Colmey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Colmey
Colmey
Église de L'Assomption-de la-Vierge.
Blason de Colmey
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Intercommunalité Communauté de communes Terre Lorraine du Longuyonnais
Maire
Mandat
François Didier
2020-2026
Code postal 54260
Code commune 54134
Démographie
Population
municipale
245 hab. (2018 en diminution de 7,2 % par rapport à 2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 31″ nord, 5° 33′ 30″ est
Altitude Min. 197 m
Max. 352 m
Superficie 9,9 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Mont-Saint-Martin
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Colmey
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Colmey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Colmey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Colmey

Colmey est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Colmey est située dans le Nord-Est de la France, plus précisément en Lorraine, à l'extrême nord de la Meurthe-et-Moselle.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Colmey est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (74,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (56,8 %), forêts (25,3 %), prairies (9,8 %), zones agricoles hétérogènes (8,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs hypothèses qui donnent l'origine du nom Colmey :

  • La première hypothèse dit que Colmey vient du patois, ancienne langue lorraine en voie de disparition, donne "mauvais col".
  • La deuxième hypothèse explique que plusieurs ouvrages donnant l'idée que Colmey dériverait de colombier.

Finalement, la dernière hypothèse est celle qu'Auguste Terquem sorti en 1864 un livre sur l'étymologie des villes et villages de mosellanes qui, pour lui donnerait pour col colonus, c'est-à-dire cultivateur ou habitation de cultivateur tandis que mey viendrait de maîtrerie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1989 Pierre de Boissonneaux de Chevigny RI Agriculteur - Député (1956-1958) - Sénateur (1959-1974)
mars 2001 En cours
(au 23 mai 2020)
François Didier[8],[9]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Agriculteur sur moyenne exploitation

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2018, la commune comptait 245 habitants[Note 2], en diminution de 7,2 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
311268286760900900582542549
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
530480463454422413355339406
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
373374357350376350341315321
1990 1999 2006 2007 2008 2013 2018 - -
273245275279283264245--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Entrée du château fort de Martigny.
  • Présence gallo-romaine, surtout à Flabeuville.
  • Puits romain à la ferme de Martigny.
  • Château fort de Martigny construit en 1573 dans la seigneurie barroise de Colmey pour Marguerite de Xivry (épouse de Jean de la Mouillie), sur autorisation du duc Charles III, passée par mariages aux familles de Wopersnow et du Han, seigneur de Martigny, puis au Capitaine Girault baron de Martigny (qui entreprit de nombreux travaux, dont la reconstruction du corps de logis). Le château fut l'héritage des familles Soleirol, Husson puis Chevigny. L'actuel propriétaire est Hubert de Chevigny. De la maison forte primitive subsistent encore la façade ouest de l'enceinte avec au milieu une tour porche et la tour d'angle sud-ouest. Construction au début du XIXe siècle d'une grande maison d'habitation. Éléments défensifs. Le château de Martigny est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du pour les façades et toitures du château et des communs ainsi que pour les douves[14].
  • Borne dite Borne des Trois Évêchés, à Bouillon. Borne du XVIIIe siècle ?, dite des trois évêchés, marquant la limite entre la généralité des trois évêchés et celles de Lorraine et Barrois.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale de L'Assomption-de la-Vierge reconstruite à partir de 1878 ; a remplacé une église construite en 1767, les deux niveaux inférieurs de la tour clocher ayant été conservés.
  • Église paroissiale Saint-Hubert à Flabeuville. Église du XVIe siècle à la collation du prieuré Saint-Gilles de Dun dont il subsiste la tour porche en façade, nef et chœur reconstruits au XVIIIe siècle, éléments défensifs.
  • Chapelle Saint-Hubert construite limite XVe siècle/XVIe siècle à l'initiative de l'abbaye Saint-Hubert d'Ardenne, propriétaire de biens à Flabeuville. Partiellement repercée au XVIIIe siècle, ancien ossuaire de Flabeuville, édifice classé au titre des monuments historiques par arrêté du [15].
  • Chapelle Saint-Joseph, située C.D.29c, de plan octogonal reconstruite en 1818 par Justin de Soleyrol, qui a servi de sépulture à sa descendance, aujourd'hui la famille de Boissonneaux de Chevigny.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Le château de Martigny », notice no PA00106013, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Ancien Ossuaire dit Chapelle Saint-Hubert », notice no PA00106012, base Mérimée, ministère français de la Culture.