Compagnie des forges et aciéries de la marine et d'Homécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Creusot-Loire Industrie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Compagnie des forges et aciéries de la marine et d'Homécourt est une société créée le 14 novembre 1854 et ayant son siège à Saint-Chamond. Elle est issue de la fusion des établissements Pétin-Gaudet de Saint-Chamond et Rive-de-Gier, des Établissements Jackson frères de Assailly, de la société Neyrand-Thiollère, Bergeron et Compagnie de Lorette, et la société Parent, Schaken, Goldsmidt et Compagnie de Paris. Sa première raison sociale est alors « Compagnie des hauts-fourneaux, forges et aciéries de la Marine et des Chemins de fer ».

Forges et aciéries de la Marine[modifier | modifier le code]

Les Aciéries et forges de la Marine à Saint-Chamond, au début du XXe siècle

Dès l'origine la compagnie produit des éléments pour le chemin de fer tels : des roues, des axes, etc. mais aussi des éléments pour l'industrie lourde et la marine entre autres. L'entreprise exploite également des locomotives à vapeur de chantier sur le site de Saint-Chamond : entre 1894 et 1902 elle prendra livraison[1] de huit locomotives à vapeur Corpet-Louvet de type 020T pour voie étroite de 630 mm.

Progressivement elle étend ses implantations : 1881 usine du Boucau, 1903 usines d'Homécourt et du Haumont.

Compagnie des forges et aciéries de la Marine et d'Homécourt[modifier | modifier le code]

Action de la Cie. des Forges et Aciéries de la Marine et d'Homécourt SA en date du 12 novembre 1915

En 1903, est opéré la fusion avec la société Vezin Aulnoye située à Homécourt. Dès lors la raison sociale sera changée en « Compagnie des forges et aciéries de la Marine et d'Homécourt ».

Outre les établissements métallurgiques de Saint-Chamont et le champ de tir de Langonand[2],[3] cette société possédait en outre les « forges et aciéries de l'Adour », les « laminoirs et aciéries d'Assailly », les mines et usines de la « société Vézin et Aulnoye », les « forges de Rive-de-Gier », les « hauts fourneaux de Givors », des houillères dans le bassin de la Loire et des mines de fer à Anderny-Chevillon (Meurthe-et-Moselle)[4] et à Saint-Léon (Sardaigne).

Les établissements métallurgiques de Saint-Chamont était l'un des premiers établissements sidérurgique de France qui pouvait, au point de vue des fournitures de matériel d'artillerie, de blindages, de cuirassement etc.,lutter avec avantage contre les usines analogues allemandes et anglaises.
Lors de l'exposition universelle de Paris de 1889 la compagnie avait fait figurer des bouches à feu, des affûts et des tourelles comme le canon de 80 de montagne démontable, le canon à tir rapide de 47 système Daudeteau-Darmancier[5], le mortier léger de 155 sur affût sans recul, le canon de 155 sur affût marin, etc.

Durant la Première Guerre mondiale débute la construction de locomotives pour le chemin de fer. Cette production sera d'abord pour l'Artillerie lourde sur voie ferrée (ou ALVF) avec des locotracteurs pétroléo-électriques sortant des ateliers de Saint-Chamond vers 1915. Entre 1907 et 1917, sont livrées[6] cinq nouvelles locomotives, type 030T, Corpet-Louvet, un peu plus importantes que celles de la précédente commande, toujours pour la voie de 630 mm.

À la suite de la guerre 1914-1918, est créée la Compagnie de dépôts et d'agences de ventes d'usines métallurgiques (DAVUM), chargée des ventes en France et à l'étranger (DAVUM Exportation).

En 1919, la société commence la production de locomotives à vapeur pour les grandes compagnies. En 1923, cette production est transférée vers les nouveaux ateliers de la Péronnière où elle durera jusqu'en 1949 pour les locomotives à vapeur. À partir de 1935 débute la construction de locomotives électriques et une gamme spéciale sera créée pour les chemins de fer industriels en 1948. Après la guerre 1939-1945, la Compagnie concentre son activité dans la Loire, en 1950 elle apporte à SIDELOR ses établissements de l'Est et du Nord.

Dans les années 1950-1960 elle va construire les 35 exemplaires de la série des fameuses Diesel électriques CC 65500 pour la ligne de la grande ceinture dans son usine de St. Denis.

Compagnie des Forges et aciéries de la Marine et Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

En 1952 la compagnie fusionne avec la Compagnie des aciéries de Saint-Étienne, la nouvelle entité se dénomme « Compagnie des forges et aciéries de la marine et Saint-Étienne ».

Compagnie des ateliers et forges de la Loire[modifier | modifier le code]

En 1954 la Compagnie s'associe avec, les Dorian-Holtzer Jackson & Cie, Établissements Jacob Holtzer, l'Usine de la Loire, et les Aciéries et forges de Firminy, il en découle une nouvelle dénomination : « Compagnie des ateliers et forges de la Loire » (CAFL).

Site de destruction d'usines au Creusot

La production de locomotive cesse en 1968 avec comme ultime machine une locomotive Diesel de type A1AA1A 68000 pour la SNCF.

Creusot-Loire[modifier | modifier le code]

Creusot-Loire était une société sidérurgique française, créée en 1970 à la suite de la fusion de la Société des Forges et Ateliers du Creusot (SFAC) avec la Compagnie des ateliers et forges de la Loire (CAFL, qui regroupa Dorian-Holtzer Jackson & Cie, Forges et Aciéries de la Marine, Aciéries de Saint-Étienne et Aciéries et Forges de Firminy), et disparue le 12 décembre 1984 à la suite de son dépôt de bilan.

Article détaillé : Creusot-Loire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire des commandes et livraisons de locomotives Corpet-Louvet.
  2. Champ de tir de Langonand
  3. Un autre regard sur la route de Langonand
  4. La Cité d'Anderny-Chevillon, Meurthe-et-Moselle, Lorraine, France
  5. L'exposition de Saint-Étienne Page 39
  6. Le registre Corpet-Louvet note le changement de dénomination de la Compagnie à partir de la commande du 31 août 1907.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Exposition universelle internationale de 1900 à Paris : Rapports du Jury international : Groupe XVIII : Armées de terre et de mer - Première partie : Classe 116, Imprimerie Nationale, (lire en ligne), p. 25-76 et 339-340 [PDF] Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Archives nationales, Fonds de la Compagnie des forges et aciéries de la Marine et d’Homécourt : notice biographique, archives du monde du travail (site). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Association Mémoire du Pays de l'Orne, Homécourt le Siècle du Fer, Fensch Vallée, 2006 (ISBN 2-916782-01-X) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]