Chartreuse de Port-Sainte-Marie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Port-Sainte-Marie.
Chartreuse de Port-Sainte-Marie
Chartreuse de Port Sainte Marie (4).jpg
Une partie des vestiges du monastère de la chartreuse de Port-Sainte-Marie.
Présentation
Type
Construction
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte du Puy-de-Dôme
voir sur la carte du Puy-de-Dôme
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La chartreuse de Port-Sainte-Marie, ou Chartreuse de Clermont[réf. nécessaire], est un ancien monastère de chartreux, fondé en 1219, en Auvergne, au fond de la vallée de la Sioule. Il se trouve sur la route entre Les Ancizes et Saint-Jacques-d'Ambur. Détruit durant la Révolution française, il n'en reste que des ruines.

Le site, inscrit au titre des monuments historiques[1] en 1996, fait l'objet de fouilles archéologiques par l'Unité de recherche archéologique cartusienne et de travaux de sauvegarde menés par l'association des Amis de la chartreuse Port-Sainte-Marie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gravure représentant la chartreuse de Port-Sainte-Marie au cœur des Combrailles aux limites de l'Auvergne et du Limousin

En 1219, les seigneurs et barons Guillaume et Raoul de Beaufort rencontrent des chartreux et leur donnent des terres pour y fonder un monastère au lieu-dit Confinéal dans l'actuelle commune de Chapdes-Beaufort. La tradition veut que ces deux seigneurs locaux qui étaient frères avaient eu une apparition de saint Bruno, fondateur de l'ordre des Chartreux, pendant qu'ils chassaient au Confinéal.

Le monastère eut une grande influence dans la région. Le premier prieur connu est Petrus de Planis, ancien prieur de la chartreuse de Toulon. Il arrive en 1224[2].

C'est au XVIIe siècle qu'on réalisa les derniers travaux d'importance dans le monastère. En 1729, le couvent comprenait 20 moines prêtres, 8 frères et 30 domestiques. En 1789, l'avant-dernier prieur, Dom Gerle devint député aux états généraux, puis se défroqua et se perdit dans les tumultes parisiens[3].

Les moines furent expulsés en 1791 et la chartreuse leur fut confisquée. Le dernier prieur, François Bertrand (né au Puy), fut arrêté pendant la Terreur et mourut en prison en 1797 à Saint-Maurice-du-Puy[2]. Le domaine fut morcelé et vendu comme bien national quelques mois plus tard et les bâtiments tombèrent progressivement en ruine.

Le riche mobilier du monastère - aujourd'hui dispersé dans les églises qui en dépendaient (par exemple un autel à l'église de Pontgibaud ainsi que trois tableaux remarquables ː L'Assomption de la Vierge de Parrocel, L'Adoration des bergers et L'Adoration des rois mages de Guy François peintre du Puy, des boiseries[4], une pietà, une statue de saint Bruno) ou chez des particuliers aux alentours - témoigne de son rayonnement passé. L'horloge monumentale a été acquise par la municipalité d'Aigueperse qui fit construire de 1794 à 1798 un beffroi pour l'accueillir, devant l'ancien couvent des Ursulines, devenu par la suite l'hôtel de ville d'Aigueperse.

Description[modifier | modifier le code]

Plan de la Chartreuse de Port-Sainte-Marie.

Conformément au plan ordinaire des chartreux, les bâtiments conventuels se répartissaient autour de trois pôles :

  • un pôle religieux avec l'église, des chapelles rayonnantes, la chapelle de Pontgibaud, le petit cloître, le chapitre, le cimetière, le réfectoire ;
  • un pôle érémitique regroupant dix-neuf cellules autour du grand cloître où vivaient les moines ;
  • un pôle économique où travaillaient les frères convers, regroupant l'hôtellerie, les ateliers (les « obédiences »), les granges et les étables autour d'une grosse tour ronde.

La chartreuse mesurait 17,128 ha. Le cloître qui prenait son jour du côté de la cour intérieure était formé par 96 arcades en pierre de Volvic[5].

Viollet-le-Duc et la chartreuse dite de Clermont[modifier | modifier le code]

La chartreuse de Port-Sainte-Marie (ou chartreuse de Clermont) était entourée par un mur, coiffé à intervalles réguliers de tours de guet. La surface est divisée en deux cours (cloîtres) : la cour la plus à l'est, entourée par le grand cloître, et sur laquelle les logements (maisonnettes appelées « cellules ») des moines s'ouvrent, est de loin la plus grande. Les deux cloîtres sont séparés par les bâtiments principaux du monastère, notamment l'église et le sanctuaire, lui-même séparé du chœur des moines par un rideau et deux autels formant jubé, le petit cloître au sud étant entouré des bâtiments du chapitre et du réfectoire et de la chapelle de Pontgibaud. La cuisine et ses dépendances, derrière le réfectoire, sont accessibles par la cour extérieure sans avoir à entrer dans le cloître.

Au nord de l'église, au-delà de la sacristie et des chapelles latérales, on trouve la cellule du sous-prieur avec son jardin. La cellule du prieur occupe le centre de la cour extérieure, juste en face de la porte ouest de l'église et de la porte d'entrée du couvent. Une petite cour ornée d'une fontaine se trouve devant. Cette cour extérieure donne également sur les hôtelleries, les écuries et les loges des frères convers, les granges et les greniers, le pigeonnier et la boulangerie. On y trouve aussi une prison. Chez beaucoup de communautés anciennes comme à Witham (en), il y avait dans la cour extérieure une église plus petite en plus de la grande réservée aux moines. En Chartreuse, la chapelle extérieure est une nécessité imposée par la clôture religieuse stricte qui interdit aux femmes de pénétrer dans les bâtiments conventuels et donc de pouvoir assister aux offices. Les cours intérieure et extérieure sont reliées par un long passage assez large pour laisser passer une charrette remplie de bois, afin de pouvoir approvisionner les cellules des frères en bois de chauffage.

Viollet-le-Duc a décrit la structure idéale des bâtiments monastiques de l'ordre des Chartreux à partir de la chartreuse qu'il avait pu observer à Chapdes-Beaufort (dans le département actuel du Puy-de-Dôme). Selon Viollet le Duc à la chartreuse de Chapdes-Beaufort, dix-huit cellules (en réalité dix-neuf) entourent le grand cloître, toutes arrangées sur le même plan.

Nous devons ce plan à l’obligeance de M. Mallay, architecte diocésain de Clermont-Ferrand, qui a bien voulu nous envoyer un calque de l’original. La grande chartreuse de Clermont est située à 50 kilomètres de cette ville du côté de Bourg-Lastic ; le plan que nous présentons est un projet de restauration qui n’a pas été entièrement exécuté, mais il a pour nous cet avantage de fournir un ensemble complet, dans lequel les services sont étudiés et disposés avec soin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Mioche, La Chartreuse du port Sainte-Marie en Auvergne, 1896
  • Henri Lamendin, Histoires de la Chartreuse du Port-Sainte-Marie, 1974
  • Max Roumy, Prompsat et le clos de la Chartreuse 1228-1791, 2001
  • URAC, La Montagne, l'ermite et le montagnard : Évocation historique et archéologique des chartreuses de Vaucluse, de la Verne, de Bonlieu, du Port-Sainte-Marie, de Sainte-Croix-en-Jarez, 2002 - (ISBN 2-9519124-0-4)
  • H. Leroy, La Chartreuse du Port-Sainte-Marie - Balade dans le « désert » des chartreux, coll. « Sentiers du Patrimoine », Chamina, 2005 - (ISBN 2844660975)
  • Ernest Monpied, Maryline et André Faure, La Chartreuse de Port-Sainte-Marie : Regards sur les revenus et possessions en Combrailles, 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]