Château de la Léotardie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de la Léotardie
Image illustrative de l’article Château de la Léotardie
Le château et sa cour vus de l'est
Période ou style médiéval
Type château-fort
Début construction XVe siècle
Propriétaire actuel privé
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1944)[1]
Coordonnées 45° 25′ 23″ nord, 0° 04′ 04″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région historique Angoumois
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Commune Nonac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de la Léotardie
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Château de la Léotardie
Géolocalisation sur la carte : Charente
(Voir situation sur carte : Charente)
Château de la Léotardie

Le château de la Léotardie se trouve à Nonac en Charente, en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château de la Léotardie est situé 1 km à l'est du bourg de Nonac et à une trentaine de kilomètres au sud d'Angoulême.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château de la Léotardie a été initialement construit par Hélie Léotard, archidiacre de Bourges, conseiller d'Hugues le Brun[N 1], comte d'Angoulême, et de son épouse Isabelle, au XIIIe siècle. Il lui a donné son nom[N 2].

Ce logis était mi-maison de campagne, mi-monastère[6]. Il fut reconstruit au XIVe siècle puis rénové au XVe siècle.

Sous Louis XI, au XVe siècle, Pierre et Jean de Caillon (ou de Cailhon[7],[8]) en sont les seigneurs. Sous Henri IV, Marie de Cancaret (ou de Camerel[7]) est dame de la Léotardie. La tour du grand escalier date de cette époque[6]. Durant les guerres de Religion, au XVIe siècle, le chevalier de Nonac, seigneur de la Léotardie, fut un fanatique catholique et pillait les environs[9].

Puis, par mariages successifs, la Léotardie fut la propriété des familles Tournemine[7] (ou Tournemire[8],[6]) (jusqu'en 1615), de La Porte[N 3], Cadiot de Saint-Paul (1700)[6]. Le château fut remanié par ces derniers, au XVIIIe siècle.

Il a été inscrit monument historique en 1944[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château de la Léotardie fut un ensemble fermé et fortifié autour d'une cour, dont il ne reste que trois côtés de ce vaste rectangle. Le corps de logis du XVe siècle est au fond de la cour, faisant face au nord-est.

Il reste une tour carrée crénelée du XIVe siècle, dont la porte donne sur une seconde porte dans un mur surmonté d'une bretèche.

Le corps de logis du XVe siècle, aux étages accessibles par un escalier à vis dans une tourelle octogonale sur contrefort, comprend un pavillon du XVe siècle à fenêtres à meneaux et le logis possède deux tourelles d'angle carrées comme l'aile en retour. La galerie Renaissance est d'âge indéterminé car elle aurait pu être construite par réemploi des éléments d'un cloître[10],[11].

Une grange médiévale à triple nef est située à une centaine de mètres des autres bâtiments.

Le château comporte une salle voûtée au rez-de-chaussée, une porte ogivale, un corps de garde et un chemin de ronde, quelques portes ceintrées (XIIIe siècle), bastions flanqués de pavillons, porte surmontée de mâchicoulis (XVe siècle), galerie conduisant à la chapelle, pavillons à toits aigus avec sculptures aux croisées (XVIe siècle). La façade principale fait 43 mètres de long[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il ne peut s'agir que de Hugues X de Lusignan, comte d'Angoulême et époux d'Isabelle Taillefer. François de Corlieu écrit, en 1631 : « Estoit aussi vn grand et notable personnage, archidiacre de Bourges, nommé M. Helies Leotard , qui gouuerna la maison du comte Hugues le Brun, et fit bastir le lieu de la Leotarderie, et la maison de Belle-Ioye en la ville d'Engolesme. »[3]
  2. Ayant acquis de grandes richesses, Arnaud Léotard avait aussi construit parallèlement le logis du même nom, au nord de l'abbaye bénédictine de Beaulieu à Angoulême, reconstruit au XVe siècle et détruit en 1846 avec l'abbaye[4],[5].
  3. Jean-Paul Gaillard écrit par erreur « La Touche ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château de la Léotardie », notice no PA00104446, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées prises sur Géoportail
  3. François Corlieu, Recueil en forme d'histoire, Paris, Derache (1846, Laffite reprint 2002), , 81 p. (ISBN 2-86276-384-5, lire en ligne), p. 36
  4. Association Charente Patrimoine 1993, p. 467.
  5. Jean-Paul Gaillard 2005, p. 523.
  6. a b c et d Dexant 1970, p. 18.
  7. a b et c Jean-Paul Gaillard 2005, p. 522.
  8. a et b Jean-Marie Ouvrard, « Blasons de la Charente - Caillon, Cailhon », (consulté le 4 janvier 2021)
  9. Pierre Collenot, « 1562 - Jacques de Thou : la première guerre de religion en Saintonge, Aunis et Angoumois », (consulté le 4 janvier 2021)
  10. Association Charente Patrimoine 1993, p. 311.
  11. a et b Société archéologique et historique de la Charente, Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente 1861, Nadaud, Angoulême, , 430 p. (lire en ligne), p. 274

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]