Poussay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Poussay
Poussay
Vue aérienne de Poussay
Blason de Poussay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Mirecourt
Intercommunalité Communauté de communes de Mirecourt Dompaire
Maire
Mandat
Philippe Larcher
2017-2020
Code postal 88500
Code commune 88357
Démographie
Gentilé Porsuavitain(e)s
Population
municipale
698 hab. (2016 en diminution de 2,51 % par rapport à 2011)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 17″ nord, 6° 07′ 28″ est
Altitude 295 m
Min. 256 m
Max. 327 m
Superficie 8,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Poussay

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Poussay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poussay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poussay

Poussay est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Porsuavitains (de Portus Suavis).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Poussay se trouve dans la région géographique de la plaine sous-vosgienne. Le site offre une multitude de paysages avec la vallée du Madon et ses nombreuses buttes témoins (monts). Le village est situé dans la vallée du Madon, à deux kilomètres au nord de la ville de Mirecourt, sur le sommet d’un coteau à trois cents mètres d’altitude sur la rive gauche du Madon. Il surplombe la rivière qui serpente au milieu d’une végétation riche et luxuriante... haies de saules, peupliers, aulnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village, attesté dès 1051, viendrait de Portus Suavis (qui peut se traduire par port agréable, charmant), qui donna Porsas, puis Poursas et enfin Poussay.

Ce village possède un riche passé historique. Chaque époque a laissé sa trace. Ainsi se côtoient une ancienne voie romaine, un ancien cimetière mérovingien et un village dévoilant son histoire à chaque pas.

Berthold, évêque de Toul de 996 à 1019, avait fondé là un monastère de religieuses bénédictines. Ce fut la quatrième fondation de ce genre en Lorraine, après Remiremont, Épinal et Bouxières-aux-Dames; elle devint par la suite le Chapitre de Poussay.

Le village dépendait du chapitre des chanoinesses de Poussay qui fut fondé au XIe siècle par Hermann, évêque de Toul. Celui-ci comprenait à l’époque moderne une abbesse, une doyenne et quinze chanoinesses. Il y avait par ailleurs quatre chanoines-chapelains. Le chapitre avait à Poussay les haute, moyenne et basse justices.

En 1208, le duc Ferry II publie des lettres portant qu’ayant différend avec les dames de Poussay au sujet de la haute justice qu’il prétendait avoir dans ce lieu, il déclare n’y avoir aucun droit, excepté le cas criminel de mort.

En 1331, Philippe de Valois, roi de France, prend sous sa sauvegarde la ville de Poursas, moyennant que chacun feu paiera par an au chastel de Monteclaire 12 parisis au jour de Saint-Remy. En 1345, sur les remontrances qui lui avaient été adressées par le duc Raoul, Philippe de Valois révoqua et annula la protection qu’il avait accordée à ceux de Poursez et les quitta de la rente qu’ils lui devaient à cause de cette sauvegarde.

Dans ce village, dressé sur un éperon calcaire qui domine la vallée du Madon et que traverse la route de Nancy, Montaigne séjourna lorsqu’il s’était rendu à Plombières, puis en Italie ; il rendit visite aux religieuses le 15 septembre 1580[1].

Dès juillet 1598, sous l'impulsion de saint Pierre Fourier et grâce à Mesdames Catherine de Fresnel et Judith d’Aspremont, dames chanoinesses du chapitre, Poussay accueillit la première école pour filles « tant pauvres que riches ». La Bienheureuse Alix Le Clerc et ses compagnes enseignaient gratuitement aux jeunes filles les principes d'une bonne éducation. Bientôt toute la Lorraine se couvrit d'un réseau de petites écoles...

Poussay appartenait au bailliage de Mirecourt.

L’église, dédiée à saint Maurice, était le chef-lieu d’un des doyennés de l’archidiaconé de Vosges au diocèse de Toul, dit doyenné de Porsas. La cure était à la collation du chapitre de Poussay. L’église a été construite en 1757.

La construction de la mairie date de 1842 ; l’école des garçons, installée dans une maison de l’abbaye, remonte à 1720. L’école des filles a été construite en 1771.

Le hameau des Maisons-Rouges dépendait de Poussay jusqu’au 23 décembre 1832 où une ordonnance l’a rattaché à Mirecourt.

Blason Blasonnement :
D'or, au portail d'église mouvant de la pointe de sinople.
Commentaires : Ce blason est celui de l'ancienne abbaye de Poussay, il a été adopté par la commune en 1866.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[2] :

  • total des produits de fonctionnement : 963 000 , soit 1 315  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 714 000 , soit 1 057  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 133 000 , soit 181  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 188 000 , soit 256  par habitant.
  • endettement : 740 000 , soit 1 011  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 15,83 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 13,56 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 35,85 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 39,95 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 18,40 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Georges Schuller    
mars 2001 mai 2013 Jean Demard (1944-2013)   Enseignant retraité. Décédé en cours de mandat
juin 2013 avril 2014 Philippe Larcher SE  
avril 2014 mai 2017 André Ithier SE Démissionnaire pour raison de santé
juin 2017 En cours Philippe Larcher SE  

Poussay fait partie de la communauté de communes de Mirecourt Dompaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 698 habitants[Note 1], en diminution de 2,51 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
499517572522619587643652602
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
600626568543542507497507536
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
616548575541518507494457462
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
498786810733726725716698-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Le puits de Poussay est le grand trésor local : il remonte au XIIe siècle avec un ensemble urbain d'une grande authenticité[7].
  • Née au XVIe siècle (1598) de la volonté des dames du chapitre vosgien de Poussay, la foire de Poussay est actuellement la troisième foire agricole de France. Elle se déroule le week-end le plus proche du 23 octobre (auparavant, la date était fixée immuablement audit 23 octobre) et accueille plus de mille exposants (agriculteurs et camelots).
  • La maison Sonrier[8] : le sonrier était l’économe de l’Abbaye. La famille possède le portrait de Pierre Fourier (saint de Mattaincourt, originaire de Mirecourt). On a découvert ce portrait caché dans un mur sans doute au temps de la Révolution. Sur les murs extérieurs de la maison, on peut voir un cadran solaire et des armoiries.
  • Allée des Dames : certains tilleuls sont très vieux. À droite, en montant, le jardin de l’abbesse. Un peu plus loin, l’esplanade qui domine le ravin.
  • Restes de l’église abbatiale.
  • Monument aux morts[9].
  • Église paroissiale actuelle. Le chœur est l’ancienne chapelle Saint-André. On peut y voir[10] :
  1. un tableau représentant le pape Léon IX donnant les bulles à la première abbesse bénédictine ;
  2. une statue polychrome de la Vierge ;
  3. une statue de sainte Anne, en pierre ;
  4. une statue de saint Claude, très vénéré dans la région au XVIe siècle;
  5. plaque funéraire, avec une inscription funéraire de Louise de Chauvirai, chanoinesse[11] .

Animation[modifier | modifier le code]

Depuis 1598, la foire de Poussay reste la 3e foire agricole de France, après celles de Beaucroissant (38) et de Lessay (50). L'édition 2012 (414e du nom) a accueilli près de 1 300 exposants (marché aux bestiaux, matériel agricole et camelots) et plus de 150 000 visiteurs. C'est aussi la plus grosse braderie du Grand-Est[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]