Catherine Chabaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chabaud.

Catherine Chabaud
Illustration.
Fonctions
Députée européenne
En fonction depuis le
(2 mois et 18 jours)
Élection 26 mai 2019
Circonscription France
Législature 9e
Groupe politique RE
Membre du Conseil économique, social et environnemental

(5 ans)
Président Jean-Paul Delevoye
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Bron (France)
Nationalité Française
Parti politique MoDem
Diplômé de IPJ Paris
Profession Journaliste, navigatrice, femme politique

Catherine Chabaud est une journaliste et une navigatrice française, née le à Bron (Rhône).

Lors de la troisième édition du Vendée Globe (1996-1997), elle devient la première femme à terminer un tour du monde à la voile, en solitaire, en course et sans escales[1].

C’est lors de ses courses en mer que naît son engagement pour la protection de l’environnement, suite à une prise de conscience de l’état de pollution de l’Océan. Son intérêt pour le développement durable se traduira d’abord au travers de son métier de journaliste, puis d’activités associatives et enfin d’une volonté politique.

Elle a notamment cofondé la plateforme Océan et Clima et lancé une initiative pour faire reconnaître l’« océan comme un bien commun de l’humanité ».

Elle a été conseillère au Conseil économique social et environnemental puis déléguée à la mer et au littoral au sein du ministère de l’Environnement, de l'Énergie et de la Mer, du au [2].

Le elle est élue députée européenne sur la liste Renaissance au titre du MoDem.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le bateau de Catherine Chabaud, Whirlpool-Europe 2, au départ du Vendée Globe 1996-1997.

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Catherine Chabaud est née le à Bron (Rhône).

Après l’obtention de son baccalauréat en 1980, elle débute ses études de Mathématiques appliquées à Dauphine, où elle cofonde la Course Croisière Spi-Dauphine en 1981. Elle intègre ensuite l’Institut pratique du journalisme (IPJ) dont elle sort diplômée en 1983.

Elle collabore à différents supports radio et presse écrite, avant de se lancer dans la course au large.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Première femme navigatrice à avoir terminé un tour du monde[3], elle a à son actif :

  • Deux participations au Vendée Globe (tour du monde en solitaire sans escale et en course) :
  • Quatorze traversées de l’Atlantique dont quatre en solitaire (Minitransat 1991, Route du Rhum 1998[6], Transat anglaise 1996 et 2000).
  • Deux participations à la Solitaire du Figaro[3], plusieurs participations au Tour de l’Europe.
  • Elle a co-piloté l’expédition mer-montagne « Les montagnes du silence » réalisée en 2004 avec des sourds en Géorgie du Sud[7].

Journalisme[modifier | modifier le code]

Elle collabore de 1982 à 2006 avec différents magazines et radios dont des magazines de voile et RFM.

Elle anime des émissions sur l'aventure et une chronique développement durable pendant quatre ans sur Europe 1, de 2000 à 2005.

Consultante d’Europe 2 de 2005 à 2007, et ancienne rédactrice en chef de la revue Thalassa, elle a réalisé plusieurs documentaires sur le développement durable.

Engagement associatif pour la protection de l’environnement[modifier | modifier le code]

En , à l’occasion de la Journée mondiale de l'océan, elle est membre fondatrice de la plateforme Océan et Climat[8],[9], avec l’appui de la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO. Elle en est l’ambassadrice lors de la COP21 pour faire entendre la voix de l’océan lors des négociations.

Elle est co-fondatrice de l'association Innovations bleues[9] pour un développement durable des activités maritimes, avec laquelle elle co-pilote le projet Voilier du Futur[10], démonstrateur de la transition énergétique et écologique des navires, lauréat des Investissements d’Avenir[11]. Elle pilote également le Tour de France des solutions pour le climat (de Monaco à Dunkerque), afin de mobiliser les territoires et de valoriser les solutions mises en œuvre pour répondre aux enjeux climatiques et de la transition énergétique et écologique.

En , elle est cofondatrice de la Fondation de la mer[12], destinée « à promouvoir la dimension maritime de la France. »

En 2018 elle lance l’initiative pour faire reconnaître l’océan comme un bien commun de l’humanité, considérant que l’intégralité de l’Océan est menacée, cet appel vise à placer la responsabilité collective au-dessus des principes de liberté et d’appropriation.

Engagement auprès d’institutions[modifier | modifier le code]

Catherine Chabaud a été membre de la Réserve citoyenne de la Marine, au grade de Capitaine de Frégate et a présidé le groupe Alidade nouvellement créé « Mer, Marine et Environnement ». Elle a également été membre du CORICAN, Conseil pour la recherche et l’innovation des activités navales. Elle a été membre du conseil d'administration du musée national de la Marine (de 1998 à 2009) ; de la Fédération française de voile ; de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) ; et de l'Agence des aires marines protégées.

Elle a été l'une des marraines de l'association Mécénat Chirurgie cardiaque de 1997 à 2015[13].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Dans la continuité de son engagement journalistique et associatif, pour la mer et le développement durable du maritime, Catherine Chabaud a été conseillère au Conseil économique social et environnemental au titre de personnalité qualifiée (2010-2015)[14]. Elle a été rapporteur d'un « avis sur les océans » et d'un « avis sur les matériaux biosourcés ». Elle a également organisé la Conférence internationale sur la gouvernance de la haute mer en 2013.

Elle a été déléguée à la mer et au littoral au sein du ministère de l’Environnement, de l'Énergie et de la Mer, du au .

Elle est élue aux élections européennes de 2019 en cinquième position sur la liste de La République en marche et du Mouvement démocrate[15]. Elle est active au sein du Parlement européen dans les commissions du Développement, de l’environnement et de la pêche.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Possibles rêves, Glénat, 1997
  • Entre deux mondes entre deux mers, Glénat, 2000
  • Femme libre toujours tu chériras la mer, Chasse-Marée, 2007
  • Préserver la mer et son littoral, Glénat, 2008

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Historical list of Offshore World Records », sur sailspeedrecords.com, World Sailing Speed Record Council (consulté le 8 janvier 2012).
  2. « Décret du 7 novembre 2017 portant cessation de fonctions de la déléguée à la mer et au littoral - Mme Chabaud (Catherine) », (consulté le 14 novembre 2017).
  3. a et b Chloé Torterat, « Catherine Chabaud, journaliste et navigatrice engagée », sur bateaux.com, .
  4. Mikaël Roparz, « Histoires du Vendée Globe : Catherine Chabaud, première femme à boucler un tour du monde, en solitaire et sans escale », sur francebleu.fr, .
  5. (en) « Building the legend of the Vendée Globe », sur sailingscuttlebutt.com, .
  6. Chloé Torterat, « Les femmes qui ont marqué l'histoire de la Route du Rhum », sur bateaux.com, .
  7. « Catherine Chabaud témoin d'une belle aventure humaine », sur letelegramme.fr, .
  8. « Ocean & Climate platform », sur ocean-climate.org.
  9. a et b « Les acteurs de la RSE : Catherine habaud Navigatrice », sur rse-innovation.fr, .
  10. « Le voilier du futur de Catherine Chabaud, lauréat des Investissements d'Avenir », sur seatosea.fr, .
  11. Chloé Torterat, « Le Voilier du Futur par Catherine Chabaud et Julian Stone », sur bateaux.com, .
  12. « La Fondation de la Mer lancée à Paris », sur figaronautisme.meteoconsult.fr, Nautisme.com, .
  13. « Mécénat Chirurgie Cardiaque », sur catherinechabaud.fr.
  14. « Les conseillers », sur lecese.fr (consulté le 3 mai 2013)
  15. « Nathalie Loiseau, Pascal Canfin, Bernard Guetta, une ancienne navigatrice, un agriculteur... la liste LaREM aux européennes dévoilée », sur LCI, (consulté le 27 mars 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]