Cordelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cordelle (homonymie).

Cordelle
Cordelle
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Le Coteau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays entre Loire et Rhône
Maire
Mandat
Philippe Chatre
2014-2020
Code postal 42123
Code commune 42070
Démographie
Gentilé Cordellois
Population
municipale
903 hab. (2016 en augmentation de 1,69 % par rapport à 2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 41″ nord, 4° 03′ 43″ est
Altitude Min. 280 m
Max. 556 m
Superficie 26,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Cordelle

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Cordelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cordelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cordelle

Cordelle est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Cordellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cordelle est une commune française située à environ 15 km au sud de Roanne, dans le nord du département de la Loire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cordelle
Commelle-Vernay Saint-Cyr-de-Favières
Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire Cordelle
Bully Dancé, Saint-Paul-de-Vézelin Saint-Priest-la-Roche

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 664 hectares ; l'altitude varie entre 280 et 556 mètres[1].

Le bourg se situe à une altitude d'environ 500 mètres d'altitude. Le point le plus haut de la commune se situe à l'arrière du bourg, au lieu-dit Terrenoire.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cordelle est située sur le plus grand méandre de la Loire.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 418, alors qu'il était de 394 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 81,7 % étaient des résidences principales, 10,6 % des résidences secondaires et 7,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 92,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 7,8 % des appartements[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 80,1 %, en hausse importante par rapport à 1999 (68,4 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) a augmenté : 3,9 % contre 1,2 % en 1999, leur nombre ayant diminué de 4 à 13[a 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la commune serait probablement le nom prélatin cord (hauteur) et le suffixe diminutif ella[2]. Au fil des années, le nom de la commune a évolué, passant de Cordella à l'époque romaine à Cordette et 1793 puis Cordelles en 1801 et enfin Cordelle (au XIXe siècle).

Histoire[modifier | modifier le code]

La récurrence en roannais des toponymes dérivé de SARMATAS (Sermaize, Sermaise, Sermizelles) et la mention d'un préfet des Sarmates[3] en Gaule indiquent, selon toute vraisemblance, l'installation sur des zones publiques du fisc romain de colonies militaro-agraires constituées de Lètes sarmates au IV-Ve siècles ap. J.-C. Ces unités d'élites de cavaliers-archers, regroupées autour d'un camp à Luré, fondèrent des villages (Sarmatiae) pour y installer leurs familles, cultivèrent la terre tout en assurant la surveillance du réseau routier[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Depuis 1978, quatre maires se sont succédé :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1978 1983 Ernest Bonne Sans étiquette  
1983 1989 Georges Poussinge Sans étiquette  
1989 1995 Ernest Bonne Sans étiquette  
Mars 1995 Avril 2014 Jean-Paul Capitan Sans étiquette  
Avril 2014 En cours Philippe Chatre Sans étiquette  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2016, la commune comptait 903 habitants[Note 1], en augmentation de 1,69 % par rapport à 2011 (Loire : +1,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0009189851 0861 3101 3361 3981 4011 411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5011 5551 5601 4551 4371 3881 4811 4901 418
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3531 2891 214999934954927814721
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
664625670702749779851888903
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Elle administre une école maternelle et une école élémentaire communales regroupant 96 élèves en 2012-2013[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 27 566 €, ce qui plaçait Cordelle au 18 512e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[11].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 590 personnes, parmi lesquelles on comptait 71,1 % d'actifs dont 65,5 % ayant un emploi et 5,7 % de chômeurs[a 4].

On comptait 120 emplois dans la zone d'emploi, contre 94 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 327, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 2] est de 30,9 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre seulement un emploi pour trois habitants actifs[a 5].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Cordelle comptait 47 établissements : 2 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 2 dans l'industrie, 7 dans la construction, 17 dans le commerce-transports-services divers et 19 étaient relatifs au secteur administratif[a 6].

En 2011, quatre entreprises ont été créées à Cordelle[a 7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Éléments remarquables[modifier | modifier le code]

La commune contient deux objets classés à l'inventaire des monuments historiques :

  • une statue représentant la « Vierge à l'Enfant », classée depuis le 30 décembre 1982. Elle est en bois peint, polychrome et doré, datée du XVIIIe siècle[12] ;
  • une chape en soie tissée aux fils d'or et de couleurs, datée du XIXe siècle[13].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Lac de Villerest, à dix minutes en voiture ;
  • Château de la Roche à visiter à dix minutes en voiture ;
  • Ferme pédagogique du Bessy ;
  • Musée Le Rétro d'engins de travaux publics et agricoles, situé au lieu-dit Fouet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Pousset, (° 1794 - † 1883) né à Cordelle, prêtre de la paroisse Saint-Bruno à Lyon et fondateur de la Congrégation de la Sainte Famille[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Cordelle (Loire).svg

Les armoiries de Cordelle se blasonnent ainsi :

D’or à une burelle d’azur ondée et entée d’une pièce vers le chef, accompagnée en chef de deux grappes de raisin du même et en pointe d’une tour de gueules, ouverte et ajourée du champ et mouvant de la pointe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Magnin, Traces du passé de Cordelle et des Cordellois, publication locale, 1983
  • Paul Magnin, Si Cordelle et les Cordellois m'étaient contés, publication locale, 1995.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Liste des communes de la Loire

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. EMP T5 - Emploi et activité.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  7. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. a et b « Histoire et patrimoine », sur un site réalisé par des anonymes (consulté le 27 août 2013).
  3. "In Gallia (...) Praefectus Sarmatarum gentilium, per tractum Rodunensem et Alaunorum", Noticia dignitatum utriusque imperri (c. 400).
  4. Xavier GOUVERT, Problème et méthodes en toponymie française, Thèse ss. la direction de Jean-Pierre Chambon, 2008, p. 959-971.
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Loire (42) > Cordelle > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 27 août 2013).
  11. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  12. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM42000193, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Chape », notice no PM42000992, base Mérimée, ministère français de la Culture.