Chauffecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chauffecourt
Image illustrative de l'article Chauffecourt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Mirecourt
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mirecourt
Maire
Mandat
Michel Del
2013 - 2014
Code postal 88500
Code commune 88097
Démographie
Gentilé Chauffecourtiens
Population
municipale
36 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 59″ N 6° 09′ 08″ E / 48.3330555556, 6.15222222222 ()48° 19′ 59″ Nord 6° 09′ 08″ Est / 48.3330555556, 6.15222222222 ()  
Altitude Min. 255 m – Max. 347 m
Superficie 1,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chauffecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chauffecourt

Chauffecourt est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Chauffecourtiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Malgré son statut de commune, Chauffecourt n'est qu'un hameau d'une trentaine d'habitants, à quelques centaines de mètres seulement du village de Mazirot.

L’habitat y est peu dense, et l’ancien côtoie souvent de nouvelles constructions.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le toponyme Chauvecours est mentionné en 1295.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1295, le village dépendait de l’église Saint-Pierre de Remiremont qui y détenait les haute, moyenne et basse justices. Le grand chancelier y commandait le plaid banal, créait le maire, son lieutenant et les autres officiers de justice dont il recevait serment. Le maire était choisi parmi neuf habitants présentés par la communauté. Les habitants devaient trois tailles par an.

Chauffecourt appartenait au bailliage de Mirecourt et, précédemment, à la prévôté du même nom. Au spirituel, le village était compris dans la paroisse de Mazirot. Le bâtiment de la mairie a été édifié en 1874.

De la commune de Chauffecourt, dépendait, jadis, le canton de bois dit Les Dix-Jours, enclavé entre les communes de Mazirot, Bettoncourt et Gircourt-lès-Viéville, à la première desquelles il a été rattaché par ordonnance du 6 juillet 1832.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 mars 1983 Jeanne Faugeroux (1932-2008)    
mars 1983 avril 2013 Sylvie Jeannot-Gérome[Note 1] (1959-2013) SE Éleveuse à Mazirot
mai 2013 en cours Michel Del    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 36 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
60 73 56 70 56 60 56 72 70
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
57 57 55 49 52 36 53 40 40
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
26 26 21 16 20 24 29 24 21
1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
18 18 26 32 32 36 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En mars 1983, Sylvie Jeannot-Gérome est élue maire à la suite de sa mère, et devient à 23 ans la plus jeune mairesse de France.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011