Congrégation pour le clergé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Congrégation du Concile)
Aller à : navigation, rechercher
La Congrégation pour le clergé a son siège au palais des congrégations, 3, place Pie XII, (sur la gauche de la photo), à proximité immédiate de la place Saint-Pierre.

La Congrégation pour le clergé (en latin : Congregatio pro Clericis) est l'une des neuf congrégations de la Curie romaine. Elle est compétente en tout ce qui concerne les prêtres et diacres du clergé séculier. Elle est aussi chargée des séminaires. Vingt-cinq personnes environ y travaillent[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Par la Constitution apostolique Alias Nos du 2 août 1564, le pape Pie IV (1559-1565) fonde la « Sacrée Congrégation des cardinaux pour l'application et la mise en pratique du concile de Trente »[2] (ou plus simplement la congrégation du concile).

Grégoire XIII (1572-1585) élargit ses fonctions et Sixte V (1585-1590) lui confia, par la constitution apostolique Immensa aeterni Dei, la révision des actes des conciles provinciaux et, en général, la tâche de promouvoir la réalisation des réformes déterminées par le Concile de Trente[3].

La congrégation du concile perd au fil du temps nombre de ses compétences, transférées à d'autres dicastères de la Curie romaine, mais elle conserve celles relatives à la discipline du clergé séculier. Elle garde aussi son nom de « Sacrée Congrégation du Concile » jusqu'au 31 décembre 1967, lorsque le pape Paul VI (1963-1968) lui donne le nom de congrégation pour le clergé à la date de l'entrée en vigueur de sa Constitution apostolique Regimini Ecclesiae universae du 15 août 1967, par il réforme la curie et change les noms de plusieurs dicastères.

Par la Constitution apostolique Pastor Bonus du , le pape Jean-Paul II confirme et simplifie les compétences de la Congrégation pour le clergé, qui s'occupe alors d'édicter des normes concernant le ministère, la vie des prêtres et des organismes auxquels ils participent. Elle exerce la vigilance du Saint-Siège sur la catéchèse et sur les biens temporels de l’Église.

Par le motu proprio Fides per doctrinam du 16 janvier 2013, le pape Benoît XVI retire à la Congrégation pour le clergé la compétence de la catéchèse pour la transférer au Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. Et, par le motu proprio Ministrorum institutio du même , il transfère la compétence sur les séminaires de la Congrégation pour l'éducation catholique à la Congrégation pour le clergé.

Le 8 décembre 2015, la Congrégation pour le clergé a rendu publique la nouvelle « Ratio fundamentalis », qui est le texte d'orientation de la formation dans les séminaires, dont la dernière modification datait de 1940, légèrement modifiée en 1958. Celle-ci insiste sur la nécessité de former des « personnes humainement équilibrées, sereines et stables »[4].

Le , par le motu proprio Sanctuarium in Ecclesia daté du 11 février 2017, mémoire liturgique de Notre-Dame de Lourdes, le pape retire à la Congrégation et transfère au Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation la compétence sur les sanctuaires qui sont pour lui, des lieux d'évangélisation [5].

Mission[modifier | modifier le code]

Après la mise en œuvre de la réforme des attributions des dicastères promulguée par le pape Benoît XVI en janvier 2013, la Congrégation pour le clergé a la charge de trois domaines.

Elle a compétence en tout ce qui concerne les prêtres et diacres du clergé séculier. Elle promeut tout ce qui concerne la formation permanente des prêtres[6]. Elle prépare, chaque année, la "Journée mondiale de prière pour la sanctification du Clergé". Elle a coordonné et organisé les événements liés à la célébration de l'année du sacerdoce (19 juin 2009 - 11 juin 2010). Elle veille sur les chapitres de chanoines et les conseils presbytéraux.

Elle est responsable de l'ensemble des séminaires pour la formations des clercs (à l'exception de ceux qui dépendent de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples ou de la Congrégation pour les Églises orientales),

Elle donne l'approbation du Saint-Siège concernant la vente de biens lorsque cette approbation est requise[7].

Préfets[modifier | modifier le code]

Secrétaires récents[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Annuario pontificio 2013
  2. Constitution Alias Nos, dans « Bullarum diplomatum et privilegiorum sanctorum Romanorum pontificum », vol. VII, Turin 1862, pp. 300-301]
  3. Congrégation pour le clergé (site officiel du Saint-Siège)
  4. Le Vatican établit le profil du prêtre de demain
  5. Motu Proprio : le Pape confie les sanctuaires à la Nouvelle Évangélisation
  6. Pastor Bonus, no 95.
  7. Code de droit canonique, canon 1292
  8. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Rinunce e nomine », sur press.vatican.va, (consulté le 8 janvier 2015)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]