Corinne Valls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valls.
Corinne Valls
Fonctions
Maire de Romainville
Réélection 2001, 2007, 2008, 2014
Prédécesseur Robert Clément
Vice-présidente du
Conseil général de la Seine-Saint-Denis
Vice-présidente du
Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis
En fonction depuis le
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Marseille (France)
Parti politique Mouvement de la gauche citoyenne[1]
Profession Cadre territoriale

Corinne Valls, née le [2] à Marseille, est une personnalité politique française de gauche, maire de Romainville, vice-présidente chargée des transports et des déplacements du département de Seine-Saint-Denis, et suppléante du député, président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone[3].

Parcours[modifier | modifier le code]

Fille de républicain espagnol exilé en France et résistant durant la Seconde Guerre mondiale, Corinne Valls est titulaire d’une maîtrise de sciences économiques et du grade de directeur territorial.

Vivant à Romainville depuis plus de 20 ans, elle a été successivement directrice du cabinet du maire de Romainville puis adjointe au maire chargée de l’urbanisme à partir de 1995. Elle succède comme maire à Robert Clément en 1998, après la démission de celui-ci lorsqu'il a été président du conseil général.

Remportant les élections de 2001 avec Les Verts[4], un manque de cohésion au sein du conseil municipal fragilise les changements dans la ville.

À la suite d’un profond désaccord sur la gestion des projets de la ville, elle quitte le Parti communiste français et crée, aux côtés de Jacques Champion qui en est aujourd’hui le président, le Mouvement de la gauche citoyenne.

Le Parti socialiste rejoint la majorité, mais les dissensions internes avec le Groupe Citoyen, notamment à propos du projet de rénovation urbaine, l’obligent à donner sa démission, provoquant ainsi la tenue d’élections municipales anticipées en 2007.

Sortie renforcée[5], la nouvelle majorité autour du Mouvement de la Gauche citoyenne, du Parti socialiste, des Verts, du Parti radical de gauche, du Forum et du Comité citoyen des Gaullistes de Romainville développe de nombreux projets.

En 2008, la liste menée par Corinne Valls, Réussir Romainville, emporte l’élection municipale avec 48,47 % des voix : 3 134 voix sur 12 899 inscrits et 163 votes blancs ou nuls.

Elle est réélue en 2014.

Distinction[modifier | modifier le code]

Le 29 mars 2013, elle se voit décerner le grade de chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur[6].

Mandats[modifier | modifier le code]

Conseillère générale et départementale[modifier | modifier le code]

Élue conseillère générale du canton de Romainville en 2004, Corinne Valls est nommée en 2008 vice-présidente du conseil général de Seine-Saint-Denis, au sein de la majorité socialistes et apparentés, sous la présidence de Claude Bartolone. Sixième vice-présidente chargée des transports et des déplacements, elle œuvre notamment pour les prolongements des lignes de métro (dont la ligne 11), des tramways T1, T5 et T8, pour le développement du projet Arc Express, d’un bus à haut niveau de service sur l’axe de l’ex-RN 3 à Romainville et pour l’aménagement et l’essor économiques des berges du canal de l’Ourcq[réf. nécessaire].

Après le redécoupage cantonal de 2014, elle est élue en mars 2015 conseillère départementale du canton de Bagnolet et vice-présidente du conseil départemental chargée des mobilités et du développement du territoire[7].

Corinne Valls représente le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis aux Conseils d'administration du Syndicat des transports d'Île-de-France[8] et de Port autonome de Paris[9].

Conseillère communautaire[modifier | modifier le code]

En tant que maire de Romainville, Corinne Valls est conseillère communautaire de la Communauté d'agglomération Est Ensemble, regroupant les communes de Bagnolet, Bondy, Bobigny, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville depuis le 1er janvier 2010.

Autres[modifier | modifier le code]

Le 30 juin 2015, elle est élue à l'unanimité nouvelle présidente du conseil d'administration d'Epareca, établissement public national d'aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux, opérateur de commerces dans le cadre des programmes de rénovation urbaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom du rassemblement local de gauche ; voir sur le blog.
  2. « Corinne Valls », sur http://www.acteurspublics.com, n.d. (consulté le 18 avril 2013)
  3. « Fiche de M. Claude Bartolone », sur http://www.assemblee-nationale.fr (consulté le 10 février 2014)
  4. « Le PCF est contraint de partager ses fiefs électoraux en Seine-Saint-Denis », article de Christiane Chombeau du 23 décembre 2000 sur lemonde.fr, consulté le 4 avril 2015.
  5. « Victoire de Corinne Valls, maire sortante, à Romainville », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. « Décret du 29 mars 2013 portant promotion et nomination », sur http://www.legiondhonneur.fr (consulté le 10 février 2014).
  7. Sébastien Thomas, « Stéphane Troussel réélu à la tête du 93 : Stéphane Troussel a été élu, ce jeudi matin, président PS du conseil départemental de Seine-Saint-Denis avec 23 voix pour, 16 votes blancs et deux bulletins nuls. 40 conseillers (deux élus manquaient à l’appel), dont 25 nouveaux, ont fait leur entrée à l’assemblée territoriale », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  8. « Le Conseil du STIF », sur http://www.stif.org (consulté le 12 avril 2016)
  9. « Rapport d'activité 2014 HAROPA - Ports de Paris, p.34 », sur http://www.haropaports.com (consulté le 12 avril 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]