Crise du nord du Kosovo de 2022-2023

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Crise du nord du Kosovo de 2022
Description de cette image, également commentée ci-après
La région surlignée en orange est le nord du Kosovo, dont la population n'est pas soumise aux autorités de Pristina.
Informations générales
Date Depuis le
Lieu Nord du Kosovo
Casus belli Expiration des documents et plaques d'immatriculation pour les voitures.
Issue En cours :
• Accord conclu concernant les plaques d'immatriculation
• Les Serbes du Kosovo (en) se retirent des institutions du Kosovo
Élections municipales (en) dans le nord du Kosovo prévues pour avril 2023
• Les responsables serbes déclarent qu'ils demanderaient à la Force pour le Kosovo de déployer 1 000 soldats serbes dans le nord du Kosovo
• Les Serbes du Kosovo dressent des barricades le 10 décembre
• Le Kosovo signe officiellement un document pour solliciter le statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne
Belligérants
Civil flag of Serbia.svg Serbes du Kosovo (en)
Liste serbe
Flamuri i Policisë së Kosovës.svg Policiers serbes du Kosovo
Soutenu par :
Drapeau de la Serbie Serbie
Drapeau de l'OTAN OTAN
Coat of arms of the Kosovo Force.svg Force pour le Kosovo
Drapeau de l’Union européenne Union européenne
Coat of arms of Europe.svg EULEX
Drapeau du Kosovo République du Kosovo
Flamuri i Policisë së Kosovës.svg Police du Kosovo
Commandants
Pas de direction officielle
Soutenu par :
Drapeau de la Serbie Aleksandar Vučić
Drapeau de la Serbie Petar Petković
Drapeau de l’Union européenne Josep Borrell
Drapeau de l’Union européenne Miroslav Lajčák
Drapeau du Kosovo Albin Kurti
Pertes
1 blessé (selon la Serbie)Flamuri i Policisë së Kosovës.svg 1 blessé

La crise du nord du Kosovo de 2022 est survenue à partir du , lorsque des tensions entre la Serbie et le Kosovo ont été causées en raison de l'expiration de la période de validité de onze ans des documents pour les voitures le , entre le gouvernement du Kosovo et la minorité serbe (en) du nord du Kosovo.

Le Kosovo, qui a déclaré son indépendance en 2008, a signé un accord avec la Serbie en 2011 qui concluait à l'utilisation de plaques d'immatriculation dans le nord du Kosovo, qui devait passer de celles délivrées par la Serbie à des plaques neutres. L'accord a été prolongé en 2016 et a expiré en 2021, après quoi une crise s'est produite et s'est terminée par un accord qui a mis fin à l'interdiction des plaques d'immatriculation émises par le Kosovo (en) en Serbie. Après l'annonce que les citoyens serbes qui entrent au Kosovo recevront des documents d'entrée et de sortie, des barricades ont été construites dans le nord du Kosovo le , mais ont été retirées deux jours plus tard après que le Kosovo a annoncé qu'il reporterait l'interdiction des plaques d'immatriculation émises par la Serbie. En août, des négociations infructueuses concernant les plaques d'immatriculation ont eu lieu, bien que le différend sur les documents d'identité ait été résolu. Une proposition d'accord a été envoyée à Aleksandar Vučić, le président de la Serbie, et à Albin Kurti, le Premier ministre du Kosovo, le mois suivant, qui stipule que le Kosovo recevrait l'adhésion à l'Organisation des Nations unies, tandis que l'adhésion de la Serbie à l'Union européenne serait accéléré en échange. Aucun progrès n'a encore été réalisé concernant l'accord proposé.

Kurti a refusé de reporter la date limite pour les plaques d'immatriculation et a plutôt annoncé une mise en œuvre progressive qui durerait jusqu'en . Cela a commencé en novembre, mais au début du mois, des d'officiers de police, des maires, des juges et des députés serbes du Kosovo de la liste serbe ont démissionné. Le Kosovo et la Serbie ont de nouveau négocié en novembre et avaient ainsi trouvé un accord le qui prévoyait que les plaques d'immatriculation émises par la Serbie continueraient d'être utilisées dans le nord du Kosovo. En décembre, des responsables serbes avaient déclaré que la Serbie envisagerait de déployer 1 000 forces militaires serbes au Kosovo. Les observateurs se sont demandés s'il avait le droit de déployer des forces. De nouvelles barricades ont été érigées dans le nord du Kosovo le , tandis que le , le Kosovo a officiellement signé une demande de candidature à l'adhésion à l'Union européenne.

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1991, les albanais du Kosovo (en) ont proclamé la création de la république du Kosovo, l'Albanie ne la reconnaissant qu'en tant qu'État indépendant[1],[2]. Les séquelles de la guerre du Kosovo ont conduit les Nations unies à établir une gouvernance au Kosovo et l'OTAN à établir la Force pour le Kosovo (KFOR)[3]. Le Kosovo a ensuite proclamé son indépendance de la Serbie en 2008, la Serbie ne l'ayant pas reconnue[4],[5]. Le Nord du Kosovo, une région à majorité serbe, est largement opposée à l'indépendance du Kosovo et, avant l'accord de Bruxelles de 2013 (en), a refusé de la reconnaître[6],[7]. Selon cet accord, une Communauté des municipalités serbes (en) devait être formée d'ici à 2016, bien que le gouvernement du Kosovo ait gelé l'accord en 2015, la Cour constitutionnelle l'ayant déclaré inconstitutionnel[8],[9].

Un accord entre la Serbie et le Kosovo a été conclu sur l'utilisation des plaques d'immatriculation en 2011[10]. Jusque-là, la Serbie a délivré des plaques d'immatriculation serbes pour le nord du Kosovo, bien qu'après l'accord, les plaques d'immatriculation aient été remplacées par des plaques neutres. Cet accord a été prolongé en 2016 et était valable jusqu'en . Après l'expiration de l'accord, une crise s'est produite et a duré jusqu'en , date à laquelle un autre accord a été conclu, qui a effectivement mis fin à l'interdiction des plaques d'immatriculation kosovares en Serbie[11],[12]. Cet accord était initialement destiné à être temporaire, bien qu'en , l'accord soit prolongé davantage[13],[14].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

Des civils serbes du Kosovo dans le nord du Kosovo ont commencé à construire des barricades le après l'annonce par le Kosovo que les citoyens serbes qui entreraient au Kosovo recevraient des documents d'entrée et de sortie[15],[16]. Cela a conduit la KFOR à envoyer des troupes pour patrouiller dans les rues, tandis que la police du Kosovo a fini par fermer les passages frontaliers à Jarinje et Brnjak[17],[18]. Nikola Selaković, alors ministre des Affaires étrangères de la Serbie, a affirmé qu'Albin Kurti, le Premier ministre du Kosovo, « préparait l'enfer dans les jours à venir » pour les Serbes qui vivent au Kosovo[19]. Il a également été signalé que des sirènes de raid aérien avaient été allumées à Zubin Potok et à Kosovska Mitrovica Nord (en)[20]. Des routes ont été bloquées près des points de passage frontaliers de Jarinje et Brnjak[21].

Plus tard dans la journée, le ministère de la Défense de Serbie a déclaré que « l'armée serbe n'avait pas franchi la frontière avec le Kosovo », au milieu d'informations selon lesquelles elle serait entrée au Kosovo[22]. Aleksandar Vučić, le président de la Serbie, a également déclaré qu'il souhaiterait que l'interdiction soit reportée[23]. Il a également ajouté que « s'ils ne veulent pas maintenir la paix, la Serbie gagnera », tandis que Kurti a accusé Vučić et Petar Petković, le directeur du bureau pour le Kosovo-et-Métochie, d'être responsables des troubles[24],[25]. Selon la Serbie, un serbe a été blessé au poste frontière de Jarinje, bien que le Kosovo l'ait nié et ait déclaré qu'il n'y avait eu que quelques coups de feu[26],[27]. De plus, un homme armé a également tiré sur la police du Kosovo.

Août[modifier | modifier le code]

Des affiches en faveur des plaques d'immatriculation serbes ont été affichées à Kosovska Mitrovica Nord le .

Après des négociations avec les représentants des États-Unis et de l'Union européenne, le Kosovo a annoncé le qu'il reporterait temporairement l'interdiction des plaques d'immatriculation émises par la Serbie, après avoir annoncé la décision la veille[28],[29]. Cet accord est salué par Josep Borrell, haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, et Miroslav Lajčák, représentant spécial de l'Union européenne pour le dialogue Belgrade-Pristina. De plus, Kurti a annoncé que le Kosovo demanderait à devenir membre de l'Union européenne[30]. Le même jour, Balkan Insight (en) a rapporté que les utilisateurs des médias sociaux ont diffusé de la désinformation sur une « guerre à grande échelle »[31]. Un jour plus tard, la KFOR a confirmé que les barricades érigées le avaient été enlevées, après quoi la frontière avait été rouverte[32],[33].

La police du Kosovo a signalé qu'une de ses patrouilles avait été attaquée par le feu le près de la frontière avec la Serbie[34]. Les partis politiques d'opposition au Kosovo ont accusé Kurti « d'effrayer les investisseurs au sujet d'un nouveau conflit possible avec la Serbie ». Kurti a nié les accusations et a plutôt blâmé la Russie et Vladimir Poutine, les accusant de répandre la désinformation[35],[36]. Lors d'une conférence de presse conjointe et de négociations avec Kurti et Vučić, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'OTAN, a déclaré que « l'OTAN exhorte à la retenue mais se tient prête à intervenir si nécessaire »[37],[38]. Un jour plus tard, Borrell a rencontré Kurti et Vučić, Borrell a déclaré que la réunion s'était terminée sans accord, mais que les pourparlers reprendraient également dans les jours suivants[39],[40]. Le , l'OTAN a déployé d'autres forces de la KFOR au nord du Kosovo à des fins de maintien de la paix[41]. De plus, Vučić a déclaré que les forces de la KFOR devraient « faire leur travail » et s'est engagé à « défendre les Serbes du Kosovo si l'OTAN ne le faisait pas »[42].

Borrell a annoncé que le différend sur les documents d'identité avait été réglé le [43]. Il a été annoncé que la Serbie avait accepté de supprimer les documents d'entrée et de sortie pour les titulaires d'une carte d'identité du Kosovo, tandis que le Kosovo s'engageait à s'abstenir de mettre en œuvre de telles mesures pour les titulaires d'une carte d'identité serbe. Vučić a déclaré qu'il était « très heureux que nous ayons trouvé une solution », tandis qu'Igor Simić (en), le vice-président de la Liste serbe, a déclaré que « c'était la victoire de la diplomatie serbe »[44],[45]. Kurti a loué aussi l'accord, mais a reçu la critique des partis d'opposition au Kosovo en raison de continuer prétendument la politique de son adversaire Hashim Thaçi[46],[47]. Le Parti populaire de centre-droit et les partis politiques d'extrême droite Dveri en Serbie ont également critiqué l'accord.

Septembre[modifier | modifier le code]

L'accord signé le , a commencé à être mis en œuvre le [48],[49]. Ana Brnabić, la première ministre de la Serbie, a visité Kosovska Mitrovica Nord le où elle a rencontré les chefs de la Liste serbe[50],[51]. Pendant son discours, elle a déclaré qu'elle serait disposée à « faire des compromis dans l'intérêt de la paix et de la stabilité »[52]. Le même jour, Emmanuel Macron, le président de la France, et Olaf Scholz, le chancelier de l'Allemagne, ont exhorté Vučić et Kurti à « dépasser les différences à un moment d'une importance cruciale pour la sécurité »[53]. Dans un discours à l'Assemblée nationale de Serbie le , Vučić a déclaré qu'« une solution réaliste devrait être proposée pour le Kosovo, mais la Serbie ne reconnaîtra pas son indépendance »[54]. Vjosa Osmani, la présidente du Kosovo, a précisé que le Kosovo demanderait à devenir membre de l'Union européenne pendant la présidence tchèque du Conseil de l'Union européenne, qui se terminera le [55].

Une proposition d'accord envoyée par Lajčák, Jens Plötner (de) et Emmanuel Bonne, respectivement associés de Scholz et Macron, a fuité le [56],[57],[58]. Vučić a déclaré qu'il avait lu le document, mais avait refusé de l'emporter avec lui[59]. Un jour plus tard, l'OTAN a annoncé qu'elle enverrait davantage de forces de la KFOR en cas de nouvelles tensions[60]. Le ministère des Affaires intérieures du Kosovo a confirmé le que les voitures avec des plaques d'immatriculation délivrées par la Serbie seront considérées comme non immatriculées après le [61].

Octobre[modifier | modifier le code]

Début octobre, le Kosovo et la Serbie ont confirmé l'existence de l'accord proposé[62]. Vučić a déclaré que selon l'accord proposé, le Kosovo recevrait l'adhésion aux Nations unies, tandis que la Serbie recevrait en échange une adhésion accélérée à l'Union européenne[63],[64]. Gabriel Escobar, l'envoyé spécial du département d'État américain pour les Balkans, a déclaré le que le Kosovo devrait reporter la date limite[65]. Goran Rakić, le leader de la Liste serbe, a rencontré Vučić le . Lors d'une conférence de presse, Rakić a déclaré que « si le Kosovo commence à appliquer la confiscation des véhicules et des plaques d'immatriculation, nous utiliserons tous les moyens contre lui » mais a assuré que « tous les moyens démocratiques et pacifiques » seraient utilisés[66],[67].

Kurti a refusé de reporter la date limite[68], bien que le , il ait annoncé une mise en œuvre progressive du changement de plaques d'immatriculation jusqu'au [69],[70]. Il a également ajouté que les voitures avec des plaques d'immatriculation émises par la Serbie seront « réprimandées, puis condamnées à une amende, puis forcées d'attacher des plaques probatoires à leurs voitures ».

Novembre[modifier | modifier le code]

Une base de l'armée serbe située près de la frontière entre la Serbie et le Kosovo.

La mise en œuvre progressive a commencé le [71],[72]. Un jour plus tard, Nenad Đurić, le directeur de la Direction régionale de la police pour le nord du Kosovo, a déclaré que la police du nord du Kosovo n'appliquerait pas la décision sur le réenregistrement des plaques d'immatriculation émises par la Serbie pour ceux qui sont délivrés par le Kosovo[73]. Le , des centaines de policiers, maires, juges et parlementaires serbes du Kosovo de la Liste serbe se sont retirés des institutions gouvernementales en signe de protestation[74],[75],[76]. En réponse, Kurti, Borrell et Christopher R. Hill, l'ambassadeur des États-Unis en Serbie (en), a déclaré que « le retrait n'est pas la réponse à la crise », tandis que Vučić a accusé Kurti d'ignorer l'accord de Bruxelles. Kurti avait déclaré trois jours auparavant que la « Communauté des municipalités serbes » n'existait pas[77]. Le , une protestation organisée par la Liste serbe a été tenue dans Kosovska Mitrovica Nord[78],[79]. Des démissions massives de serbes du Kosovo ont continué à avoir lieu après les démissions du , après quoi Kurti a accusé la Serbie de « tenter de déstabiliser le Kosovo »[80],[81]. En réponse, l'OTAN a déployé plus de troupes de maintien de la paix de la KFOR[82].

Ivica Dačić, ministre des Affaires étrangères de Serbie, a déclaré le que l'accord proposé était « inacceptable » et a affirmé que l'accord « part de la position selon laquelle le Kosovo est indépendant »[83]. Kurti et Vučić ont rencontré Macron et Borrell en France le où ils ont discuté de la crise[84],[85]. Borrell a déclaré que Kurti et Vučić n'ont pas rejeté l'accord proposé et a déclaré que les Serbes du Kosovo devraient retourner dans les institutions gouvernementales, alors qu'il a également exhorté Kurti à former la Communauté des municipalités serbes[86]. Vučić a également accusé l'Allemagne et le Royaume-Uni de soutenir prétendument Kurti[87]. Suite à la réunion, Osmani a annoncé que des élections municipales (en) auront lieu dans quatre municipalités du nord du Kosovo en . L'élection a ensuite été reportée à [88]. Kurti et Vučić ont de nouveau rencontré Lajčák et Borrell pour discuter de la mise en œuvre des plaques d'immatriculation le [89]. Ils n'ont pas réussi à parvenir à un accord, bien que Kurti ait annoncé peu après qu'il avait accepté la proposition des États-Unis de reporter l'application de la mesure pour punir les propriétaires de voitures qui n'ont pas changé les plaques d'immatriculation émises par la Serbie pendant deux jours[90]. Un jour plus tard, une autre série de pourparlers a eu lieu, durant laquelle un accord entre le Kosovo et la Serbie a été atteint[91]. Borrell a déclaré que le Kosovo et la Serbie « se concentreraient désormais sur la normalisation de leurs relations », tandis que Petković, qui était l'un des négociateurs, a déclaré que les plaques d'immatriculation délivrées par la Serbie continueraient d'être utilisées dans le nord du Kosovo[92],[93].

Au milieu de la crise, le ministère de la Défense de Serbie a affirmé que « plusieurs drones sont entrés dans l'espace aérien serbe depuis le Kosovo lors des trois derniers jours » le [94]. Vučić a ordonné « d'éliminer » tous les drones qui pénètrent dans l'espace aérien serbe et a placé l'armée serbe en « alerte élevée »[95]. Le ministère de la Défense de Serbie a également affirmé qu'un « drone commercial » avait été détruit près de la caserne de l'armée à Raška, bien qu'Armend Mehaj (en), le ministre de la Défense du Kosovo, ait nié que des drones du Kosovo soient entrés dans l'espace aérien serbe[96].

Décembre[modifier | modifier le code]

Une barricade dans le nord du Kosovo le .
Une manifestation a eu lieu à Belgrade le en soutien aux Serbes du Kosovo.

Kurti a nommé Nenad Rašić (en) au poste de ministre des communautés et revient le , poste occupé par Rakić jusqu'à sa démission le [97]. La liste serbe a affirmé que sa nomination était « inconstitutionnelle », tandis que Vučić a qualifié Rašić de « pire racaille serbe » lors d'une conférence de presse[98],[99]. Lors du sommet UE-Balkans occidentaux à Tirana le , Vučić et Osmani ont reçu une version mise à jour de l'accord proposé[100],[101]. De plus, Osmani a officiellement annoncé que le Kosovo demanderait à rejoindre l'Union européenne en [102].

Le , Petković a déclaré que la Serbie envisagerait de déployer 1 000 forces militaires serbes au Kosovo, citant le contenu de l'article 4 et de l'annexe 2, article 6 de la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies, en raison d'affirmations selon lesquelles l'Unité de soutien opérationnel régional (ROSU) aurait attaqué Kosovska Mitrovica Nord[103],[104],[105]. Le gouvernement du Kosovo a nié que le ROSU soit entré dans Kosovska Mitrovica Nord, déclarant que « c'était la police, et non une autre unité »[106]. Le même jour, la police du Kosovo a signalé qu'un groupe de personnes armées avait attaqué l'un de ses policiers[107],[108]. Un jour plus tard, Brnabić pensait comme Petković et a accusé la KFOR de « ne pas avoir protégé les serbes » d'un harcèlement présumé des Serbes du Kosovo[109]. Osmani a décrit la considération comme « un acte d'agression »[110]. Le , Vučić a déclaré qu'il enverrait une demande à la KFOR afin de déployer des forces militaires et policières au Kosovo, bien qu'il ait également ajouté qu'il « sait que cette demande sera rejetée »[111],[112],[113].

De barricades ont commencé à se former après l'arrestation d'un ancien policier d'origine serbe le même jour[114],[115]. Il a été rapporté que les barricades ont été vues à Leposavić et Zvečan et que des sirènes de raid aérien ont également été allumées. La police du Kosovo a alors annoncé que les passages frontaliers à Jarinje et Brnjak seraient fermés. Xhelal Sveçla (en), le ministre des Affaires intérieures du Kosovo, a déclaré que l'ancien policier était l'un des suspects qui ont attaqué des policiers dans les jours précédant la formation des barricades. Un jour plus tard, une grenade assourdissante a été lancée sur une voiture qui appartenait à la Mission État de droit de l'Union européenne au Kosovo (EULEX), mais aucun blessé n'a été signalé[116],[117]. Borrell et l'OTAN ont condamné l'attaque, avec Borrell déclarant aussi que les barricades devraient être enlevées[118],[119]. Le même jour, Kurti a demandé à la KFOR de garantir la « liberté de mouvement » après avoir accusé les manifestants de bloquer les routes, tandis que Vučić a juré de « maintenir la paix »[120]. Depuis lors, les manifestations sont restées pacifiques tandis que les écoles du nord du Kosovo ont été temporairement fermées[121],[122].

Une manifestation ultranationaliste de soutien aux Serbes du Kosovo a eu lieu à Belgrade le . Les manifestants ont scandé des slogans tels que « Le Kosovo est la Serbie (en) » et ont brûlé des drapeaux du Kosovo[123],[124]. La manifestation a été suivie par des groupes d'extrême droite tels que Dveri, la patrouille du peuple et la droite serbe (en)[125]. Le même jour, Borrell a annoncé que l'Union européenne renforcerait EULEX, qui est chargée de patrouiller dans le nord du Kosovo[126],[127]. Escobar a déclaré le que « les États-Unis sont contre l'envoi de la Serbie de forces militaires au Kosovo »[128]. Après une réunion avec Kurti le même jour, Lajčák a déclaré que « les barricades devraient être supprimées avec un accord politique, plutôt qu'avec des bulldozers », tandis qu'Escobar a déclaré qu'il attendait un accord concernant la Communauté des municipalités serbes[129],[130]. Le , le Kosovo a officiellement signé une demande pour solliciter le statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne, Vučić affirmant que le Kosovo avait violé l'accord de Washington en signant la demande[131],[132],[133].

Réactions[modifier | modifier le code]

Début août, Edi Rama, le Premier ministre albanais, a commenté les tensions survenues le et a déclaré que le Kosovo devrait rejoindre la zone économique et politique des Balkans ouverts afin d'éviter une guerre potentielle[134]. Cela a été repris plus tard par Hill[135]. Maria Zakharova, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Russie, a accusé les albanais du Kosovo d'aggraver le conflit, tandis que Dmitri Peskov, l'attaché de presse du Kremlin (en), a déclaré que la Russie exige que « tous les droits des Serbes soient respectés »[136]. Richard Grenell, l'envoyé spécial du président pour négocier la paix en Serbie et au Kosovo sous l'administration de Donald Trump, s'est déclaré déçu par l'avancée des négociations[137].

Après la fuite de l'accord proposé fin , Dušan Janjić du Forum de Belgrade pour les relations ethniques a déclaré que l'accord consistait à « mettre le dialogue exclusivement au niveau politique », tandis que Bodo Weber, journaliste et analyste politique, a déclaré que l'accord « pourrait changer le cours du dialogue » mais il a également estimé que « le Kosovo et la Serbie sont encore loin d'un accord définitif »[138]. Milorad Dodik, le président de la Republika Srpska, a déclaré que la Republika Srpska, une entité de la Bosnie-Herzégovine, est « prête à aider le peuple serbe au Kosovo, même au-delà de ses capacités »[139]. Milan St. Protić (en), historien et diplomate, a déclaré que la Serbie devrait accepter l'accord[140]. Weber a décrit la démission massive des Serbes du Kosovo des institutions du Kosovo comme « la crise résultant de l'absence de facto de négociations »[141]. Konrad Clewing, un expert de l'Institut Leibniz pour la recherche sur l'Europe de l'Est et du Sud-Est, a déclaré que la démission massive pourrait créer « d'énormes conséquences »[142].

Depuis l'annonce que la Serbie envisagerait de déployer 1 000 forces militaires serbes au Kosovo, il y a eu des différends quant à savoir si elle avait ou non le droit de déployer des forces[143]. Radio Free Europe a déclaré que selon la résolution 1244, le personnel serbe pouvait retourner et remplir certaines fonctions au Kosovo, bien que ces fonctions n'incluent que la connexion avec la mission civile internationale et la présence de sécurité internationale, le déminage, le maintien d'une présence sur les sites du patrimoine culturel serbe et aux principaux points de passage frontaliers. Boris Tadić, ancien président de la Serbie, a critiqué le gouvernement de la Serbie et a déclaré que Petković et Brnabić « ont induit le public en erreur », tandis que Momir Stojanović (en), l'ancien chef de l'Agence de sécurité militaire (en), a déclaré que le retour des forces serbes au Kosovo est « impossible »[144],[145]. Janjić a déclaré qu'« il n'est pas illégal d'envisager de faire cela » mais que « dans ce cas, ce n'est pas souhaitable », tandis qu'Ivo Visković (en), ancien professeur à la Faculté des sciences politiques de l'université de Belgrade, a déclaré que « le moment est venu où la diplomatie devrait fonctionner »[146]. De plus, les États-Unis et Peter Stano, le porte-parole de l'Union européenne, ont demandé la désescalade[147].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bideleux, Robert, The Balkans : a post-communist history, New York (ISBN 961-90128-0-1)
  2. (en) Xhudo, Gazmen, Diplomacy and Crisis Management in the Balkans : a US Foreign Policy Perspective, London (ISBN 978-1-349-24947-3)
  3. (en) « RESOLUTION 1244 (1999) », sur BBC News,
  4. (en) « Kosovo Declares Its Independence From Serbia », sur The New York Times,
  5. (en) « Serbia Angered by Kosovo Recognitions », sur Deutsche Welle,
  6. (en) « Could Balkan break-up continue? », sur BBC News,
  7. (en) « Kosovo government postpones plan for volatile north after tensions with Serbia rise », sur Euractiv,
  8. (sr) « Šta se navodi u sporazumu? », sur B92,
  9. (en) « Kosovo suspends Serb rights », sur Deutsche Welle,
  10. (en) « Kosovo-Serbia Licence Plate Dispute Proves Hard to Resolve », sur Balkan Insight,
  11. (sr) « Kosovo, Srbija i tablice: Ponovo funkcioniše saobraćaj na prelazima Srbije i Kosova - nalepnice umesto skidanja tablica », sur BBC News,
  12. (en) « Kosovo, Serbia agree deal to end border tensions », sur Reuters,
  13. (sr) « Lajčak: Imamo dogovor, Priština i Beograd postigli sporazum o deeskalaciji », sur Danas,
  14. (en) « Sticker Regime Continues after Kosovo, Serbia Fail to Agree on License Plates », sur Exit News,
  15. (sr) « Građani Srbije koji dolaze na Kosovo dobiće „dokument za ulazak i izlazak“ », sur N1,
  16. (en) « Kosovo Puts Off Action on Restive Serbs as Tensions Escalate », sur Bloomberg,
  17. (sr) « Kfor spreman da interveniše ako stabilnost na Kosovu bude ugrožena », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  18. (en) « Kosovo closes two border crossings with Serbia », sur Deutsche Welle,
  19. (sr) « Kurti sprema pakao u narednim danima », sur Politika,
  20. (sr) « Sirene za uzbunu na severu Kosova i Metohije, KFOR prati situaciju », sur N1,
  21. (en) « What’s behind the renewed tensions between Serbia and Kosovo? », sur Al Jazeera,
  22. (sr) « Ministarstvo odbrane: Uprkos navodima Prištine, Vojska Srbije dosad nije prešla administrativnu liniju », sur Danas,
  23. (sr) « Vučić traži odlaganje odluka Vlade Kosova », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  24. (sr) « Vučić: Ne budu li hteli da sačuvaju mir, ja vam saopštavam – Srbija će pobediti », sur N1,
  25. (bs) « Kurti: Vučić i Petković su glavni odgovorni za nemire », sur Al Jazeera,
  26. (sr) « Incident na Jarinju, povređen Srbin iz Leška », sur NOVA portal,
  27. (sr) « Policija Kosova: Bilo pucnjave i prema pripadnicima policije », sur NOVA portal,
  28. (sr) « Kosovo odlaže tablice i dokumente ako blokade prestanu », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  29. (en) « Kosovo government postpones its plan for volatile north after tensions rise », sur Reuters,
  30. (en) « Kosovo Pauses Issuing Documents To Serbs As Barricades Come Down », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  31. (en) « Social Media Disinformation Spreads Panic About Kosovo-Serbia ‘War’ », sur Balkan Insight,
  32. (en) « NATO peacekeepers remove blockades on Kosovo-Serbia border after days of tensions », sur Euractiv,
  33. (en) « Kosovo-Serbia border reopens after NATO-led peacekeepers oversee removal of roadblocks », sur France 24,
  34. (en) « Kosovo police patrol attacked in volatile north », sur Reuters,
  35. (sr) « Kurti za RSE: Situacija na severu mogla je da eskalira u oružani sukob », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  36. (en) « Kosovo PM says tensions with Serbs in north could escalate, warns of possible new conflict », sur Reuters,
  37. (en) « Serbia and Kosovo set for talks in Brussels amid tensions », sur Al Jazeera,
  38. (en) « NATO urges restraint in Kosovo and Serbia but stands ready to intervene if needed », sur Politico,
  39. (en) « Serbia, Kosovo fail to break car number plate impasse, agree to more talks », sur Reuters,
  40. (en) « EU to host Serbia-Kosovo talks in Brussels amid tensions », sur Associated Press,
  41. (en) « US NATO troops deployed at check points in Kosovo following collapse of talks », sur N1,
  42. (en) « Serbia warns NATO over safety of Kosovo Serbs », sur Deutsche Welle,
  43. (en) « Serbia-Kosovo ID document row settled, says EU », sur BBC News,
  44. (en) « Serbia, Kosovo reach free movement agreement under EU-facilitated dialogue », sur Euractiv,
  45. (sr) « Simić (Srpska lista): Uspeh srpske diplomatije, ali nema mesta euforiji », sur N1,
  46. (sr) « Kurti se hvali reciprocitetom, opozicija ga kritikuje – srećan jer sprovodi Tačijev sporazum; korak ka ZSO », sur KoSSev,
  47. (sr) « Srbija, Kosovo i Evropska unija: Dogovor Beograda i Prištine o ličnim kartama - za pregovarače uspeh, od opozicije kritike », sur BBC News,
  48. (bs) « Počela primjena sporazuma o ličnim dokumentima Srbije i Kosova », sur Al Jazeera,
  49. (en) « Kosovo pushes ahead with car licensing rule resisted by Serbs », sur Reuters,
  50. (en) « Serbian Prime Minister arrives in Kosovo », sur N1,
  51. (en) « Serbian PM visits Kosovo Serbs as tensions still simmer », sur Associated Press,
  52. (en) « Serbian PM says willing to compromise during first Kosovo visit », sur Al Jazeera,
  53. (en) « Scholz, Macron Seek to Reassert EU Role in Serbia-Kosovo Dispute », sur Bloomberg,
  54. (sr) « 'Između redova' Vučićevih odgovora o Kosovu », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  55. (sr) « Vjosa Osmani: Kosovo aplicira za članstvo u EU », sur Danas,
  56. (sr) « „Brat Edi napravio uslugu bratu Aleku“: Da li je predsednik Srbije napustio ideju razgraničenja? », sur Danas,
  57. (sr) « Novi plan Šolca i Makrona za Kosovo i Srbiju: Realnost ili spisak želja », sur Vreme,
  58. (sr) « Ne postoje francusko-nemačke 'garancije' za Kosovo i Srbiju », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  59. (sr) « Vučić tvrdi da je odbio da primi „neki papir“ za Kosovo od evropskih izaslanika », sur Danas,
  60. (sr) « NATO spreman da pošalje još trupa na Kosovo u slučaju novih tenzija », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  61. (sr) « Zabrana kretanja vozila sa KM tablicama na Kosovu od 1. novembra », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  62. (en) « Belgrade, Pristina Confirm German-French Proposal for Kosovo Deal », sur Balkan Insight,
  63. (sr) « Vučić saopštio da Zapad nudi rešenje problema: Kosovu članstvo u UN, Srbiji brzi ulazak u EU, Kurti optimista », sur BBC News,
  64. (sr) « „Srbija u EU, Kosovo u UN“ – Vučić otkrio šta nam nude Francuzi i Nemci », sur NOVA portal,
  65. (en) « US envoy: Kosovo-Serbia agreement weeks away, postpone license plate rule », sur Euractiv,
  66. (en) « Serbs from Kosovo and Metohija: If they start, we will respond accordingly », sur B92,
  67. (en) « Kosovo Serbs Warn They Will Again Block Roads If License-Plate Deal Not Extended », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  68. (en) « Kosovo will not delay Serb car plate rule despite calls by West », sur Reuters,
  69. (en) « Kosovo PM Postpones Controversial Licence Plate Change for Serbs », sur Balkan Insight,
  70. (en) « Kosovo expands timeline for Serbs to comply with car plates », sur Associated Press,
  71. (en) « Number-plate crackdown raises tensions in Kosovo », sur BBC News,
  72. (en) « It has started; The first warning was issued on Kosovo and Metohija », sur B92,
  73. (sr) « Đurić potvrdio da policajci regiona Sever neće da izdaju opomene, poslate saobraćajne jedinice iz Prištine », sur KoSSev,
  74. (sr) « Srbija i Kosovo: Srbi se povukli iz svih institucija, policajci poskidali uniforme, EU poziva na razum », sur BBC News,
  75. (sr) « Predstavnici Srba sa severa Kosova izlaze iz institucija », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  76. (en) « Kosovo sees overnight violence amid political uncertainty », sur Deutsche Welle,
  77. (en) « North Kosovo Serbs quit state jobs in licence plate protest », sur Reuters,
  78. (en) « Ethnic tensions flare again in northern Kosovo », sur Politico,
  79. (en) « Ethnic Serbs Rally in Kosovo After Leaving Jobs in Protest », sur Voice of America,
  80. (en) « Kosovo Serbs Continue Mass Resignations from State Institutions », sur Balkan Insight,
  81. (en) « Kosovo accuses Serbia of trying to destabilize country », sur Associated Press,
  82. (sr) « Kfor se pojačava: Iskrcani na Kosovo », sur B92,
  83. (sr) « Dačić: Francusko-nemački plan neprihvatljiv, polazi od stava da je Kosovo nezavisno », sur 021,
  84. (en) « EU Presses Serbia and Kosovo to Normalize Ties as Tensions Flare », sur Bloomberg,
  85. (sr) « Borelj: Srbi da se vrate u kosovske institucije, Kosovo da formira Zajednicu opština sa srpskom većinom », sur Voice of America,
  86. (sr) « Borel: Evropski plan za Kosovo od dve stranice Priština i Beograd nisu odbili », sur Novinska agencija Beta,
  87. (sr) « Vučić: Čeka nas komplikovan period, Nemci i Britanci podržavaju Kurtija », sur Kosovo Online,
  88. (sr) « Kosovo i Srbija: Izbori za predsednike četiri opštine na severu odloženi za april 2023. », sur BBC News,
  89. (sr) « Srbija, Kosovo i EU: Priština na dva dana odložila odluku o kažnjavanju zbog tablica », sur BBC News,
  90. (en) « EU fails to defuse tense situation between Serbia and Kosovo », sur Associated Press,
  91. (sr) « Kosovo i Srbija postigli sporazum o registarskim tablicama », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  92. (en) « Kosovo, Serbia reach deal over car plate dispute, EU says », sur Politico,
  93. (en) « Srbija-Kosovo: šta sledi posle dogovora u Briselu? », sur Deutsche Welle,
  94. (en) « Serbia says drones enter its airspace from Kosovo amid rise in tensions », sur Reuters,
  95. (en) « Serb Military Downs Drone in South Near Kosovo Border », sur Bloomberg,
  96. (en) « Serbia, Kosovo, Trade Accusations Over Mystery Drones », sur Balkan Insight,
  97. (sr) « Nenad Rašić imenovan za ministra za zajednice i povratak u kosovskoj vladi », sur N1,
  98. (sr) « Srpska lista: Imenovanjem Nenada Rašića za ministra - Kurti ne poštuje ni prištinske pravne akte », sur Radio Television of Serbia,
  99. (sr) « Vučić o izboru Rašića i Trajković u kosovskim institucijama: Izabrali su najgori srpski ološ, niko neće ići 6. decembra u Tiranu », sur Danas,
  100. (en) « EU redrafts proposal on Serbia-Kosovo ties as Pristina sets sight on membership », sur Euractiv,
  101. (sr) « Kosovo i Srbija dobili 'poslednju verziju' francusko-nemačkog predloga za dijalog », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  102. (sr) « Kosovo u decembru podnosi zahtev za članstvo u Evropskoj uniji », sur Danas,
  103. (sr) « Petković: Srbija će razmotriti povratak svojih snaga na Kosovo », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  104. (sr) « Petković: Beograd će razmotriti povratak naših bezbednosnih snaga na Kosovo », sur N1,
  105. (en) « Serbia Considering Sending 1,000 ‘Security Personnel’ Into Kosovo », sur Balkan Insight,
  106. (en) « Kosovo police increase presence in north of country, Serbia reacts », sur Euractiv,
  107. (en) « Kosovo police officer wounded in volatile northern region », sur Reuters,
  108. (sr) « Kosovo: U napadu naoružanih osoba kod Zvečana lakše povredjen policajac », sur Novinska agencija Beta,
  109. (en) « Serbia mulls sending troops to Kosovo as tensions escalate », sur Associated Press,
  110. (sr) « O povratku srpskih snaga na Kosovo odlučuje KFOR, ne Beograd », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  111. (bs) « Vučić će od KFOR-a tražiti slanje Vojske Srbije na Kosovo », sur Al Jazeera,
  112. (en) « Serbia to ask NATO to deploy Serb military, police in Kosovo », sur Reuters,
  113. (en) « Serbia Floats Sending Troops to Kosovo in Challenge to Europe », sur Bloomberg,
  114. (bs) « Ponovo se oglasile sirene u Mitrovici, Srbi se okupljaju u Zvečanu », sur Al Jazeera,
  115. (en) « Kosovo Serbs block road to main border crossings in volatile north », sur The Guardian,
  116. (en) « Kosovo calls for NATO intervention after weekend of violence amid rising ethnic tensions », sur CNN,
  117. (en) « Serbs in Kosovo clash with police as ethnic tensions flare », sur Reuters,
  118. (en) « EU, NATO condemn attacks on police in north Kosovo as tensions soar », sur Euractiv,
  119. (en) « Kosovo Serb Barricades Remain up Despite Calls for Removal », sur Balkan Insight,
  120. (en) « Serbian President Vucic pledges to ensure peace amid simmering ethnic tensions in Kosovo », sur Euronews,
  121. (sr) « Peti dan barikada na severu Kosova, Kfor demantuje da je snabdevao policiju », sur N1,
  122. (sr) « RTS: Noć na severu Kosova protekla mirno, ali je i dalje napeto », sur N1,
  123. (sr) « Protest podrške kosovskim Srbima u Beogradu, organizatori anonimni », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  124. (en) « Far-Right Protesters Rally In Belgrade In Support Of Kosovar Serbs As EU Urges De-Escalation », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  125. (sr) « Pod maskama u Beogradu 'brane' Kosovo », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  126. (en) « EU prepared to send reinforcements to mission in Kosovo », sur Reuters,
  127. (sr) « Prihvaćen Borelov predlog – u slučaju potrebe, šalju se dodatne snage Euleksu », sur N1,
  128. (sr) « Escobar: SAD kategorički odbijaju povratak snaga Srbije na Kosovo », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  129. (sr) « Lajčak: Bolje ukloniti barikade političkim dogovorom, nego buldožerima », sur N1,
  130. (sr) « Eskobar: Očekujem ostvarivanje sporazuma o ZSO i napredak po pitanju predloga EU », sur N1,
  131. (sr) « Potpisana prijava za članstvo Kosova u Evropskoj uniji », sur N1,
  132. (en) « Kosovo leaders sign application request to join EU », sur The Washington Post,
  133. (sr) « Vučić: Aplikacijom za članstvo u EU Priština zvanično krši Vašingtonski sporazum », sur N1,
  134. (sr) « Rama: Kosovo ima dva puta – rat ili „Otvoreni Balkan“ », sur Danas,
  135. (sr) « Ambassador Hill says Kosovo should be in Open Balkan », sur N1,
  136. (sr) « Tenzije na Kosovu ojačale rusko-srpsku sponu », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  137. (sr) « Grenel: "Konačno rešenje za Kosovo. To nije dobar potez" », sur B92,
  138. (sr) « Šta se zna o francusko-nemačkom predlogu za Kosovo i Srbiju? », sur Radio Free Europe/Radio Liberty,
  139. (bs) « Dodik: Republika Srpska spremna da pomogne Srbima na Kosovu », sur Al Jazeera,
  140. (sr) « Milan St. Protić: Srbija u EU, Kosovo u UN, to je jedina slamka spasa za našu zemlju », sur Novinska agencija Beta,
  141. (sr) « Kosovo i registarske tablice: Šta izlazak iz institucija menja u životima Srba », sur BBC News,
  142. (sr) « Kleving: Kosovo mora da iznese predlog za srpsku manjinu », sur Deutsche Welle,
  143. (sr) « Povratak vojske na Kosovo odbijen pre 20 godina, analitičari kažu – i sad će », sur N1,
  144. (sr) « Boris Tadić: Rezolucija 1244 ne pominje vojsku već osoblje », sur Vreme,
  145. (sr) « Stojanović: Povratak srpske vojske na Kosovo u ovom trenutku nije realan », sur Novinska agencija Beta,
  146. (sr) « Srbija razmatra povratak vojske na Kosovo – stručnjaci kažu da je to nerealno », sur N1,
  147. (sr) « SAD: Kosovo i Srbija da izbjegavaju poteze i izjave koji podstiču napetosti », sur Voice of America,