Luigi Maglione

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luigi Maglione
Image illustrative de l'article Luigi Maglione
Le nonce apostolique Luigi Maglione reçu à l'Élysée le 1er janvier 1927
Biographie
Naissance
à Casoria
Ordination sacerdotale
Décès (à 67 ans)
à Casoria
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Pie XI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Pudenziana
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Cardinal secrétaire d'État
Préfet de la Congrégation du concile
Nonce apostolique en France
Nonce apostolique en Suisse
Archevêque titulaire de Cesarea di Palestina

Blason
« Fides et labor »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Luigi Maglione, né le à Casoria, en Campanie, Italie, et mort le à Casoria, est un cardinal italien de l'Église catholique romaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre en 1901, Luigi Maglione exerce son ministère dans l'archidiocèse de Naples puis dans le diocèse de Rome où il est également professeur à l'Académie ecclésiastique pontificale. En 1918, le pape Benoît XV en fait son représentant personnel auprès des instances de la Société des Nations.

Le , il est élu archevêque titulaire de Cesarea di Palestina et nommé nonce apostolique en Suisse puis en France de 1926 à 1936.

Le pape Pie XI le crée cardinal lors du consistoire du , avec le titre de cardinal de Santa Pudenziana. Il quitte peu après son poste diplomatique à Paris. Le cardinal Maglione est ensuite nommé préfet de la Congrégation du concile en juillet 1938.

Il participe au conclave de mars 1939, lors duquel Pie XII est élu. Il est peu après nommé cardinal secrétaire d'État par le nouveau pape tout en occupant les fonctions de grand chancelier de l'Institut pontifical pour l'archéologie chrétienne, fonctions qu'il occupera jusqu'à sa mort le 22 août 1944.

Le cardinal Maglione soutient fermement l'attitude du pape Pie XII durant la seconde guerre mondiale. Le bilan de son action figure dans les onze volumes des Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale.

Après la mort du cardinal, le pape ne lui donne pas de successeur et assume seul la charge de secrétaire d'État.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]