsque le bas-latin a évolué. Ce sont donc des langues filles et non une langue-mère et un de ses dialectes. Soig (d) 12 août 2008 à 15:53 (CEST)

Je ne sé poin, j'aim un pti l'gallo mé pou may cé poin eun lang vé

Vé, c bio mé cé point eun langu vrai dam

j seu un pti trist à le dir — Le message qui précède, non signé, a été déposé par l'IP 192.44.63.163 (discuter), le 9 août 2008 à 11:39.

Toujours est-il que le gallo est reconnu administrativement comme langue régionale (par la région Bretagne) et comme langue de France (par l'état français). Si, selon l'état français, le gallo n'est pas un dialecte français, que faire encyclopédiquement? En outre, le gallo est reconnu comme langue minoritaire dans l'accord de 2007[4] entre les États de Jersey et le Conseil Général d’Ille-et-Vilaine (v'là tch'explyique mén întéthêt, véthe). Mais peut-être pourrait-on changer l'introduction afin de suivre l'exemple de l'article Picard qui lit: Le picard est une langue dont les origines sont communes avec celles du français ; c’est donc une langue romane. Proposition intéressante? Man vyi (d) 10 août 2008 à 09:50 (CEST)

savieze vous que dans un village de bretagne on disait nonante pour quatre vingt dix

A DEMONTRER[modifier le code]

Jusqu'ici, je n'ai pas trouvé de démonstration convaincante de l'existence du Gallo en tant qu'espèce linguistique propre à la Haute-Bretagne. Je verrais plus facilement un ensemble de parlers Oil (qu'il n'est pas un grand crime d'appeler "français") de l'Ouest de la France. En effet, est-ce que vraiment l'Oil de Fougères est plus proche de celui de Saint Brieuc que ceux de Mayenne? Qu'on me permette d'en douter. Parlant linguistique il faut faire attention à ne pas se laisser emporter par des considérations non-linguistiques.

Ensuite, beaucoup de gens, y compris les linguistes, dans leur défense de classements basés sur l'histoire des parlers, et leur opposition à la notion de différentiation, en oublient la motivation première de tout ça: l'écologie culturelle. On doit défendre la diversité culturelle, donc, avant tout, les langues indiscutables; et ensuite, si on peut, toutes les variétés, sachant que le degré de gravité de la mort d'une culture est exactement égal à son degré de différentiation. Ce n'est pas parce qu'on me raconte l'histoire des différents parlers romans qu'on me démontre des différences fondamentales entre les Oils de l'Ouest, le Français officiel et les dialectes français ruraux. Il ne faut pas oublier qu'il ne suffit pas de ne pas se comprendre pour parler des langues différentes; ce fait définit même pour moi un dialecte.

Pour résumer, on peut défendre les parlers "gallo" dans le cadre de la Francophonie et de ses budgets, et ça ne doit surtout rien enlever à la défense du Breton.82.126.56.145 (d) 11 septembre 2008 à 04:08 (CEST)

personne ne le nie, il y a eu les gallos, puis le Gallo avec la normalisation de la langue, reste à écrire comment on passe de "les" à "le". Vincnet G discuss 11 septembre 2008 à 21:17 (CEST)

Vous dîte "personne ne nie", quand cet article même commence par affirmer le Gallo comme deuxième langue de Bretagne. J'ai dû mal m'exprimer. 82.126.50.34 (d) 13 septembre 2008 à 16:59 (CEST)

Mais non, l'article commence par affirmer que le gallo est « reconnue depuis 2004 comme l'une des « langues de la Bretagne » ». Ça, on ne peut pas nier. Deuxième langue? L'article ne l'affirme pas. Man vyi (d) 13 septembre 2008 à 21:12 (CEST)

je suis désolé de mon erreur pour la deuxième langue. Mais pour moi ladite reconnaissance reste une erreur pour la rigueur linguistique, tant que n'est pas démontré ce que je demandais plus haut: la spécificité collective des parlers d'Oil (hors Français officiel) en Bretagne, par rapport aux parlers mayennais. Pour moi, il y a une seule langue qui appartient en propre à la Bretagne: le Breton. 82.126.61.238 (d) 16 septembre 2008 à 18:17 (CEST)

Parler du Gallo comme un « dialecte du français » est impropre, car le gallo comme le français sont des dialectes de Langue d'oïl. Comme le dit très bien l'article, les linguistes rapprocheraient le gallo plutôt des parlers en usage en Anjou, dans le Maine et en Touraine.
Les Bretons insulaires venus s'intallés dans la péninsule armoricaine (tant bien même encore que beaucoup de bretonnant ne reconnaisent pas ce fait) ne se sont jamais massivement implantés en Haute-Bretagne, comme ils l'ont fait en Basse-Bretagne, au point de modifier radicalement le paysage linguistique qui prévalait alors, dominé par les langues romanes. Ça c'est un fait prouvé par des études scientiques les plus sérieuses.
Le gallo a donc autant que le breton, sa place dans la culture de cette région. Si ça n'était pas le cas pourquoi les régionalistes s'évertuent-ils autant à réclamer le rattachement de la Loire-Atlantique, département essentiellement de langue gallèse (tout comme l'Ille-et-Vilaine d'ailleurs), alors que des villes comme : Rennes et Nantes (pourtant « capitales » de la Bretagne ! ), Ancenis, Vitré, Fougères ou Chateaubriant (pour ne citer qu'elles) n'ont jamais été considérés dans leur histoire comme cités « bretonnantes » ?
Saun le galo poènt de Bertaèyn ! (« Sans le gallo point de Bretagne ! » )
Pj44300 (d) 12 novembre 2008 à 15:25 (CEST)

Ne pas rattacher l'histoire du Gallo à l'histoire du Français, rattacher les deux à celle des langues d'Oil, je veux bien admettre ce point de vue, tout en continuant à le trouver discutable et surtout y déceler des intentions autres que purement linguistiques.

Que le Gallo soit officiellement déclaré comme langue parlée en Bretagne; c'est un fait. Mais tout ce qui est officiel n'est pas forcément dénué d'erreur. Tel l'exemple de la Loire Atlantique que vous citez, officiellement hors de la Région Bretagne, mais toujours en Bretagne pour la majorité des interessés.

La façon dont on présente le Gallo comme la langue de la Haute Bretagne est comprise par le lecteur comme si c'était une langue spécifique à la Bretagne orientale alors que c'est un idiôme couvrant autant les régions limitrophes de la Bretagne. Ceci mériterait d'être plus clair, si on ne veut pas induire en erreur.

Ceci n'a rien à voir, bien sûr, avec la présence de différentes formes de langues d'Oil, voire d'influences occitanes, dans le Bretagne orientale que personne ne nie.

J'en profite pour rappeler qu'une partie non négligeable de la Haute Bretagne a parlé Breton. Qu'une minorité n'a jamais cessé de le parler à Rennes et à Nantes, que l'Ouest de la Loire-Atlantique parlait Breton au début du siècle dernier.

Et, si le Breton est minoritaire, y compris en Basse-Bretagne, c'est bien grace à son identité, clairement differenciée de l'identité culturelle française, que les Bretons peuvent s'affirmer comme peuple. Même observation pour l'Ecosse où le Gaélique est bien plus minoritaire, mais sans lui, l'Ecosse ne serait qu'une région du Nord de l'Angleterre (son Gallo à elle, le Scots, n'y changerait rien). Kej (d) 9 décembre 2008 à 07:07 (CET)

Fabien Lécuyer et exemples de phrases[modifier le code]

Bonjour, je ne connais pas personnellement ce monsieur et n'ai rien contre lui mais je trouve que son nom revient de manière incessante dans cette page, tant que cela fait penser à de l'autopromotion à peine dissimulée.

Quant aux exemples de phrases fournis en fin d'article, cela tourne presque au comique tellement l'on doit faire d'effort pour restituer la prononciation réelle (je n'y parviens d'ailleurs pas tout le temps alors que je connais correctement le patois - région de Lamballe - même si je ne l'ai qu'entendu parler par les générations précédentes, le fait d'y baigner quarante ans durant suffit pour l'avoir dans l'oreille).

Cordialement, --Pierre Fiala (d) 14 février 2009 à 23:01 (CET)Pierre Fiala

Nombre de locuteurs[modifier le code]

Je recrée cette section, la précédente locuteurs ? ayant été squattée.

Le nombre de 28300 locuteurs donné par l'INSEE me semble très très faible ! C'est vrai que c'est un nombre en diminution constante, au moins à la campagne. Mais rien qu'en prenant les 200 communes environ de Bretagne (d'après la carte) qui parlent gallo, si on ne compte que 100 locuteurs par communes, ce qui est beaucoup trop peu, on atteint déjà 20000 locuteurs rien qu'en Bretagne ! Je suspecte l'INSEE de ne compter que les locuteurs qui déclarent parler le gallo, c'est-à-dire en Bretagne quasi exclusivement où la population est la plus sensibilisée à la question. Et même en Bretagne, je connais beaucoup de personnes qui parlent sans nommer leur langue (par dédain pour la question, honte de parler "patois" comme ils disent ou ignorance), donc j'estime grossièrement à environ 60000 locuteurs en Bretagne seule. Quelqu'un aurait-il des références plus précises ?--AFAccord (d) 7 mars 2009 à 12:28 (CET)

faut arrêter de soupçonner tout le monde ! l'INSEE, qui travaille sérieusement, ne vas pas inventer des chiffres qui n'existent pas ! si les locuteurs ne se déclarent pas, y a pas grand chose à faire... Bzh-99(d) 7 mars 2009 à 22:06 (CET)

Expressions[modifier le code]

Je me suis permise de retirer "pochon" parce que le mot ne vient pas du gallo (on l'utilise aussi en Basse-Bretagne). Je pense qu'il vient simplement du français.

Sinon, il écrit : « Dame vê, je sonje ! - Oui, bien sûr, je confirme ! (expression très fréquente en Sud Bretagne) ». Quelqu'un pourrait-il préciser ce qu'on entend par "Sud Bretagne" ? --Guil2027 (d) 29 août 2010 à 23:58 (CEST)

Modification de l'ensemble de l'article "gallo" de Wikipedia[modifier le code]

En tant que professeur de gallo du secondaire et du supérieur et en tant qu'auteur d'un dictionnaire de gallo, je me suis permis de modifier profondément l'article, de le réactualiser, d'en modifier les éventuelles imprécisions et d'y apporter les références réclamées par le modérateur. AUFFRAY Régis (d) 5 septembre 2010 à 17:22 (CEST)

Relecture[modifier le code]

Liste de vérification
Type de remarque À vérifier Explication détaillée Fait ?
Accessibilité Les pratiques facilitant la lecture par les logiciels pour malvoyants ou pour non-voyants sont prises en compte dans la mesure du possible (pour y aider se trouve un gadget). Wikipédia:Atelier accessibilité/Bonnes pratiques
Conventions bibliographiques Il existe sur Wikipédia des conventions bibliographiques, à respecter tant dans la partie « Bibliographie » que dans les références. WP:CB. Et voir les modèles {{ouvrage}}, {{chapitre}}, {{article}} et {{lien web}}
Guillemets Si l'article contient des guillemets anglais : " ", il faut les remplacer par ceux-ci : « »[1]. Wikipédia:Conventions typographiques#Guillemets
Images Les images n'ont pas de taille fixée, les schémas de plus de 350px sont centrés, les photographies avec un ratio autre que 4/3 ou 3/4 sont réglées avec un «upright» adéquat. Les images non indispensables sont supprimées, et les pages sur Commons sont liées. Les descriptions des fichiers des images (Commons inclus) devraient disposer d'une version en français. WP:IMG
Italique L'italique est à réserver à un nombre de cas limités, comme l'emploi de termes étrangers et les titres d'œuvres (livres, albums musicaux, titres de chansons, etc.) Wikipédia:Conventions typographiques#Italique
Langue des références Les références en langue(s) étrangère(s) sont précédées du modèle l'annonçant : Anglais > {{en}} > (en), Allemand > {{de}} > (de), etc. Le paramètre langue= est à préférer pour les références utilisant les modèles bibliographiques précédemment cités. Catégorie:Modèle d'indication de langue
Liens externes dans le corps du texte Un lien externe ne doit pas figurer dans le corps de l'article mais doit être transféré en référence. Wikipédia:Liens externes
Liens internes dans les titres Les liens internes sont à éviter dans les titres des sections et les sous-sections de l'article. Wikipédia:Liens internes#La pertinence des liens
Ligatures L'article parle d'« oeuvre » (ou « Oeuvre ») et de « soeur » ? Il faut écrire « œuvre » (ou « Œuvre ») et « sœur »[1]. Wikipédia:Fautes d'orthographe/Courantes#Ligature
Majuscules Une lettre normalement accentuée doit l'être également quand elle apparaît sous la forme d'une majuscule[1]. Wikipédia:Conventions typographiques#Accentuation
Nombre La syntaxe formatnum ({{formatnum:123456789}}) permet de mettre en forme les chiffres isolés. {{Unité}} ou {{nobr}} est indispensable pour les chiffres suivis ou précédés d'une unité ou d'un nom. Wikipédia:Conventions typographiques#Nombres et espaces
Note à appels multiples Si deux passages de l'article sont sourcés par exactement la même référence, on utilisera <ref name=..>. Aide:Note#Notes à appels multiples
Points Mettre un point final à la fin de chaque phrase, verbale ou non ; en particulier, les légendes d'illustrations, les notes, les références de sources, etc. Wikipédia:Conventions typographiques#Points
Ponctuation Mettre une espace avant et après les ponctuations doubles (point-virgule, double point, point d'interrogation, point d'exclamation) ; une espace après les ponctuations simples[1]. Wikipédia:Conventions typographiques#Signes de ponctuation
Références et ponctuation Les références précèdent la ponctuation et collent au dernier mot[1]. Lorsque plusieurs références se suivent, elles sont séparées par {{,}}. Aide:Note#Règles relatives à la ponctuation
Traduction Lors d'une traduction, l'apposition du modèle {{Traduction/Référence}} sur l'article est obligatoire si un résumé de modification ne fournit pas l'information complète nécessaire. Aide:Crédit d'auteurs#Modèles de crédit des auteurs
  1. a, b, c, d et e Une façon simple de vérifier ce point est d'utiliser la fonction « recherche sur cette page » de votre navigateur, en mode lecture ou édition (Ctrl+F sur la plupart des navigateurs).

Proposition au vote BA[modifier le code]

Fairytale bookmark silver light.pngQuestion mark 3d.png
J’ai l’intention de proposer prochainement la page « Gallo » au label « bon article ». Si vous estimez que la procédure est prématurée, vous pouvez me contacter pour me faire part de vos arguments.

Vote précédent : Proposition « Bon article »

Oie blanche (discuter) 25 mars 2014 à 16:18 (CET)

.

Bonjour,
je me suis permis de relayer le message au portail Bretagne afin d'avoir le maximum de relectures avant que le label ne soit tenté. Cdlt, XIII,東京から [何だよ] 25 mars 2014 à 19:12 (CET)
Merci d'avoir relayé la proposition ! Je n'avais pas pensé à aller voir du côté du projet Bretagne. Oie blanche (discuter) 26 mars 2014 à 17:18 (CET)
Idéalement, j'aurais aussi prévenu le portail langues, mais comme il n'a pas l'air très actif... Dans tous les cas, je conseille quand même d'attendre des relectures avant de lancer la procédure (au pire attendre 1 ou 2 semaines). Cdlt, XIII,東京から [何だよ] 26 mars 2014 à 19:11 (CET)
Oui, c'est ce que je compte faire, Oie blanche (discuter) 27 mars 2014 à 20:47 (CET)
J'arrive ici via l'Atelier de lecture (moribond, malheureusement…). Je ne vais sans doute pas procéder à une relecture complète et sérieuse, d'autant que l'article est déjà très bon et que je n'aurais pas grand-chose à apporter. Quelques remarques quand même :
  • Je ne suis pas sûr que la comparaison avec la situation linguistique en Écosse soit vraiment pertinente dans l'introduction. Personnellement, je déplacerais ça dans la sous-section #Classification.
  • « des termes gallo » : quand le nom de la langue est utilisé comme un adjectif, ne devrait-il pas s'accorder ? (Quid de l'adjectif « gallèse », d'ailleurs ?)
  • Le sourçage semble un peu faible dans les derniers paragraphes de la sous-section #Littérature.
  • Dans la section #Écriture, pourquoi le second tableau comparatif se trouve-t-il au milieu de la sous-section #Graphie ABCD ?
  • L'utilisation de tableaux à des fins de mise en forme dans la section #Lexique n'est pas idéale.
  • À quoi sert la section #Toponymie ?
  • Je suis également favorable à la suppression de la section #Exemples de texte en gallo, peu pertinente à mon sens.
– Swa cwæð Ælfgar (discuter) 1 avril 2014 à 17:45 (CEST)
Notification Ælfgar :. Bonjour et merci beaucoup pour vos corrections et suggestions ! Je ne vois que maintenant vos remarques ici, sinon j'y aurais répondu plus tôt. Déjà, comme vous l'avez suggéré, j'ai déplacé la phrase sur l'Ecosse en Classification et j'ai mis le tableau comparant les systèmes d'écriture dans une sous-partie propre. Ensuite, pour reprendre point par point : l'adjectif "gallèse" ne concerne que le féminin, "gallo" sert aussi d'adjectif au masculin ; je vais tenter d'améliorer le sourçage de la partie littérature ; et à propos des tableaux de la section lexique : je me suis inspiré de l'article sur le maltais et à vrai dire je ne vois pas trop comment présenter autrement, à moins de supprimer les exemples donnés. je suis tout à fait d'accord pour supprimer les parties sur la toponymie et les exemples de textes. Je viens d'ailleurs de le faire. Cordialement, Oie blanche (discuter) 5 avril 2014 à 09:19 (CEST)
Pour l'adjectif « gallo », je pensais aussi à l'accord en nombre. « gallos » n'existe pas ?
Pour les tableaux, il me semble qu'une meilleure alternative serait de faire une liste à puces et d'utiliser le modèle {{Début de colonnes}}. – Swa cwæð Ælfgar (discuter) 5 avril 2014 à 16:32 (CEST)
Oui, pour le pluriel c'est gallos, j'ai du me tromper. Les tableaux sont transformés en liste, la partie littérature est sourcée et j'ai aussi fait quelques derniers ajouts (principalement la sous-partie sur la standardisation). Oie blanche (discuter) 6 avril 2014 à 12:20 (CEST)
Super ! Juste un dernier détail : il y a une raison pour que les listes de mots ne soient pas dans l'ordre alphabétique ? – Swa cwæð Ælfgar (discuter) 7 avril 2014 à 15:42 (CEST)
Ah oui je n'avais pas pensé à ça, c'est fait ! Bon je propose l'article au vote ce soir, merci en tous cas. Oie blanche (discuter) 7 avril 2014 à 18:17 (CEST)

Ecriture[modifier le code]

Ne devrait-on pas indiquer dans quel système d'écriture sont présentés les exemples de langue? On ne le fait que dans la section écriture...

Ce qui serait d'ailleurs encore mieux serait d'unifier l'orthographe gallèse au sein de cet article; mais cela donnera sans doute lieu à des batailles infructueuses entre les inconditionnels des divers systèmes. A vous de voir. Mais vu qu'on y est, je vais donner mon avis: Etant donné que l'article nous propose des comparaisons entre divers dialectes, il faudrait, du moins à ces endroits-là, éviter des graphies du type ABCD qui unifie l'orthographe de tous les dialectes. Mais aux autres endroits, il faudra du coup choisir un dialecte de référence, ce qui posera de nouveau des problèmes. Ce que je propose est donc d'utiliser l'écriture phonétique API pour les comparaisons de dialectes, et une graphie suprarégionale (ABCD ou autre, à voir) pour le reste. --85.2.19.100 (discuter) 4 juillet 2014 à 12:47 (CEST)

Ben juste un petit ajout sur le Gallo de Maine et Loire,[modifier le code]

J'ai passé ma petite enfance dans le Segréen du côté du Lion D'Angers, d'origine bretonne mais non locuteurs, parler Breton ou Gallo, c'était la honte, mais les voisins,les copains ne parlaient quasiment pas le Français. Depuis je m'intéresse au Gallo et au Breton, le Gallo officiel ne pose pas grand problème et m'aide à décrypter le Breton par une structure proche. Pour moi le nord-ouest du maine et Loire est Gallèse et plus que le sud Loire avec même la forme neutre typique des langues qu'on dit Celtes. Depuis j'ai découvert le créole réunionnais qui a eu visiblement un impact du gallo et les difficultés des notions de genre qui est la marque de fabrique des Créoles. Malheureusement pour nous le Gallo disparait totalement,et eux se sont construit une véritable langue.

Notification Pemmore : Bonjour, vous avez des sources pour étayer vos propos ? --Lyokoï (discuter) 20 mars 2017 à 18:29 (CET)