Caster Semenya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caster Semenya Portail athlétisme
Caster Semenya London 2012 (cropped).jpg
Caster Semenya aux Jeux olympiques de Londres en 2012.
Informations
Disciplines 800 mètres
Nationalité Drapeau : Afrique du Sud Sud-africaine
Naissance (26 ans)
Lieu Pietersburg
Taille 1,78 m
Poids 73 kg
Entraîneur Jean Verster
Palmarès
Jeux olympiques 2 - -
Championnats du monde 2 - -
Ligue de diamant 1 - 1
Jeux africains 1 - -
Championnats d'Afrique 3 - -

Mokgadi Caster Semenya (née le à Pietersburg) est une athlète sud-africaine, spécialiste du 800 mètres. Elle est double championne olympique et double championne du monde sur cette distance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Championne du monde à Berlin (2009)[modifier | modifier le code]

Caster Semenya lors des championnats du monde 2009, qu'elle remporte.

Elle fait ses débuts sur la scène internationale à l'occasion des Championnats du monde junior de 2008 de Bydgoszcz sans toutefois parvenir à franchir le cap des séries du 800 mètres, en 2 min 11 s 98. En 2008, son meilleur temps n'est que de 2 min 4 s 23. Le , lors des Championnats d'Afrique juniors de Bambous (Maurice), elle remporte la finale du 800 mètres en 1 min 56 s 72, améliorant le record national d'Afrique du Sud, et réalisant la meilleure performance mondiale de l'année sur la distance[1].

Le , Caster Semenya remporte la médaille d'or des Championnats du monde de Berlin en 1 min 55 s 45, meilleure performance mondiale de l'année, abaissant ainsi de plus d'une seconde son record personnel[2]. Elle devance la Kényane Janeth Jepkosgei et la Britannique Jennifer Meadows.

Son apparence et sa voix, particulièrement masculines[3], font débat : l'IAAF décide de la soumettre à des tests de féminité quelques heures avant la finale de Berlin[4]. L'athlète est intersexuée avec une production inhabituelle de testostérone, un syndrome d'insensibilité aux androgènes[5] et un génotype XY[6] ; elle est donc génétiquement un homme, mais ses attributs sexuels sont féminins. Un examen médical en ce sens avait été déjà effectué sur l'athlète avant les Championnats du monde à Berlin, mais la fédération sud-africaine, qui en a eu connaissance, a confirmé son inscription au 800 m des championnats qu'elle a remportés.

Le 6 juillet 2010, l'IAAF annonce que Caster Semenya est de nouveau autorisée à concourir[7]. Elle entreprend alors de se préparer aux championnats du monde de 2011 et participe au 2e meeting sur 800 mètres de la ligue de diamant 2011 où elle termine 2e en 1 min 58 s 88 derrière la Jamaïcaine Kenia Sinclair. À Daegu, Semenya se classe deuxième de la finale du 800 mètres, derrière la Russe Mariya Savinova, mais récupère finalement la médaille d'or en 2017 suite au dopage avéré de Savinova[8].

Titre mondial et olympique suite au dopage de Savinova (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Finale des championnats du monde 2011.

Le , elle choisit Maria Mutola comme nouveau coach afin de préparer les Jeux olympiques de 2012[9], pour lesquels elle est le porte-drapeau de l'Afrique du Sud lors de la cérémonie d'ouverture. En finale du 800 mètres, elle est en dernière position à la cloche. Elle prend finalement la deuxième place, derrière la Russe Mariya Savinova[10]. Suite au déclassement de Mariya Savinova pour dopage, le titre lui revient en 2017[11].

En novembre 2014, alors qu'elle pensait mettre un terme à sa carrière sportive, Caster Semenya décide de quitter le groupe de Maria Mutola pour s'entrainer avec Jean Verster à Potchefstroom[12].

En septembre 2015, elle remporte la médaille d'or aux Jeux africains de Brazzaville. En décembre suivant, elle se marie avec sa compagne Violet Raseboya, une ancienne athlète spécialiste du 1 500 m (4 min 16).

Deuxième titre olympique (2016)[modifier | modifier le code]

Engagée également en 2016 sur 400 m, elle bat son record le 12 mars en 51 s 47. Le 16 avril, elle remporte les Championnats nationaux en établissant deux meilleures performances mondiales de l'année : sur 400 m (50 s 74) puis sur 800 m en 1 min 58 s 45. Cette marque sur le double-tour de piste est son meilleur temps depuis les Jeux olympiques de Londres en 2012[13],[14]. Le 22 mai 2016, la Sud-Africaine s'impose au Meeting international Mohammed-VI de Rabat en 1 min 56 s 64, nouvelle meilleure performance mondiale de l'année et record du meeting[15].

Lors des lors des championnats d'Afrique 2016 disputés fin juin à Durban, Semenya remporte son 1er titre continental en s'imposant sur la distance du 1 500 m en 4 min 01 s 99, abaissaint ainsi son record personnel de plus de six secondes (4 min 08 s 01 en 2009)[16]. Elle s'adjuge ensuite le titre du 800 m en min 58 s 20, puis celui du 4 × 400 m en compagnie de Wenda Nel, Justine Palframan et Jeanelle Griesel[17].

À la veille des Jeux olympiques de 2016, où la domination de Semenya est annoncée, la Britannique Paula Radcliffe déclare à son sujet « Ce n'est pas du sport » et regrette que la Sud-Africaine puisse courir malgré son hyperandrogénie[18]. À Rio de Janeiro, la Sud-africaine décroche son deuxième titre olympique, en établissant un nouveau record personnel en 1 min 55 s 28, devant Francine Niyonsaba et Margaret Wambui[19]. Le 9 septembre 2016, elle s'impose sur 400 m lors du Mémorial Van Damme de Bruxelles en 50 s 40, record personnel[20]. Quelques jours plus tôt, elle s'était assurée le trophée de la Ligue de diamant 2016 sur 800 m en remportant le meeting de Zurich.

Le 21 et 22 avril 2017, elle réalisé le doublé 400 / 800 m aux championnats nationaux, s'imposant en 51 s 60 et 2 min 01 s 03[21]. Le 5 mai, elle s'impose à Doha en 1 min 56 s 61[22].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
2009 Championnats du monde Berlin 1re 800 m 1 min 55 s 45
2011 Championnats du monde Daegu 1re 800 m 1 min 56 s 35 [23]
Ligue de diamant 3e 800 m détails
2012 Jeux olympiques Londres 1re 800 m 1 min 57 s 23 [23]
2015 Jeux africains Brazzaville 1re 800 m 2 min 0 s 97
2016 Championnats d'Afrique Durban 1re 800 m 1 min 58 s 20
1re 1 500 m 4 min 01 s 99
1re 4 x 400 m 3 min 28 s 50
Jeux olympiques Rio de Janeiro 1re 800 m 1 min 55 s 28
Ligue de diamant 3e 400 m détails
1er 800 m

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Records personnels
Épreuve Temps Lieu Date
400 m 50 s 40 Drapeau : Belgique Bruxelles 9 septembre 2016
800 m 1 min 55 s 28 Drapeau : Brésil Rio de Janeiro 20 août 2016
1 500 m 4 min 01 s 99 Drapeau : Afrique du Sud Pretoria 24 juin 2016

Meilleures performances par année[modifier | modifier le code]

800 mètres
Année Temps Date Lieu Rang[Note 1]
2008 min 4 s 23 16 octobre 2008 Pune
2009 min 55 s 45 19 août 2009 Berlin 1
2010 min 58 s 16 9 septembre 2010 Milan 5
2011 min 56 s 35 4 septembre 2011 Daegu 1
2012 min 57 s 23 11 août 2012 Londres 3
2013 min 58 s 92 8 septembre 2013 Rieti 9
2014 min 2 s 66 5 juin 2014 Rome
2015 min 59 s 59 26 août 2015 Pékin
2016 min 55 s 28 20 août 2016 Rio de Janeiro 1
2017 min 56 s 61 5 mai 2017 Doha 1

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Classement établi par l'IAAF en fonction des meilleures performances de l'année.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) South African teen Semenya stuns with 1:56.72 800m World lead in Bambous, site de l'IAAF, consulté le 19 août 2009.
  2. (en) Résultats du 800 m féminin des mondiaux d'athlétisme 2009, site de l'IAAF, consulté le 19 août 2009.
  3. La Repubblica titre en Une, avec la photo de Caster Semenya, le 20 août 2009 : « La campionessa del mistero » (la championne du mystère), avec deux articles qui évoquent sa « voix d'homme », sa « course d'homme », sa « poitrine plate » et sa « coupe militaire » (sic, en sachant qu'elle a en fait des cheveux tressés à l'africaine et donc pas du tout une coupe militaire).
  4. (fr) L'IAAF demande un test de féminité pour Semenya, La Tribune, vérifié le 29 juillet 2013.
  5. « Caster Semenya victime de la raison d’État » par Woodward et Newton pour bakchich le 26 septembre 2009.
  6. Les spécificités des athlètes féminines au profil XY
  7. « Caster Semenya peut officiellement retrouver les pistes d'athlétisme », LeMonde.Fr avec l'AFP, 6 juillet 2010.
  8. Rédaction, « Suspendue quatre ans pour dopage, la Russe Mariya Savinova-Farnosova perd sa médaille d'or olympique (JO 2012) sur 800m », L'Equipe.fr,‎ (lire en ligne)
  9. « Mutola va entraîner Semenya », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, 25 octobre 2011.
  10. (en) Ian Chadband, « London 2012 Olympics: Caster Semenya finds a silver lining after misjudged start in the 800m final », sur telegraph.co.uk, (consulté le 15 septembre 2015)
  11. https://www.theguardian.com/sport/2017/feb/10/caster-semenya-given-london-2012-gold-after-rival-is-stripped-title-mariya-savinova-farnosova
  12. « Athlétisme : Caster Semenya, une championne qui s’assume », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  13. « Looking sharp, Semenya does 400-800 double at nationals », sur www.dailyjournal.net (consulté le 16 avril 2016)
  14. « Olympic hope Semenya runs fastest 400 metres of year », sur Channel NewsAsia (consulté le 16 avril 2016)
  15. « Les minima pour Renelle Lamote sur 800m », sur L'Equipe.fr (consulté le 22 mai 2016)
  16. « Championnats d'Afrique : Caster Semenya brille sur 1500m » (consulté le 25 juin 2016)
  17. (en) « Van Niekerk takes 200m title, two more golds for Semenya as African Championships conclude », sur iaaf.org,
  18. « Caster Semenya, «pas du sport» selon Paula Radcliffe », sur L'Equipe.fr (consulté le 23 septembre 2016)
  19. (en) « Report: women's 800m final – Rio 2016 Olympic Games », sur iaaf.org,
  20. « Meeting de Bruxelles : Caster Semenya s'impose sur 400m », sur L'Equipe.fr (consulté le 9 septembre 2016)
  21. « IAAF: Manyonga leaps 8.65m African record, van Niekerk dashes 19.90 at South African championships| News | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 23 avril 2017)
  22. « IAAF: Rohler moves to second on world all-time list with 93.90m in Doha – IAAF Diamond League| News | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 6 mai 2017)
  23. a et b Suite à la disqualification de la Russe Mariya Savinova

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :