Coluche, l'accident

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coluche, l'accident
Auteur Jean Depussé et Antoine Casubolo
Pays Drapeau de la France France
Genre Essai
Éditeur éditions Privé
Date de parution 2006
ISBN 978-2350760261

Coluche, l'accident est un livre d'investigation écrit par Jean Depussé et Antoine Casubolo et publié en 2006, qui traite de l'accident de moto qui a entraîné le décès de l'acteur et humoriste Coluche, le . Jean Depussé commence l'enquête et décide d'évoquer ses recherches auprès d'Antoine Casubolo, qui continuera l'enquête. Jean Depussé meurt d'un cancer quelques semaines avant la parution de l'ouvrage[1].

L'ouvrage crée la polémique car il souligne certaines incohérences de l'enquête, et soulève l'hypothèse de la présence sur place de certains membres des services de police, comme ceux des renseignements généraux[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le , Coluche circule à moto (moto Honda 1100 VFC, rouge et noire) entre Cannes et Opio, sur une route qu'il connaît bien, accompagné de deux amis également à moto. Le trajet s'étend de 16 h 15 — heure du départ de Coluche de Cannes — à 16 h 35, heure de son décès sur la route d'Opio. Il percute un camion qui, arrivant en face de lui, lui coupe la route pour tourner à gauche, sur une route de la commune de Grasse, situé en fin de ligne droite, au croisement de la route de Cannes et du chemin du Piol à Opio[2].

D'après les recherches menées par les auteurs, les circonstances de cet accident, l'intervention des forces de gendarmerie, l'enquête judiciaire et de police peuvent soulever l'hypothèse de la dissimulation du meurtre de l'une des personnalités populaires préférées des Français[3].

Selon le contenu de l'ouvrage, depuis le jour même de l'accident, les médias (agences, presse, radio et télévision) ont véhiculé une série d'informations erronées, orientées, partielles ou tronquées et des rumeurs concernant les circonstances de l'accident : petite route très sinueuse et dangereuse, virage sans visibilité, vitesse excessive de la moto, hypothèse de l'alcool ou de l'emprise de drogue, etc. Le livre précise également que l'enquête est dirigée par le juge Jean-Paul Renard, lequel sera impliqué ultérieurement dans plusieurs affaires le mettant en cause, notamment pour avoir violé le secret de l'instruction en faveur de la loge maçonnique locale, dans l'affaire du tribunal de Nice[4].

Exploitant des données factuelles et certains témoignages confirmés, les auteurs reconnaissent ne pas pouvoir démontrer la théorie de l'assassinat même si, selon eux, Coluche pouvait gêner certains[5]. Ils concluent en soulevant les doutes, incohérences et contradictions autour de cette mort tragique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]