Dicastère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les organismes constitutifs de la Curie romaine qui permettent au pape d'exercer son "pouvoir ordinaire, suprême, plénier, immédiat et universel[1]" sur toute l'Église catholique romaine sont nommés dicastères (du mot grec dikastèrion signifiant « cour de justice »). Si l'on compare la Curie romaine à un gouvernement, alors les dicastères sont comparables à des ministères. Cependant, cette comparaison est limitée par le fait qu'un gouvernement est habituellement un organe collégial et solidaire responsable devant un parlement. Ce n'est pas le cas de la Curie romaine, où chaque dicastère dépend absolument du pape et ne peut agir qu'en son nom et avec son accord.

D'après la constitution apostolique Pastor Bonus du pape Jean-Paul II, les dicastères sont : la secrétairerie d'État, les neuf congrégations romaines, les trois tribunaux du Saint-Siège, les douze conseils pontificaux ainsi que les différents services administratifs chargés des affaires économiques. Les autres organismes de la Curie romaine ne peuvent prétendre à cette appellation. Les dicastères sont juridiquement égaux entre eux, leurs chefs sont nommés par le pape pour cinq ans. Le , le pape François crée un nouveau dicastère pour les laïcs, la famille et la vie[2].

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Christophe Dickès (dir.), Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège, coll. "Bouquins", Paris, Robert Laffont, octobre 1993, 1120 p. (ISBN 2-221-11654-2)