Cowboy Bebop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cowboy bebop)
Cowboy Bebop
Image illustrative de l'article Cowboy Bebop
Logo-titre de Cowboy Bebop
カウボーイビバップ
(Kaubōi Bibappu)
Genre Cyberpunk[1], Néo-noir[2],[3],[4],[5],[6], space Western[2],[7],[8],[9]
Thèmes Chasseurs de prime, terraformation, vaisseaux spatiaux
Anime japonais
Réalisateur
Scénariste
Studio d’animation Sunrise
Licence (ja) Bandai Visual
(fr) Dybex
Chaîne Drapeau du Japon TV Tokyo
1re diffusion
Épisodes 26
Manga
Scénariste Hajime Yatate
Dessinateur Yutaka Nanten
Éditeur (ja) Kadokawa Shoten
(fr) Pika Édition
Prépublication Drapeau du Japon Monthly Asuka
Sortie initiale
Volumes 3

Autre

Cowboy Bebop (カウボーイビバップ, Kaubōi Bibappu?) est une série télévisée d'animation japonaise de 26 épisodes créée en 1998 par Sunrise et réalisée par Shin'ichirō Watanabe, qui fut adaptée en long métrage et en manga.

Cette série de science-fiction suit les aventures d'un groupe de chasseurs de primes voyageant dans un vaisseau spatial, le Bebop, en 2071. Elle est réalisée dans un style fortement influencé par la culture cinématographique américaine.

Cowboy Bebop fut un succès commercial au Japon et dans le monde entier, y compris en Amérique, en Europe et dans certaines régions d'Asie. Sony Pictures a diffusé le film Cowboy Bebop au cinéma sous le nom de Cowboy Bebop: Knockin' on Heaven's Door, suivi par une sortie DVD. La série fut diffusée en France sur Game One, Canal+ et NT1 aux États-Unis sur Cartoon Network et Adult Swim et sur Animax au Japon, en Asie de l'Est, en Asie du Sud-Est, en Asie du Sud, en Amérique latine et dans plusieurs autres pays. Deux séries de manga Cowboy Bebop ont été créées, fondées sur la série télévisée, ainsi que des jeux vidéo sur PlayStation et sur PlayStation 2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 2071, l'équipage du vaisseau spatial Bebop voyage dans le système solaire à la recherche de primes. Dans l'argot de l'époque, ces chasseurs de primes sont appelés « cowboys ». La plupart des épisodes tournent autour d'une prime ; cependant, le centre de l'histoire concerne le passé de chaque personnage et d'anciens évènements plus généraux, qui se connectent au fur et à mesure que la série progresse.

La première histoire est celle de Spike Spiegel, ancien membre d'une organisation criminelle, les Dragons Rouges, qui est hanté par un triangle amoureux qu'il a connu avec son ancien coéquipier aux Dragons Rouges, Vicious, et une mystérieuse femme nommée Julia.

La seconde histoire tourne autour de Faye Valentine, une joueuse endettée et amnésique réveillée d'un sommeil cryogénique, dont le passé est un mystère.

Les autres personnages ont aussi un passé à explorer : Jet Black, un ancien officier de l'agence de police interplanétaire ISSP et propriétaire du vaisseau (le Bebop), Edward, une jeune hacker surdouée et hyperactive, et Ein, un « chien data » échappé d'un laboratoire, possédant une intelligence supérieure mais se comportant la plupart du temps comme un chien normal.

Personnages[modifier | modifier le code]

L'équipage du Bebop[modifier | modifier le code]

  • Spike Spiegel : Un chasseur de prime adepte des arts martiaux. Il porte habituellement un smoking bleu, avec une chemise jaune et des bottes inspirées de Lupin III. C'est un ancien membre de l'organisation Red Dragons (une organisation descendante des triades chinoises). Il se fit passer pour mort pour être avec Julia, mais son plan tourna mal et Spike se retrouvera finalement Cow-boy (chasseur de prime) avec l'ancien policier Jet Black. Durant ses aventures, il devra cohabiter avec Faye Valentine, la jeune hacker Ed, et le chien savant Ein en plus de son vieux camarade Jet.
  • Jet Black : Le coéquipier de Spike et propriétaire du Bebop est un ancien agent de police de Ganymède. Jet fut autrefois inspecteur à l'Inter Solar System Police (ISSP) pendant de nombreuses années jusqu'à ce qu'il perde son bras gauche lors d'une enquête qui s'est mal déroulée quand son partenaire corrompu l'a trahi. Son bras fut remplacé par un membre cybernétique. Le personnage de Jet est l'exemple même de la figure paternelle de l'équipe.
  • Faye Valentine : Une jeune femme interessée uniquement par l'argent. Elle a les cheveux mi-longs violets, et un gilet rouge par-dessus un ensemble très court jaune. Elle porte également un body-string noir. Au début de l'épisode no 15, l'on voit des hommes en combinaison manipuler un bloc dans lequel Faye est cryogénisée. Elle est réveillée en 2068, en parfait état de santé, mais totalement amnésique. Après avoir pris la fuite, elle parcourt l'espace à bord de son Redtail, escroquant ceux qu'elle croise pour éponger ses dettes et perdant presque immédiatement son argent aux courses. Sa rencontre avec Spike est fortuite, puisqu'elle le confond avec un contact dans un casino. Elle rejoindra ensuite le Bebop et son équipage.
  • Edward Wong Hau Pepelu Tivrusky IV dit Ed, est une jeune hackeuse de 13 ans. On ne sait pas grand chose de ses origines excepté le fait qu'elle a grandi dans un orphelinat après y avoir été abandonnée par son père. À l'origine, le personnage de Ed fut basé sur une description de la compositrice de la série, Yoko Kanno, (« une petite bizarre, ressemblant à un chat, mais un génie en musique ») et devait être un garçon noir.[réf. nécessaire]
  • Einstein (Ein) est un Welsh Corgi apporté sur le Bebop par Spike après ne pas avoir réussi à capturer une prime en l'utilisant. Ein est un « chien data » : alors que dans la série télévisée il possède une intelligence plus développée, le manga montre Ed ayant accès aux données stockées dans le cerveau de Ein via une interface où elle a une conversation avec un propriétaire humain.

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

  • Vicious : ex-coéquipier de Spike, devenu maintenant son ennemi juré. Il est membre de l'organisation criminelle les Dragons Rouges à Tharsis. Selon la série et différents guides, il n'a pas toujours été le monstre qu'il est mais c'est la trahison de Spike, son ami, et de Julia, sa bien-aimée, qui l'a changé. Son arme préférée n'est pas une arme à feu mais un katana qu'il utilise habilement, même contre des armes à feu. D'après le guide officiel, The After, Vicious a 27 ans, comme Spike.
  • Julia : La femme dont Spike est amoureux est commune au passé de Spike et de Vicious. Le triangle amoureux entre eux entraîna le départ de Spike des Dragons Rouges au lieu de se battre contre Vicious.
  • Punch et Judy sont les présentateurs de l'émission télévisée Big Shot. Cette émission fournit des informations sur les diverses primes. Punch et Judy sont habillés en cowboy mais de manière exagérée.
  • Les trois vieux : Tout au long de la série et le film, un groupe de trois vieux hommes grossiers et capricieux fait fréquemment des apparitions. Dans le générique du film, ils se nomment Antonio, Carlos et Jobim (en référence au musicien brésilien Antônio Carlos Jobim). C'est un concept que l'on retrouve dans de nombreux animés, tel que Love Hina.

Analyse de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Influences[modifier | modifier le code]

  • D'après les auteurs, le personnage de Spike provient en grande partie de l'acteur japonais Yūsaku Matsuda dans la série télévisée et dans les films Detective Story. C'est de Matsuda que Spike a hérité sa coupe de cheveux unique et son physique.
  • Selon les notes du designer des vaisseaux de la série, Kimitoshi Yamane, le vaisseau MONO de Spike, le Sword Fish II, a été inspiré des bombardiers-torpilleurs britanniques durant la Seconde Guerre mondiale, les Fairey Swordfish. Un Fairey Swordfish fait même un caméo dans le film Cowboy Bebop, et un dialogue fait référence au naufrage du Bismarck (les Fairey Swordfish furent cruciaux dans le naufrage du Bismarck). Une rumeur de fan suppose que le Sword Fish II est basé sur l'Espadon (Swordfish en anglais), un avion expérimental dans la série de Edgar P. Jacobs, Blake et Mortimer, bien que les créateurs ne l'ont pas confirmé.
  • Cet épisode rend également hommage au morceau On the Run de l'album The Dark Side of the Moon des Pink Floyd. La musique lors des séquences racontant l'origine du tueur est une reprise dudit morceau, de même que le rire de Pierrot.
  • Le personnage de Jet Black tire son nom du batteur du groupe britannique The Stranglers or, le premier titre de leur troisième album (Black and White), sorti en 1978, se nomme Tank, tout comme le générique d'ouverture de l'anime.

Longévité et renommée[modifier | modifier le code]

En 1998, Cowboy Bebop a reçu le prix de la meilleure série télévisée d'animation à l'Animation Kōbe.

En , le magazine d'origine japonaise Newtype USA a réalisé un sondage afin d'établir les « 25 meilleures animes de tous les temps » ; Cowboy Bebop est arrivée deuxième dans un classement incluant Mobile Suit Gundam et Neon Genesis Evangelion[10].

Des années après sa création, la série est toujours diffusée sur la programmation Adult Swim de Cartoon Network.

Anime[modifier | modifier le code]

Au Japon, la série Cowboy Bebop a failli ne pas être diffusée à la télévision à cause de sa violence. Elle fut envoyée la première fois à TV Tokyo, l'un des principaux distributeurs d'anime au Japon. Cependant, à l'époque, en 1995, il y eut une controverse sur la sexualité et la violence dans les animes à cause d'Neon Genesis Evangelion. Dans un premier temps, seuls les épisodes 2, 3, 7 à 15 et 18 ont été diffusés, du 3 avril au , sur TV Tokyo. Certains téléspectateurs ont blâmé le choix de TV Tokyo et l'épisode XX aurait été réalisé en signe de protestation (voir la liste des épisodes). Plus tard cette même année, la série fut diffusée entièrement du 23 octobre au sur la chaîne satellite WOWOW. La série entière fut diffusée au Japon par la chaîne d'anime, Animax, qui l'a aussi diffusée sur ses chaînes en Asie du Sud Est, Asie du Sud, Asie de l'Est, Amérique Latine et dans d'autres régions. Cowboy Bebop fut assez populaire pour permettre la réalisation d'un long métrage, Cowboy Bebop: Knockin' on Heaven's Door (Cowboy Bebop: Tengoku no Tobira), diffusé au Japon en 2001 et aux États-Unis sous le nom de Cowboy Bebop: The Movie en 2003.

En 2001, Cowboy Bebop fut le premier anime à être diffusé dans la programmation Adult Swim de Cartoon Network aux États-Unis. Il eut un succès tel qu'il continua à être diffusé jusqu'à aujourd'hui. Ce succès ouvrit la voie à de nombreux anime matures, comme Inu-Yasha, Lupin III, Trigun, Blue Gender, Fullmetal Alchemist, FLCL, Witch Hunter Robin, Samurai Champloo, Wolf's Rain', que les Japonais ont d'abord trouvé infâmes[11].

  • En France, Cowboy Bebop fut diffusé lors de l'été 2000 sur Canal+.
  • En Israël, Cowboy Bebop fut diffusé durant les années 2001-2002 sur la programmation de nuit de Bip.
  • Au Royaume-Uni, Cowboy Bebop fut diffusé en 2003 et fut l'une des séries les plus appréciées sur la chaîne de dessins animés pour adultes, CNX.
  • En Allemagne, Cowboy Bebop fut diffusé durant les années 2003-2004 sur MTV.
  • En Espagne, Cowboy Bebop fut diffusé lors de l'été 2006 sur l'émission de nuit Cuatroesfera de Cuatro.
  • Au Canada, Cowboy Bebop est finalement programmé pour faire ses débuts sur la jeune chaîne pour adultes Razer le .
  • En Pologne, Cowboy Bebop fut diffusé plusieurs fois sur Hyper et TVP Kultura.

Bandai a édité un jeu vidéo Cowboy Bebop du genre shoot them up au Japon sur PlayStation en 1998. Un autre jeu est sorti sur PlayStation 2 au Japon, et la version anglaise destinée à l'Amérique du Nord était prévue pour le premier trimestre 2006 ; cependant, en juin 2006, sa sortie fut annulée[12].

En 1999, Dynamic Visions (actuellement Dybex) lance la série en VHS sur le marché francophone.

En 2005, sept ans après sa première diffusion au Japon, Cowboy Bebop fut finalement licencié et diffusé sur le marché anglais par Beez, une filiale de Bandai Entertainment.

Le , Dybex sort pour la France un coffret DVD collector limité à 5 000 exemplaires reprenant toute la série accompagnée de bonus exclusifs[13].

En 2008, une adaptation en film en prises de vue réelle est attendu et sera produit par Erwin Stoff pour les studios FOX[réf. nécessaire].

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

La série fut créée par « Hajime Yatate », un pseudonyme collectif pour les membres de l'équipe de Sunrise, le studio d'animation qui a aussi développé Mobile Suit Gundam, The Big O, Outlaw Star et Vision d'Escaflowne. Cowboy Bebop fut réalisé par Shin'ichirō Watanabe, aussi réalisateur de Macross Plus, Samurai Champloo et des deux courts métrages Une histoire de détective et L'Histoire du Kid pour Animatrix et de l'animé représentant la genèse de O-Ren Ishii dans le Kill Bill Volume 1 de Quentin Tarantino. La musique de Cowboy Bebop fut entièrement composée par Yoko Kanno, aussi compositrice de Earth Girl Arjuna, Macross Plus, Vision d'Escaflowne, Ghost in the Shell: Stand Alone Complex et Wolf's Rain.

Liste des épisodes[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Un des éléments les plus notables de Cowboy Bebop est sa musique, généralement composée par Yoko Kanno et son groupe, The Seatbelts. Il ne serait pas exagéré de dire que la musique jazz/blues définit la série aussi bien que les personnages, l'histoire ou l'animation.

Yoko Kanno et The Seatbelts ont fait équipe avec Tim Jensen pour les paroles des chansons :

Cowboy Bebop fut élu par IGN en 2006 l'anime ayant la meilleure bande originale de tous les temps[14].

  • Générique de début :
  1. Tank! par The Seatbelts (épisodes 1 à 26)
  • Générique de fin :
  1. The Real Folk Blues par The Seatbelts avec Mai Yamane (épisodes 1 à 12, 14 à 25)
  2. Space Lion par The Seatbelts (épisode 13)
  3. BLUE par The Seatbelts avec Mai Yamane (épisode 26)

Doublage[modifier | modifier le code]

La série en version française est publiée par l'éditeur Dybex. Thierry Kazazian s'occupe de la direction artistique de la version française.

Personnage Voix japonaise Voix française
Spike Spiegel Kōichi Yamadera Yann Pichon
Jet Black Unshō Ishizuka Philippe Roullier
Faye Valentine Megumi Hayashibara Bérangère Jean
Ed Aoi Tada Patricia Legrand
Vicious Norio Wakamoto Jacques Albaret
Julia Gara Takashima Suzanne Sindberg
Annie Miyuki Ichijo Colette Noël
Fad Masashi Hirose Hervé Furic
Docteur Baccus Kosei Tomita Michel Tugot-Doris
Cowboy Andy Masashi Ebara Constantin Pappas
Voix additionnelles ? Bruno Magne et Thierry Kazazian

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

CD[modifier | modifier le code]

  • Cowboy Bebop
  • No Disc
  • Blue
  • Vitaminless'
  • Cowgirl Ed
  • Best of : TANK! The! Best!
  • Box Set : CD box set - une compilation de morceaux des quatre premiers albums, et plusieurs morceaux non enregistrés précédemment ou live ainsi que des dialogues (en japonais).
  • Remixes : Music for Freelance se déroule dans l'univers de la série et serait extrait d'une radio pirate, Radio Free Mars. Cet album comprend de nombreux remixes des morceaux de The Seatbelts extraits des quatre premiers albums, remixés par des DJs américains et britanniques populaires.

Publications[modifier | modifier le code]

Les deux mangas ont été édités au Japon par Kadokawa shoten, prépubliés au Japon par Asuka Fantasy DX et édités en France par Pika Édition.

Cowboy Bebop[modifier | modifier le code]

Cette série développe des histoires ponctuelles se déroulant en parallèle à l'anime, mettant à jour de nouveaux personnages du passé de nos protagonistes et les emmenant dans de nouvelles chasses à prime

Cowboy Bebop Shooting Star[modifier | modifier le code]

La parution ayant débuté avant l'anime, on constatera que le character design est légèrement différent. De même, l'histoire ne suit pas celle de l'anime. Si elles se recoupent parfois, elles sont souvent distantes et se contredisent ponctuellement.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Deux adaptations vidéoludiques ont vu le jour, toutes deux éditées par Bandai. La première (Cowboy Bebop: Tsuitou no yakyoku), à destination de la console PSone, est sortie en 2001 et seulement au Japon. Cowboy Bebop: Tsuioku no serenade est la seconde adaptation. Elle a été développée par Banpresto, et est sortie le au Japon pour PlayStation 2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Cowboy Bebop: Space Opera Meets Noir, Comedy, and Cyberpunk », sur Sci-Fi Addicts, (consulté le 4 février 2019)
  2. a et b Adam Heyde, « Retro Romp: Cowboy Bebop Review », AnimeLab, (consulté le 31 octobre 2017)
  3. L.B. Jeffries, « The Film Noir Roots of Cowboy Bebop », PopMatters,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2017)
  4. Jacob Chapman, « Cowboy Bebop Complete Series Blu-ray - Review », Anime News Network,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2017)
  5. The Anime News Network Editorial Team, « What's The Best (And Worst) Anime Ending You've Ever Seen? », Anime News Network,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2017)
  6. Toussaint Egan, « The Live-Action Cowboy Bebop Series Has Potential, but Can It Deliver? », Paste,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2017)
  7. Nellie Andreeva, « ‘Cowboy Bebop’ Cult Anime TV Series Gets US Live-Action Remake », sur Deadline Hollywood, (consulté le 31 octobre 2017)
  8. Ashley Oh, « Cowboy Bebop live-action series riles up the internet », sur Polygon, (consulté le 31 octobre 2017)
  9. Beckett Mufson, « Bang, Cowboy Bebop Is Getting Turned into a Live-Action Hollywood Movie », Vice,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2017)
  10. Newtype Press Release - Anime News Network
  11. « Cowboy Bebop », sur culturejapon.fr
  12. Cowboy Bebop for PS2 - Cowboy Bebop Playstation 2 - Cowboy Bebop PS2 Game
  13. Voir le descriptif sur Dybex.com
  14. IGN: Top Ten Anime Themes and Soundtracks of All-Time, IGN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]